Archive pour le Tag 'Vincent'

La joie en herbe

La joie en herbe   Roman de Claude VINCENT

Le narrateur est un monsieur d’un certain âge, marié et père d’un fils unique un peu volage. Écrivain et critique littéraire, il a consacré sa vie à son métier au détriment de sa vie personnelle et familiale, jusqu’au jour où il acquiert une maison dans un village du Sud de la France.
Alors qu’il avait toujours appliqué la consigne ancestrale « Pas de bête à la maison », il sauve un chiot que le propriétaire s’apprêtait à fracasser contre un muret, comme ses autres frères et sœurs. Interloqué lui-même par cet acte transgressif, l’homme un peu rigide, économe de sentiments et bourré de certitudes, promet au paysan d’adopter le chiot après le sevrage.
Ainsi Maya, le jeune chienne bâtarde, entre-t-elle dans la vie de ce vieux couple poursuivant côte-à-côte une vie sans fantaisie ni surprises ni illusions. Et elle va changer leur existence ! L’homme va découvrir un monde insoupçonné en se laissant apprivoiser par « la bête » dont il devient littéralement gaga ! Ce faisant, il s’humanise, baisse un regard toujours trop haut fixé, découvre des gens formidables de sincérité et de simplicité. Grâce à Maya, chienne folle, dépensière d’amour sans compter, il va renouer avec son fils un dialogue à peine amorcé et redécouvrir la femme qu’il a toujours aimée sans pouvoir le lui dire ni même se l’avouer.
Tendre et drôle, ce récit est la preuve que l’homme s’humanise au contact des animaux. Déjà convaincue que les êtres humains qui n’aiment pas les animaux ne sont pas fréquentables, ce roman plaisamment écrit le confirme !

Il y a 161 ans…

Van Gogh autoportraitLe 30 mars 1853 naît Vincent Van Gogh, peintre néerlandais (ci-contre autoportrait).
Il étudie le dessin à Anvers, se met à l’aquarelle et commence la peinture à l’huile en 1882.
Dans le presbytère paternel, il travaille à l’extérieur et ses portraits de paysans aboutissent aux « Mangeurs de pommes de terre », œuvre majeure qui révèle sa sensibilité inquiète.
À Paris, il rencontre Camille Pissarro, Henri de Toulouse-Lautrec et Paul Gauguin.
Durant cette période très fertile, il oriente son art vers l’impressionnisme. Cependant, sa consommation d’absinthe et la fatigue aggravent son état mental déjà fragilisé.
En 1888, il s’installe à Arles : une nouvelle ère commence. Vincent découvre la lumière provençale. Il parcourt la campagne et peint des paysans et des scènes rurales. Mais son rêve est ailleurs…
Souhaitant créer une communauté d’artistes unissant fraternellement leurs expériences et leurs recherches, il acquiert la « Maison jaune ». Gauguin le rejoint. Mais les deux hommes s’entendent mal et à la suite d’une dispute plus violente que les autres, Van Gogh, en plein délire, se mutile l’oreille et court l’offrir à une prostituée…
Il décide lui-même d’entrer dans un asile près de Saint-Rémy-de-Provence.
Surveillé par un médecin, il s’installe ensuite à Auvers-sur-Oise. Il y séjournera pendant deux mois et durant ce court laps de temps, il produira plus de 70 toiles !
En 1890, il se tire une balle de revolver dans la poitrine et meurt deux jours plus tard, inconnu du grand public !…




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_