Archive pour le Tag 'Rufin'

Le collier rouge

Le collier rouge Roman de Jean-Christophe RUFIN

La Première Guerre mondiale est terminée. Dans la caserne d’une petite ville du Berry, un prisonnier unique attend son jugement. Son geôlier, Raymond Dujeux, écrasé par la chaleur et la fatigue à cause du chien du détenu qui, planté sur la place face à l’édifice, aboie sans discontinuer, attend avec impatience l’arrivée du juge.
L’officier Hugues Lantier du Grez débarque dans la caserne durant l’été 1919 pour juger l’affaire du soldat Morlac, un ancien poilu, un héros qui a commis un acte déshonorant, crime pour lequel il risque le
Le paysan et l’aristocrate, assis face à face dans la cellule, se jaugent. Alors que tout les oppose, Lantier ne peut s’empêcher de penser que l’acte ignoble du soldat, plus cultivé que tous ceux de sa condition, masque un mal-être plus profond et une blessure psychologique bien plus à vif que les lésions corporelles qui ont fini par cicatriser.
C’est alors qu’il fait la connaissance de Valentine, une paysanne aussi énigmatique que Morlac dont elle fut la maîtresse et qui élève seule son enfant. Comme Morlac, Valentine est une écorchée vive. Comme lui, elle nourrit un idéal qu’elle entretient par la lecture de grands auteurs.
Et puis il y a le chien, surnommé Guillaume par son maître, fidèle comme tous ceux de son espèce, à l’amour indéfectible pour l’homme qu’il a choisi de suivre dans les tranchées et sur le front comme à l’arrière, blessé comme lui par des balles et des éclats d’obus. Pourtant, cet amour n’est pas réciproque et l’officier chargé de régler cette affaire ne comprend pas l’indifférence voire la haine de l’ancien soldat pour son compagnon à quatre pattes qui a si longtemps partagé son quotidien dans l’enfer de la guerre. Quelque chose cloche. Morlac est un détenu bien trop pressé d’en finir pour rejoindre le bagne.
Avec patience et humanité, l’officier parviendra-t-il à gagner la confiance des trois protagonistes – Morlac, Valentine et le chien – pour démêler cette affaire et rendre un jugement éclairé ?
En 150 pages à peine, Rufin nous raconte une histoire dont le dénouement n’a lieu que dans les toutes dernières pages. C’est l’histoire d’ « un nain que dévoraient des ambitions de géant ». C’est l’histoire d’une femme amoureuse dont le cri « laisse toujours aux hommes l’impression qu’en cette matière ils sont d’une grande faiblesse. » C’est un récit sur la condition humaine : « L’humanité, c’est aussi avoir un idéal et se battre pour lui. »
A découvrir.

 

Immortelle randonnée – Compostelle malgré moi

Immortelle randonnée - Compostelle malgré moi dans Livres lus immortelle-randonnee-150x150 Récit de voyage de Jean-Christophe RUFIN

Ce livre n’est pas un roman, mais le récit du pèlerinage que l’auteur a effectué jusque Saint-Jacques de Compostelle.
Parti de Hendaye, il a effectué plus de huit cents kilomètres, en empruntant l’itinéraire côtier, le Camino del Norte, plus sauvage et beaucoup moins fréquenté que le mythique Camino Frances. On le suit ainsi durant son périple qu’il nous raconte par étape, sans fioritures. Il nous parle de sa motivation, finalement assez floue et qu’il explique par une quasi nécessité qui s’est imposée à lui, de son optimisme du départ et des phases de découragement qui ont vite suivi. Il évoque la brutale métamorphose de l’homme social – il est médecin et fut ambassadeur – en une sorte de sous-homme, proche de l’animal, qui n’a bientôt plus en tête qu’à se nourrir, s’abreuver, s’abriter et se soulager dans la nature… Mais il nous confie aussi son cheminement philosophique sinon religieux, son détachement progressif de tout ce qui semble important à l’homme moderne, sa totale communion avec la nature. Son chemin de Compostelle n’est pas un long fleuve tranquille ni une carte postale pour tout candidat pèlerin qui rêve de prendre son sac à dos et son bâton pour effectuer à son tour ce périple qui se révèle être bien plus qu’une randonnée pédestre.
Dans son livre, Rufin donne une foule de conseils sur la façon de préparer et d’aborder le pèlerinage sans doute le plus célèbre au monde, mais il en expose aussi les éventuels écueils à en attendre. Il brosse également une galerie de portraits de tous les types de pèlerins qu’il est possible de rencontrer sur le Chemin, aux motivations diverses et variées.
Ecrit avec beaucoup d’humour et une bonne dose d’autodérision, ce livre n’est pas un journal de bord, rédigé chaque soir à l’étape, mais un récit qui rassemble les souvenirs qui ont émergé, quelque temps après le retour du pèlerin, autrement dit la quintessence de son chemin.

La salamandre

La salamandre dans Livres lus la-salamandre-150x150 Roman de Jean-Christophe RUFIN
 

Catherine est une quadragénaire française, qui s’est hissée à la force du poignet dans une situation professionnelle élevée. Célibataire sans enfants, elle n’a plus ses parents et ne vit que de furtives relations amoureuses. Ni laide ni sotte, elle met toute son énergie dans son travail et dans l’acquisition de biens immobiliers pour assurer son avenir. Entièrement investie dans sa réussite professionnelle et sociale, elle rejette toute forme de plaisir et de distraction, au point de ne pas vouloir prendre ses congés. Jusqu’au jour où son patron l’oblige à prendre un mois de vacances. Forcée et contrainte, elle s’offre un séjour au Brésil, destination de rêve depuis toujours pour cette femme si raisonnable.
Arrivée à Récife, elle retrouve une amie d’enfance et son mari en poste dans la ville brésilienne. Dans la moiteur ambiante, elle suit le conseil de son amie et se décontracte. Lorsqu’elle rencontre Gilberto, elle est décidée à se donner du bon temps et à oublier le jeune homme quand l’heure du retour en France aura sonné.
Mais alors qu’elle avait toujours gardé la tête froide, voilà qu’elle tombe passionnément amoureuse de Gil qu’elle refuse de voir en gigolo. En achetant les charmes de ce garçon de dix-neuf ans, elle veut se convaincre qu’elle mène la danse. Mais très vite, elle ne peut plus se passer de la présence du jeune Brésilien. Pour s’attacher ses services, elle lui offre des cadeaux divers : vêtements, bijoux, etc.
Lorsque le jour du départ arrive, elle prolonge d’une semaine puis promet à Gil de revenir. Après avoir payé à une femme le petit commerce dont elle allait être chassée à un prix dérisoire pour elle, elle demande à Gil ce qui lui ferait plaisir. Lorsque celui-ci lui annonce qu’il voudrait acquérir un établissement luxueux, Catherine lui promet de revenir avec la somme nécessaire.
Elle rentre en France, négocie son licenciement et vend tous ses biens. Puis elle repart au Brésil et donne l’argent, environ cinq cents mille francs, à son amant.
Mais progressivement, Gil change et entraîne Catherine dans une vie à l’opposé de tous ses principes. Jusqu’où Catherine ira-t-elle par amour ?
Un excellent livre sur les chimères de l’amour exotique.

 

 

 




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_