Archive pour le Tag 'roman'

Page 2 sur 2

Une autre idée du bonheur

Une autre idée du bonheurRoman de Marc LEVY

Milly Greenberg vit à Philadelphie, à des milliers de kilomètres du Nouveau-Mexique où elle a grandi. Elle travaille comme assistante au service juridique de l’université où elle a fait ses études et vit aux côtés de Frank, son compagnon, et de Jo, son meilleur ami, une existence paisible et sans surprise. Mais son destin va basculer le jour où elle rencontre Agatha.
De sa peine de trente-cinq ans de prison, Agatha a déjà purgé trente ans lorsqu’elle s’évade. Son plan, longuement, minutieusement et solitairement mis au point, fonctionne à merveille. Armée d’un petit révolver, elle s’introduit dans la vieille voiture mythique de Milly, héritée de sa grand-mère et dont elle prend le plus grand soin. Sous la contrainte de l’arme, la jeune femme s’exécute et prend le volant pour conduire la fugitive à San Francisco, à l’extrême opposé sur la carte, soit plus de quatre mille cinq cents kilomètres !
Mais très vite, les deux femmes vont sympathiser et devenir complices, malgré leurs caractères bien trempés. Sur l’insistance de Milly, Agatha lui livre quelques bribes de son histoire. Dans sa jeunesse, aux côtés de sa sœur aînée qu’elle adulait, elle a intégré un groupe de jeunes révoltés qui n’acceptaient le monde qu’on leur proposait. Ils voulaient lutter contre la guerre du Vietnam, les inégalités sociales et le racisme d’Etat. Au nom de la liberté et de la justice, ils ont mené des combats et des actions criminelles qui ont conduit Agatha en prison, seule du groupe à être tombée dans les filets de la police…
Milly très vite découvre que sa passagère n’est pas seulement en cavale ; elle veut surtout contacter ses anciens amis, en tout cas celles et ceux qui sont encore vivants. Sa propre sœur est décédée il y a quelques années. A chaque étape, Milly en apprend un peu plus sur Agatha qui lui devient chaque jour plus sympathique. Mais il lui faudra attendre le cinquième jour de cette course contre la montre – Milly apprend que la police est à leurs trousses – pour connaître le secret d’Agatha dont l’existence est liée à la sienne.
Un roman sympa, facile à lire. Un bon livre de vacances avec une happy end et une bonne petite morale, comme souvent chez Marc Lévy…

Au bout de l’exil

Au bout de l'exil Roman de Micheline DUFF

Au Canada, vers la fin du 19e siècle, Joseph Laurin vient de perdre sa femme, Rebecca, morte en couches. Alors que sa sœur propose de rester là pour l’aider à préparer les obsèques qui doivent avoir lieu le lendemain, le veuf refuse. Dès qu’il se retrouve seul, il attelle son cheval à la charrette et y installe ses trois filles endormies. Puis il met le feu à la ferme. Un instant spectateur des flammes qui embrasent sa maison mais aussi la dépouille de son épouse, Joseph saute sur le siège de sa charrette et lance l’animal au galop. Le Canadien n’a qu’un but : fuir cette terre où il a mené une vie misérable pour rejoindre les Etats-Unis, pays riche où tout est possible.
Mais rien ne se passe comme prévu. Marguerite et Anne, douze et dix ans, le harcèlent de questions tandis que la petite Camille, six ans, réclame sa mère en pleurant. Pour fuir leurs jérémiades, il disparaît dans la forêt pendant de longues heures… Alors qu’ils ont passé la frontière, la benjamine est victime d’un accident qui la laisse entre la vie et la mort. Heureusement, Joseph trouve sur son chemin un couple qui lui offre de s’occuper de sa fille et qui lui trouve du travail dans une ferme un peu plus loin, où vivent une veuve et son fils. Le Canadien accepte ; il entraîne les deux grandes avec lui et laisse Camille aux bons soins du couple. Alors que Marguerite et Anne pensent retrouver une atmosphère familiale lorsque leur père et la fermière tombent amoureux l’un de l’autre. Mais l’ambition de Joseph est plus forte que tout et il repart sur les routes pour atteindre la destination qu’il s’est fixée : Lowell, une petite ville industrielle où vit son autre sœur. Mais cette dernière n’est pas ravie de voir débarquer son frère et deux de ses nièces !
Pour Marguerite et Anne, la scolarité n’est plus qu’un lointain souvenir, il leur faut travailler en usine pour aider leur père à subvenir à leurs besoins…
A la recherche d’une vie meilleure, Joseph, cet homme étrange, n’a-t-il pas entraîné ses trois filles dans une grande galère ? Chacune d’entre elles, à sa manière, va vivre des aventures palpitantes. Comme tant d’autres Canadiens français de l’époque, trouveront-elles le bonheur dans ce pays où l’industrialisation et le capitalisme dictent leurs lois cruelles ? Parviendront-elles à trouver leur place dans cette société de consommation aux traditions si différentes de celles qu’elles ont connues dans leur Canada natal ? Et en dépit des distances et des destins, arriveront-elles à rester unies ?
Une saga en trois tomes plutôt plaisante. C’est parfois un peu long et un peu mièvre, mais c’est un bon roman de vacances. Sans parler des truculentes expressions canadiennes !

 

En lice pour le Prix des Conseils Généraux de Lorraine

Chalumeau Confession d'Anna 1ere couv Edition 1Mon dernier ouvrage, un roman intitulé « La Confession d’Anna » participe au Prix du Roman organisé par la Commission Interdépartementale des Conseils Généraux de la région de Lorraine et l’Amicale des Conseillers Généraux de Lorraine.
J’avais déjà participé, sans succès, il y a deux ans avec ma saga familiale. J’espère que cette fois sera la bonne !
Je croise donc les doigts pour que le jury apprécie « La Confession d’Anna » qui se trouve, bien malgré moi, en pleine lumière de l’actualité mondiale puisque l’action se passe en partie en Ukraine.

J’en profite pour rappeler que ce roman est disponible au rayon auteurs lorrains du magasin Cora à Houdemont et bien sûr directement en s’adressant à moi, mais également en version numérique pour vos liseuses sur cette page Amazon :
http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85Z%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=Zaz+Chalumeau

Salon du Livre de Jeuxey

Affiche JeuxeyJe serai dimanche 1er juin en compagnie de nombreux autres auteurs lorrains au 3e Salon du Livre de Jeuxey dans les Vosges.
J’aurai le plaisir de vous présenter mon dernier ouvrage intitulé « La Confession d’Anna », un roman qui traite d’abandon d’enfant, de filiation, de quête de ses origines, et qui se passe en partie en Ukraine.

Chalumeau Confession d'Anna 1ere couv Edition 1

Vu de l’extérieur

vu de l'extérieur Roman de Katherine PANCOL

Vu de l’extérieur, Doudou a tout pour être heureuse : un gentil mari avec une belle situation, un joli pavillon dans une banlieue convenable, deux beaux enfants. Mais à l’intérieur, Doudou n’est pas heureuse. Elle a beau sauver les apparences, tromper soi-même comme autrui, elle ne parvient pas à se sentir vivante dans ce décor idyllique avec pour seul horizon les couches-culottes et la serpillière. Et malgré tout ce que peut lui apporter André, son époux, elle ne peut oublier son cousin Christian qu’elle aime depuis toujours d’un amour exclusif et réciproque. Alors quand elle entend à la radio que le beau Christian a été arrêté pour l’assassinat d’une jeune femme, elle quitte tout pour aller lui rendre visite en prison.
Cette fugue sera l’opportunité d’un nouveau départ. Elle y puisera la force, grâce à l’aide de Guillaume et d’Anita, de récupérer ses enfants sans se soumettre au désir d’André ni obéir au conformisme de sa mère. Comment cependant envisager l’avenir avec Christian ? Cet amour violent et destructeur issu d’un secret de famille est-il viable ? Et si la raison l’emporte, le cœur survivra-t-il ?
Un très bon roman.

Les yeux jaunes des crocodiles

LES YEUX JAUNES DES CROCODILES Film de Cécile TELEMAN avec Julie Depardieu, Emmanuelle Béart, Patrick Bruel, Alice Isaaz, etc.

Joséphine, la quarantaine, historienne spécialisée dans le XIIe siècle, vit une vie difficile aux côtés de son mari chômeur et de ses deux filles, Hortense et Zoé. Un jour où Antoine, refusant tous les boulots qui se présentent sous prétexte qu’il fut jadis cadre supérieur, Joséphine le met dehors et apprend le soir même par sa fille aînée qu’il est parti rejoindre sa maîtresse, une jeune femme qui fait des manucures dans un salon de coiffure du quartier.
Sa sœur Iris, épouse du brillant avocat Philippe Dupin, mène une vie ennuyeuse et futile, dépensant sans vergogne l’argent que gagne son mari. Elle évolue dans un univers où la jalousie, la mesquinerie et la méchanceté règnent en maîtres.
Un soir, dans un dîner mondain, Iris se vante d’écrire un roman : l’histoire d’une marchande vivant au Moyen Âge, cette époque honnie par elle et sa mère. Si Philippe se montre dubitatif, l’éditeur à table avec eux bondit sur l’occasion et ne lâche plus Iris. Celle-ci, incapable d’aligner trois mots, se tourne alors vers sa sœur.
Joséphine, couverte de dettes suite à un emprunt faramineux d’Antoine qui s’est mis en tête d’aller élever des crocodiles en Afrique du Sud en compagnie de sa maîtresse, accepte. En plus des traductions qu’elle effectue pour le cabinet d’avocats dont Philippe fait partie, elle écrit nuit et jour pour fournir à sa sœur les vingt premières pages réclamées par son éditeur. Celui-ci est enchanté et donne à Iris une confortable avance. Les deux sœurs concluent un pacte : Joséphine écrit le roman, Iris le signe et reverse l’intégralité des droits d’auteur à Joséphine.
Hortense, dont le rêve est de devenir aussi riche que sa tante, découvre le stratagème…
Un film très agréable, très fidèle au roman de Katherine Pancol. Si Julie Depardieu est un peu en décalage par rapport à son personnage, la jeune Alice Isaaz est parfaite dans le rôle de l’odieuse Hortense !

Printemps littéraire d’Essey-lès-Nancy

Affiche Essey

Je serai en compagnie d’une quarantaine d’autres auteurs à la Maison des Associations où aura lieu le Printemps littéraire. J’aurai le plaisir de vous présenter mon dernier ouvrage « La Confession d’Anna », un roman qui se passe en partie en Ukraine.

Paru dans l’Est Républicain le 05/04/14

px

Dédicaces à Cora Houdemont

Affiche Cora mars 2014

 

Venez découvrir mon dernier roman « La confession d’Anna » basé sur l’histoire vraie d’une jeune Ukrainienne ayant vécu toute sa vie d’adulte en exil en France après avoir été déportée en Allemagne en 1942. Alors qu’elle a abandonné son premier enfant, une fille née en 1945 dans des circonstances difficiles, elle fait la connaissance, plus de soixante plus tard, de son arrière-petit-fils, Alexandre. Alors que le jeune homme veut la rencontrer pour découvrir ses origines, il va inconsciemment redonner à Anna le goût de vivre et de se raconter, dans un récit très émouvant.
Au-delà de la question de l’abandon d’enfant, ce roman traite aussi de la filiation, des héritages que l’on reçoit malgré soi et des histoires qui se répètent de génération en génération.

Les îles de la Miséricorde

Les îles de la Miséricorde Roman de Henri QUEFFELEC

Le 16 juin 1896,de retour d’Afrique du Sud, un paquebot anglais de la Castle Line, le Drummond Castle, navigue aux abords d’Ouessant, dans une brume à couper au couteau. La fête bat son plein pour la dernière soirée à bord.
Pearce, le capitaine, fait régulièrement effectuer des sondages pour vérifier la profondeur de l’eau dans cette région réputée dangereuse car parsemée d’écueil qu’il localise sur ses cartes. A intervalles réguliers aussi, la sirène de son bord prévient les éventuels bateaux du voisinage de sa présence dans le secteur. Malgré toutes ces précautions, le paquebot s’égare dans la brume et dévie très légèrement de sa route, s’engageant dans les courants du Fromveur, tout près de l’île d’Ouessant.
Un peu avant minuit, il heurte une roche. Le choc semble léger et personne n’est sûr de la raison du choc. Cependant la voie d’eau s’avère importante et sans tarder, le capitaine donne l’ordre aux matelots de mettre les canots à la mer. Sept minutes après le choc, alors que les membres d’équipage désignés pour cette besogne de routine quoique exceptionnelle n’ont pas tout à fait terminé leur manoeuvre, le navire pique et coule. Il disparaît en quelques secondes, emportant tout vers le fond.
Le bilan est lourd : des deux cent cinquante et une personnes à bord, équipage et passagers confondus, seuls trois hommes, un passager et deux membres d’équipage, survivront. L’un sera recueilli par des habitants de l’île d’Ouessant et les deux autres par les habitants de l’île Molène.
Ce roman, basé sur un fait historique qui a bouleversé son époque par la soudaineté du drame mais également par le comportement exemplaire des îliens que les Anglais, mais aussi les Français du continent, tenaient pour frustes et sauvages. Car Ouessantins et Molénais ont recueilli autant de cadavres que possible pour offrir aux naufragés tous les égards dus aux morts.
Ce roman de Henri Quéffelec est le premier des quatre déjà lu a m’avoir véritablement passionnée. L’heure qui a précédé le drame est très détaillée et l’auteur sait faire languir ses lecteurs qui attendent le fameux naufrage, lequel est décrit avec la même brièveté que l’événement lui-même. Puis viennent le sauvetage des trois rescapés et la lente récupération des cadavres en des pages extraordinaires d’humanité.
A lire.

 

Moi d’abord

Moi d'abord Roman de Katherine PANCOL

Sophie et Ramona sont amies d’enfance et elles s’aiment à la vie, à la mort. Alors que l’une se contenterait d’un bonheur tranquille, entre mari et enfants, l’autre est plus idéaliste et se garde pour l’homme de sa vie.

Encore adolescente, Sophie rencontre Patrick. Un peu plus âgé qu’elle, il prend vite le rôle du père, ce père qui lui a tant manqué quand il a quitté le domicile conjugal alors qu’elle-même et son petit frère Philippe n’étaient encore que des enfants. Lorsqu’elle se confie à Camille, sa mère, devenue presque une copine, sur les talents sexuels de son petit ami qui sait l’emmener au septième ciel à chaque fois, elle comprend que cela ne suffira pas à la rendre heureuse pour la vie. Car l’existence qui s’offre à elle par ce mariage s’annonce terne et ennuyeuse. Ramona la met en garde et lui propose de partir quelques jours pour enterrer sa vie de jeune fille. Là, elle rencontre Antoine, Américain par son père mais Français par sa mère, et tombe sous le charme du jeune homme qui lui paraît plus fantasque. Pourtant, elle va se marier…  Elle plaît aux parents de Patrick et Patrick plaît à sa mère…
Alors Ramona emploie les grands moyens et lui demande un jour de l’accompagner à l’aéroport. Antoine débarque d’un avion et Sophie rompt avec Patrick.
Les deux amoureux, vingt ans, partent pour Genève où Antoine poursuit ses études, payées par ses parents. En revanche, ils ne veulent pas entretenir le couple. Sophie doit mettre ses études entre parenthèses et travailler. Elle donne des cours de français dans une école privée. C’est là qu’elle rencontre Eduardo. Le riche Italien va changer la vie de la jeune femme. Apparemment désintéressé, il devient son ami, son confident, son mentor. Il va la réveiller et la faire sortir de cette petite vie dans laquelle elle s’apprêtait à entrer, finalement en tous points identique à celle que lui proposait Patrick.
Quant à Ramona, elle est partie en Egypte pour attendre l’Amour…

Une oeuvre de jeunesse de Pancol, en réalité son premier roman ! Un livre agréable.

La Confession d’Anna

Je suis heureuse de vous présenter mon dernier roman publié en autoédition « La confession d’Anna« , une histoire qui se passe en Ukraine et en Lorraine, une histoire d’amour mais aussi d’abandon d’enfant, de souffrances et de bonheur. Une histoire de filiation au-delà des années et des rancoeurs.
Alexandre, 28 ans, n’a que faire du passé. Ou plutôt si ! le passé l’intéresse dans sa quête de ses origines. Enfant sans famille sauf sa mère, il veut connaître cette Anna Kulinska qui entre dans sa vie comme une bombe, non pour la juger pour l’abandon de sa fille au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mais pour apprendre, par cette arrière-grand-mère dont il ignore tout, qui il est et d’où il vient.
Chalumeau Confession d'Anna 1ere couv Edition 1   Paul et Catherine font connaissance
Mon dernier roman est disponible au rayon librairie du magasin CORA Houdemont (54) et, comme tous mes précédents ouvrages, en version numérique sur cette page Amazon : http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85Z%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=Zaz+Chalumeau

Séance de dédicaces annulée

Chalumeau Confession d'Anna 1ere couv Edition 1La séance de dédicaces que je devais faire samedi 15 février prochain de 10h à 12h et de 14h à 18h a été annulée par le responsable du rayon pour une raison indépendante de sa volonté.

Elle aura lieu le samedi… 22 mars 2014 aux mêmes horaires.

Mon livre n’en est pas moins disponible au rayon librairie « Auteurs lorrains » du magasin Cora Houdemont. Et puis bien sûr, toujours disponible en version électronique sur cette page Amazon :
http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss_1?_mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85Z%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=Zaz+Chalumeau

Comme un frère

Comme un frèreRoman de Françoise BOURDIN

Dans une auberge de village, quelque part dans le Jura, un vieillard raconte le drame qui a marqué la région.
La famille Desroches avait tout perdu en une nuit. Un gigantesque incendie avait dévasté la ferme, les écuries, le bétail, tout brûle. Les parents perdent la vie dans le brasier. L’aîné des enfants, Nathan, un colosse de vingt ans, parvient à sauver ses deux frères, Justin, simple d’esprit, et Joachim, un petit garçon de cinq ans.
Nathan prend sa vie et celle de ses frères en mains. Il fait construire une nouvelle maison sur une des terres familiales et se spécialise dans l’élevage des chevaux. Très vite, grâce à Joachim qui développe un grand talent de cavalier, il va devenir l’expert des chevaux de concours. Il se fait vite un nom dans le monde hippique.
Vis-à-vis de Justin, qu’il considère comme le responsable de l’incendie, il déploie une autorité sans faille. Envers Joachim en revanche, le géant à la fois craint et respecté dans sa région, il devient tout à la fois le père, la mère et le grand frère. Il est tout pour le jeune garçon. Depuis la nuit du drame, les deux frères font tout ensemble : ils mangent, travaillent et dorment ensemble.
Lorsque Suzanne, la fille du vieillard qui raconte l’histoire, depuis toujours amoureuse de Nathan, l’épouse, elle sait que rien ne changera à la complicité des deux frères. Elle espère longtemps que son mari, qui lui fait l’amour chaque soir, finira par rester à ses côtés ; mais il retourne toujours dans sa chambre où Joachim l’attend.
Alors quand Marie entre dans la vie de Joachim, Suzanne espère un changement. Joachim, dépendant volontaire de son grand frère, aura-t-il besoin et surtout envie de secouer le joug fraternel ?
Sixte, le père de Suzanne, qui a emménagé chez Nathan, veille. Il sent l’approche d’un nouveau drame…
Un bon livre qui se lit d’une traite.

Dédicaces à Cora Houdemont

Je serai samedi 15 février 2014 dans le rayon librairie de l’hypermarché Cora à Houdemont (54) près de Nancy, pour dédicacer mon dernier ouvrage, un roman intitulé « La Confession d’Anna », un voyage en Ukraine, une histoire d’amour mais aussi d’abandon d’enfant, de filiation et une quête de ses racines pour le jeune Alexandre qui découvre l’existence de son arrière-grand-mère…

Affiche Cora fév 14

La confession d’Anna

Mon dernier bébé, en 250 exemplaires, vient juste d’arriver. Toujours aussi émouvant !

Tout frais parti de l’imprimerie, à peine sorti de son carton, le voilà déjà sur Internet, mon dernier bébé !
Je suis heureuse de vous présenter « La confession d’Anna« , une histoire qui se passe en Ukraine et en Lorraine, une histoire d’amour mais aussi d’abandon d’enfant, de souffrances et de bonheur. Une histoire de filiation au-delà des années et des rancoeurs.

Chalumeau Confession d'Anna 1ere couv Edition 1   Paul et Catherine font connaissance

Pour passer commande, merci de m’envoyer un mail : isabelle.chalumeau@orange.fr

La confession d’Anna

La nouvelle mouture de ma 4e de couverture :

Paul et Catherine font connaissance

La confession d’Anna

Après la 1ère de couverture, voici la 4e de couverture de mon prochain livre :

Paul et Catherine font connaissance

La confession d’Anna

En avant-première la 1ère de couverture de mon prochain roman, actuellement chez l’imprimeur :

Chalumeau Confession d'Anna 1ere couv

Ecrivez-moi…

1e couverturePromo pour la Saint-Valentin :
1 ouvrage dédicacé + 1 recueil de poésie pour 10 euros frais de port inclus.

L’histoire :
« En 1995, Paul passe une petite annonce sous la rubrique « Rencontres » d’un hebdomadaire nancéien ; Catherine répond. Le jeune homme cependant, pour des raisons qu’il ne dévoile pas, ne souhaite pas une rencontre physique avec une femme ; un échange épistolaire semble lui suffire. Pensant le faire bientôt changer d’avis, Catherine accepte sa proposition.
Les lettres se succèdent, le ton évolue, les sentiments s’affirment. Pourtant, Paul refuse toujours une relation amoureuse traditionnelle. Son amour et son désir, c’est sur le papier qu’il les exprime. Catherine se prend au jeu de cette séduction un peu surannée. Aux révélations éparpillées au fil des courriers, Catherine finit par comprendre pourquoi l’homme qu’elle aime ne sera jamais pour elle qu’un amant épistolaire.
Plus qu’un roman d’amour, plus qu’un récit érotique, « Ecrivez-moi… » est un témoignage de notre temps. Sur une année, un homme et une femme vont se parler, se confier et s’aimer sans jamais se voir. »

Pour recevoir ces deux ouvrages, contactez-moi : isabelle.chalumeau@orange.fr

Ce roman dont je suis l’auteur (je signais alors uniquement Zaz) a été publié en 2006, mais il n’a pas pris une ride, car il n’y a rien de plus intemporel qu’une histoire d’amour !

Une pièce montée

Une pièce montée Roman de Blandine LE CALLET

Bérangère et Vincent se marient.
Pour la jeune femme, la fête doit être parfaite. Aussi les moindres détails sont-ils organisés et planifiés longtemps à l’avance. Le plan de table est soigneusement élaboré, une petite trisomique discrètement écartée du cortège d’honneur pour ne pas gâcher les photos, la liste de mariage ouverte dans un grand magasin avec suivi sur Internet des sommes investies par chaque convive !…
Pour le jeune homme, la journée serait plus agréable sans les innombrables invités, le protocole draconien établi par sa fiancé et sa future belle-mère, le curé qu’il a dû aller voir plusieurs fois pour le choix des textes et des chants alors que ni l’un ni l’autre n’est croyant.
Un mariage, chacun a pu en faire l’expérience, est souvent l’occasion de réunir les membres des deux familles, parfois des parents éloignés, des cousins qu’on ne voit sinon jamais, des pièces rapportées dont on aurait aimé qu’elles eussent eu un empêchement, des célibataires que les mariés s’échinent à vouloir caser et qu’ils ont réunis pour la bonne cause à la même table, des enfants énervés qui courent partout et qu’on voudrait voir disparaître.
Au mariage de Bérangère et Vincent, il y a Pauline, une enfant d’une dizaine d’années qui vit la discorde qui règne entre ses parents. Il y a Bertrand, le curé, qui prend soudain conscience de la médiocrité du genre humain. Il y a Madeleine, la grand-mère de la mariée qui détient un bien lourd secret. Il y a Hélène, une tante par alliance de Bérangère et la maman de Pauline. Il y a Marie, la plus excentrique des tantes de Bérangère qui, elle aussi, abrite un petit secret. Il y a Jean-Philippe, un oncle de Bérangère, le vilain petit canard de la famille en raison de son mariage avec une fille d’ouvriers, autrement une mésalliance… Enfin, il y a Damien, un collègue de Bérangère, invité en sa qualité de célibataire, beau gosse et joli parti. Mais lui a bien d’autres projets en tête lors de ce mariage…
Un livre très plaisant, d’apparence légère, mais dans lequel l’auteur a épinglé quelque clichés sur la symbolique du mariage, la marginalité, le handicap, l’homosexualité.
Une lecture que je recommande pour passer un moment agréable.

Le phare

Le phare  Roman de Henri QUEFFELEC

Ce roman relate l’histoire de la construction du phare de la Jument avec, en parallèle, l’histoire d’amour entre un Molénais et une Ouessantine.
Au début du XXe siècle, un généreux donateur parisien, Charles Eugène Potron, lègue une somme considérable pour la construction d’un phare muni d’une lanterne hypermoderne pour l’époque. Une seule condition à ce don : que l’édifice soit terminé en sept années.
L’administration des Phares et Balises, rue du Trocadéro à Paris, avait déjà décidé d’ériger une tourelle sur un écueil situé en mer d’Iroise, à deux km au sud-ouest de l’île d’Ouessant, sur la roche dite Ar Gazec (la jument en breton) dont la réputation d’« enfer » se justifiait en raison des nombreux naufrages dont celui du Drummond Castle, paquebot britannique qui avait coulé en un quart d’heure dans le Passage du Fromveur, à la fin du XIXe siècle, causant la perte de la totalité des 361 personnes embarquées, passagers et membres d’équipage, exceptés trois rescapés.
Evidemment, le don de feu Potron change les plans de l’administration qui décide de construire un beau et grand phare sur cet écueil malgré les difficultés liées au délai très court pour un tel ouvrage.
Le défi est relevé puisque le feu de la Jument s’allume pour la première fois en octobre 1911, exactement sept ans après le fameux legs. Mais à quel prix ? Les ingénieurs et ouvriers doivent en effet se battre contre les éléments car la construction devait être arrêtée durant les mois d’hiver et l’océan en colère a plusieurs fois démoli la base du phare avant que les hommes ne parviennent à construire un édifice qui résiste… Pourtant, dès que le gardien, accompagné d’un ingénieur et d’un cuisinier, prend possession du phare, la crainte d’un éboulement sera quasi constante. Les hommes ne peuvent être ravitaillés et relayés que par la mer, à l’aide d’un treuil ; chaque année, ils sont plusieurs mois à ne voir personne et à vivre sur leurs réserves à cause du mauvais temps. Quand ils sont enfin relevés, les coups de butoir des vagues les ont presque rendus fous. De fait, les craintes des ingénieurs et du directeur de l’Administration des Phares et Balises sont fondées puisque l’ouvrage a dû régulièrement subir des travaux de consolidation jusqu’en 1940.
L’histoire d’amour entre Alain, un gars de Molène, et Françoise, une fille d’Ouessant, n’est qu’un prétexte à la grande histoire de ce phare.
Henri Queffelec, pour moi « le Giono de la mer » a cependant réussi à me captiver. Mais il m’a quand même fallu du temps et de la ténacité pour venir à bout de ce grand roman aride, à l’écriture cependant magnifique.

 

 

Il y a 162 ans…

Il y a 162 ans... dans Souvenons-nous... moby-dickLe 18 octobre 1851, Herman Melville publie à Londres son roman « The Whale » (Le cachalot).
Un mois plus tard, il est publié aux Etats-Unis sous le titre « Moby Dick or the whale ».
L’ouvrage connaîtra un immense succès.

Petite pluie bretonne…

… Zaz griffonne !…
Déjà hier, la météo n’était pas folichonne. Nous en avions profité pour faire les magasins et les achats nécessaires pour garder à niveau voire améliorer le standing de la maison : une grande échelle, des plaques en novopan pour aménager les combles, changer le fer à repasser, racheter des verres, etc.
Alors qu’il pleuvait hier par intermittence, il pleut aujourd’hui sans arrêt depuis très tôt ce matin, une petite pluie droite et froide faite pour durer.
Je vais donc mettre cette journée un peu tristounette à profit pour corriger le manuscrit de mon prochain livre. Je termine actuellement la V3, la V1 étant la première version, soit le premier jet. Monique a déjà effectué une première lecture pour éliminer les incongruités, anachronismes et autres bourdes inévitables quand on écrit, comme moi, par épisodes parfois entrecoupés de plusieurs semaines quand j’ai beaucoup de travail. Puis elle a relu la V2 pour vérifier qu’il ne restait plus de bêtises. Dès la V4, je m’attacherai davantage à la forme et à la profondeur psychologique des personnages.
Le titre, provisoire mais sans doute définitif, est « La confession d’Anna ». L’idée de ce roman m’est venue à la suite d’un fait divers : une femme, abandonnée par sa mère à sa naissance, est assignée par le tribunal à payer la maison de retraite de sa mère indigente. J’ai transposé l’histoire en descendant d’une génération afin de pouvoir me servir de la vie réelle, mais romancée, d’une jeune Ukrainienne déportée en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale puis expatriée en France suite à son mariage avec un jeune soldat prisonnier et travaillant dans la même ferme.
Dans mon histoire, c’est Alexandre, l’arrière-petit-fils, qui s’intéresse à l’histoire de son aïeule et qui fera le siège de la maison de retraite pour rencontrer la vieille dame.

Si tout va bien, le roman devrait paraître début 2014.

Le caveau de famille

Le caveau de famille dans Livres lus le-caveau-de-famille-150x150 Roman de Katarina MAZETTI

C’est la suite du livre à succès « Le mec de la tombe d’à côté ». On retrouve donc les deux personnages principaux : Désirée, bibliothécaire et citadine convaincue, et Benny, paysan et campagnard dans l’âme.
Ils s’étaient rencontrés au cimetière : l’une rendait régulièrement visite à son époux brutalement décédé et l’autre allait fleurir la tombe de sa mère. Malgré leurs différences, ces deux-là étaient tombés amoureux et, à défaut de partager des centres d’intérêt, ils partageaient une véritable passion sexuelle ! À la fin du livre, ils s’étaient néanmoins séparés, aucun des deux ne souhaitant faire un pas vers l’autre. Il faut que dire que pour Benny, avec sa ferme et ses vaches, ce n’était pas du tout évident. Quant à Désirée, dite la Crevette, elle ne se voyait pas en fermière…
Au début du tome deux, on retrouve donc Désirée, titillée par son désir d’enfant. Et comme géniteur, elle ne voit pas un autre homme que… Benny ! Le fermier entretemps s’est résolu à se mettre en ménage avec sa cousine Anita… dont il n’est pas amoureux mais qui se montre à la ferme et dans la maison d’une efficacité convaincante.
Désirée propose donc un marché à Benny : ils feront trois essais et si elle ne parvient pas à tomber enceinte, elle disparaîtra à tout jamais de son existence. Alors quand le test s’avère positif, Benny donne congé à sa cousine
sans grand remords et accueille celle qu’il a toujours surnommée « la crevette » ! Et Désirée saute le pas : elle vend son appartement et emménage dans la ferme ! Elle ne quitte toutefois pas son emploi…
Après un premier fils naît à peine un an plus tard un deuxième, puis… Désirée est plus féconde que la meilleure vache reproductrice de Benny !
L’effet de surprise du premier roman n’agit bien sûr pas dans le deuxième ! L’histoire est plus conventionnelle et l’humour un peu moins efficace. Mais on passe quand même un bon moment !

Le secret de Diane

Le secret de Diane dans Livres lus le-secret-de-diane-125x150  Roman de Jean-Robert LEPAN

Diane surprend Roger, son petit ami, dans les bras de sa meilleure amie. La rupture lui coûte, mais elle décide de tirer un trait sur les deux indélicats.

Afin de pouvoir payer seule le loyer de l’appartement, elle décide de répondre à une petite annonce : transcrire des cassettes audio. Secrétaire médicale, ce boulot est dans ses cordes. Elle se rend donc à l’adresse indiquée, un manoir dans la grande banlieue de Namur. Une baronne âgée la reçoit, lui indique le rythme des retranscriptions et le montant de la rémunération. Le travail est très bien payé et Diane accepte volontiers cette
mission. Le majordome la raccompagne à la porte et le chauffeur, un monsieur tout en muscles à la mine patibulaire, la reconduit jusque chez elle.

Très vite, elle se prend d’affection pour le narrateur, un certain Max. Représentant, il parle dans un dictaphone durant ses nombreux trajets et confie à l’appareil tous ses faits et gestes et autres états d’âme. Lorsque Diane ose demander à la baronne qui est Max, elle se heurte à un violent refus de répondre.

Suite à un accident de voiture – elle pulvérise l’auto empruntée par son ex – elle effectue sa convalescence au manoir et peut ainsi transcrire les cassettes à un rythme plus soutenu. Par ailleurs, elle se lie d’amitié avec le majordome Fernand et la cuisinière Anna. Mais un jour, après la retranscription très courte d’un accès de colère de la part de Max vis-à-vis du dictaphone qu’il a surnommé Hélène pour plus de commodité, la baronne met brutalement fin à la mission de Diane. Celle-ci accepte très mal cette décision car elle veut découvrir qui est Max et ce qu’il est devenu. Devant le refus inflexible de la baronne, elle tombe dans la déprime.

C’est alors que Roger refait surface et l’aide à remonter la pente. Puis il lui propose de l’aider à s’introduire dans le manoir pour récupérer les autres cassettes et ainsi connaître la vérité sur Max. Roger, petit escroc minable, a d’autres  desseins en tête. Mais Diane accepte. Cependant Georges, le chauffeur et garde du corps de la baronne, veille sur sa patronne.

Qui donc est Max et quel est son lien avec la baronne ?

Un livre dans lequel j’ai eu beaucoup de mal à entrer et dont la fin m’a déçue. Quant à l’écriture… trop moderne à mon goût.

Le Montespan

Le Montespan dans Livres lus le-montespan-150x150 Roman de Jean TEULE

Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan, et Françoise de Rochechouart de Mortemart s’épousent par amour. Entre eux, c’est l’entente cordiale sur tous les plans et une véritable passion amoureuse qui ne faiblit pas après la naissance de leur premier enfant, Marie-Christine, puis bientôt d’un deuxième, Louis-Antoine.
Louis-Henri n’est pas riche et Françoise, qui se fait appeler Athénaïs, rêve de robes somptueuses, d’une demeure autrement plus grande et confortable que le petit appartement qu’ils louvent à Paris, d’une ribambelle de domestiques en plus de la cuisinière et de sa fille. Pour tenter d’être admise à la Cour, ce dont le marquis se moque royalement, elle fréquente les gens bien en vue. Alors le jour où le roi, Louis XIV, la remarque, elle ne cache pas sa joie. Et Louis-Henri est heureux pour elle, même s’il doit accepter de la voir de moins en moins. Jusqu’au jour où il apprend qu’il est cocu ! Françoise l’avait pourtant prévenu, mais il n’avait pas prêté attention à ses propos tant il lui semblait impossible qu’elle pût lui être infidèle. Mais comment aurait-elle pu résister au monarque tout-puissant s’il ne voulait pas l’éloigner de Versailles ?
Partout où il va, Montespan est félicité. En effet, le rang de favorite de son épouse lui assure un confort et des richesses insoupçonnés. Le marquis cependant ne veut rien, sauf le retour de son épouse qu’il aime comme un fou. Il rejette toutes les propositions royales, tous les trésors, tous les avantages, tous les privilèges. Il va même jusqu’à crier haut et fort son mépris pour le roi qui s’approprient la femme des autres. Pour que chacun sache son infortune, il fait orner son carrosse de gigantesques cornes de cerf ! Françoise cependant ne revient pas. Et il fait tant de tapage qu’il doit fuir Paris et se réfugier dans son château en Gascogne avec ses deux enfants. Puis il devra s’exiler en Espagne.
Le récit est intéressant et le marquis franchement attachant ; le seul personnage honnête et sympathique du roman. Sa rébellion face au puissant Louis XIV et son amour à toute épreuve forcent l’admiration et le respect.
En revanche, comme dans « Fleur de Tonnerre », la plume de Jean Teulé m’a déplu. Certains passages sont très crus et, à mon avis, inutilement grossiers.

Dans les pas d’Ariane

Dans les pas d'Ariane dans Livres lus dans-les-pas-dariane-150x150 Roman de Françoise BOURDIN

C’est la suite de « Le testament d’Ariane ».
Anne Nogaro est la seule héritière de la maison familiale, une bastide au milieu d’une forêt de pins dans les Landes, à proximité de l’océan, et d’une grosse sommes d’argent pour pouvoir payer les droits de succession. Sa tante Ariane avait tout prévu pour que sa nièce préférée, la seule de la famille à lui avoir témoigné de l’affection, puisse garder la maison.
Cet héritage inattendu a divisé la famille d’Anne : ses parents et sa sœur aînée lui en veulent de ne pas vouloir vendre et partager l’argent ; ses deux frères sont heureux pour elle et l’aident à aménager la bastide. Et c’est aussi son couple qui vole en éclats. En effet, Paul refuse d’aller habiter la bastide. Ce désaccord creuse une faille car dans le refus de Paul, Anne y voit surtout un rejet, celui de ne pas vouloir l’épanouissement de son épouse qui a jusqu’à présent consacré son existence à son mari et à son fils. Chacun campe sur ses positions et, progressivement, le couple part à la dérive, d’autant qu’Anne se sent de plus en plus chez elle, dans sa bastide. Alors quand Jérôme, son petit frère que toute la famille tient pour un raté car il n’a effectivement rien accompli jusqu’à présent, lui propose de l’aider à aménager des pièces en chambres d’hôtes, Anne accepte de tenter l’aventure pour rentabiliser la maison et lui permettre ainsi de la garder. Alors que le divorce est prononcé, le deuxième cahier constituant le journal d’Ariane vient troubler la jeune femme. Le premier, déjà, donnait un éclairage peu flatteur sur ses parents ; les révélations qu’elle découvre dans le second vont encore un peu plus la perturber. Anne Nogaro parviendra-t-elle à marcher dans les pas d’Ariane pour vivre selon ses choix en faisant fi de l’opinion de ses proches ?
Malgré un début un peu laborieux car redondant par rapport au premier tome, ce second opus est à la hauteur du premier et on dévore l’histoire jusqu’à la dernière page.

 

Le testament d’Ariane

Le testament d'Ariane dans Livres lus le-testament-d-ariane-150x150Roman de Françoise BOURDIN

Dans les Landes, une vieille dame s’apprête à faire son testament. Ariane Nogaro, descendante d’une grande famille d’exploitants résiniers, a vécu douloureusement la ruine de son père et la vente de la propriété familiale. Elle avait alors dix-huit ans et s’était juré de racheter la maison. Elle s’y emploiera durant toute sa vie, avec la seule arme dont elle dispose : la séduction. Une fois de nouveau propriétaire de sa chère bastide, elle invite son jeune frère Gauthier avec son épouse Estelle et leurs quatre enfants, deux garçons et deux filles. Mais Gauthier n’a jamais aimé cette grande bâtisse perdue au milieu de la forêt proche de l’océan. La seule qui semble sensible à la beauté et l’élégance de la bastide et des objets qu’elle recèle est Anne. Elle est aussi la seule à avoir toujours montré de l’affection envers sa tante qui passe pour une folle auprès des autres membres de la famille. Aussi Ariane a-t-elle décidé de faire de cette nièce son unique héritière.
Anne vit alors avec son mari, vétérinaire associé dans un village à l’intérieur des terres, Castets, à une vingtaine de kilomètres de Dax, et leur fils unique Léonard. Afin de concilier vie professionnelle et vie familiale, Anne a repris à mi-temps et à domicile une activité de comptable indépendant. Régulièrement, elle rend visite à sa tante qu’elle apprécie pour son originalité et son humour. Anne ne s’interroge guère sur son existence ; elle aime son mari et il lui a paru normal de l’aider à réaliser ses projets : investir dans une clinique vétérinaire et construire un petit pavillon.
Lorsqu’elle se retrouve seule héritière de la bastide des Nogaro avec un petit pécule en prime pour pouvoir s’acquitter des droits de succession, Anne ne se doute pas des conséquences désastreuses du testament d’Ariane. Car elle va devoir affronter la jalousie et la rancœur dès lors qu’elle décide de garder la bastide au lieu de la vendre comme chacun s’y attend. La famille se divise alors en deux camps…
Une belle histoire familiale en deux tomes pour un très agréable moment de lecture.

Si c’était à refaire

Si c'était à refaire dans Livres lus si-cetait-a-refaire-150x150  Roman de Marc LEVY

Andrew Stilmann est reporter au New York Times. Célibataire endurci comme son ami Simon, il retrouve un soir un amour d’adolescence. C’est le coup de foudre ! Valérie, vétérinaire pour la police montée de New York, rompt avec son petit ami et les deux jeunes gens filent le parfait amour, tantôt chez lui tantôt chez elle.
Quelques jours avant son mariage, dans un bar où il enterre sa vie de garçon avec Simon, il rencontre une femme mystérieuse dont il tombe éperdument amoureux. Toujours amoureux de sa fiancée, il lutte contre cette attirance dont il se doute qu’elle sera dévastatrice. La tête ailleurs, il épouse Valérie. Mais au moment de lui faire l’amour, il réalise qu’il ne pourra pas ; il ne s’agit pas d’une simple panne sexuelle. Le soir de ses noces, il quitte donc sa femme et se plonge dans la préparation de son second voyage en Argentine. Car après avoir dénoncé un trafic de nourrissons en Chine, il est maintenant sur la piste de criminels de guerre du temps de la dictature où des bébés avaient été enlevés à leurs parents opposants au régime. Il est sur la piste d’un ancien commandant de l’armée argentine, pilote d’avion accusé d’avoir largué à la mer des dissidents morts sous la torture et parfois même encore vivants. Ce grand reportage pourrait lui valoir les prestigieux Prix Pulitzer.
Un matin de bonne heure, alors qu’il fait son jogging quotidien, Andrew est soudain frappé dans le dos. Sous le choc de la douleur fulgurante, il tombe à terre et perd connaissance. Quand il revient à lui, il réalise qu’il a fait un bon de deux mois dans le passé. Il dispose donc de ces huit semaines pour tenter de débusquer son agresseur et changer le cours du destin.
Un roman agréable à lire. Contrairement à l’accroche racoleuse de la quatrième de couverture, la fin du récit ne m’a pas coupé le souffle, mais j’ai passé un bon moment de lecture.

Jeux de dupes

Jeux de dupes dans Livres lus jeux-de-dupes-150x150 Roman de NICCI FRENCH

Samantha Laschen est médecin psychiatre spécialisée dans le traitement du stress post traumatique.
Maman d’une petite fille de quatre ans dont le père s’est donné la mort par pendaison, elle entretient depuis quelque temps une liaison un peu difficile avec Dany, un artisan qui a du mal à trouver sa place. Sur un coup de tête et contre l’avis de Dany, Sam décide de quitter Londres pour venir habiter à la campagne avec sa petite fille, Elsie.
Alors qu’elle n’a pas encore pris ses fonctions à l’hôpital de Stamford, on lui demande d’héberger une jeune fille de dix-huit ans dont les parents ont été sauvagement assassinés ; elle-même n’a survécu à ses blessures que par miracle. Samantha commence par refuser, mais pressée à la fois par son supérieur et la police, elle accepte et accueille Fiona Mackenzie. D’emblée, Elsie s’entend à merveille avec Finn et Sam baisse la garde. Le comportement de la jeune fille est en tous points conforme à celui des victimes de violences physiques et psychiques et Samantha ne se méfie ni de la jeune fille, ni de son médecin traitant ni des policiers qui veulent classer l’affaire après avoir été amenés sur une fausse piste.
Lorsque son amant et la jeune fille disparaissent ensemble, pour apparemment vivre leur amour passionnel, Samantha peine à croire Dany capable d’une telle trahison. Puis le couple de fuyards est retrouvé dans une voiture, leurs corps entièrement carbonisés dans la carcasse de l’automobile qui a mystérieusement pris feu. La thèse est celle du suicide ; les deux amants n’auraient pas supporté le mal qu’ils faisaient à Samantha. Mais lorsqu’elle découvre que Fiona a rédigé un testament en la faveur exclusive de son médecin traitant, le Docteur Michael Daley, qui deviendrait du jour au lendemain multimilliardaire, le doute s’incruste. Lorsque celui-ci l’invite à une sortie en mer sur son bateau, Sam accepte en se préparant au pire. Au cours de cette virée, elle apprend au péril de sa vie une partie de la vérité. Mais qui est vraiment Fiona Mackenzie ?
Pas le meilleur roman de Nicci French, mais agréable quand même.

Une affaire conjugale

Une affaire conjugale dans Livres lus Une-affaire-conjugale-150x150Roman de Eliette ABECASSIS

Jérôme, dirigeant d’une start up, et Agathe, parolière, sont mariés depuis huit ans et sont parents de jumeaux. Après la phase de l’amour fou est venue celle de la parentalité et bien vite, celle de l’éloignement. Jérôme est de plus en plus absent, des voyages qu’il prétend liés à son activité professionnelle. Agathe, qui assume seule l’éducation de leurs enfants, travaille de moins en moins.
Au milieu de la nuit, alors que son mari est en voyage d’affaires, elle reçoit un appel de sa part. Mais rapidement, elle se rend compte qu’il s’agit d’un appel involontaire ; c’est bien son mari qui l’appelle de son téléphone portable, mais l’appel est effectué à son insu, à la suite d’un faux mouvement. Jérôme est apparemment dans la rue en compagnie de joyeux lurons à qui il raconte ne plus supporter sa femme. Abasourdie, Agathe décide de crocheter la porte du bureau de Jérôme qu’il ferme chaque jour à clef… Ce qu’elle découvre la laisse sans voix : au milieu d’un désordre indescriptible (vêtements sales, cendriers pleins, bouteilles vides, etc.), l’ordinateur la nargue. Elle s’assied et tombe sur une page Facebook ; c’est celle de son mari et elle découvre ses prouesses amoureuses dont il se vante sur Internet. Apparemment, il va même jusqu’à la tromper sur le canapé de leur propre salon ! Puis elle découvre qu’il visite des sites de rencontres.
Sans tergiverser, elle décide de divorcer. Commence alors une guerre des nerfs car le mari indifférent depuis des années à l’éducation des enfants va se transformer en papa poule pour demander la garde alternée, seul moyen de blesser encore son épouse.
Par avocats, détectives, psychologues et juges interposés, les deux époux vont s’écharper comme des chiffonniers et les jumeaux vont devenir leur monnaie d’échange.
On suit toute la procédure du divorce et l’évolution des deux protagonistes. C’est à la fois banal et passionnant.
Ecrit dans un style très moderne, les récalcitrants à la technologie actuelle risquent de se sentir un peu largués car il est beaucoup question de Facebook, Outlook, Google, etc.

Mes amies, mes amours, mais encore ?

Mes amies, mes amours, mais encore ? dans Livres lus Mes-amies-mes-amours-mais-encore-150x150   Roman de Agathe HOCHBERG

Il y a trois copines, Jeanne, Natacha et Violette. Toutes les trois sont mariées et deux ont des enfants ; seule Natacha tente en vain de procréer. Ce qu’elles ont en commun, en revanche, est la muflerie de leurs maris ! Tous trois ont tôt fait d’assassiner ce « crétin » de Prince charmant qu’ils incarnaient au début de leur relation. Ils ne s’intéressent plus à leurs épouses et ne se rendent même pas compte de leurs souffrances, de leurs envies, voire tout simplement de leur existence.
Victor offre à son épouse, pour son trente-cinquième anniversaire, une soirée déguisement obligatoire. Il lui a acheté le parfait costume de Julia Robert dans « Pretty woman » : un fantasme pour celui qui porte le masque de Richard Geere !
Philippe se plie aux exigences de la procréation par FIV (fécondation in vitro) sans vouloir rien savoir de ce que sa femme endure, avant, pendant et surtout après chaque intervention ratée. Natacha consulte un psy pour essayer de garder la tête haute.
Violette, biologiste et femme de biologiste, a accepté de mettre sa carrière au ralenti pour favoriser l’avancement de son époux. Et le mufle ne se rend même pas compte qu’il usurpe le talent de sa femme. Alors la jeune mère d’une fillette de quatre ans met toute son énergie à éduquer sa fille, en essayant de ne pas reproduire le modèle parental, décontenancée devant la maturité et l’assurance de la gamine qui se montre volontiers odieuse.
Comment continuer à supporter cela ? En se lançant dans un business ? En prenant un amant ? En quittant son mari ? Les trois amies vont vivre chacune une tempête !
Un livre très plaisant à lire, dans la lignée du « Journal de Bridget Jones ». Aussi truculent et tendre à la fois avec des portraits d’hommes un peu caricaturés. Quoique…
A emmener en vacances, pour lire sur la plage.

 

Le parapluie noir

Le parapluie noir dans Livres lus Le-parapluie-noir-150x150    Roman de Simone DEZAVELLE

Alors que le ciel est d’un bleu parfait, un homme dans la rue ouvre son grand parapluie noir avant de se raviser. Une jeune femme le remarque et, obéissant à une impulsion, suit l’inconnu, intriguée par son étrange comportement. Puis elle le perd de vue avant de le retrouver, comme par hasard. Mais est-ce vraiment un hasard ?
Cette jeune femme ne travaille pas ; elle est en invalidité suite à un très grave accident de la circulation qui a failli lui coûter la vie et qui lui a ravi son fiancé, à quelques jours seulement de leur mariage. Elle a passé de longs mois dans le coma avant de revenir à la vie. Puis elle a mis toute son énergie à se reconstruire, à réapprendre à marcher et à effectuer tous les gestes de la vie quotidienne qui paraissent tellement anodins dans leur évidence naturelle et qui deviennent une somme d’efforts à la limite du surhumain quand un évènement nous ôte brutalement l’usage de nos facultés, physiques ou intellectuelles.
Outre l’intérêt qu’elle porte à cet inconnu qu’elle a décidé d’appeler Raphaël pour lui donner plus de consistance, elle doit tourner toute son attention à son prochain déménagement suite à la décision de son propriétaire de récupérer l’appartement qu’elle occupe. Dans sa décision de trouver un nouveau logement dans le même quartier, l’inconnu n’est pas étranger. Ses sentiments à son égard sont contradictoires : elle désire et craint à la fois de le rencontrer.
Et puis un jour, elle reçoit un bouquet de fleurs anonyme ; elle ne doute pas de son expéditeur. Cet homme occupe de plus en plus ses pensées. Simultanément, les cauchemars la hantent régulièrement, lui faisant non seulement revivre le terrible accident, mais lui révélant des bribes de conversation avec l’équipe de secours.
Alors qu’elle pensait avoir perdu Raphaël, le voilà qui réapparaît avec à la main l’écharpe qu’elle portait, ce fameux jour où sa vie a basculé, et qu’elle croyait perdue. Mais qui est donc cet homme ?
Un livre autoédité très bien écrit, que l’on découvre en quelques heures.

Il y a 181 ans…

Il y a 181 ans... dans Souvenons-nous... hugo_notre_dame1213
Le 15 mars 1831 paraît « Notre-Dame de Paris », premier roman historique que Victor Hugo publie à l’âge de 29 ans. Dès sa sortie en librairie, l’ouvrage connaît un immense succès. Le public apprécie l’univers du Moyen-Âge recréé à la perfection par le jeune auteur.

Malou

Malou dans Mes publications 1ere-de-couverture-210x300
Roman autoédité en 2010
Tome 2 d’une saga familiale en Lorraine intitulée « Colin-Maillard »
De 1930 à 1950
Format 14×20 cm
286 pages
Couverture cartonnée pelliculée
Dos carré collé
Prix : 13 euros

12



djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_