Archive pour le Tag 'Lévy'

Un sentiment plus fort que la peur

un-sentiment-plus-fort-que-la-peur Roman de Marc LEVY

Suzie Baker, jeune Américaine, s’est mise en tête de devenir alpiniste aguerrie, non pour son plaisir mais pour se rendre dans une crevasse du Mont Blanc au fond de laquelle git un avion depuis plusieurs décennies. Dans la carlingue de l’appareil se trouve probablement la preuve de l’innocence de sa grand-mère qu’elle n’a pas connue, accusée de haute trahison envers son pays. Dans l’expédition périlleuse, elle trouve effectivement ce qu’elle cherche, mais elle perd aussi son compagnon, Shamir, guide indien qui sacrifie sa vie au profit de celle de Suzie.
Cet acte d’amour, loin d’anéantir la jeune femme, va au contraire la galvaniser pour faire toute la lumière sur cette affaire et rendre ainsi justice à sa famille.
Pour l’aider dans cette quête, elle jette son dévolu sur Andrew Stilman, grand reporter au New York Times. L’homme traverse une période difficile : il a stupidement perdu l’amour de sa femme et a miraculeusement survécu à une tentative d’assassinat. Pour oublier et parvenir à survivre sans celle qu’il aime toujours, il puise dans la bouteille…
Suzie Baker parvient à éveiller la curiosité du talentueux reporter qui tombe sous son charme et dans le piège qu’elle lui tend pour l’inciter à mener une enquête, sans jamais réussir à l’apprivoiser complètement. Mais le veut-il seulement ?
Les deux jeunes gens, à la fois fragiles suite aux mauvais coups du sort et forts face à l’adversité, vont faire équipe pour mener une enquête qui va les conduire vers un secret d’Etat le mieux gardé de tous les temps et dont la divulgation entraînerait la chute d’un nombre considérable de personnages les plus haut placés.
Personnellement, je n’ai pas été séduite par cette histoire d’espionnage. Je n’ai pas réussi à m’enthousiasmer pour le sujet développé et les personnages, au demeurant fort sympathiques, ne m’ont quand même pas fait vibrer.
Je pense que je suis nostalgique du Marc Lévy du début, quand il surprenait ses lecteurs avec son premier livre Et si c’était vrai…
Mais je suppose que ses fans trouveront du plaisir à découvrir ce roman sur la plage…

Une autre idée du bonheur

Une autre idée du bonheurRoman de Marc LEVY

Milly Greenberg vit à Philadelphie, à des milliers de kilomètres du Nouveau-Mexique où elle a grandi. Elle travaille comme assistante au service juridique de l’université où elle a fait ses études et vit aux côtés de Frank, son compagnon, et de Jo, son meilleur ami, une existence paisible et sans surprise. Mais son destin va basculer le jour où elle rencontre Agatha.
De sa peine de trente-cinq ans de prison, Agatha a déjà purgé trente ans lorsqu’elle s’évade. Son plan, longuement, minutieusement et solitairement mis au point, fonctionne à merveille. Armée d’un petit révolver, elle s’introduit dans la vieille voiture mythique de Milly, héritée de sa grand-mère et dont elle prend le plus grand soin. Sous la contrainte de l’arme, la jeune femme s’exécute et prend le volant pour conduire la fugitive à San Francisco, à l’extrême opposé sur la carte, soit plus de quatre mille cinq cents kilomètres !
Mais très vite, les deux femmes vont sympathiser et devenir complices, malgré leurs caractères bien trempés. Sur l’insistance de Milly, Agatha lui livre quelques bribes de son histoire. Dans sa jeunesse, aux côtés de sa sœur aînée qu’elle adulait, elle a intégré un groupe de jeunes révoltés qui n’acceptaient le monde qu’on leur proposait. Ils voulaient lutter contre la guerre du Vietnam, les inégalités sociales et le racisme d’Etat. Au nom de la liberté et de la justice, ils ont mené des combats et des actions criminelles qui ont conduit Agatha en prison, seule du groupe à être tombée dans les filets de la police…
Milly très vite découvre que sa passagère n’est pas seulement en cavale ; elle veut surtout contacter ses anciens amis, en tout cas celles et ceux qui sont encore vivants. Sa propre sœur est décédée il y a quelques années. A chaque étape, Milly en apprend un peu plus sur Agatha qui lui devient chaque jour plus sympathique. Mais il lui faudra attendre le cinquième jour de cette course contre la montre – Milly apprend que la police est à leurs trousses – pour connaître le secret d’Agatha dont l’existence est liée à la sienne.
Un roman sympa, facile à lire. Un bon livre de vacances avec une happy end et une bonne petite morale, comme souvent chez Marc Lévy…

Si c’était à refaire

Si c'était à refaire dans Livres lus si-cetait-a-refaire-150x150  Roman de Marc LEVY

Andrew Stilmann est reporter au New York Times. Célibataire endurci comme son ami Simon, il retrouve un soir un amour d’adolescence. C’est le coup de foudre ! Valérie, vétérinaire pour la police montée de New York, rompt avec son petit ami et les deux jeunes gens filent le parfait amour, tantôt chez lui tantôt chez elle.
Quelques jours avant son mariage, dans un bar où il enterre sa vie de garçon avec Simon, il rencontre une femme mystérieuse dont il tombe éperdument amoureux. Toujours amoureux de sa fiancée, il lutte contre cette attirance dont il se doute qu’elle sera dévastatrice. La tête ailleurs, il épouse Valérie. Mais au moment de lui faire l’amour, il réalise qu’il ne pourra pas ; il ne s’agit pas d’une simple panne sexuelle. Le soir de ses noces, il quitte donc sa femme et se plonge dans la préparation de son second voyage en Argentine. Car après avoir dénoncé un trafic de nourrissons en Chine, il est maintenant sur la piste de criminels de guerre du temps de la dictature où des bébés avaient été enlevés à leurs parents opposants au régime. Il est sur la piste d’un ancien commandant de l’armée argentine, pilote d’avion accusé d’avoir largué à la mer des dissidents morts sous la torture et parfois même encore vivants. Ce grand reportage pourrait lui valoir les prestigieux Prix Pulitzer.
Un matin de bonne heure, alors qu’il fait son jogging quotidien, Andrew est soudain frappé dans le dos. Sous le choc de la douleur fulgurante, il tombe à terre et perd connaissance. Quand il revient à lui, il réalise qu’il a fait un bon de deux mois dans le passé. Il dispose donc de ces huit semaines pour tenter de débusquer son agresseur et changer le cours du destin.
Un roman agréable à lire. Contrairement à l’accroche racoleuse de la quatrième de couverture, la fin du récit ne m’a pas coupé le souffle, mais j’ai passé un bon moment de lecture.




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_