Archive pour le Tag 'homme'

Il y a 34 ans…

man-of-the-year-1982-med27Le 26 décembre 1982, « l’homme de l’année » est un ordinateur.
Pour la première fois, le magazine TIME n’a pas sélectionné un humain, mais un ordinateur pour avoir la plus grande influence sur « le bien ou le mal à venir »…

Il y a 149 ans…

Wells_pre_1922Le 21 septembre 1866 naît Herbert George Wells, écrivain britannique, mais aussi journaliste, sociologue et historien.
Il est notamment l’auteur de « La Guerre des Mondes » et « L’homme invisible ».
Il décède en 1946.

 

Le coeur de l’homme

Le coeur de l'homme Roman de Jon Kalman Stefánsson

« Le cœur de l’homme » clôt la trilogie de l’auteur islandais.
Jens, le postier, et celui qu’on n’appelle pas autrement que « le gamin », ont failli ne pas sortir vivants du long périple à travers l’Islande qui nous avait occupés tout au long du tome 2. Chargés du cadavre d’une femme enfermé dans un mauvais cercueil, ils s’étaient égarés dans la tempête de neige et avaient chuté sur le toit de la maison du médecin du village, la destination de leur voyage. Et le gamin était reparti, foudroyé par l’amour d’une jeune fille-mère dont la chevelure flamboyante hante dès lors ses nuits.
Il poursuit cependant son apprentissage de l’anglais et la découverte des grands poètes. Après avoir échappé à la triste existence de pêcher grâce à la mort de son meilleur ami, il croit encore pouvoir aspirer à une autre vie où les livres remplaceraient les poissons.
Cependant, l’infortune qui s’abat sur sa bienfaitrice, qui l’héberge et lui procure l’éducation dont il rêve, le met devant un cruel dilemme : essayer coûte que coûte de suivre le chemin qu’il s’était tracé ou revenir en arrière, vers la belle aux cheveux roux.
Comme les deux premiers tomes, le récit est très lent et très long. Certes c’est merveilleusement bien écrit, mais j’avoue m’être parfois ennuyée… Sans parler du handicap de la langue islandaise ! J’ai souvent mélangé les noms de personnages et de lieux et cet obstacle des noms imprononçables impossibles à retenir n’a pas été étranger à ma difficulté à arriver au terme de cet histoire !…

Il y a 205 ans…

darwin-180x30018Le 12 février 1809 naît Charles Darwin, naturaliste britannique.
Considéré comme l’un des biologistes les plus importants de l’histoire des sciences, il demeure, pour les scientifiques, l’auteur ayant pour la première fois démontré la réalité de l’évolution des espèces et, pour le grand public, le père de la théorie selon laquelle «l’homme descend du singe».
Sur le plan philosophique, la portée de son oeuvre a été immense, car elle a constitué une véritable révolution dans la conception de la place de l’homme dans l’Univers.

evolution_darwinhomo21

Si c’est un homme

Si c'est un homme dans Livres lus si-cest-un-homme-150x150Témoignage de Primo Levi

Fin 1943, Primo Levi, chimiste italien, de religion juive, est arrêté et déporté à Auschwitz. Il a vingt-quatre ans. Après avoir subi les lois raciales du régime fasciste de Mussolini, il découvre l’horreur des camps de concentration allemands. Pendant un peu plus d’un an, jusqu’à l’arrivée des Russes en janvier 1945 qui libéreront le camp, il va tenter de survivre aux conditions extrêmes de détention. Parqués dans des baraques, sur des couchettes en bois où souvent deux prisonniers se partagent un méchant matelas et une mince couverture, ils doivent affronter la faim, le froid et un labeur digne des travaux forcés.
Confronté à la promiscuité, le jeune homme devra surmonter l’effroi matinal en découvrant des camarades de chambrée morts pendant la nuit, déjà raidis par le froid. Il apprend à se battre pour sa survie, à surveiller ses quelques effets pour ne pas se les faire voler par ses codétenus, à courber l’échine sous les coups et les humiliations des petits chefs parfois plus zélés que les SS eux-mêmes. Il est témoin des sélections périodiques pour séparer les malades des mieux-portants sur un simple signe du « médecin » qui décide en une seconde, sans le moindre examen, qui peut continuer à espérer vivre et qui sera conduit vers les chambres à gaz. Il assiste aux pendaisons publiques pour l’exemple, il piétine dans la neige, pendant des heures d’un appel interminable.
Primo Levi n’avait pas d’aptitudes particulières pour survivre à un tel cauchemar. Il doit sa survie à la chance, celle de n’avoir pas été désigné pour alimenter le four crématoire, celle d’avoir été choisi parmi d’autres chimistes pour travailler, vers la fin de sa détention, dans un laboratoire chauffé, et celle d’être tombé malade à la toute fin de la guerre, quand les Allemands désertaient les camps pour tenter d’échapper aux Alliés.
Durant cette année de détention, Primo Levi a beaucoup observé, avec un certain détachement semble-t-il, pour tout raconter à son retour, sans haine ni jugement. Si le livre a été écrit dès 1947 dans une certaine urgence, il n’a été publié que plus de dix ans plus tard, tant ce témoignage, si tôt après la fin de la guerre, paraissait irracontable.

Un homme à distance

Un homme à distance dans Livres lus un-homme-a-distance-150x150 Roman de Katherine PANCOL

Kay Bartholdi est libraire à Fécamp. Un jour, son assistante lui fait part de la visite d’un homme, un Américain, qui a laissé une commande importante de livres à envoyer à l’adresse qu’il a indiquée. Kay lui envoie le colis avec un petit mot ; Jonathan Shields lui répond. Une correspondance se développe entre les deux personnages et évolue au gré de leurs lectures qui entraînent des confidences. Mais la jeune femme se méfie car elle a vécu un grand chagrin d’amour et ne veut en aucun cas retomber dans les filets de l’amour, étrangement lié à la souffrance dans son esprit. Mais lorsque Nathalie, son assistante, lui révèle que le monsieur en question a l’âge d’être son père, voire de son grand-père, Kay se détend et se livre un peu.
Leur correspondance suit leurs humeurs ; ils se disputent parfois, l’un et l’autre jaloux des sentiments de l’autre. Jonathan parfois est maladroit dans les mots qu’il écrit et Kay immédiatement se rétracte, imitant l’huitre dans sa coquille. L’Américain alors ne sait comment se faire pardonner et déploie des trésors de style pour toucher le cœur de la Française. Leur relation épistolaire est d’ailleurs essentiellement basée sur les livres qu’ils se conseillent mutuellement et chacun semble dévoiler la personnalité et le vécu du lecteur, éclairant l’autre un peu plus sur son histoire et son passé. Les révélations sont d’ailleurs parfois très troublantes, au point que Kay se demande qui donc est véritablement Jonathan Shields, cet homme qui semble trop bien la connaître…
Une très belle histoire qui se lit en quelques heures. Une fois le livre ouvert, on ne le referme plus avant d’avoir lu la dernière ligne.
Ayant écrit moi-même un roman épistolaire il y a quelques années, le livre m’intéressait d’emblée et j’étais curieuse de savoir comment un autre auteur avait traité le sujet. Je n’ai pas été déçue.
C’est un très grand petit livre, à découvrir absolument ! 

Un homme d’Ouessant

Un homme d'Ouessant dans Livres lus un-homme-douessant-150x150  Roman de Henri QUEFFELEC

Laurent Brenterch, natif d’Ouessant, petite île bretonne au nord-ouest du Conquet, à une vingtaine de kilomètres du continent, est revenu d’Amérique où il a combattu avec d’autres Ouessantins dans la guerre d’Indépendance. Nous sommes en effet un peu avant la Révolution et les « Américains », comme on appelait ceux partis se battre de l’autre côté de l’océan, bénéficient d’un certain prestige. Mais Laurent, surnommé Miserere, soucieux de faire découvrir les bienfaits de la pomme de terre à ces concitoyens en plantant son propre jardin, est cependant désavoué par le recteur de l’île. En effet, célibataire endurci, l’homme repousse Françoise Méar, veuve et mère de trois jeunes enfants.
En raison des naufrages, l’île d’Ouessant, comme toutes les autres îles, a une forte population féminine : de nombreuses veuves bien sûr, plus ou moins jeunes, et des filles en attente de mariage. Laurent Brenterch, homme courageux, fort et intelligent, est donc très convoité depuis son retour. Son attitude hostile au mariage, que ces compagnons risquent d’imiter pour plaire à leur chef, risque de mettre en danger l’équilibre démographique de l’île. Aussi Monsieur Hamon, le recteur de l’île, se voit-il contraint à excommunier ce paroissien rétif pour frapper les esprits et faire réfléchir les hommes en âge de repeupler cette terre.
Outre sa résistance à une vie matrimoniale, Laurent Brenterch incarne le désir du changement et d’amélioration des conditions de vie des îliens ; en même temps, cette tendance à la modernité se heurte à la tradition du pillage des bateaux naufragés.

Autant « Un recteur de l’île de Sein » m’avait ennuyée, autant la lecture de ce roman m’a intéressée – non pas passionnée mais presque – par le personnage central tout en contraste que plante l’auteur dans un décor grandiose où l’on entend les vagues se briser sur les falaises.
L’écriture est belle, les formulations parfois un peu complexes et l’histoire très éloignée de nos réalités, mais le roman est intéressant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chien, décidément meilleur ami de l’homme !

Le chien, décidément meilleur ami de l'homme ! dans Coupures de presse er0561




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_