Archive pour le Tag 'Ferry'

Il y a 133 ans…

tricycleLe 28 juillet 1883, un Britannique, Mr Ferry (cela ne s’invente pas !), traverse la Manche sur un tricycle adapté par ses soins.
Parti de Dover à 9h, il rejoint Calais entre huit et douze heures plus tard, selon les sources.

Il y a 100 ans…

SussexLe 24 mars 1916, le Sussex, un ferry trans-Manche, est torpillé par un U-boot.
Bateau à vapeur construit en Grande-Bretagne, il est racheté par la Société nationale des chemins de fer français en 1914.
Alors qu’il assure la liaison entre Folkestone et Dieppe, il est gravement touché par un sous-marin allemand. En dépit de la destruction totale de l’avant du bateau, il parvient à se maintenir à flot et un remorqueur l’emmène jusqu’à Boulogne.
Une cinquantaine de personnes moururent dans cette attaque, soit tuées par l’explosion, noyées ou mortes de froid après être tombées à la mer.
Alors qu’aucun citoyen américain n’a été touché dans l’attaque, l’opinion publique aux Etats-Unis fut choquée par le drame. En conséquence, les échanges diplomatiques entre les gouvernements allemand et américain furent très tendus. Au point que deux mois plus tard, l’Allemagne fit une déclaration, surnommée la promesse du Sussex, pour annoncer la suspension de sa guerre sous-marine à outrance et ses attaques contre les navires transportant des civils.

Vacances en Corse : jour J

Nous quittons Nancy vendredi25 avril  à 9 h 00, direction Toulon où nous prendrons un ferry pour Ajaccio.
Nous arrivons sans encombre à Toulon vers 18 h 00. Nous pouvons donc immédiatement embarquer. Enfin, quand je dis immédiatement, cela dure quand un peu plus d’une heure avant que nous puissions rejoindre notre cabine. Le bateau est presque aussi beau que ceux que nous avions pris pour nos deux croisières, mais surtout, contrairement à nos cabines lors des croisières, celle que nous avons sur ce ferry a un grand hublot de forme rectangulaire !
DSCF0019 petit

Le temps d’un sandwich et nous pouvons assister au départ à 21 h 00 pile.
DSCF0021 petit

Une fois n’est pas coutume : nous nous retirons dans notre cabine vers 22 h 00. Hella n’a pas voulu faire son pipi dans l’espace dédié (un carré rempli de cailloux !…) Nous ne sommes pas inquiètes, car contrairement à Véga qui se soulageait là où ça lui prenait, sans se soucier de savoir si elle avait sous elle un carré d’herbe, du macadam ou de la moquette ! Hella en revanche a besoin d’herbe ! La pauvre bête devra donc attendre le lendemain matin…
DSCF0024 petit

Familles je vous aime

Familles je vous aime dans Livres lus familles-je-vous-aime-150x150 Essai de Luc FERRY

Dans cet ouvrage au titre emprunté à André Gide puis détourné, Luc Ferry s’emploie à démontrer que la famille, tant décriée de nos jours, ne s’est en fait jamais aussi bien portée. Si on divorce beaucoup depuis la deuxième moitié du vingtième siècle, c’est aussi parce que le mariage de raison a laissé la place au mariage d’amour. Une autre raison, bien sûr, est l’indépendance financière acquise par les femmes. Mais en dépit de ce constat que certains s’escriment à prétendre désastreux, la famille est aujourd’hui plus unie que jamais et surtout, les liens que les différents membres d’une famille tissent entre eux sont infiniment plus sincères que naguère. Autrefois, dans ce bon vieux temps dont on nous rebat les oreilles, la contrainte et l’hypocrisie étaient souvent les piliers des familles. Aujourd’hui, avec la disparition du sens du devoir, de l’abnégation, de l’éternelle reconnaissance, l’amour est roi et décide de nos vies. Quand on n’aime plus son conjoint, on s’en sépare, mais contrairement à une idée reçue, on n’abandonne pas aussi facilement ses enfants qu’au Moyen Âge et encore après, cette époque qui fait rêver un certain nombre de nos concitoyens alors qu’elle est celle de l’obscurantisme, des épidémies, de l’esclavage économique, de l’abêtissement des peuples et de toutes sortes de maux qui anéantissaient les populations dans l’indifférence la plus totale.
Ce désir relativement nouveau de privilégier la vie privée et familiale au détriment de la vie professionnelle a un impact certain sur la vie politique face à la mondialisation à laquelle il semble vain de vouloir échapper. D’ailleurs, faut-il absolument y échapper ?
Luc Ferry s’emploie à nous démontrer que la peur, mauvaise conseillère, nous aveugle et nous coupe les ailes, nous empêchant de nous projeter vers l’avenir. D’où ce réflexe de se retourner vers un passé plus ou moins longtemps qu’on a tendance à idéaliser alors que les êtres humains, qu’on le veuille ou non, n’ont jamais aussi bien vécu qu’aujourd’hui. Car quoi qu’en disent certains, la vieillesse d’aujourd’hui n’a plus rien de commun avec celle d’hier, ni la pauvreté, ni l’accès aux soins et à l’instruction. Regarder en arrière, par crainte de l’avenir, c’est forcément régresser.
Dans un style flamboyant, Luc Ferry nous adresse un brillant essai, parfois un peu ardu mais toujours intéressant. Il ne m’a pas convaincue sur tous les points mais les propos de cet homme de droite ont éveillé en moi une résonnance. Une fois n’est pas coutume !




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_