Archive pour le Tag 'femme'

La femme de l’ambassadeur

La femme de l'ambassadeurRoman de Katia ASTAFIEFF

Mathilde, femme de l’ambassadeur de France à Moscou, a, selon la formule consacrée, tout pour être heureuse. Pourtant, elle ne l’est pas.
Marius, son mari, est un homme beau et gentil, elle vit dans un bel appartement, possède une multitude de toilettes élégantes, dispose d’une voiture avec chauffeur, fréquente artistes et personnalités. Elle a vraiment tout sauf l’essentiel : une raison de vivre. Son plus grand ennemi : l’ennui. Au point qu’elle songe, mollement, à quitter cette vie facile, superficielle et futile pour retourner en France et reprendre peut-être sa vie de brillante universitaire qu’elle a abandonnée pour suivre l’homme qui l’avait choisie. Alors qu’elle y songe vraiment, elle rencontre un homme lors d’un vernissage.
Il est l’opposé de Marius : rustre, taciturne, effacé. Il semble à Mathilde qu’il suit l’ambassadeur comme son ombre. Mais quand il lui adresse la parole, en quelques mots abscons, elle sent son coeur s’accélérer. Elle ne pense dès lors plus qu’à lui. Bien qu’elle s’en défende, la passion s’est emparée d’elle, de son coeur, de son corps et de sa tête. Et la voilà vivante, enfin actrice de sa propre vie.
Lorsque Andreï lui propose une escapade à la campagne, tandis que son mari est parti à Saint Petersbourg, elle accepte…
Un excellent roman, petit mais dense, avec une écriture à la fois incisive et infiniment poétique. L’âme russe vibre dans chacune des pages et on évolue à Moscou aux côtés de Mathilde, si fragile et si forte, jusque sur les rives du lac Baïkal.
A lire absolument.

Il y a 196 ans…

Maria_Mitchel_lgrLe 1er août 1818 naît Maria Mitchell, astronome américaine.
En 1847, elle découvre à l’aide d’un télescope une comète qui porte désormais son nom. Elle gagne une médaille au prix créé par le roi Frédéric VI de Danemark destiné à récompenser les découvreurs d’une comète invisible à l’œil nu.
Maria Mitchell devient la deuxième femme, après Caroline Herschel, à découvrir une comète, ce qui lui vaut une renommée mondiale et son admission dans plusieurs institutions scientifiques américaines. Elle devient aussi la première femme membre de l’American Academy of Arts and Sciences, de l’Américan Association for the Advancement of Science et de l’American Philosophical Society.
Elle décède au USA en 1889.

La femme d’un autre et le mari sous le lit

La femme d'un autre Nouvelle de Fiodor DOSTOÏEVSKI

Un mari, jaloux, est persuadé que sa femme le trompe. Il l’épie et rencontre, dans la nuit, au pied d’un immeuble, un jeune homme qu’il soupçonne être l’amant.
Alors que les deux hommes décident de se poster chacun à une entrée différente de la maison pour intercepter la dame, ils pénètrent chacun séparément dans un appartement qu’ils ont estimé être celui de la dame de leur cœur. Le premier, surpris par l’arrivée du second, se glisse sous le lit et le second, à l’arrivée impromptue du mari, s’y faufile à son tour !
Il s’agit d’une farce dans le style du vaudeville cher au théâtre.
Très bien écrit, évidemment, mais un peu long, un peu répétitif.

Le regard des femmes

Le regard des femmes dans Livres lus le-regard-des-femmes-150x150  Roman de Max GALLO

Philippe Guibert, énarque, haut fonctionnaire, membre éminent de la commission de Bruxelles, n’est pas peu fier de sa réussite, s’interdisant par ailleurs de s’interroger sur son passé et notamment celui de ses parents. Fils de résistant dont l’épouse a refusé d’accoler le nom de guerre au sien, Philippe a avancé sur son chemin pour atteindre le sommet et la considération qui l’accompagne.
Quand il rencontre Lisa Romano, historienne italienne spécialisée dans le Moyen Âge vénitien, enseignante dans plusieurs universités européennes, il est ébloui par le regard de cette jeune femme beaucoup plus jeune que lui. Lisa se donne sans conviction mais, le jour de l’enterrement de son père qu’elle chérissait et admirait plus que n’importe qui d’autre, elle demande à Philippe de l’épouser.
Avant lui, la jeune femme a vécu une relation passionnelle avec un journaliste grec, également beaucoup plus âgé qu’elle. Alors elle n’est pas étonnée de ne rien ressentir avec Philippe, de se dématérialiser de son corps pour observer avec froideur leurs ébats où seul son mari s’agite et crie avant de retomber sur le côté, épuisé et heureux. Lentement, leurs relations se dégradent. Lisa ne supporte plus son époux et le monde qu’il incarne ; tout lui semble superficiel, artificiel, hypocrite. Philippe quant à lui ne s’intéresse pas aux travaux de son épouse qu’il juge sans intérêt puisque ancré dans le passé ; lui est un homme d’avenir, un bâtisseur de l’Europe ! Alors que Lisa s’éloigne de plus en plus, Philippe s’accroche ; plus elle le traite en un petit garçon capricieux, plus il s’attache. Et l’on assiste à la lente dégringolade de cet homme politique qui redevient, dans sa vie privée, ce qu’il n’a jamais cessé d’être : un enfant apeuré par le regard des femmes, en demande permanente d’amour et d’admiration. Lisa, qui a vécu dans le regard de son père, ne peut comprendre cet homme ambivalent.
Le jour où Vassos, son ancien amant grec, décide de publier un livre sur le père de Philippe, tout bascule.
Un livre très bien écrit, bien sûr, dont le propos est parfois un peu difficile en raison des incessants retours en arrière, mais qui laisse, quand on le referme, un goût amer dans la bouche. Soit on se réjouit de constater que les hommes politiques sont des êtres humains comme vous et moi, tourmentés par les affres de l’amour, soit on est effrayé de voir que des êtres au profil psychologique aussi fragile sont au pouvoir et prennent des décisions importantes pour le quotidien de chaque Européen.
A lire, même si le livre n’est pas nouveau, il est toujours d’actualité !




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_