Archive pour le Tag 'Canada'

Il y a 89 ans…

lessepe62_1Le 18 octobre 1927 décède le comte Jacques de Lesseps, aviateur français.
Né en 1883, il est le fils aîné de Ferdinand de Lesseps, le constructeur du canal de Suez.
Vétéran de la Première Guerre mondiale, il détenait le permis de pilotage d’avions français et établit plusieurs records mondiaux au cours de sa carrière.
En juin et juillet 1910, il participe au premier congrès d’Aviation qui a lieu au Canada. Il effectue plusieurs sorties et le jour de clôture, il entreprend un premier vol en avion au-dessus du centre-ville de Montréal.
Jacques de Lesseps et son copilote disparaissent le 18 octobre 1927 alors qu’ils étaient partis pour un vol d’exploration du golfe du Saint-Laurent dans un hydravion.
Les débris de l’appareil ont été retrouvés sur le littoral le 22 octobre suivant.
Le corps de Jacques de Lesseps a été retrouvé le 4 décembre mais celui du copilote n’a jamais été retrouvé.

Il y a 43 ans…

mesrine1972-272x300Le 10 septembre 1972, Jacques Mesrine, criminel français, et son complice Jean-Paul Mercier, assassinent deux garde-forestiers.
Condamné en août 1972 à dix ans de prison à Saint-Vincent-de-Paul au Canada, Mesrine s’évade avec cinq autres détenus dont Mercier de cette prison réputée inviolable…
Alors que Mesrine et Mercier s’exercent au tir dans une forêt, deux garde-forestiers alertés par les coups de feu surgissent et leur demandent ce qu’ils font là. Aussitôt, les deux criminels tirent et abattent sans sommation les deux gardes âgés de 50 et 62 ans.
Mesrine devient « Ennemi Public n°1″ au Canada.
Les deux malfaiteurs et leurs fiancées quittent le Canada pour le Venezuela.

Il y a 75 ans…

JulianaLe 11 juin 1940, la princesse Juliana des Pays-Bas arrive au Canada.
Un mois plus tôt, les troupes allemandes avaient envahi les Pays-Bas. La princesse Juliana avait alors trouvé refuge en Angleterre d’où elle s’était secrètement embarquée avec ses deux filles, Beatrix et Irène, pour le Canada où elle mettra au monde sa troisième fille, Margriet Francisca (photo : jour du baptême de ce 3e enfant.)
La princesse Juliana quittera le Canada avec ses filles après la guerre ; la famille royale et les Néerlandais enverront 120 000 bulbes de tulipes à Ottawa en remerciement. La tradition se perpétue chaque année et le festival des tulipes a été créé à Ottawa.

 

Il y a 36 ans…

VilleneuveLe 8 octobre 1978, Gilles Villeneuve, pilote automobile canadien, remporte le Grand Prix du Canada, dernière course de la saison.
Pourtant, lors des qualifications, il n’avait obtenu que la troisième place alors qu’il briguait la pole position.
Le lendemain, jour de la course, 70 000 personnes sont là pour l’encourager.
Après avoir perdu une place, il attend son heure et c’est au 19e tour qu’il surprend Alan Jones et Jody Scheckter et les dépasse. Devant lui, Jean-Pierre Jarier file vers la victoire.
Alors qu’il semble impossible que le Canadien puisse rattraper la Lotus de son adversaire qui s’éloigne toujours un peu plus, une fuite d’huile force Jarier à abandonner au 49e tour. Villeneuve est dorénavant seul en tête pour les derniers tours qui lui semblent interminables.
L’explosion de joie des spectateurs est à la hauteur de celle du pilote qui devient le premier Canadien à gagner une course de Formule 1.

Le XV de France féminin s’incline

rugby féminin
Les joueuses de rugby françaises ont été battues par les Canadiennes 18 à 16. Tout le talent de Sandrine Agricole aux pénalités n’aura pas suffi pour propulser ses coéquipières en finale de cette Coupe du Monde.
Les Bleues rencontreront dimanche l’Irlande pour la 3e place tandis que la finale opposera le Canada à l’Angleterre.
Dommage pour l’équipe de France, mais elles ont contribué à populariser le rugby féminin avec des records d’audience lors des retransmissions et c’est déjà pas si mal !

Il y a 102 ans…

regina_tornado22729Le 30 juin 1912, une tornade anéantit Régina, une ville du Canada.
La tornade la plus destructrice au Canada tue une quarantaine de personnes, en blesse environ trois cents et ravage six pâtés de maisons au centre de la ville. Plus de 500 immeubles sont détruits et un quart de la population se retrouve sans abri. Les dégâts s’élèvent à environ quatre millions de dollars.
Cette tornade, arrivée en fin d’après-midi, ne dure que trois minutes mais il faudra plus de quarante ans pour payer les dégâts.
Les conditions météorologiques étaient réunies ce jour-là : temps chaud et humide. Tandis que les habitants cherchent des moyens de se rafraîchir, un vent commence soudain à souffler sur la ville. Rapidement, un énorme nuage noir se forme et tourbillonne, se déplaçant à une vitesse vertigineuse pour arriver juste au dessus de la ville.
Le cyclone détruit tout sur son passage, laissant la population impuissante. Le nuage entonnoir tourbillonnant mesure plus de 400 m de large et se fraie un chemin dans le secteur résidentiel du sud de la ville, anéantissant les maisons de bois. Un édifice flambant neuf est épargné de justesse, mais le centre-ville est ravagé : églises, bureaux, entrepôts sont détruits en quelques secondes.

Au bout de l’exil

Au bout de l'exil Roman de Micheline DUFF

Au Canada, vers la fin du 19e siècle, Joseph Laurin vient de perdre sa femme, Rebecca, morte en couches. Alors que sa sœur propose de rester là pour l’aider à préparer les obsèques qui doivent avoir lieu le lendemain, le veuf refuse. Dès qu’il se retrouve seul, il attelle son cheval à la charrette et y installe ses trois filles endormies. Puis il met le feu à la ferme. Un instant spectateur des flammes qui embrasent sa maison mais aussi la dépouille de son épouse, Joseph saute sur le siège de sa charrette et lance l’animal au galop. Le Canadien n’a qu’un but : fuir cette terre où il a mené une vie misérable pour rejoindre les Etats-Unis, pays riche où tout est possible.
Mais rien ne se passe comme prévu. Marguerite et Anne, douze et dix ans, le harcèlent de questions tandis que la petite Camille, six ans, réclame sa mère en pleurant. Pour fuir leurs jérémiades, il disparaît dans la forêt pendant de longues heures… Alors qu’ils ont passé la frontière, la benjamine est victime d’un accident qui la laisse entre la vie et la mort. Heureusement, Joseph trouve sur son chemin un couple qui lui offre de s’occuper de sa fille et qui lui trouve du travail dans une ferme un peu plus loin, où vivent une veuve et son fils. Le Canadien accepte ; il entraîne les deux grandes avec lui et laisse Camille aux bons soins du couple. Alors que Marguerite et Anne pensent retrouver une atmosphère familiale lorsque leur père et la fermière tombent amoureux l’un de l’autre. Mais l’ambition de Joseph est plus forte que tout et il repart sur les routes pour atteindre la destination qu’il s’est fixée : Lowell, une petite ville industrielle où vit son autre sœur. Mais cette dernière n’est pas ravie de voir débarquer son frère et deux de ses nièces !
Pour Marguerite et Anne, la scolarité n’est plus qu’un lointain souvenir, il leur faut travailler en usine pour aider leur père à subvenir à leurs besoins…
A la recherche d’une vie meilleure, Joseph, cet homme étrange, n’a-t-il pas entraîné ses trois filles dans une grande galère ? Chacune d’entre elles, à sa manière, va vivre des aventures palpitantes. Comme tant d’autres Canadiens français de l’époque, trouveront-elles le bonheur dans ce pays où l’industrialisation et le capitalisme dictent leurs lois cruelles ? Parviendront-elles à trouver leur place dans cette société de consommation aux traditions si différentes de celles qu’elles ont connues dans leur Canada natal ? Et en dépit des distances et des destins, arriveront-elles à rester unies ?
Une saga en trois tomes plutôt plaisante. C’est parfois un peu long et un peu mièvre, mais c’est un bon roman de vacances. Sans parler des truculentes expressions canadiennes !

 

Il y a 133 ans…

victoria3Le 24 mai 1881 a lieu le naufrage du bateau « Victoria », nommé en l’honneur de la reine de Grande Bretagne.
Ce jour là, le Canada fête comme la Grande-Bretagne le 62e anniversaire de la souveraine. A London, une des principales villes ontariennes, des centaines de personnes ont loué des bateaux de plaisance pour se promener sur les eaux calmes de la rivière Thames. Au milieu de ces petites embarcations naviguent trois bateaux à vapeur dont le Victoria. Les files d’attente des familles désireuses d’effectuer le voyage d’une heure sur le fameux bateau sont impressionnantes et le paquebot embarque à chaque fois jusqu’à 700 passagers, alors qu’il est conçu pour en supporter 400… Les gens courent, s’amassent d’un côté puis de l’autre pour saluer les passagers des autres bateaux… Le capitaine, inquiet, leur demande de rester tranquilles, mais personne n’écoute… Afin d’assister au départ d’une course de canoës, tout le monde se précipite d’un seul côté. Le bateau penche, l’eau pénètre par les écoutilles et l’embarcation coule en quelques secondes.
On compte au moins 180 morts, parmi lesquels de nombreux enfants. C’est l’une des plus terribles catastrophes de l’histoire de la navigation maritime et fluviale du Canada.

Il y a 137 ans…

SittingBullLe 5 mai 1877, Sitting Bull, chef des Sioux, emmène sa tribu au Canada.
En juin 1876, le général américain George Armstrong Custer ordonne à trois cents  hommes de la septième cavalerie d’attaquer le camp indien des Sioux. Après de lourdes pertes, les blancs se retirent.
Sachant que ses hommes et lui seraient sévèrement punis pour leur victoire s’ils restaient aux Etats-Unis, Sitting Bull rassemble son peuple et se réfugie au Canada.
Alors que la majorité de la tribu s’apprête à franchir la frontière canadienne, le chef fait prévenir le commissaire de la Gendarmerie Royale de leur arrivée et sollicite une entrevue.




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_