Archive pour le Tag 'Buchenwald'

Il y a 69 ans…

buchenwald22Le 11 avril 1945, les troupes américaines libèrent le camp de concentration nazi de Buchenwald.
Environ 240000 personnes ont été déportées dans ce camp situé à la périphérie de Weimar, ville de l’ex RDA, entre 1937 et 1945.
Dans ce camp au nom bucolique de « Forêt de hêtres » où Goethe s’était jadis promené en quête d’inspiration, moururent plus de 63000 prisonniers, des juifs mais également des prisonniers politiques.
Lors de leur arrivée, les soldats américains libérateurs découvrent environ 21000 squelettes ambulants, rescapés de ce camp de la mort.

L’écriture ou la vie

L'écriture ou la vie dans Livres lus lécriture-ou-la-vie-Jorge-Semprun-150x150 Roman de Jorge SEMPRUN

 

L’auteur vient d’avoir vingt ans lors de son arrestation début 1944. Envoyé au camp de concentration de Buchenwald, il sera libéré mi-avril 1945 par l’armée Patton.
Le livre commence d’ailleurs par cette journée où les soldats américains entrent dans le camp et considèrent, bouche bée, le jeune déporté qui va à leur rencontre. Ces hommes qui découvrent l’horreur sans pouvoir prononcer un mot suffisent à laisser le lecteur imaginer la scène incroyable qu’ils découvrent. Pourtant, Semprun ne tombe pas dans la facilité en abreuvant le lecteur de descriptions effroyables, de détails sordides, de jugements à l’emporte-pièce.
Ce récit, qui n’est pas linéaire, a été écrit longtemps après le retour de Buchenwald du jeune homme et son propos est justement de démontrer comment, revenant de l’enfer, ce brillant étudiant à Henri IV, qui avait lu une quantité inimaginable de livres et côtoyé un certain nombre d’intellectuels parisiens, ne pouvait se mettre à table et raconter, plume en main, ce qu’il venait de vivre. Il a fallu cinquante ans pour que ce réfugié du régime franquiste, arrivé en France à l’âge de seize ans, puisse enfin aborder le sujet dans un livre, en mêlant aux sordides souvenirs de ces quinze mois d’emprisonnement dans un camp où l’odeur de la chair brûlée avait même fait fuir les oiseaux une multitude d’autres souvenirs des cinquante dernières années.
Il lui a fallu vivre en essayant d’occulter cette période de son existence avant de pouvoir, âgé de plus de soixante-dix ans, revenir sur cette expérience unique : survivre à sa propre mort.
Ecrit dans un français extraordinaire, ce livre ne peut se lire comme un roman, d’une traite. Car malgré l’absence de descriptions longues et détaillées de l’horreur quotidienne de Buchenwald, le récit foisonne d’images qui ramènent à ces quinze mois de l’enfer vécu dans ce camp dont l’auteur savait qu’il était très proche de Weimar, la ville natale de Goethe.
Dans ce livre, aucune haine, aucune stigmatisation, aucun raccourci facile. Semprun, qui maîtrisait la langue de l’un des plus grands poètes de tous les temps, accepte même la vérité qu’il découvre cinquante ans après son arrivée à Buchenwald : il doit la vie à l’Allemand qui remplissait les fiches de renseignements à l’arrivée des déportés…




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_