Résultat pour la recherche 'mai humour'

Le bachelier

Bachelier Roman de Jules Vallès

Jacques Vingtras, « l’enfant » de Jules Vallès, est toujours le personnage principal de ce tome II de la trilogie.
Baccalauréat en poche, il quitte Nantes pour Paris, enfin libre, plein de haine pour la bourgeoisie et aux fortes convictions républicaines. Son enfance difficile et ses rapports conflictuels avec son père lui ont fait prendre l’enseignement en grippe. Refusant violemment d’être asservi comme son géniteur, il rêve de devenir ouvrier. Mais les patrons se méfient d’un garçon trop vieux (dix-sept ans) et trop cultivé.
Pour survivre, Jacques accepte n’importe quelle tâche et avec ses amis, il refait le monde et notamment le coup d’État manqué contre Louis Napoléon Bonaparte, au cours duquel lui et ses amis n’ont pas réussi à entraîner les ouvriers dans un mouvement de révolte et de défense de la démocratie. Mais la malchance l’accable et il ne semble jamais faire l’affaire dans les petits métiers ingrats qu’il exerce. Il est toujours pas assez ceci ou trop cela. Au bord de la misère et encore mineur, il n’a d’autre choix que retourner à Nantes et vivre chez ses parents.
Lorsqu’il revient dans la capitale, bien des choses ont changé. Ses anciens camarades sont moins engagés dans la lutte politique, sa fiancée en aime un autre. Au gré d’une rencontre, il essaie de percer dans le journalisme, mais ses articles trop sulfureux effraient ses employeurs.
Après la séparation de ses parents, Jacques rend visite à sa mère qui espère le marier avec une jeune fille qui dit l’aimer depuis longtemps déjà et le convaincre à accepter d’entrer dans l’enseignement. Le jeune homme, un peu désabusé et fatigué par tant de pauvreté, va-t-il baisser les bras et accepter de s’engager finalement dans la vie bourgeoise qu’il a tant décriée ?
Ecrit avec un humour grinçant, cette suite parvient toutefois difficilement à me passionner… L’auteur en fait trop, son personnage perd en crédibilité.

Il y a 76 ans…

Desproges44Le 9 mai 1939 naît Pierre Desproges, humoriste français, réputé pour son humour noir, son anticonformisme virulent et son sens de l’absurde.
Homme de radio, il anime plusieurs émissions avec Thierry Le Luron puis Claude Villers de 1978 à 1983.
En parallèle, en 1978 et 1979, il écrit une chronique pour le journal Charlie Hebdo.
Pierre Desproges était aussi homme de théâtre et de télévision.
Il décède en avril 1988 des suites d’un cancer.

Le premier numéro de Charlie Hebdo après l’attentat

Charlie Hebdo uneSi tu es Charlie, achète le prochain numéro du journal, ou mieux, abonne-toi pour trois mois, six mois ou un an. Après, tu verras bien si tu renouvelles, en fonction de ta sensibilité à l’humour et à l’esprit du journal. Je pense qu’acheter Charlie Hebdo demain et les semaines suivantes n’est pas une déclaration de foi mais un acte citoyen.

Il y a 90 ans…

Capote195913Le 30 septembre 1924 naît aux Etats-Unis Truman Capote, écrivain américain.
Adolescent rebelle, il refuse d’aller au collège et écrit ses premières nouvelles à l’âge de 17 ans.
En 1948, il publie son premier roman, « Les Domaines hantés », ouvrage en partie autobiographique dans lequel un enfant part à l’aventure, à la recherche de son père. En 1951, il publie « La harpe d’herbes », ouvrage pareillement inspiré de son vécu.
En 1958, il change de registre et publie « Petit déjeuner chez Tiffany », roman plein d’humour et d’anecdotes qui met en scène Holly Golighty, femme amorale mais honnête.
Truman Capote est souvent considéré comme le poète de l’adolescence et se rattache à l’école néo-romantique du Sud dont il est le chef de file.
Il décède en 1984.

Balade en Alsace bossue

Pour clore la saison de notre association Cercle des Arts Laxou-Champ-le-Boeuf dont Monique est la présidente et moi-même la secrétaire, nous avions organisé ce samedi de Pentecôte une excursion d’une journée en Alsace bossue, cette excroissance au nord ouest de l’Alsace qui empiète géographiquement sur le plateau lorrain.
Première visite : l’habitat troglodytique à Graufthal avec un guide local.
DSCF3539 petit
Ces maisons n’ont pas été taillées dans la roche, mais les habitants ont profité d’excavations naturelles dans la paroi rocheuse pour construire leurs maisons. Ainsi, ils économisaient les murs et tout ou partie du toit ; ils n’avaient plus qu’à aménager la façade.
DSCF3550 petit
L’aménagement est plutôt rudimentaire… mais dans l’une des trois maisons, habitées encore dans les années 50, le sol est recouvert d’un plancher et elle est équipée de l’électricité !
DSCF3554 petit
Les outils sont pareillement rudimentaires et il faut aller puiser l’eau à la fontaine du village, en contre-bas des maisons troglodytiques.
DSCF3555 petit
Pour passer d’une habitation à une autre, un passage étroit. Ici, on a sauté un siècle en arrière !!!

Nous reprenons le bus pour nous rendre à Schoenbourg où Rodolphe, notre guide accompagnateur durant toute cette journée, nous présente l’habitat rural ancien avec les différentes portes plus ou moins richement décorées où il importait qu’elles se distinguent les unes des autres !
DSCF3578 petit

DSCF3569 petit

DSCF3581 petit

L’habitat rural, traditionnellement flanqué d’une écurie et d’une étable, se caractérisait par le nombre des fenêtres : plus il y en a, plus le propriétaire est riche !
DSCF3571 petit

Après le déjeuner à l’auberge d’Imsthal où nous avons la chance de pouvoir profiter de la terrasse tant il fait chaud, nous allons visiter La Petite Pierre, sa ville haute et son église richement pourvue de fresques et de pierres tombales:
DSCF3616 petit

DSCF3601 petit

DSCF3634 petit

Pour finir cette belle journée à la fois culturelle et récréative dans une ambiance conviviale avec un guide passionné par l’histoire de sa région natale et doté d’un humour très apprécié de tous, nous allons à Domfessel pour visiter son église fortifiée du XIVe siècle :
DSCF3649 petit Domfessel
Dans un aussi petit village, l’édifice impressionne.

DSCF3642 petit la machinerie des cloches
Dans la tour, accessible par un escalier en colimaçon étroit et aux marches usées et inégales, nous accédons à la machinerie du clocher.

Nous quittons l’Alsace bossue vers 17h30 pour rejoindre Laxou.
Après cette journée de canicule et d’activité autant physique qu’intellectuelle, nous sommes tous bien fatigués mais très contents de cette superbe journée.
Merci à Rodolphe pour ses commentaires et le partage de sa passion, et à Monique pour les photos. Pour voir toutes les photos, cliquer sur l’album ci-dessous :

Alsace bossue 06/14
Album : Alsace bossue 06/14

51 images
Voir l'album

 

 

 

Le bonheur est dans le pré

Le bonheur est dans le préNouvelle d’Emmanuelle CART-TANNEUR

Comme dans la célèbre émission télévisée, un agriculteur vit seule dans sa ferme isolée, entourée par une nature qui fait rêver les citadins…
Lui, qui vit au rythme de ses vaches et des saisons qui décident des travaux dans son exploitation, ne rêve pas forcément à l’amour. Mais quand même, une femme à ses côtés… Alors quand il entend à la radio un appel pour participer à une émission dont l’enjeu est de lui faire rencontrer l’amour, il s’inscrit. Il ne va pas tarder à regretter sa solitude passée…
Extraite du recueil « Ainsi va la vie », cette nouvelle pleine d’humour n’en est pas moins une tragédie…

Un peu d’humour…

Humour Rangement

C’est un peu caricatural, mais il faut reconnaître qu’il y a du vrai !…

Ce que fut mon année 2013

Sur le plan professionnel, une année meilleure que 2012 en termes de chiffre d’affaires, la 2e meilleure année depuis le démarrage de mon activité indépendante en 2004. Contrairement à 2012, les affaires avaient démarré plutôt mollement, ne tournant que sur deux clients réguliers, m’assurant cependant le paiement de mes charges et un petit salaire… Mais fin avril, un de ces deux clients, mon client fétiche car le premier à m’avoir mis le pied à l’étrier lorsque j’ai décidé de travailler en indépendant il y a dix ans, décède des suites d’un cancer. Je l’avais vu régulièrement décliner… Il travaillait encore trois jours avant son décès… Quelques semaines plus tard, c’est au tour d’une ancienne cliente, une dame originaire d’Ukraine, qui décède à son tour. Je perds plus qu’une cliente, presque une grand-mère…
Alors que je m’inquiète pour mon avenir professionnel, je lance une campagne de publicité à tous les médecins du Grand Nancy. Sans rapport avec cette décision, je suis contactée en mai par une femme d’affaires pour travailler une journée par semaine dans son entreprise à Nancy. Dès le premier jour, le contact est rugueux, les conditions de travail épouvantables et l’ambiance hyper stressante ; de plus, ma cliente est d’une mauvaise foi assez remarquable !
En août, un médecin me contacte pour remplacer sa secrétaire pendant ses congés. A la fin de cette mission, il me met en rapport avec deux confrères qui ont un besoin régulier, d’un à deux jours par semaine chacun, au cabinet pour l’une et chez moi pour l’autre. Je décide donc, pour la première fois en dix ans, de laisser tomber un client, la femme d’affaires de Nancy. Quelle bonne idée j’ai eue, car chez ma nouvelle cliente, c’est tout le contraire : excellentes conditions de travail, bonne humeur, humour, bref, un vrai plaisir d’aller travailler ! Quant à mon autre nouveau client, je n’ai guère de contact puisque je travaille exclusivement chez moi.
Enfin, en novembre, encore un nouveau client, encore un CE d’entreprise pour rédiger les comptes-rendus de réunion mensuelle.
Je finis donc l’année très sereinement quoique très fatiguée…
Sur le plan personnel, une triste nouvelle nous parvient : une copine peintre de Monique décède des suites d’un cancer. Elle avait 51 ans, maman de quatre enfants dont deux encore à charge.
Côté évasion, la Bretagne au printemps puis le Morvan en juin avec un vol en montgolfière ! C’était mon cadeau de Noël 2012 et nous avions choisi cette région exprès. Par trois fois, le vol est remis pour finalement avoir lieu un soir, deux jours avant notre départ… Mais ça valait la peine d’attendre car l’expérience a été magnifique ! A l’automne, de nouveau quinze jours en Bretagne en passant par la Sarthe chez ma meilleure amie où nous passons trois jours.
Sur le plan de l’écriture, « Véga, la terreur du p’tit chemin » est sorti en février et se fait connaître petit à petit au gré des salons du livre en région. Et puis en septembre, je reçois le Premier Prix de poésie Stéphen Liégeard pour mon recueil « Rouge et noir Eden ». La remise des récompenses a lieu à Brochon et je repars avec un joli panier garni et deux cartons de six bouteilles de vin.
Par ailleurs, j’ai mis la baisse d’activité du premier semestre à profit pour écrire mon prochain roman qui s’intitule « La confession d’Anna », livre qui m’a été inspiré par l’histoire de ma cliente originaire d’Ukraine, Anna I. Malheureusement, la surcharge de travail à partir du mois d’août m’a empêchée d’avancer dans le travail de correction. J’ai pu y travailler pendant les vacances en Bretagne et un peu aussi durant cette dernière semaine de l’année. Mais il faudrait encore au moins deux lectures… Parution j’espère pour le printemps…

Bien arrivées…

… en Bretagne après un week-end prolongé chez ma meilleure amie Jeannette et son compagnon Philippe à la Ferté-Bernard.
Un séjour chez Jeannette, c’est à la fois épuisant et très reposant. Epuisant car Jeannette est de ces personnes qui parlent tout le temps ! De la minute où elle s’éveille à la seconde où elle s’endort. Et encore ne serais-je pas étonnée d’apprendre qu’elle parle en dormant ! Elle parle de tout, commente tout et a un avis sur tout ! S’il n’y a personne à qui elle puisse s’adresser, elle fait alors la conversation aux animaux et si ceux-ci ne sont pas à portée de sa voix… eh bien !… Jeannette chante ! Mais reposant car chez Jeannette, on se couche entre 23h et minuit, autrement dit, pour nous, comme les poules !!! Même si nous avons un peu lu avant d’éteindre la lumière, autant vous dire que nous avons fait une cure de sommeil !
Mais le plus appréciable chez Jeannette, outre le fait qu’elle nous a gâtées sur le plan culinaire, c’est la liberté avec un grand L. Moi qui stressais à l’idée de rester quatre jours sans Internet, Jeannette me dit d’emblée, dès notre arrivée, que l’ordinateur était à notre disposition ! Obligée à rien, empêchée de rien, quoi demander de plus ? Chez Jeannette, on peut s’isoler pour lire et surfer sur Internet sans craindre les reproches ni le comptage des minutes ! Elle fait confiance à la bonne éducation de ses hôtes pour qu’ils n’abusent pas de cette liberté et c’est bien !

Bien arrivées... dans Photos dscf2411-petit
Le soir, avant le coucher, Jeannette s’attaque aux nœuds qui se sont formés dans la journée autour des oreilles de Hella qui a vite compris qu’avec cette personne qui adore les animaux, il est inutile de regimber !…

dscf2408-petit dans Photos
Quant à Philippe, il est tout simplement tombé raide dingue amoureux de Hella qui en profite pour se faire porter en fin de promenade !

Merci Jeannette et Philippe pour votre sens de l’hospitalité, votre bonne humeur, votre humour, votre tolérance, votre générosité… Bref, nous reviendrons avec plaisir !

Immortelle randonnée – Compostelle malgré moi

Immortelle randonnée - Compostelle malgré moi dans Livres lus immortelle-randonnee-150x150 Récit de voyage de Jean-Christophe RUFIN

Ce livre n’est pas un roman, mais le récit du pèlerinage que l’auteur a effectué jusque Saint-Jacques de Compostelle.
Parti de Hendaye, il a effectué plus de huit cents kilomètres, en empruntant l’itinéraire côtier, le Camino del Norte, plus sauvage et beaucoup moins fréquenté que le mythique Camino Frances. On le suit ainsi durant son périple qu’il nous raconte par étape, sans fioritures. Il nous parle de sa motivation, finalement assez floue et qu’il explique par une quasi nécessité qui s’est imposée à lui, de son optimisme du départ et des phases de découragement qui ont vite suivi. Il évoque la brutale métamorphose de l’homme social – il est médecin et fut ambassadeur – en une sorte de sous-homme, proche de l’animal, qui n’a bientôt plus en tête qu’à se nourrir, s’abreuver, s’abriter et se soulager dans la nature… Mais il nous confie aussi son cheminement philosophique sinon religieux, son détachement progressif de tout ce qui semble important à l’homme moderne, sa totale communion avec la nature. Son chemin de Compostelle n’est pas un long fleuve tranquille ni une carte postale pour tout candidat pèlerin qui rêve de prendre son sac à dos et son bâton pour effectuer à son tour ce périple qui se révèle être bien plus qu’une randonnée pédestre.
Dans son livre, Rufin donne une foule de conseils sur la façon de préparer et d’aborder le pèlerinage sans doute le plus célèbre au monde, mais il en expose aussi les éventuels écueils à en attendre. Il brosse également une galerie de portraits de tous les types de pèlerins qu’il est possible de rencontrer sur le Chemin, aux motivations diverses et variées.
Ecrit avec beaucoup d’humour et une bonne dose d’autodérision, ce livre n’est pas un journal de bord, rédigé chaque soir à l’étape, mais un récit qui rassemble les souvenirs qui ont émergé, quelque temps après le retour du pèlerin, autrement dit la quintessence de son chemin.

Le caveau de famille

Le caveau de famille dans Livres lus le-caveau-de-famille-150x150 Roman de Katarina MAZETTI

C’est la suite du livre à succès « Le mec de la tombe d’à côté ». On retrouve donc les deux personnages principaux : Désirée, bibliothécaire et citadine convaincue, et Benny, paysan et campagnard dans l’âme.
Ils s’étaient rencontrés au cimetière : l’une rendait régulièrement visite à son époux brutalement décédé et l’autre allait fleurir la tombe de sa mère. Malgré leurs différences, ces deux-là étaient tombés amoureux et, à défaut de partager des centres d’intérêt, ils partageaient une véritable passion sexuelle ! À la fin du livre, ils s’étaient néanmoins séparés, aucun des deux ne souhaitant faire un pas vers l’autre. Il faut que dire que pour Benny, avec sa ferme et ses vaches, ce n’était pas du tout évident. Quant à Désirée, dite la Crevette, elle ne se voyait pas en fermière…
Au début du tome deux, on retrouve donc Désirée, titillée par son désir d’enfant. Et comme géniteur, elle ne voit pas un autre homme que… Benny ! Le fermier entretemps s’est résolu à se mettre en ménage avec sa cousine Anita… dont il n’est pas amoureux mais qui se montre à la ferme et dans la maison d’une efficacité convaincante.
Désirée propose donc un marché à Benny : ils feront trois essais et si elle ne parvient pas à tomber enceinte, elle disparaîtra à tout jamais de son existence. Alors quand le test s’avère positif, Benny donne congé à sa cousine
sans grand remords et accueille celle qu’il a toujours surnommée « la crevette » ! Et Désirée saute le pas : elle vend son appartement et emménage dans la ferme ! Elle ne quitte toutefois pas son emploi…
Après un premier fils naît à peine un an plus tard un deuxième, puis… Désirée est plus féconde que la meilleure vache reproductrice de Benny !
L’effet de surprise du premier roman n’agit bien sûr pas dans le deuxième ! L’histoire est plus conventionnelle et l’humour un peu moins efficace. Mais on passe quand même un bon moment !

Le testament d’Ariane

Le testament d'Ariane dans Livres lus le-testament-d-ariane-150x150Roman de Françoise BOURDIN

Dans les Landes, une vieille dame s’apprête à faire son testament. Ariane Nogaro, descendante d’une grande famille d’exploitants résiniers, a vécu douloureusement la ruine de son père et la vente de la propriété familiale. Elle avait alors dix-huit ans et s’était juré de racheter la maison. Elle s’y emploiera durant toute sa vie, avec la seule arme dont elle dispose : la séduction. Une fois de nouveau propriétaire de sa chère bastide, elle invite son jeune frère Gauthier avec son épouse Estelle et leurs quatre enfants, deux garçons et deux filles. Mais Gauthier n’a jamais aimé cette grande bâtisse perdue au milieu de la forêt proche de l’océan. La seule qui semble sensible à la beauté et l’élégance de la bastide et des objets qu’elle recèle est Anne. Elle est aussi la seule à avoir toujours montré de l’affection envers sa tante qui passe pour une folle auprès des autres membres de la famille. Aussi Ariane a-t-elle décidé de faire de cette nièce son unique héritière.
Anne vit alors avec son mari, vétérinaire associé dans un village à l’intérieur des terres, Castets, à une vingtaine de kilomètres de Dax, et leur fils unique Léonard. Afin de concilier vie professionnelle et vie familiale, Anne a repris à mi-temps et à domicile une activité de comptable indépendant. Régulièrement, elle rend visite à sa tante qu’elle apprécie pour son originalité et son humour. Anne ne s’interroge guère sur son existence ; elle aime son mari et il lui a paru normal de l’aider à réaliser ses projets : investir dans une clinique vétérinaire et construire un petit pavillon.
Lorsqu’elle se retrouve seule héritière de la bastide des Nogaro avec un petit pécule en prime pour pouvoir s’acquitter des droits de succession, Anne ne se doute pas des conséquences désastreuses du testament d’Ariane. Car elle va devoir affronter la jalousie et la rancœur dès lors qu’elle décide de garder la bastide au lieu de la vendre comme chacun s’y attend. La famille se divise alors en deux camps…
Une belle histoire familiale en deux tomes pour un très agréable moment de lecture.

Balade à Fontenay

Le lendemain de l’inoubliable vol en montgolfière, nous partons pour l’abbaye de Fontenay dans le département voisin de la Côte-d’Or. Lorsque Monique s’était renseignée sur la possibilité de venir avec un chien, on lui avait répondu que les chiens étaient non seulement admis, mais vraiment les bienvenus ! Ca alors ! Et de fait, Hella fera la visite avec nous, bien sûr tenue en laisse, mais sur ses quatre pattes.
Abbaye cistercienne fondée au tout début du 12e siècle à quelques kilomètres de Montbard, au coeur de la Bourgogne, elle devient abbaye royale à la fin du siècle suivant. A partir de 1547, le père Abbé des abbayes n’est plus élu par les moines mais nommé par le roi. Après la Révolution française, les moines doivent quitter l’abbaye et les révolutionnaires la vendent à un premier acheteur qui la transforme en papeterie. En 1820, Elie de Montgolfier, descendant des inventeurs des fameux ballons, rachète l’abbaye et développe la manufacture. En 1852, le bâtiment est classé monument historique.
Au tout début du 20e siècle, Edouard Aynard, banquier lyonnais et gendre des Montgolfier, achète Fontenay et s’emploie à la réhabiliter dans toute sa pureté médiévale ; les travaux de restauration s’achèvent en 1911.
En 1981, l’UNESCO classe l’abbaye Patrimoine mondial. Dès lors, Fontenay accueille plus de cent mille visiteurs par an.
Le guide (2,00 €) nous emmène partout et nous explique tout avec clarté et humour. A la sortie, petit musée et librairie. Une visite qui vaut franchement le détour.
Balade à Fontenay dans Photos 6-juin-001-fontenay-petit

6-juin-002-fontenay-petit abbaye dans Voyages

6-juin-007-fontenay-petit Fontenay

6-juin-017-fontenay-petit Morvan

6-juin-022-fontenay-petit photos

6-juin-030-fontenay-petit

Pour voir d’autres photos, cliquer sur l’album :

Morvan - juin 2013 - Abbaye de Fontenay
Album : Morvan - juin 2013 - Abbaye de Fontenay

45 images
Voir l'album

 

 

La guerre des mots

Belle journée ! Une luminosité comme j’aime. Les fleurs embaument. De la douceur à l’état pur !
Je me frotte les yeux … Et crac ! Je suis ébahie ! Pas possible, j’ai dû avaler un hallucinogène ! Je me trouve face à une … armée de mots ! Impossible d’en déterminer le nombre. Ils sont là, menaçants, brandissant des points d’exclamation, d’interrogation, de suspension. Les virgules, les accents… rien ne manque ! Je reste coite !
- « Mais enfin ! Que se passe-t-il ? »
Une rangée armée de points d’interrogation s’avance. Devant eux un mot, portant un drapeau blanc en haut de son point d’exclamation. Celui-ci vient vers moi.
- « Ça ne peut plus durer ! » me dit-il.
- « Mais bon sang ! De quoi parlez-vous ? »
- « De notre exploitation, de notre esclavage, du mauvais emploi qui est fait de nous ! On nous fait dire n’importe quoi ! C’est un scandale ! Quant à l’humour, il est détourné au profit de la vulgarité ! Les mots d’amour se retrouvent hors de leur contexte et deviennent pornographiques ! La tendresse est ridiculisée, le charme est effacé. Les mots sont faits pour faciliter les rapports entres les êtres humains et non pour les diviser et attiser la haine. Nous ne voulons plus que l’on se serve de nous à des fins aussi basses ! »
- « Mais dites donc, vous autres ! Vous n’êtes pas aussi parfaits que vous voulez bien me le faire croire ! Et les gros mots alors ? C’est quand même pas d’aujourd’hui qu’ils existent ! »
- « Oui, mais eux (et ils sont là pour le dire) sont francs, directs et sans ambiguïté ! »
- « Bien ! Mais alors, que voulez vous faire ? »
- « Que tu sois notre ambassadrice. Préviens le monde que nous en avons assez ! Nous allons passer à l’attaque, bloquer l’inspiration, couper la parole, retenir les mots et lâcher la ponctuation ! Nous allons vous rendre l’élocution impossible ! »
- « Etes-vous bien sûrs de vouloir cela ? »
- « Sans aucune contestation possible ! Et à l’unanimité, nous disons : OUI ! »

Ainsi donc, à la suite de cette mise en garde impressionnante, je viens vous transmettre le message des mots. Je ne suis que leur porte-parole et en aucun cas ne veux faire les frais de cette révolte ! A vous de voir si cela vous
semble justifié ou non. Mais bon ! Assumez vous-mêmes ! Des mots en colère, je vous l’avoue, ça n’est pas une mince affaire.
Et rappelez-vous toujours que les mots sont des armes redoutables !

Jeannette Insurgé

Croisière en Baltique : J+5 Saint-Pétersbourg

Jeudi 6 septembre, nous arrivons à Saint Pétersbourg, le clou de la croisière, l’escale qui a guidé notre choix. La veille au soir, nous avons encore avancé nos montres d’une heure, soit deux heures par rapport à la France. Le départ en excursion est prévu à 7 h 00… il faut donc se lever à 5 h 00 !!! Mais au final, nous ne partons qu’à 7 h 45… Notre guide, Svetlana, parle un excellent français et a également beaucoup d’humour.
La circulation en centre-ville est assez dense et il nous faut un  certain temps pour atteindre la ville de Pouchkine, initialement Tsarskoïe Siélo, où se trouve le palais Catherine. Un ensemble de cinq musiciens nous accueille.
Croisière en Baltique : J+5 Saint-Pétersbourg dans Photos DSCF0990-petit1

DSCF0994-petit1 Baltique dans Voyages
En 1710, le tsar Pierre le Grand offre à son épouse, la future reine Catherine 1ère, une métairie située dans une forêt au sud de Saint Pétersbourg. Elle y fait construire une demeure assez modeste qui sera la résidence d’été des tsars. Sa fille Elisabeth fera édifier à sa place un somptueux palais baptisé Catherine. Francesco Bartolomeo Rastrelli, architecte italien né à Paris et mort à Saint Petersburg, en achève la construction en 1756. L’intérieur est magnifiquement aménagé par lui-même puis par l’architecte écossais Cameron. En 1937, la ville est rebaptisée Pouchkine en mémoire au célèbre poète russe.
DSCF0997-petit1 croisière

Fort endommagé lors de la Seconde Guerre mondiale, le palais est aujourd’hui entièrement restauré. C’est une splendeur. Lorsque je découvre ce palais monumental surmonté de clochers bleus à bulbes dorés, une énorme vague d’émotion me saisit. Je suis bouleversée par tant de beauté. La vue de cette façade bleue et blanche rehaussée de dorures, longue d’environ trois cents mètres et ornée d’inombrables Atlantes, est absolument saisissante. Je reste pétrifiée, une main sur la bouche et la poitrine presque douloureuse à cause des battements de mon coeur.
DSCF1006-petit1 Saint-Petersbourg

Les salles sont somptueuses…
DSCF1023-petit1

DSCF1038-petit1

Les panneaux d’ambre qui ornaient le fameux « Salon d’Ambre » n’ont cependant jamais été retrouvés après le pillage par les troupes allemandes et de nouveaux panneaux d’ambre recouvrent les murs depuis 2003. Cette pièce est fascinante.

DSCF1049-petit1

DSCF1051-petit1

Nous continuons la visite des salons dont la beauté est à couper le souffle.
DSCF1063-petit1

Nous sortons du palais et effectuons une petite promenade dans le parc gigantesque où Catherine fit aménager des pavillons et des jardins à l’anglaise autour du grand étang. Nous pouvons ainsi voir le palais avec un peu de recul.
DSCF1074-petit1

DSCF1089-petit1

DSCF1092-petit1
Dans un de ces bâtiments, nous sommes accueillis par un trio de chanteurs qui entonnent un chant russe traditionnel. Très émouvant…

Après toutes ces émotions, je ne suis pas mécontente d’aller déjeuner ! Il s’agit d’un repas typiquement russe (crudités, soupe, émincé de poulet en sauce et riz, boule de glace). Le tout est arrosé d’un petit verre de vodka que j’avale, non pas cul sec, mais quand même en entier après y avoir versé une cuillérée de sucre en poudre pour adoucir le feu de l’alcool.

Après le déjeuner, nous reprenons le bus pour poursuivre notre visite de Saint-Pétersbourg. Au programme, la cathédrale orthodoxe Saint-Isaac, l’Hermitage et la forteresse Pierre et Paul.
Nous passons devant le palais d’hiver dont fait partie le musée de l’Hermitage.
DSCF1102-petit1

Nous arrivons à Saint-Isaac. Lors de sa construction entre 1818 et 1858, elle était la plus grande église de l’empire russe. C’est aujourd’hui une des plus vastes cathédrales d’Europe, la troisième après Saint-Pierre de Rome et Saint-Paul de Londres dont elle est inspirée. Elle a été érigée d’après des plans de l’architecte français Auguste de Montferrand.
DSCF1122-petit1

Les portes monumentales pèsent plusieurs tonnes et sont finement sculptées.
DSCF1110-petit1
De nombreux tableaux ornent l’intérieur de l’édifice. En s’approchant, on réalise qu’il ne s’agit pas de peinture mais de mosaïque !
DSCF1115-petit1

En sortant, nous passons devant la statue équestre de Pierre 1er.
DSCF1120-petit1

Puis nous entrons dans le musée de l’Hermitage qui contient plus de mille salles et près de trois millions d’objets dont seize mille tableaux des plus grands maîtres du monde. Bien sûr, nous n’en verrons qu’une infime partie durant les deux heures dédiées à cette visite. Dans le bus, la guide attire notre attention sur la présence de nombreux pickpockets. A peine arrivés, elle nous signale la présence de plusieurs hommes qui semblent effectivement à l’affût… Du coup, on devient un peu paranoïaque et pendant quelques minutes, nous sommes davantage occupées à dévisager les gens qu’à regarder les splendeurs qui nous entourent. Une fois rassurées sur l’arrimage de nos « bananes » dissimulées sous nos vestes, nous dégustons la visite. C’est superbe ! Les plafonds et les parquets de chaque salle rivalisent de beauté entre eux. Je ne m’attarde guère sur les peintures – que l’on peut découvrir dans d’autres musées – pour savourer la vue des colonnes en marbre et en malachite, les lustres colossaux, les sculptures monumentales, les vases gigantesques. Ici comme au Palais Catherine, tous les superlatifs sont d’usage !
DSCF1125-petit1

DSCF1142-petit1

DSCF1146-petit1

DSCF1151-petit1

DSCF1155-petit1

Malgré la fatigue qui commence à se faire sentir, nous suivons volontiers notre guide qui nous emmène en bus à la forteresse Pierre et Paul, fondée en 1703 au bord de la Neva. Elle servit de prison pour Dostoïevski et Trotsky et abrite les sépultures de la dynastie des Romanov. La flèche culmine à plus de cent vingt mètres.
DSCF1167-petit1

DSCF1169-petit1

DSCF1180-petit1

Malheureusement, le temps presse et nous repartons en bus pour un dernier arrêt technique et achat de souvenirs avant de rejoindre le port et le bateau qui quitte Saint Petersburg à 19 h 00. Nous pouvons acheter des cartes postales que nous payons en euros ; en revanche, pas de timbres. Nous confions nos cartes à Svetlana avec le prix des timbres afin qu’elle les poste pour nous. Il faut compter trois semaines… Avis à Stefan, Jeannette, Sylviane et quelques autres…
Avant de nous faire ses adieux, Svetlana nous dit que Rembrandt aurait prétendu qu’il y a toujours une bonne raison de revenir à Saint-Petersburg. Personnellement, je n’en doute pas ! Il y a encore tant à découvrir dans cette ville magique…
DSCF1184-petit1

Pour découvrir d’autres photos, cliquer sur l’album ci-dessous :

Croisière en Baltique : J+5 St-Pétersbourg
Album : Croisière en Baltique : J+5 St-Pétersbourg

81 images
Voir l'album

Croisière en Baltique : J+4 Tallinn

Mercredi 5 septembre, nous arrivons à Tallinn à 9 h 00 (dans la nuit, nous avons avancé les montres d’une heure) ; il fait un peu frais mais sec. Nous avons pris l’excursion de six heures avec déjeuner inclus. Contrairement à Stockholm, la guide est très bien ! Elle parle parfaitement le français et montre un goût très aigu pour l’humour.
Tallinn est la capitale de l’Estonie. Après avoir subi l’invasion viking, le pays se trouva sous la domination des Danois puis des Suédois avant que la Russie les conquiert en 1709. Après la révolution russe de 1917, l’Estonie profite de l’affaiblissement du pays pour proclamer son indépendance en 1918, reconnue par la Russie deux ans plus tard. Le pacte germano-soviétique de 1939 permit à l’Union Soviétique d’annexer les pays baltes : Estonie, Lithuanie et Lettonie. Dès le début de la Perestroïka en 1985, l’Estonie manifeste son désir d’indépendance. Celle-ci est proclamée en août 1991 et les dernières troupes soviétiques quittent le pays en 1994. Depuis, l’Estonie a rejoint la communauté européenne et adopté l’euro.

Le drapeau estonien est consituté de trois bandes horizontales bleu-noir-blanc. Le bleu symbolise la mer et le ciel, le noir le douloureux passé du peuple estonien et le blanc la foi en l’avenir et la liberté.
Croisière en Baltique : J+4 Tallinn dans Photos DSCF0267-petit

Nous visitons l’imposante église orthodoxe Alexandre Nevsky :
DSCF0261-petit Baltique dans Voyages

Puis nous découvrons le quartier médiéval et la vieille ville.
DSCF0269-petit croisière

DSCF0282-petit Tallin

DSCF0289-petit

Profitant d’une pause « technique », nous entrons dans un magasin de souvenirs qui vend de nombreux objets en ambre.
DSCF0286-petit

Après un déjeuner dans un restaurant typiquement estonien (crudités, viande de porc et choux, gâteau, vin rouge et café), nous allons sur la place du marché toute proche pour effectuer quelques achats. Puis nous reprenons le car pour nous rendre à Rocca al Mare, dans un musée  en plein air pour voyager dans le temps. Le grand parc boisé est parsemé de fermes témoins de l’Estonie rurale de jadis.
DSCF0314-petit

Puis nous reprenons le chemin du port pour monter à bord et assister au départ pour Saint-Petersburg.
DSCF0324-petit
DSCF0329-petit

Pour voir plus de photos, cliquer sur l’album ci-dessous :

Croisière en Baltique : J+4 Tallinn
Album : Croisière en Baltique : J+4 Tallinn

30 images
Voir l'album

Les Jolis Garçons

Les Jolis Garçons dans Livres lus Les-jolis-garçons-150x150 Roman de Delphine DE VIGAN

Emma Pile est une jeune femme célibataire, la trentaine, journaliste dans la presse écrite.
Elle tombe éperdument amoureuse de Marc, célèbre avocat. Cet amour passionnel va tourner à l’obsession puis aux portes de la folie avant de la conduire à l’hôpital psychiatrique.
Puis elle rencontre Ethan, écrivain à succès. Mal marié avec une femme qui refuse de lui rendre sa liberté, il voit en Emma l’opportunité de supporter son couple qui part à la dérive.
Enfin, elle rencontre Milan, un animateur télé, coqueluche de la chaîne et des ménagères de moins de cinquante ans. Cette fois, la jeune femme est bien décidée à ne pas tomber dans le panneau d’une nouvelle histoire sans espoir d’un avenir stable. Elle regimbe avant de finalement tomber sous le charme de cet homme au moins aussi fantasque qu’elle.
Ce roman est en fait constitué de trois nouvelles, sans rien entre chaque histoire d’amour. On ignore même le temps qu’il s’est passé entre chaque rencontre. Mais l’écriture, sur un sujet aussi grave que l’amour passionnel et la folie amoureuse, est presque légère, avec des pointes d’humour et des phrases superbes, qui font rire le lecteur s’il ne fond pas en larmes… Par exemple celle-ci : « Apprendre à dire non est un travail de plusieurs années ; apprendre à dire non plusieurs fois de suite relève de la compétition.»
On retrouve dans ce petit livre, ou ces trois nouvelles, la plume alerte de Delphine de Vigan qui excelle dans l’art de décrire des situations graves sans tomber dans le pathos, en assaisonnant son récit dramatique de situations cocasses et de petites phrases drôles qui font passer la pilule. Car les personnages de cet auteur sont toujours un peu sur le fil du rasoir, « borderline » comme on dit aujourd’hui, et on ne sort pas indemne d’une telle lecture…
À découvrir.

Peanuts…

Le sujet est grave, mais un peu d’humour ne nuit pas et n’aggravera pas non plus la situation !
Peanuts... dans Coupures de presse ER034

Le mec de la tombe d’à côté

Le mec de la tombe d'à côté dans Livres lus Le-mec-de-la-tombe-dà-côté-150x150 Roman de Katarina MAZETTI

Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son époux, décédé bien trop tôt, après seulement quelques années de vie maritale. Elle y rencontre souvent Benny, un homme d’une bonne trentaine d’années qui vient se recueillir sur la tombe de ses parents.
Elle, citadine jusqu’au bout des ongles, et lui fermier convaincu malgré la rudesse de la vie paysanne, ne voient que leurs différences. Elle est agacée par son apparence rustre et le soin qu’il apporte au fleurissement de la pierre tombale tapageuse. Il est irrité par le physique sec et terne de cette voisine de cimetière qui incarne tout ce qu’il déteste chez une femme.
Et puis un jour, leurs regards vont vraiment se croiser et un sourire va faire fondre tous les préjugés. L’un et l’autre vont se sentir happés par le désir et balayés par une vague qui va les emporter bien au-delà de cette attirance charnelle. Mais ce violent coup de foudre va se transformer en choc des cultures, des goûts, des idées et des conceptions de la vie. Désirée la bibliothécaire va découvrir une ferme à la limite de la malpropreté et Benny va entrer dans le monde aseptisé d’un appartement au décor blanc minimaliste. Alors qu’il rêve d’une soirée à regarder avec elle un film grand public, elle l’invite à l’opéra, alors qu’il lui expose le problème de l’insémination de ses vaches laitières, elle évoque Lacan. Bref, ces deux-là s’aiment comme des fous mais ne sont jamais sur la même longueur d’ondes. Difficile, dans ces conditions, d’envisager un avenir commun…
Ce roman est une petite merveille. Ecrit sous la forme d’un journal à deux voix, on examine tour à tour le point de vue féminin puis masculin. C’est écrit avec beaucoup de tendresse et une tonne d’humour, avec des expressions hilarantes pour décrire des situations cocasses.
A lire absolument.

 

Rendez-vous le 6 mai au soir !

Rendez-vous le 6 mai au soir ! dans Coupures de presse humour-003

Merde alors !

En allant travailler cet après-midi, je suis tombée à quelques dizaines de mètres de chez nous sur un étrange écriteau. Je n’ai pu résister à l’envie de le prendre en photo. L’image est un peu tronquée car à cause du soleil, je ne voyais rien sur l’écran de mon téléphone, mais l’essentiel y est (Merci pour le cadeau. Tous les jours, c’est trop !!!). Je trouve que ces propriétaires ont beaucoup d’humour et j’espère que leur message sera entendu. Les sacs à crottes sont justement faits pour les chiens ! Nous ne quittons jamais la maison avec Véga en laisse sans nous assurer que nous en avons dans la poche.
Merde alors ! dans Humour merde-de-chien

A tous ceux qui… n’entrent pas dans les grilles

A tous ceux qui... n'entrent pas dans les grilles dans Livres lus A-tous-ceux-qui-nentrent-pas-dans-les-grilles-107x150 Essai de Jeannette INSURGE

Notre société repose sur une base fragile, pas du tout antisismique, et nos vies sur laquelle elles reposent sont par conséquent soumises aux multiples tremblements qui les agitent. L’argent est le maître de notre société. Sans lui, nous ne sommes rien aux yeux des autres. Alors bien sûr, il faut travailler, cela va de soi, pour avoir droit à la sécu, à la location d’un logement, aux prêts bancaires. Alors que se passe-t-il quand soudain, par la faute des actionnaires mécontents, une entreprise ferme ses portes ? Eh bien on est au chômage et là, très vite, tout peut basculer. On perd son appartement, on perd tous ses « droits », on perd son estime et sa dignité et parfois même la vie.
« Là, en bordure d’un supermarché, je le vois. Il est assis en tailleur sur le trottoir, avec une boule de poil (un petit chien adorable) au creux de ses jambes. Je l’observe intensément, quelque chose me gêne. Il est à l’écart des autres. Je fixe mieux, il est jeune, j’ai un pincement au cœur… l’âge de mes fils, peut-être un peu moins. »
Parfois c’est la maladie qui vous tombe dessus. Si vous avez de la chance, c’est un truc bien méchant mais bien connu, genre un bon gros cancer contre lequel les spécialistes ont élaboré un protocole :
« Une maladie, une vraie, répertoriée, rien que le nom ça fout des angoisses !!! »
mais parfois, c’est une maladie sans père ni père, à peine a-t-elle un nom :
« Maladie orpheline. Là le nom ne vous dit rien, et pour cause !!! »
Pour le réconfort, on pourrait croire qu’il y a l’Eglise et ses représentants, ces braves curés qui ne connaissent rien de la vraie vie mais tancent les ouailles sans rire :
« Lui, l’homme d’Eglise, drapé dans ses tissus car il faut un uniforme pour cacher la bêtise ! »

Ce livre n’est ni un roman ni un recueil de nouvelles ou de poèmes. C’est un recueil de pensées en prose duquel la poésie n’est pas exclue. Dès les premières phrases, le style est déroutant. Moi qui aime les longues phrases alambiquées de Proust, les imparfaits du subjonctif de Stendhal, le démarrage a été un peu rude. Par principe et surtout par amitié, j’ai poursuivi. Plus j’avançais, plus je m’habituais. J’ai accepté la forme pour me concentrer sur le fond. Et comme tout est dit avec humour, ça passe ou plutôt, ça secoue sec, ça remue, ça ébranle ! Car Jeannette ne fait pas dans la dentelle, elle n’y va pas par quatre chemins, elle n’appelle pas une vache une biche. Que du bon sens qui fait parfois froid dans le dos et rougir de honte car nous participons à l’absurdité du système. Alors entre deux textes bien cinglants, une petite histoire pleine de douceur et de poésie pour nous rassurer… Ouf ! tout va bien, la vie est belle !
231 pages d’humanité qui ne vous laisseront pas indifférents !

Intouchables

intouchablesintouchables021120118a.jpg Film d’Olivier Nakache et Eric Toledano avec François Cluzet, Omar Sy, etc.

Philippe, aristocrate, vit dans un hôtel particulier. Il souhaite embaucher un homme pour l’aider dans son quotidien. En effet, il est tétraplégique depuis un accident de parapente. Paralysé du cou à la pointe des pieds, il vit dans le souvenir de son épouse décédée après une longue maladie.
Driss, l’ainé d’une famille très nombreuse, vit dans une banlieue populaire. Afin de bénéficier des indemnités de chômage, il doit faire signer un formulaire attestant de sa présence à la convocation. Persuadé qu’il ne peut faire l’affaire et pas vraiment intéressé par le job, il accepte de laisser son document pour que Philippe, l’employeur potentiel, le signe en toute tranquillité. Avant de quitter la demeure luxueuse, il dérobe un œuf de Fabergé qu’il offre à sa mère.
Lorsqu’il revient le lendemain, à sa grande surprise, Philippe lui propose de l’embaucher en ajoutant : « De toute façon, vous ne tiendrez pas quinze jours ! ». Driss relève le défi, soulagé de trouver le gîte et le couvert puisque sa mère, excédée par la conduite irresponsable du garçon, l’a mis à la porte. Cependant, les tâches qui l’attendent sont parfois au-dessus de ce qu’il pense pouvoir supporter…
Philippe en revanche est ravi. L’humour décapant et la joie de vivre de ce grand Noir lui font du bien et il en redemande. Avec Driss, il revit et il se marre. Quand le jeune homme découvre que son patron et presque ami entretient une relation épistolaire avec une jeune femme, il décide de prendre l’affaire en main…
Un film extrêmement drôle sur un sujet pourtant ô combien délicat, d’après une histoire vraie. Les blagues de Driss, comme le fameux « pas de bras pas de chocolat », sont pour l’homme handicapé plus qu’un coup de fouet. Grâce à l’humour décapant du jeune homme, l’homme blessé dans son corps comme dans son âme va retrouver goût à la vie et se sentir de nouveau debout dans sa tête.
L’humour et l’émotion sont déversés à justes doses et les deux acteurs principaux sont très crédibles dans leurs rôles. A voir absolument et pourquoi pas, même revoir !

Ah, ce « beau Solal » !

Voilà le message que m’écrivait ce matin une amie en joignant le fichier ci-dessous.
Bon, déjà, je savais pas qui était ce Solal… Jamais entendu parler de cet oiseau ! Alors boum ! je saute sur mon clavier et tape avec frénésie le mot magique : GOOGLE. J’comprends pas trop pourquoi la nana dit que le fameux Solal est beau à s’en arracher le soutien-gorge… Chais pas… chuis p’tet pas bon juge… Enfin bon, je vous livre le truc, y en a sans doute qui savent !
humour13.jpg

Les artistes

Les avez-vous vus, ces êtres hors du commun ? Bien sûr, quelquefois leurs comportements sont un peu curieux… Ceux qui font dans la musique : on entend leurs compositions, cela touche à la magie. Ce qu’ils arrivent à composer avec quelques notes, c’est… fantastique ! Ceux qui interprètent leurs compositions : leurs doigts volent, leur souffle impressionne, la mélodie sort de leur corps, c’est … grandiose ! Ceux qui chantent : leurs voix harmonieuses, puissantes ou fortes, basses ou hautes, transportent ceux qui les écoutent. Ceux qui transposent sur la toile avec leurs peintures, leurs dessins ou esquisses… magie du subconscient, poétiques ou réalistes, douces ou violentes, claires ou sombres. Pouvoir reproduire son ressenti pour que les autres découvrent d’un seul regard et oublient l’instant présent. Ceux qui pétrissent, taillent, remodèlent les matières avec dextérité et amour, faisant entrer dans le présent ce qui sera le témoignage de demain de ce qui s’est construit hier… Les tragédiens qui, par leurs mots, expulsent les injustices et drames du moment. Les fantaisistes, pleins d’humour, enveloppant leurs désarrois dans le rire, pour ne pas se noyer dans les larmes.
Tous, sous leurs apparences, si fragiles, avec juste le risque d’être happés et broyés par un système qu’ils ne comprennent pas. Combien sombrent en recherche d’amour ? Traqués par la jalousie de ceux qui voudraient être comme eux… n’acceptant pas d’être faits pour autre chose !
Nous sommes pourtant tous des artistes !!! Si, simplement, nous acceptions de faire les choses avec un réel intérêt. Tous, artisans valeureux de « notre » vie, au lieu de vouloir copier sur le voisin…
Seulement voilà : artistes, artisans, ouvriers, pères et mères de famille… notre moteur, en fait, marche à l’amour ! Reconnaissance suprême !

(Jeannette Insurgé) 

Le voleur d’ombres

levoleurdombres.jpg Roman de Marc LEVY

Un jour, le monde du narrateur – qui n’a pas de nom – s’écroule : son père quitte la maison. Ce même jour, il avait découvert un étrange pouvoir : il lisait dans le cœur des autres en chevauchant leur ombre. Alors qu’il s’apprêtait à confier ce secret à son père, celui-ci s’en allait, les laissant, lui et sa mère, dans la peine. Durant toutes les années de son enfance et de son adolescence, il a attendu la visite de son père qui n’est jamais venu le voir, ainsi qu’il l’avait promis. Alors il se raccroche à sa mère et à son ami Luc, le fils du boulanger. Un jour, en vacances avec sa mère au bord de la mer, il fait la connaissance de Cléa, une petite fille sourde et muette. A la fin de la semaine, il lui promet de revenir l’année suivante. Malheureusement, il n’a jamais pu honorer cette promesse car sa mère et lui ne sont jamais retournés en vacances à cet endroit.
Devenu adulte, il part étudier pour devenir médecin. Il rencontre Sophie. Depuis l’enfance, il ne parle plus beaucoup avec les ombres ; pourtant, une fois, il parvient grâce à son étrange pouvoir à deviner le secret d’un petit garçon qui se laisse mourir de faim. Il conquiert ainsi le cœur de Sophie. Mais leur relation a du mal à prendre son envol, même s’il emmène la jeune fille dans son village pour qu’elle fasse la connaissance de sa mère et de son meilleur ami à qui il propose de venir réaliser son rêve : étudier la médecine. Les deux garçons et la jeune fille forment un trio aux sentiments ambigus et aucun ne semble vraiment heureux.
Et puis un jour, alors qu’ils sont tous les trois dans une station balnéaire, le passé remonte à la surface et tout bascule. Il se souvient de cette plage, de ce phare, de ce petit garçon qu’il était manipulant un cerf-volant, et cette petite fille, Cléa…
Dans ce roman, humour et émotion alternent avec bonheur et le lecteur qui apprécie l’univers imaginaire de l’auteur entrera sans difficulté dans la peau du personnage qui a en lui plus d’humain que de surnaturel.
Un très bon Marc Lévy, peut-être le meilleur.
 

Déchirures intimes

dchiruresintimes.jpg Nouvelles de Laurence Litique

Treize nouvelles constituent ce petit recueil d’une centaine de pages. Elles sont donc très courtes mais répondent parfaitement aux critères du genre : récit court et concis, très peu de personnages, sur une durée assez courte, de quelques minutes à quelques jours tout au plus, style sobre mais soigné, et chute inattendue.
L’auteur nous emmène tantôt tout près de chez nous, tantôt dans des univers totalement inconnus, des contrées lointaines où le dépaysement est garanti.
L’auteur a un sens aigu de la psychologie humaine. Qu’elle mette en scène des enfants, des femmes ou des hommes, elle trouve toujours le ton juste et les réactions typiques de ses personnages. Enfin, si l’émotion est souvent présente dans ces treize récits, l’humour et parfois même une certaine dérision ne sont pas exclus.
Un petit garçon du coin de la rue découvre l’amour dans les yeux d’une petite fille apparemment recluse et sa propre vilénie quand il découvrira sa différence.
Un autre petit garçon, dans un pays lointain, apprend à s’évader de la misère par l’esprit.
Une jeune fille trouve le moyen d’échapper à la rigidité de ses parents pour rejoindre celui qu’elle aime.
Un Occidental se retrouve prisonnier d’une tribu africaine.
Une femme obèse se rend au rendez-vous que lui a fixé l’internaute avec lequel elle échange depuis des semaines. La rencontre échoue mais… surprise !
Un homme offre un CD enregistré à sa femme pour faire passer le message qu’il tente de lui dire depuis des semaines.
Un scientifique, très occupé par sa vie professionnelle, ne prête qu’une attention distraite à la grossesse de son épouse. Un brin goujat dans ses réflexions intérieures, la réalité de la vie va se charger de le faire redescendre sur terre.
L’adultère et la vie cachée qui lui est inhérente. Mais là aussi, surprise !
La vie misérable d’un petit garçon battu vue par lui-même. Emotion.
Bref, un livre très bien écrit qui aborde des thèmes différents dans des styles pareillement variés. Impossible de ne pas y trouver du plaisir.

Absolument dé-bor-dée !

absolumentdebordee1.jpg ou le paradoxe du fonctionnaire. Récit de Zoé Shepard

Après huit ans d’études, la narratrice intègre une mairie de province comme chargée de mission. Mais son enthousiasme du début va vite tomber à plat lorsqu’elle se rend compte dans quel univers ubuesque elle est tombée. Les personnes les moins compétentes sont à l’encadrement et les collaborateurs rivalisent de stupidité et de paresse. Alors qu’une tâche requiert au maximum deux heures de travail, on lui donne un délai de deux semaines. Entre son chef surnommé Simplet et la collaboratrice de celui-ci surnommée Coconne, Zoé Shepard fait ce qu’elle peut pour garder un minimum de conscience professionnelle et désespère de s’épanouir dans son boulot quand les 35 heures ne se font pas en une semaine mais en un mois.
Ce livre, écrit à la première personne du singulier, se lit très vite et si on rit parfois aux anecdotes rapportées par l’auteur, on finit quand même par s’ennuyer car les trois cents pages de ce livre ne sont qu’une accumulation d’anecdotes redondantes écrites, qui plus est, dans un style assez lassant et assez peu littéraire.
On peut aussi reprocher à Zoé Shepard le ton très condescendant qu’elle emploie de la première à la dernière page et son humour qui vire au mépris et à la cruauté verbale pour parler de ses collègues, supérieurs et subalternes dont aucun, sauf une à qui elle dédie à peine une page tout compris, ne semble lui arriver à la cheville. Dans son environnement professionnel, tout le monde est con, à un tel point que cela en devient suspect…
On peut aussi lui reprocher d’avoir réalisé une caricature du fonctionnaire qui peut nuire gravement au service public, déjà mis à mal par la politique du gouvernement actuel. Ayant travaillé dans des entreprises privées de taille moyenne, je peux affirmer qu’il y a aussi des « glandeurs » qui ne font rien ou pas grand-chose de leurs journées, qui passent leur temps entre la machine à café, les toilettes et le fumoir, qui utilisent leur ordinateur pour retoucher leurs photos personnelles et la photocopieuse du service pour reprographier des bouquins entiers.
Mais le plus gros reproche que l’on pourrait faire à Zoé Shepard, ou plutôt à Aurélie Boullet, puisqu’elle a été démasquée depuis la sortie de son livre, est d’avoir réintégré son poste dans la mairie de la région Aquitaine qu’elle a tellement dénigré dans son livre. Cela aurait eu tellement plus de panache de démissionner, puis d’écrire son livre. Alors que là, après avoir si farouchement craché dans la soupe, elle retourne à la mangeoire, après quatre mois de suspension qui ne lui auront rien coûté puisque en remplacement de son salaire, elle aura touché d’énormes droits d’auteur.
Quand on se souvient de la vague de suicides à France Telecom, on peut s’interroger sur les qualités intellectuelles mais surtout humaines de cette jeune femme qui, avec son livre, donne de l’eau au moulin des nombreux détracteurs de la Fonction Publique qui ne se privent pas de mettre tous les fonctionnaires dans le même sac.
Tout compte fait, on en arrive à trouver Coconne et Simplet beaucoup plus sympathiques car eux, même s’ils brassent de l’air à longueur de journée, ils ne font de mal à personne… 

le 1er mai avec humour

gloria033.jpg

Mon père est femme de ménage

monpereestfemmedemenage1304201111a.jpg Film de Saphia Azzeddine avec François Cluzet, Jérémy Duvall, Jules Sitruk, etc.

Polo, 16 ans, vit en banlieue. Ses copains sont arabes, noirs, juifs. Plutôt bon élève, il a les problèmes d’un adolescent de son âge : les flirts et la grandeur de sa « queue ». Entre une mère constamment alitée et une soeur qui rêve de devenir Miss Quelquechose, Polo grandit surtout au contact de son père qu’il aime et estime ; malheureusement, celui-ci est femme de ménage, un métier qui suscite les moqueries que le jeune homme accueille le plus souvent avec flegme, ce qui ne l’empêche pas de se sentir un peu en dehors de cette famille. Son père cependant rêve pour lui d’une meilleure situation, hors de sa condition et de son environnement.
Un film réalisé par l’auteur Saphia Azzeddine d’après son roman éponyme, plein d’humour et de tendresse, parfois un peu caricatural, mais on passe un mon moment dans cette banlieue où les différentes communautés vivent ensemble dans une belle harmonie et un certain respect mutuel. François Cluzet en fait peut-être un peu trop mais le jeune Duvall est très crédible dans son rôle d’adolescent un peu hors normes.

Dix ans de télé !

10ansdetl.jpg Chroniques de Guy CARLIER

Ces chroniques, sous forme abécédaire, ne sont pas récentes puisqu’elles balaient la télévision de 1995 à 2005, le livre ayant été publié cette même année 2005. Mais le thème est intemporel, même si en six ans la TV a encore évolué, ou plutôt dégringolé.
Moi qui ne suis pas scotchée devant le petit écran – j’entends celui de la télé car celui de mon ordi, je le connais par coeur ! – je n’ai pas toujours identifié les émissions et les animateurs brocardés. Certains ont disparu du PAF mais d’autres, Lepers et Foucault par exemple, sont toujours là.
Dans ces chroniques, Guy Carlier n’est pas tendre, il est même souvent féroce, à la limite de la méchanceté. Mais il a un énorme talent et quand on a du talent, on peut tout se permettre, la vulgarité comme la méchanceté.
Cela dit, s’il est féroce avec les autres, il ne manque pas d’humour envers lui-même puisqu’il dit que son bouquin est énorme, comme lui, ou quand il explique que, par ennui, il va chercher son pot de nutella pour y tremper ses Pépitos !!!
Bref, j’ai passé d’excellents moments, même si la lecture de ces plus de six cents pages a pris du temps car le format du bouquin ne me permettait pas de le prendre avec moi dans le bus. Heureusement d’ailleurs, car il me faisait parfois rire aux éclats. Alors déjà qu’en voiture, je passe pour une débile à rire toute seule au volant en écoutant Nicolas Canteloup…

Flammes

joffaflammes.jpg Poésies de Nathalie JOFA

Ce petit recueil de poésie est un petit bijou.
Préfacé par Yvette Leroy et illustré par l’auteur, il contient une quarantaine de poèmes qui nous emmènent dans l’univers de Nathalie Jofa.
Amateurs de poésie classique, ne cherchez pas la rime riche, ne comptez pas les syllabes, oubliez le sexe des rimes. Nathalie écrit en vers libres, ce qui ne l’empêche pas de manier la langue française avec brio ; ses mots sont choisis avec soin pour les marier, les juxtaposer, les opposer, et arriver ainsi à composer des poèmes qui touchent le lecteur.
Nathalie nous invite à
Laisser s’enfuir le passé
Et croquer fort l’instant présent
Dans un aveu poignant, elle nous dit :
Ce poème était tapi
Dans les noeuds de mes entrailles.
Elle nous livre ce que ressent tout auteur :
Ce poème que je vous écris
C’est un enfant que je libère.
Plus loin, elle nous donne la recette :
Ecrire comme l’on vit
Ecrire comme l’on aime
Comme de nombreux poètes, Nathalie écrit la nuit :
Je suis la maudite artisane
De ce sommeil qui s’est enfui
et plus loin, la révélation de l’éternel obsession :
Chercher la rime, creuser le mot
Sous le ciment de nos angoisses
Et tout cela n’empêche pas l’humour, comme dans son poème « J’habite chez mon chat » :

Enfin, un mot sur la forme. Ce recueil est le fruit d’un travail artisanal, aux Editions Atelier des mains libres, chez l’auteur. De facture sobre, tout l’attrait du livre est dans la très bonne qualité du papier ivoire qui a en outre l’avantae d’atténuer le contraste des illustrations monochrome.
Bref, un petit ouvrage à avoir dans sa bibliothèque, voire sur sa table de chevet.

L’exil est mon pays

lexilestmonpays22217802.jpg Roman d’Isabelle ALONSO 

Angel, Espagnol républicain, a fui son pays et trouvé refuge en France, dans une petite ville de Bourgogne. Libertad le rejoint avec leur bébé, Rodrigo. En France naissent trois autres enfants, un garçon et deux filles. C’est l’aînée des filles, Angustias, qui prend la plume pour raconter la vie de cette famille d’émigrés bien intégrés et pourtant toujours étrangers, même les enfants dont le pays natal est la France. Pas tout à fait Français, plus tout à fait Espagnols, les enfants grandissent entre deux patries, deux langues, sans jamais parvenir à être « comme les autres » d’un côté des Pyrénées comme de l’autre.

On découvre avec plaisir la vie de cette fratrie unie autour d’un couple dont on devine que rien, sinon la mort, pourrait séparer. Ecrit sans tabou et avec beaucoup d’humour, ce livre est un régal de drôlerie et d’émotion. L’auteur nous emmène avec beaucoup d’habileté du pays du rire à celui des larmes, sur un ton très juste, sans excès. Un ouvrage qui aide à faire comprendre le mal-être de ces enfants qui ne parviennent pas à trouver leur place car issus de l’immigration, bien que nés en France.

La carte et le territoire

michel20houellebecq2020la20carte20et20le20territoire.jpg Roman de Michel HOUELLEBECQ

Jed Martin est le fils d’un entrepreneur à la retraite. De sa mère qui s’est suicidée alors qu’il avait sept ans, il n’a que très peu de souvenirs. Photographe de talent, il se lance dans la peinture et obtient un immense succès. Alors qu’il peut tout s’acheter, il vit seul, petit héros d’une vie banale dont il cherchera, jusqu’à sa mort, le sens…
Ce roman est un vrai délice ! Ecrit dans une langue à la fois simple et soignée, on se laisse séduire par cet artiste atypique et sympathique qui prend la vie comme elle vient. Outre le plaisir d’entrer dans un domaine artistique dont l’auteur nous donne une profusion de détails, on découvre dans ces pages beaucoup d’humour et un sens certain de l’autodérision.
Un très bon livre qui n’a pas volé son Prix.

Pauvre petite femme riche…

unmondefou2.jpg

Les Anglais sont pourtant réputés avoir de l’humour ! Bon… en même temps, en période de crise et de réelles vaches maigres… Encore que les plus défavorisés soient souvent ceux qui se délectent le plus des frasques des stars capricieuses qui se baignent, par exemple, dans une baignoire géante remplie de champagne !… ou qui ne s’émeuvent pas qu’elles se déplacent en jet privé pour aller dans un palace à l’autre bout du monde à plusieurs milliers d’euros la nuit !
Cela me rappelle une anecdote. Je vivais alors seule avec mon gamin et nous passions nos vacances en Bretagne. Alors que nous voulions visiter un château, la grille demeura fermée. J’insistai et une vieille dame toute menue mais très distinguée se présenta. Le château était bel et bien fermé au public. Emue par la déception de mon gamin qui avait alors cinq ans, elle nous fit entrer et nous proposa le thé. Une soubrette apporta un plateau d’argent avec la théière, les tasses, une assiette de gâteaux pour le petit, etc. Nous discutions agréablement lorsque la châtelaine soudain soupira :
« La vie est dure, vous savez ! J’ai dû me séparer d’une grande partie de mon personnel. Je n’ai plus qu’une femme de chambre qui fait aussi la cuisine et un jardinier qui fait aussi chauffeur. »
Le récit des malheurs de cette dame, par ailleurs délicieuse, me laissa rêveuse…
Deux heures plus tard, je me mis au volant de ma vieille Panda poussive en pensant au dîner que j’allais cuisiner et servir moi-même… Chemin faisant, je me dis que tout est toujours très relatif et que mes « malheurs » valaient bien ceux de cette châtelaine et qu’un SDF m’aurait sans doute taxée de nantie. C’est d’ailleurs le problème que l’on rencontre quand on visite un pays du Maghreb par exemple : les mandiants ne comprennent pas que les riches touristes ne « puissent » pas donner plus. Sans se douter qu’ils se sont parfois privés pendant une année complète pour se payer leurs vacances.

Le premier jour

lepremierjour.bmp Roman de Marc LEVY

Adrian, greco-anglais, est astronome physicien ; Keira, anglo-française est archéologue. Il travaille sur un haut-plateau chilien ; elle fouille la terre dans la vallée de l’Omo en Ethiopie. Tous deux, passionnés par leur travail, sont hantés par les origines de l’humanité. Une pierre naturelle offerte par un petit orphelin à Keira va bouleverser la vie de l’archéologue et la jeter dans une aventure haletante aux côtés d’Adrian qui n’est autre que son premier amour qu’elle retrouve par hasard pour leur plus grand plaisir. Mais ils ne sont pas les seuls intéressés par ce mystérieux pendentif et leurs ennemis sont déterminés à les empêcher coûte que coûte d’accéder à la vérité.
Un roman passionnant dès la première ligne. Marc Levy embarque son lecteur dans un récit émouvant et plein d’humour dans des pays aussi différents que le Chili, l’Ethiopie ou la Chine.
A lire absolument pour passer un bon moment.

Ulysse de Joyce… avec humour…

Personnellement, je ne connais pas cet Ulysse-là… Mais tout le monde comprendra le trait d’humour du dessinateur.
humoursignesempeulysse2.jpg

Madame a vieilli

Texte envoyé par une collègue en écriture :

« Madame est assise, elle réfléchit
Que de temps passé…. Elle sourit
Madame repense… a-t-elle peur ?  Non !
Est elle triste ?  Non !
Tout simplement elle regarde derrière elle et elle pense… 

Sans peur, sans haine, sans rancune, même plus de regrets
Juste un grand calme, c’est assez étrange.
Elle repense à sa mère qui avait été obligée de couver
Mais qui ne voulait pas de poussins.
Elle repense à ses guerres, elle est étonnée : à quoi cela a-t-il servi ? 

Son visage est détendu, elle revoit les tornades qui ont traversé sa vie,
Elle n’en revient pas d’avoir résisté à tous ces cataclysmes
Ces séismes qui l’ont ravagée, laissée anéantie parfois et puis…
Le temps passant elle est là :
Devenue calme, sereine, détachée de tellement de choses… 

Madame sait ce quelle ne veut pas ! 

Lorsqu’elle fait face à ceux qui veulent la défier
Un sourire léger sur les lèvres, des yeux d’aciers qui ne se ferment pas
Mais plongent dans l’adversaire… Madame n’élève pas la voix
Tout simplement elle explique ce quelle ressent
Et même cela amène son rire 

De tout ce qu’elle a traversé elle a conservé…. L’humour !
Base de sa philosophie de terrain
Et si madame ne peut que rire aux larmes
N’y voyez que l’évaporation de tout
Ce que madame a refoulé… 

Madame a compris, on ne peut rien contre la bêtise
La méchanceté, la jalousie, la mesquinerie, la cupidité.
Si, peut-être une chose : ne jamais se laisser corrompre envers et contre tout ; garder le cap comme le préconisait le philosophe ALAIN dans ses PROPOS,
Elle ne croit plus au bonheur pour elle mais elle le souhaite aux autres… 

Au froid glacial qui avait congelé son âme maintenant le calme lui a redonné souplesse.
Madame sait que si on lui proposait de revivre sa vie elle dirait NON !
Madame n’a pas peur de la mort, seule question la réincarnation !!! beurk !!
Pour une fois madame a envie de se faire plaisir
La nature, les animaux, les plantes… 

Tant de choses qui restent : ce pourquoi ils ont été fait,
Dans le calme où elle est parvenue, madame voudrait savourer un peu de douceur 

Oui madame a vieilli et en fait bien vieilli
Madame n’est pas heureuse, pas triste, pas riche….
MADAME EST EN PAIX !!! » 

(Jeannette Insurgé – 30/12/2006)

 

 

Coupeur ou barreur de feu…

Une amie magnétiseuse m’avait un jour guérie, de manière très spectaculaire, d’une brûlure, par simple imposition des mains sans contact charnel.
Dimanche matin, je reçois un mail d’une collègue en écriture qui évoque le sujet. Immédiatement, je lui demande si elle traite aussi l’eczéma, éventuellement à distance. Le stress, dû à une période creuse sur le plan professionnel, fait resurgir et s’étendre une plaque d’eczéma… La dame me répond que ce n’est pas sa spécialité, mais elle essaiera, à l’aide d’une photo que je dois lui envoyer. J’obtempère et rejoins Monique à Laxou au marché campagnard. Plusieurs fois, je ressens des picotements dans ma plaque d’eczéma… Ce matin à 9 h 00, je reçois une petite commande. A midi, la plaque d’eczéma a quasiment disparu… Est-ce l’effet de la coupeuse de feu ou la réception d’une commande ? Ou la conjugaison des deux ?

Concernant le sujet, voici ce que la coupeuse de feu me dit :

« Il est 4 heures du matin, je devrais dormir mais je ne le peux pas, tourmentée par plein de mots, le stylo veut transmettre.
Avez-vous pensé à «ces coupeurs de feu » ?
Ceux qui suscitent tant de paroles, tant de sentiments contradictoires, tant d’attirance et tant de rejets voire de la peur ?
Oui les « coupeurs de feu » , les toucheurs, les souffleurs, les magnétiseurs et que sais-je encore…
Remarquez, faut pas se plaindre, il y a eu des époques ou les sympathiques religieux nous brulaient sur la place publique ! Voyez leur humour…Si t’es « coupeur de feu »…coupe celui là ! Et paf carbonisé le coupeur ! Et en plus si le coupeur était roux !!!
Avez-vous jamais pensé à ce que ressentaient les « coupeurs de feu » ?
Croyez vous qu’il soit facile de ressentir le feu de la souffrance des autres, d’éteindre des feux rallumés sans cesse… D’être un pompier dans un cercle de feu attisé par la bêtise humaine ???
Pensez-vous qu’il soit facile de sentir le feu qui consume les gens que l’on croise ou que l’on aime, de sentir que malgré l’apaisement que l’on peut transmettre, le froid de la mort vient pour les apaiser et nous les enlever définitivement ?
Transmetteurs d’apaisement certes mais nous, que pensez-vous que nous ressentions face au destin implacable ?
Vous qui nous posez tant de questions dont nous n’avons pas les réponses, pensez-vous vraiment que cette énergie, «ce don » disent certains, ne nous fasse pas souffrir ?
Imaginez-vous : vous voyagez en train, vous êtes assis dans votre wagon…
Vous « sentez » que l’homme qui vient de s’asseoir en face de vous est très malade, qu’il arrive en fin de vie. Vous êtes cloué sur votre siège et vous vous sentez très mal !
A l’arrivée ce même Monsieur vous demande dans un sourire : « voulez vous que je vous aide à porter votre valise ? » vous répondez : « non merci », également avec un sourire et vous vous sauvez comme un voleur !
Des situations comme celles là sont monnaie courante et elles vous donnent envie de vous calfeutrer chez vous !
Si cette nuit les mots m’étouffent, c’est qu’aujourd’hui, une fois de plus, j’ai enlevé le feu à quelqu’un que j’aime beaucoup,. Elle supporte très mal la morphine, et j’ai ressenti ce que je n’aime pas…alors quand elle m’a embrassée, soulagée, en pleurant et en me disant merci ; ses yeux confiants dans les miens…. Juste enlevé les flammes, mais je le sais le brasier est resté, alors comme toujours dans ces cas là, j’ai juste pensé : Energie S T P enlève la souffrance et que tout se passe au mieux !
Avec les animaux c’est tout aussi douloureux pour nous, leurs regards étonnés d’abord, puis confiants et apaisés. Eux ils sont en phase avec les énergies, pas de méfiance, non, ils se détendent un point c’est tout ! Ils se souviennent et à chaque fois qu’ils vous rencontrent, ils viennent vers vous, et d’instinct s’ils ont un problème ils se placent contre vous, attendant avec confiance que vous « coupiez le feu » de leurs douleurs, puis une léchouille et ils vont faire la sieste !
Croyez vous qu’un fil électrique sait pourquoi il a été fait pour transmettre l’électricité ?
Et bien les « coupeurs de feu » ne sont que des fils électriques, et quand pour une raison inconnue l’énergie ne ramène pas la lumière, le fil électrique en est navré mais il ne peut qu’implorer la lumière et souffrir dans le noir.

Jeannette insurgé – 26 mars 2010″ 

 

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

lecerclelittraire.jpg Roman de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Juliet Ashton, écrivain anglais, est à la recherche d’un nouveau sujet de roman. En ce début d’année 1946, la guerre est encore bien présente dans les esprits.
Elle reçoit un jour un courrier d’un habitant de Guernesey et commence une correspondance avec lui. Ce qu’il lui raconte de son expérience de l’occupation allemande la fascine  au point qu’elle décide de se rendre sur l’île pour faire connaissance avec cet homme et ses ami(e)s qui ont créé ce fameux cercle littéraire des amateurs de tourte aux épluchures de patates, une trouvaille de génie pour éviter les représailles d’une patrouille allemande.
Un roman épistolaire un peu déroutant au début, mais très vite passionnant avec ses personnages plus truculents les uns que les autres. Qualité d’écriture, originalité et humour font de cet ouvrage un livre vraiment à part qui vaut vraiment la peine d’être lu.

Nilda Fernandez en concert à l’espace Chaudeau

Un concert de Nilda Fernandez, c’est au début un récital presque ordinaire. L’homme arrive, prend sa guitare, l’accorde, se perche sur une chaise haute et commence à chanter. Il n’est pas avide d’applaudissements, enchaîne volontiers deux ou trois chansons et le public, sous le charme, reste coi. Après les applaudissements, il parle un peu, raconte d’où il vient, Barcelone, Madrid, évoque Garcia Lorca et ses poèmes dont il tire souvent son inspiration.
Après un peu plus d’une heure, après avoir mélangé le français et l’espagnol de ses anciens titres , le chanteur quitte sa chaise et pose sa guitare. Déjà fini ? Il demande de la lumière, les spots de la scène brillent plus intensément, il se protège les yeux de la main. Alors, souriant, il rectifie sa quête : il souhaite que le technicien allume les lumières de la salle, juste un peu, juste de quoi pouvoir distinguer les visages des premiers rangs. Il reprend sa guitare, s’avance précautionneusement sur le devant de la scène et s’assied sur le rebord, jambes pendantes. Malgré son habitude de la scène, il nous explique la difficulté de chanter devant un « trou noir » qui le mène parfois sur les rives de l’ennui, une baisse du désir, le plaisir qui fout le camp.
Soudain, le récital devient magie ! C’est comme si nous retrouvions un pote chanteur qui nous racontait les anecdotes de ses tournées, ses voyages, ses rencontres. Il chante et, à sa demande, le public reprend en choeur le refrain. Cela marche un peu moins bien que pour Bruel – et comme plus personne ne fume, il n’y a plus de briquets à allumer – mais cela met de l’ambiance et Nilda Fernandez est indulgent.
Après une heure trois quarts de concert, le chanteur quitte la scène sous les applaudissements qui ne veulent pas cesser. Alors il revient et nous offre encore trois ou quatre chansons de son dernier album (le précédent date d’il y a dix ans !!!) et quelques histoires qu’il raconte en musique avec beaucoup de drôlerie.

Une soirée très agréable en compagnie d’un chanteur qui a su rester proche de son public malgré le succès et qui mélange à merveille la nostalgie et l’humour.

Nilda Fernandez
Album : Nilda Fernandez
en concert à l'espace Chaudeau de Ludres septembre 2009
12 images
Voir l'album

Pour quelques extraits des chansons de Nilda Fernandez :
http://www.toutnancy.com/generation-v2/index.php?first=1&iddom=2&idpage=140260&t=NILDA FERNANDEZ EN CONCERT

Araignée de nuit… hystérie !

Ceux qui me connaissent connaissent ma phobie des araignées.
Nous nous apprêtions hier à nous coucher lorsque, malgré ma mauvaise vue, j’aperçus un truc sur le bois de la tête de lit.
– C’est pas une araignée que je viens de voir ? interrogeai-je.
– Hein ? répondit Monique en continuant à se déshabiller.
– Si ! c’est bien une araignée ! m’écriai-je en me précipitant vers la porte.
Je m’attendais à ce que ma compagne se rue dans la lingerie pour aller chercher la tête de loup, mais elle continuait tranquillement à se déshabiller.
– Tu ne vas pas la laisser là ? demandai-je.
– Tu sais l’heure qu’il est ? répondit-elle.
Je ne voyais pas le rapport. Certes il était trois heures du matin, mais pour des gens comme nous qui se couchent régulièrement entre une et deux heures de matin, ce n’était pas non plus extraordinaire. Et puis quelle que soit l’heure, elle ne pouvait pas décemment laisser une araignée vagabonder dans la chambre !
– Je vais dormir sur le canapé ! annonçai-je.
Monique soupira et m’enjoignit à aller chercher l’ustensile pendant qu’elle partait à la recherche de la bestiole.
La tête de loup, initialement conçue pour enlever les fils de poussière et éventuellement les toiles d’araignées des plafonds, est l’ustensile idéal pour aider les araignées à regagner l’extérieur. Car si j’ai peur des araignées, je ne veux pas non plus qu’on leur fasse du mal. On ne sait jamais, la bestiole peut avoir le temps de communiquer avec ses copines et leur vengeance serait terrible. Donc chez nous, on ne tue pas les araignées, ni aucune autre bête d’ailleurs. Quand je pense à ma meilleure amie qui écrabouille sauvagement tout ce qui rampe, je crains toujours de me réincarner en araignée et de m’égarer chez elle. Mon compte serait réglé en deux coups de savate ! On a beau me dire qu’il n’y a guère de chance qu’un être humain se réincarne en animal, je me dis qu’on ne sait jamais, une erreur est si vite arrivée !
Je tendis donc le balai rond à Monique qui soulevait le matelas. A trois mètres de distance, je contrôlais le déroulement des opérations.
– Tu pourrais quand même m’aider ! s’écria Monique.
– Euh… oui… bien sûr ! dis-je en m’agenouillant sur le lit et agrippant le coin du matelas, prête à tout lâcher à la moindre alerte.
– Je l’aie ! s’exclama Monique.
– Super ! haletai-je, toujours cramponnée au matelas.
– Ouvre vite la fenêtre !
Je lâchai tout et me ruai vers la fenêtre.
– Merde ! elle s’est sauvée !
J’étouffai une plainte derrière mon poing.
– Ah ! la voilà ! tant pis, je l’écrase.
J’acquiesçai, tremblante, et marmonnai dans ma tête une prière improvisée : « C’est pas ma faute, ma très grande faute… pardonne-moi ton trépas comme je te pardonne ton aspect horrible… pour l’amour du ciel n’appelle pas tes copines… je te jure que d’habitude on ne tue pas les représentants de ton espèce… tu es responsable de ta mort… par ta fuite… si tu t’étais accrochée au balai, tu serais dehors… ne m’en veux pas… »
– Eh ! ça va ?
– Hein ? euh… oui… ça va !
Alors Monique se mit à rire et me rappela un autre épisode… Je travaillais alors encore en entreprise. Monique était déjà partie. J’allais moi-même quitter la maison lorsque je vis une araignée, énorme, sur le mur de la cuisine. Genre très grosse, très noire et très velue. Une horreur ! Une mygale, quoi ! Hein ? un peu plus petite ? Ouais… peut-être… mais quand même très grosse. Ne pouvant pas partir en laissant la bête errer, j’appelai Monique au bureau. Au lieu de monter immédiatement dans sa voiture pour venir me libérer, elle entreprit de me donner le courage, par téléphone, de mettre la bestiole dehors grâce à cette fameuse tête de loup.
Téléphone dans une main, je réglai de l’autre le manche au maximum de sa longueur.
« C’est bon ? demanda Monique »
« Oui ! »
« Alors ouvre la porte de la cuisine ».
Je m’exécutai sans quitter le monstre des yeux.
« Prends la tête de loup et applique-la sur l’araignée, mais pas trop fort. D’accord ? »
Je ne pouvais plus parler… Cela dura vingt minutes ! J’avais un mal de ventre que seuls les phobiques peuvent imaginer et des gouttes de sueur me tombaient dans les yeux. A force de patience et d’encouragements, Monique parvint à me faire approcher le balai rond suffisamment près de l’araignée pour qu’elle s’y accroche. La découvrant sur les poils roses de la tête de loup, je propulsai l’engin sur la terrasse et fermai prestement la porte avant d’éclater en sanglots, anéantie par la tension nerveuse de la dernière demi-heure. Il ne me restait plus qu’à reprendre une douche avant de partir au boulot !
– Ca m’avait fait bien rire, fit Monique, quand j’avais découvert la tête de loup au milieu de la terrasse !
– Ah ah ! je vois pas ce qu’il y a de drôle !
Dans ces moments-là, je reconnais manquer d’humour…
Je me souviens avoir été très fière d’avoir réussi à sortir cette grosse araignée, la première fois de toute mon existence ! Mais cela ne m’avait pas guérie de ma phobie et je ne suis toujours pas volontaire quand il s’agit d’en mettre une dehors. 

11 septembre 2001

C’était un mardi. J’avais quitté le bureau comme d’habitude vers 16h30. Sur le chemin du retour, j’écoutais toujours la radio, une émission animée par Laurent Ruquier et ses chroniqueurs qui ne manquaient pas d’humour… plus ou moins lourd… Lorsque je tournai le bouton, j’entendis qu’un avion avait percuté une tour à New York… Je me dis qu’ils y allaient un peu fort ! Puis je compris que c’était vrai, que l’émission avait été interrompue et remplacée par un flash d’information en direct de Manhattan. Ce que j’entendais dépassait toutes les fictions.
Arrivée à la maison, je me ruai vers le poste de télévion, talonnée par notre labrador qui ne comprenait pas mon inhabituel désintéressement pour sa personne. Les images étaient à la hauteur des commentaires entendus à la radio. C’était inimaginable. L’émotion était immense. N’en pouvant plus devant ce spectacle d’apocalypse, j’avais appelé mon amie qui travaillait encore.
Je ne parvenais pas à me détacher du téléviseur. Tout cela paraissait tellement incroyable, tellement… hollywoodien !… Huit ans plus tard, en revoyant les images, l’émotion est toujours aussi vive. Quant aux hypothèses avancées sur une possible orchestration de ces attentats par l’administration Bush… cela laisse… perplexe… Réels sont bien les milliers de morts victimes de ces deux attaques spectaculaires.

Mépris, mal du siècle ?

Récemment dans une clinique privée du Grand Nancy pour l’exérèse en ambulatoire d’un kyste sébacé à la joue gauche, j’ai pris conscience du mépris dont certains de mes clients rendent compte dans leur biographie.
J’avais rendez-vous à 13h45 pour être opérée à 14h00. L’intervention chirurgicale devait durer un quart d’heure. Je pensais donc être rentrée au plus tard à 15h30.
Nous étions à la clinique dix minutes avant l’heure, Monique préférant en l’occurrence l’avance au retard. Arrivées dans la salle d’attente, nous trouvons une dame et son fils, un jeune-homme de seize ou dix-sept ans. Nous nous installons et commençons à lire. Alertée par notre coup de sonnette, une infirmière passe la tête, une dizaine de minutes plus tard, et me demande mon nom et l’objet de ma présence… Nous reprenons notre lecture… 14h00… 14h15… 14h20… 14h25… 14h30… Alors que nous nous étonnons du retard, la dame nous informe que son fils avait rendez-vous à 13h30 pur enlever une broche à son index droit.
A 15h00, une brochette de cinq femmes opérées du canal carpien sort du bloc ; elles prennent place en attendant l’arrivée de leur mari pour rentrer chez elles.
Une demi-heure plus tard, nous sommes toujours là, avec le jeune-homme et sa mère qui commence à pester. Monique aussi. Elle finit par se lever pour aller à l’accueil et demander si le Dr X est bien dans l’établissement ! Elle revient, légèrement énervée, et me signale que la secrétaire n’a aucune idée de la présence ou non du chirurgien dans la clinique ! Quelques minutes plus tard, la jeune femme de l’accueil entre dans la salle d’attente et me tend le téléphone. La secrétaire du Docteur X me confirme qu’il se trouve bien à la clinique et a pris en compte dans son planning deux interventions en ambulatoire. Me voilà rassurée, mais en attendant, le stress, quasi inexistant à 14h00, a eu le temps de faire son chemin et Harry Potter a du mal à le supplanter dans mon esprit !
Excédée par nos griefs, la secrétaire de l’accueil nous demande de les transmettre au chirurgien…
– On peut comprendre qu’il y ait du retard, mais qu’on nous informe, au moins ! dit la dame.
– C’est vrai, acquiesce Monique, nous aurions pu aller nous balader au lieu de poireauter ici.
C’est vrai que la salle d’attente, glaciale à tous les points de vue, ne favorise pas la détente !…
– Dites tout cela au chirurgien, conclut la secrétaire en tournant les talons qu’elle a particulièrement hauts !!!
Je replonge dans le monde magique de Potter. L’adolescent me tire de ma lecture de plus en plus laborieuse au fur et à mesure que passent les minutes.
– Si ça se trouve, il ne sait plus comment on fait et il est au téléphone avec sa secrétaire : « Dis-vois, tu veux pas regarder la procédure sur Internet ? Ça m’aiderait beaucoup, parce que là, franchement, je patauge ! Et j’en ai encore deux qui m’attendent ! »
Nous rions tous les quatre. Rien de tel que l’humour noir pour évacuer le stress !
Soudain, le chirurgien – je le reconnais à peine sous la charlotte règlementaire – passe la tête, souffle bruyamment et murmure : « j’arrive » avant de disparaître à nouveau. Nous nous regardons, effarés.
A 16h00, l’adolescent est appelé. A 16h15, c’est mon tour. Plus de deux heures de retard !
Lorsque le chirurgien me demande si je suis allergique à quelque chose, je réponds non, sauf à l’attente ! Il rétorque qu’il y a eu des imprévus.
Je peux très bien le comprendre, mais j’ignorais que cela menât obligatoirement au mépris des autres patients !…

Un cousin épatant

lagneymai2008005.jpg 

Christian, mon cousin par alliance, est tétraplégique depuis deux ans et demi, précisément depuis le 1er janvier 2006. Alors qu’ils rentraient chez eux après avoir fêté la Saint Sylvestre en famille, un sanglier croisa leur chemin, une route qu’ils connaissaient par cœur. Sa femme, qui conduisait car elle ne boit jamais une goutte d’alcool, braqua à droite en direction d’un champ pour éviter le choc frontal avec l’animal. Malheureusement, entre la route et le champ se trouvait à cet endroit un fossé. La voiture piqua du nez et se retourna. Le cousin comprit tout de suite que c’était grave…
Après six mois à l’hôpital, le voilà dans un centre de rééducation. Le pauvre n’eut pas de chance : il souffrit d’un staphylocoque doré puis d’escarres gravissimes qui freinèrent sa rééducation. Puis sa femme le quitta, des soucis financiers s’enchaînèrent… Bref, la scoumoune la plus complète ! Et malgré tout, il garde le sourire, au moins en notre présence, toujours heureux de nous voir, toujours indulgent lorsque nous tardons à lui rendre visite, toujours à l’écoute de nos préoccupations, toujours content de recevoir une carte postale de nos lieux de vacances. Aucune amertume, aucune méchanceté, aucune agressivité ne sont venues modifier son caractère.
Je connaissais assez peu ce cousin par alliance bâti comme un géant, mais j’appréciais déjà sa personnalité et sa philosophie de vie qui me réconciliaient avec un type d’hommes dont le physique me fait peur !…
Et voilà qu’il peut rentrer chez lui pour quelques jours. Pour l’occasion, deux de ses enfants ont fait le voyage de Vendée en Lorraine. Son auxiliaire de vie, dont il nous avait un peu parlé lors de notre dernière visite au Centre de Réadaptation, serait également là. Il nous invita donc à venir déjeuner !… Cela faisait de très longs mois que nous ne l’avions pas vu autrement que couché dans un lit ; nous ne pouvons lui rendre visite qu’après 17h00, quand il est recouché après plusieurs heures de rééducation et balades autonomes en fauteuil électrique.
Alors il était heureux, le cousin, de nous accueillir chez lui ! Nous n’y avions pas mis les pieds depuis l’accident…  Les jeunes s’activaient autour du barbecue et de la table sur la terrasse ; Martine, l’auxiliaire de vie, œuvrait en cuisine. Christian, en vrai maître de maison, nous accompagna dans le jardin sur quelques mètres.
Cet après-midi en famille, chez lui, fut une bouffée de bonheur. Il plaisantait, il riait même, se débrouillait tout seul pour déambuler et manger à table avec nous. Martine, sans cesse attentive à ses besoins, semblait avoir trouvé la juste mesure entre l’aide nécessaire pour progresser et l’assistanat dégradant et destructeur. De notre génération, elle n’est pas étrangère aux propos du cousin sur ses souvenirs de jeunesse, des chansons d’autrefois, des évènements divers, etc. Souriante, sympathique, dévouée, un brin espiègle, elle semble avoir su nouer des liens complices, indispensables pour une bonne entente entre handicapé et auxiliaire de vie.
Merci mon cousin, pour cet après-midi très agréable. Ton rire, tes plaisanteries et tes regards moqueurs nous faisaient presque oublier ton handicap. Comme tu le dis si bien, la différence entre un handicapé et un non-handicapé est que le handicapé vient avec son siège quand on l’invite ! Voilà l’humour décapant du cousin Christian qui a décidé que devenir tétraplégique n’est pas la fin du monde. Une belle leçon de courage et de relativité !… (pour d’autres photos, cliquer sur l’onglet « photos » dans la barre d’outils du blog)

 

Infos

J’aurai le grand plaisir de passer à la TV en direct sur France 3 le vendredi 26 mars 2010 à midi à l’occasion de la parution de mon roman « Malou ». Cela sera aussi l’opportunité de répondre à quelques questions sur le métier d’écrivain public que j’exerce depuis 2004.

********************************* 

vosgesmatinddicacesigneyfvrier1.jpg

************************

eralrions2009.jpg

*****************************
Article paru dans Le Républicain Lorrain du 25/04/2009 :
ignaczakavril1.jpg

*******************************

Archives

Publié le : lundi 23 mars 2009

La saga de Zaz

Une histoire de famille.
Une histoire de famille.
Infos


A l’occasion de la sortie de son dernier roman intitulé « La lavandière d’Igney », Zaz Chalumeau était à la médiathèque Gérard-Thirion pour une présentation suivie d’une séance de dédicaces. « C’est le 11e livre que j’auto-édite et le 1er d’une saga en 4 volumes », explique l’auteur. « La lavandière d’Igney a vraiment existé. Elle est née en 1865 et a vécu presque centenaire. Elle a eu onze enfants qu’elle a tous enterrés, plus une vingtaine d’enfants dont elle s’est occupée. La mère de mon amie a été élevée par cette dame-là, ça valait le coup de raconter son histoire », ajoute-t-elle. Un gros travail de recherche d’éléments historiques ont été nécessaires pour relater la vie de deux familles vosgiennes dont les descendants se rencontreront plus d’un siècle plus tard. Secrétaire trilingue de formation, Zaz a profité d’un licenciement pour devenir écrivain public en profession libérale en 2004, au service des professionnels et des particuliers. Passionnée d’écriture et de poésie, c’est en 1999 qu’elle a publié son premier recueil de poèmes, elle a notamment obtenu le grand prix des Poètes lorrains en 2002. « Je connais la poésie de Zaz. C’est perlé, fignolé, cousu main… », confie Pierre avec admiration en tournant les pages d’un recueil. Le second volume de la grande saga familiale est prévu pour début 2010 et sera intitulé « Malou ».
Informations : www.zazecritoire.unblog.fr.

******************************

Archives Est Républicain

Publié le : mardi 3 mars 2009

Isabelle Chalumeau

Zaz Chalumeau vient de publier « La Lavandière d'I- gney ».
Zaz Chalumeau vient de publier « La Lavandière d’I- gney ».

Après la parution d’un premier recueil de poésie en 1999, Isabelle Chalumeau s’est engagée en littérature et a publié à la suite une série de onze ouvrages.
Depuis 2004, elle a fait de sa passion d’écrire son métier : elle est devenue écrivain public indépendant. A la veille des salons littéraires régionaux, sous son nom de plume « Zaz Chalumeau », elle publie « La lavandière d’I- gney », premier tome d’une tétralogie intitulée « Colin – Maillard »
- ER : Votre ouvrage est le premier volet d’une saga familiale. Quelle histoire vouliez-vous raconter ?
- Les quatre ouvrages mettent en scène deux familles originaires des Vosges ; le premier commence en 1865 et le dernier amènera le lecteur jusqu’en 1998. Ils retracent l’histoire de personnalités au caractère bien trempé. Née en 1865, l’héroïne, Marie-Joséphine a vécu une époque tourmentée et a connu trois guerres. Soutenue par une foi inébranlable, elle a surmonté des épreuves terribles avec la perte de ses onze enfants. Dans la deuxième famille, avec Léonie, on suit l’histoire d’une jeune fille portée par la soif d’apprendre qui cherche à s’affranchir de sa condition paysanne. Le destin finira par faire se rejoindre, dans le dernier tome, ces deux familles si différentes dans leur mode d’expression et leur conception de l’amour familial. L’une est ouverte et communicante alors que l’autre, dominée par les non dits, s’enferme dans le silence et cultive les secrets.
- Le temps se mêle au temps dans ce premier ouvrage. Pourquoi ?
- Mon activité d’écrivain public m’amène à situer la petite histoire dans la grande. Comme je le fais dans les romans de la vie que j’écris pour retracer la biographie de mes clients, j’ai ancré mes personnages, réels et fictifs, dans un contexte historique qui leur donne du relief et une véracité palpable. D’ailleurs, Marie-Joséphine et Léonie s’intéressent beaucoup à l’actualité et aux événements de leur époque.
- Vos lecteurs pourront vous rencontrer très prochainement. Quelles sont les dates à retenir ?
- A l’instar du « Livre sur la Place » à Nancy, les prochains salons littéraires régionaux se tiendront d’a- bord le 8 mars à Chaligny, puis le 21 mars à Essey-les-Nancy et le 26 avril à Metz avec « Floralivres ». Le 14 mars, je ferai une présentation de mon livre à la Médiathèque de Laxou à partir de 16 h 30 avec séance de dédicaces, ainsi que le 25 avril au rayon librairie de Cora Houdemont. Ces contacts avec les lecteurs sont toujours source d’échanges et de plaisantes rencontres.

********************************

Archives
Publié le : mardi 23 décembre 2008
Formation
« Un sérieux atout en plus »

Ils étaient 190 étudiants du CESI à recevoir diplômes et félicitations au Palais des congrès.
Ils étaient 190 étudiants du CESI à recevoir diplômes et félicitations au Palais des congrès.

C’est rare et ça mérite d’être souligné. Vendredi, en fin d’après-midi, le grand amphithéâtre du Palais des congrès avait pris des couleurs. Les couleurs des trois établissements du groupe CESI qui, ce soir-là, distribuaient leur diplôme à chacun des étudiants ayant suivi un cursus l’an passé.
Pour assister à cette cérémonie il y avait du beau monde. Le groupe avait dépêché de Paris son directeur général, Jacques Bahry, la Région Lorraine sa vice-présidente en charge de la formation professionnelle et de l’apprentissage, Hélène Bénabent. Une douzaine de chefs d’entreprises dont certaines sont partenaires du CESI de Nancy étaient également présents.
A l’occasion du 50e anniversaire de l’organisme de formation continue dont le slogan est « valoriser les personnes par la formation et favoriser la performance de l’entreprise par l’évolution des salariés», les orateurs ont fait le point sur la société actuelle et son évolution compte tenu d’une crise qui ne va pas se résoudre de sitôt. La formation reste un atout pour les futurs diplômés et en particulier pour ceux qui vendredi recevaient leurs parchemins. «Vous n’arrivez pas avec un diplôme dans une période faste, mais vous avez un sérieux atout en plus», expliquera Jacques Bahry, qui traitera par la dérision, tout en étant profondément désabusé, la plus grosse fraude récente aux USA.
Présent également, l’un des fondateurs de l’école d’ingénieurs du CESI à Nancy : Bernard Guerrier de Dumast, qui est monté sur scène pour remettre les diplômes aux ingénieurs. Jaune pour les diplômés de CESI entreprise, obtenant des diplômes de management et d’organisation en formation en alternance, rouge pour les informaticiens d’EXIA et bleu pour les ingénieurs et masteriens de l’école EI CESI. Chacun est venu, en toge et coiffé d’un mortier de la couleur de son établissement, recevoir son diplôme.
La cérémonie s’est terminée par le célèbre lancer de mortiers, très prisé aux USA, avant le buffet qui réunissait parents, élèves, professeurs et entreprises partenaires.
De notre correspondant Jean-Luc GEORGES

*********************************** 

  Article paru dans l’Est Républicain du 22.10.2008 :

« Le Cercle des Arts tient salon
estrpublicaincercledesartslaxou0810.jpg
De nombreux artistes talentueux. 
Le 15e Salon d’Automne du Cercle des Arts réunit plus d’une vingtaine de peintres, débutants et confirmés, dont le président de l’association, Pierre Dufour, qui présente une série intitulée « Géométrie ». Aquarelles, huiles, abstrait, figuratif, il y en a pour tous les goûts, même des icônes religieuses réalisées par Françoise Hachet, dont certaines ont nécessité jusqu’à 50 couches d’enduit avant d’être illustrées dans les moindres détails avec de la peinture mais également de l’or et de l’argent pur. La richesse de l’exposition se poursuit avec les tableaux de Nanda Perrin qui a usé d’un collage froissé pour son « abstrait noir et rouge », ses « couleurs du moment avec le blanc », avoue l’artiste. Muriel Jeanmaire présente des monochromes rouges épurés, mais aussi une toile sombre intitulée « Vallée des âmes » qu’elle confie avoir peint après le décès de son père : « Je suis en pleine recherche. J’essaie différents styles ». Le dessin a aussi sa place avec Pierre Hachet qui expose des falaises réalisées à l’encre de chine, à partir d’une techniques de pointillés. Par cette exposition, les artistes invitent le public à voyager, à travers des paysages ou des portraits et à se laisser porter par .son imagination pour les toiles les plus abstraites. « Il y a des styles, des couleurs, des formats différents. Cela permet de voir plein de choses », ajoute Marie-Jeanne. L’exposition est présentée jusqu’au 31 octobre dans la salle de spectacle du CILM au Champ-le-Bœuf, le lundi de 13 h 30 à 21 h et du mardi au vendredi de 8 h à 23 h, les samedi et dimanche de 14 h à 18 h ; entrée libre. »

 *****************************************

Archives – Article paru dans l’Est Républicain en page / LE LUNÉVILLOIS / FONTENOY-LA-JOÛTE / 02/09/2008

 » Les tribulations de l’édition

20080902_2343257_1
Un étal commun et convivial pour une nouvelle rencontre des auteurs régionaux.

Dimanche, le « Village du Livre » mettait à l’honneur les auteurs auto-édités. Venus proposer leurs ouvrages dédicacés au public, 22 exposants s’étaient déplacés du « Grand Est ». A ce rendez-vous annuel, de « petits trésors » échappés des firmes d’édition, souvent nés d’un vécu personnel, et parfois romancés, ont retenu l’attention des amateurs avertis et des simples visiteurs. Derrière un étal commun dressé sous chapiteau au centre du village, se mêlaient styles, genres et personnalités : romanciers, historiens, poètes, biographes, verbicrucistes, écrivains publics, ou encore cet adepte de la psychologie appliquée au recrutement en entreprises, Chrisitian Sirven de Badonviller, auteur-conférencier en graphologie et morphopsychologie. Vétérans du « non-système » et jeunes auteurs en quête de reconnaissance, se sont ainsi retrouvés dans leur passion de l’écriture, privilégiant ici le contact avec les lecteurs à celui des éditeurs. Le meilleur moyen sans doute de maîtriser le parcours et l’impact de leurs livres, selon l’avis de Jean-Camille Hanus, de Charmes, romancier régional depuis 1986. « Les émeraudes de Marainville », le dernier de ses onze romans inspirés de faits et de lieux réels par souci d’authenticité, ont tous été vendus sur place. Suzy le Blanc, Nathalie Rouyer, Bernard Colin et Rémy De Bores, représentaient l’association d’auteurs « Rebelyne » de Haroué. Habitués de la manifestation locale, Pier Marx venu de Fontoy, présentait son œuvre romancée et « Petits cons de Français », anthologie de coups de gueule selon l’auteur, Isabelle Chalumeau de Nancy, sous le pseudo de Zaz, exposait ses recueils de poèmes et de nouvelles, Jean Castelli, 78 ans, ses « Polémiques Lorraines », commentées avec humour et tirées de 25 journaux d’opinion de la vie politique au 19è siècle. Christian Ingret-Tallard, avec « Meurtrissures en milieu confiné », présentait son vécu d’éducateur spécialisé auprès d’adolescents durant 25 années, Daniel Jacques, de Toul, ses romans inspirés de faits divers dont « Le Double crime du curé d’Uruffe ». Josette Ecuyer-Ravailler avec « Tant qu’il y a de la vie », Noëlla Caillet et les douloureux écueils de son enfance au fil des canaux de la batellerie avec « Les mémoires de Sophie », et Véronica Liari, du cercle littéraire Léopold, son dernier roman « L’éternité pour Jeanne » qui sera présenté à la seconde édition du salon du Livre le 29 novembre à Lunéville, ont également suscité l’intérêt de nombreux amoureux du livre. Nouvelles venues à l’étal, deux écrivains publics, Jocelyne Bigard, d’Azelot, avec le premier épisode d’une trilogie : « Le dernier jour », et Fabienne Lartillerie, jeune romancière, avec son premier roman « Doppa Vitia » et « Plongée sur le Nautilus », recueil d’anecdotes sur l’évolution de la plongée subaquatique.  

 *************************************

Archives – Article paru dans l’Est Républicain en page / LE LUNÉVILLOIS / BAYON / 02/09/2008

 » Mémoires, mémoires !

20080902_2304034_1
Un atelier qui a fait ressurgir les petites histoires du passé.

Isabelle Chaumeau, en proposant son projet d’écriture dans le cadre des ateliers mémoire, a d’emblée trouvé un accueil favorable, voir enthousiaste, aussi bien de la part du directeur Daniel Gérardin que des animatrices, Claudine et Céline, de la résidence Saint-Charles.
Ainsi pendant plusieurs mois, à raison d’une séance hebdomadaire, 21 pensionnaires de l’établissement ont raconté leurs souvenirs sur une douzaine de thèmes tels que le mariage, la naissance, la guerre, les avancées sociales, le travail des femmes et, bien sûr, les recettes.
Isabelle Chalumeau, écrivain public à Ludres, munie de son dictaphone, a enregistré les entretiens avant de les réécrire pour les publier dans un recueil sous le titre « Souvenirs… souvenirs…»
Isabelle Chalumeau se souvient : « d’un accueil chaleureux dans une ambiance très conviviale. » Elle se dit « touchée, que malgré les différences et les soucis de chacun, les entretiens ont toujours eu lieu dans des conditions exceptionnelles de gaieté, les très rares anicroches ayant rapidement été balayées par les animatrices. »
Quant aux résidants, certains ne se faisaient pas prier de relater leurs souvenirs tandis que d’autres étaient plus réservés. Claudine et Céline ont alors su freiner les plus bavards et solliciter les plus timides.
Mme Berset a participé à tous les ateliers avec un vrai plaisir et explique : « Nous avons tous raconté nos petites histoires vécues : la cuisine, des anecdotes et des souvenirs d’enfance, bref la vie de l’ancien temps. C’était très sympathique, les souvenirs qu’on a cru oubliés ont refait surface. Je me suis souvenue du temps des vendanges, du labourage, de la fenaison avec la voiture de foin, ou encore de la recette de la « Michotte », espèce de grosse brioche à laquelle on intégrait les chons après avoir fait le saindoux avec la panne du cochon qu’on venait de tuer. Qu’est que c’était bon ! »
Le livre est en vente à l’accueil de la résidence Saint-Charles au prix de 12 euros.  »

*****************************************

Article paru le 24 juin 2008 : 

Archives – Article paru dans l’Est Républicain en page / GRAND NANCY / JARVILLE-LA-MALGRANGE
Rencontre autour d’un livre20080624_2034219_1
Zaz Chalumeau entourée de lectrices.

A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage, un recueil de nouvelles, la Bibliothèque Pour Tous de Jarville avait invitée Zaz Chalumeau afin qu’elle parle de son livre, qu’elle explique comment elle choisit ses sujets, le temps qu’elle met pour écrire un livre, si être écrivain est un métier facile . Elle s’est prêtée de bonne grâce, pour répondre aux questions, indiquant que c’était le dixième livre qu’elle publiait en auto-édition, qu’il faut galérer pour vendre mais, qu’au fil du temps, les livres finissent par s’autofinancer.
Au cours de cette rencontre elle a précisé que certains de ses romans avaient connu un franc succès comme « Les mémoires d’un labrador » ou encore « Ecrivez-moi ». Son dernier livre « Rencontres » compte 15 nouvelles qui mettent en scène des enfants, des adultes, dans des lieux différents, une rencontre se déroule même à Nancy. « Ce genre littéraire revient à la mode ».
Zaz Chalumeau a déjà un nouveau roman en tête ou plus exactement une saga familiale en quatre tomes ; le premier devrait sortir début 2009 et l’action se passe dans les Vosges…
Une rencontre intéressante pour laquelle trop peu de Jarvillois s’étaient déplacés.

****************************************

Article paru dans l’Est Républicain du samedi 10 mai 2008 :
Archives – Article paru dans l’Est Républicain en page / GRAND NANCY / LAXOU
«Zaz» dédicace

20080510_1808617_1
L’auteur entourée de ses nombreux lecteurs.
Depuis une dizaine d’années, Isabelle Chalumeau, alias « Zaz » publie un livre par an.
Depuis plusieurs années, Pierre Dufour, président du Cercle des Arts l’accueille au CILM pour promouvoir son dernier travail. Cette semaine, « Zaz » est revenue pour dédicacer son dernier ouvrage « Rencontre ».
Elle a été accueillie par Pierre Dufour, mais aussi le maire Laurent Garcia et Anne-Sophie Roy, adjointe à la culture qui l’ont assurée de leur soutien pour sa fidélité à Laxou.
Le maire a remercié le public fidèle à l’auteur et tous les bénévoles, et a tenu à « saluer chaleureusement le travail de l’artiste aidée en cela par le Cercle des Arts présidé par Pierre Dufour », et a conclu par « elle est la plus Laxovienne des Heillecourtoises ».
« Pour ce dixième ouvrage publié en auto-édition, j’ai choisi de réunir quinze nouvelles sur le thème de la rencontre. Notre vie entière dépend du hasard des rencontres.
Elles déterminent souvent le cours de notre existence. Si je crois chacun maître de son destin, j’accorde aux aléas des rencontres une grande importance ; elles influencent nos choix, nos goûts, nos désirs, nos angoisses.
Parmi ces quinze nouvelles, certaines ont été primées dans des concours littéraires, d’autres publiées dans des magazines ; toutes ont été écrites avec la même passion et le besoin récurrent de coucher mes émotions sur le papier pour pouvoir les partager
»
Zaz aime écrire, elle a le sentiment d’être utile en rédigeant des romans qui sont des tranches de vie, elle se définit comme un passeur de mémoire.

Poèmes

 

L’ARAIGNEE

Le fil entre la rampe et la branche de l’if
Brillait comme un repère, une chaîne argentée ;
J’ai suivi le chemin de la ligne jetée
Et découvert l’ouvrage au singulier motif.

Rien ne peut échapper à mon œil attentif,
De la toile en suspens, dentelle crochetée
En perles de rosée et de givre teintée ;
Mais j’esquisse à ta vue un mouvement craintif.

Au milieu du filet, broderie aérienne,
Qui se balance au gré de l’onde zéphyrienne,
Tu sembles reposer, mais d’un sommeil trompeur.

Toi que je trouve belle en ton palais de soie,
Naturelle œuvre d’art, pourquoi me fais-tu peur ?
Entends mon souffle court ! Il faut que je m’assoie !

(Extrait de mon prochain recueil « Les Couleurs de l’âme »)

*******************************

L’ENFANT DE L’ESPOIR

Un enfant se prépare à découvrir le monde
Après neuf mois dedans le ventre maternel,
Issu du feu des corps, l’embrasement charnel,
Fruit conçu dans l’amour ou dans le crime immonde.

 

Il ne sait rien de la famille et du pays
D’accueil. Hélas ! on ne choisit ni l’un ni l’autre,
Ni les draps en satin dans lesquels on se vautre
Ni le cloaque infâme où le porc fait son nid.

 

Un trottoir de Manille ou la villa cossue
D’une riche banlieue attendra ce gamin
Dont les parents peut-être ont tracé le chemin :
Boulevard pavé d’or ou route sans issue.

 

Fusil en bakélite ou cuillère en argent,
Cette arme dans son poing fera de lui l’esclave
D’un univers cruel où chaque jour s’aggrave
L’ampleur de la misère au front de l’indigent.

 

Mais si rien ne s’oppose à la fureur qui gronde,
Je conserve en mon cœur l’inébranlable espoir
Qu’une lueur demain rejaillisse du noir,
Qu’un enfant se prépare à sauver notre monde.

 

Ce poème a obtenu le Premier Prix, Prix Charles Guérin, au Prix littéraire de Graffigny 2012, organisé par la Ville de Lunéville et la Communauté de Communes du Lunévillois, en partenariat avec le Cercle Littéraire Léopold. Le thème du concours était « L’enfance ».
Par manque de temps, j’écris désormais très peu de poésie et ce poème est le seul de l’année, composé expressément pour ce concours. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai pris connaissance de ce palmarès qui m’honore.

**************************************
Ô FEMME UNIVERSELLE

Au-delà de la mort, Ferrat chante Aragon
Et la femme toujours est l’avenir de l’homme,
Qu’elle obéisse au maître ou croque dans la pomme,
De New-York à Paris, d’Alger à Saigon.

 

Cheveux courts sur la nuque ou très longs sous le voile,
Elle offre un corps d’albâtre ou d’ébène à l’amant,
Ou l’époux tyrannique, objet de son tourment ;
En ses yeux meurt ou naît la lueur d’une étoile.

 

Quelquefois lapidée, elle expire en public
Pour avoir osé vivre un amour adultère ;
Ailleurs, l’homme trompé traite plus bas que terre
L’infidèle à l’abri d’un appartement chic.

 

Qu’il soit ou non béni, le fruit de ses entrailles
Reste son privilège et sa force et son droit ;
En son ventre fécond, le futur enfant croît
Et sa mère construit d’invisibles murailles :

 

« Que ma fille jamais ne subisse d’abus,
Qu’au soleil de son père elle vive authentique,
Et mon fils ne succombe au champ patriotique,
Comme chair à canon sous le feu des obus. »

 

(Ce poème a obtenu le Prix Charles Maire au concours littéraire Graffigny
de Lunéville de 2010.)

 

**************************************

Voici les cinq poèmes pour lesquels j’ai obtenu l’Alérion d’or 2009 décerné au meilleur des poètes déjà détenteurs du Grand Prix des Poètes Lorrains attribué par la SPAF (Société des Poètes et Artistes de France) :

L’ABSENCE 

Dans le ronronnement de mon ordinateur,
J’entends le souvenir de son panier qui grince ;
Le souffle court, je vais constater mon erreur :
À sa place, le vide affreux. Mon cœur se pince. 

Il manque, le matin, son accueil chaleureux,
J’accomplis chaque jour un geste, une habitude,
Dans ma gorge l’appel de son nom sonne creux,
Le silence répond, maudite certitude ! 

Il semble ridicule aux yeux des gens sensés
De chérir une bête et de craindre sa perte,
Alors on tait la peine et les pleurs déplacés
Quand sa mort nous fait mal comme une plaie ouverte. 

Le trépas de tout être, animal ou parent,
Cause un chagrin semblable, une même souffrance ;
Pourquoi le désespoir serait-il différent
Quand pareille est en nous la douleur de l’absence. ? 

 

LE CHOIX DES MAUX 

Depuis six mois déjà, je n’aime plus rentrer :
Ma maison est un piège où j’ai peur d’être prise ;
Je retarde l’instant de tomber sous l’emprise
De l’homme qui jamais n’aurait dû m’engendrer. 

J’ai tant de fois cherché le soutien de ma mère !…
N’a-t-elle pas voulu comprendre mes humeurs ?
A-t-elle craint l’opprobre et le poids des rumeurs,
Son regard dans la glace, ennemie éphémère ? 

Impossible de fuir le redoutable accueil.
Ma clef dans la serrure explose le silence ;
Puis-je encore espérer tromper sa vigilance ?
Je marche vers ma chambre… Il m’attend sur le seuil. 

Je subis ses baisers, ses mains sur ma peau nue,
L’obscénité des mots qu’il murmure, essoufflé,
La douleur qui surprend mon corps écartelé,
Le dégoût qui soudain dans mon cœur s’insinue. 

Je le retrouve à table, assis devant l’écran.
On y parle d’inceste et de pédophilie.
La boue est toujours là dont je me sens salie.
Pour sourire quand même, il faut beaucoup de cran. 

Maman dit qu’à leur place, elle en mourrait de honte,
Qu’elle reconnaîtrait un pervers sexuel,
Qu’elle divorcerait d’un mari criminel
Mais ne survivrait pas aux procès qu’on raconte. 

Ne rien dire, bien sûr, est lui donner raison
Et refuser de mettre un terme à mes souffrances.
Le choix me fait horreur : sauver les apparences
Ou briser la famille aux murs d’une prison. 

 

DANS LA CHAMBRE FUNERAIRE 

On devine le corps sur cette couche étroite,
Au milieu de la pièce où brûle de l’encens.
Es-tu plongée au fond du froid que je ressens
En voyant tes doigts joints et ta tête trop droite ? 

Comme une vague, en moi déferle mon passé.
Ton visage anguleux me ramène en arrière,
Quand ta bouche en rictus et ton regard sévère
Estimaient d’un coup d’œil mon élan terrassé. 

Jamais tendre baiser n’est venu sur ma joue
Adoucir le chagrin de l’enfant mal grandi
Qui de rage brûlait la robe d’organdi
De son unique sœur et le remords me noue. 

Comment l’indifférence au jour de ton trépas
Peut-elle me guérir des anciennes blessures ?
Des pleurs sur ton cercueil ne seraient qu’impostures,
Ma peine indescriptible est de n’en avoir pas. 

 

L’ERREUR 

Le soleil luit dans le jardin du souvenir,
Et les fleurs ont poussé sur les pierres tombales.
J’ai voulu prendre part aux agapes tribales ;
J’ai cru pouvoir, mais je n’aurais pas dû venir. 

La messe dite, ils ont couru dans les allées,
Portant leur chrysanthème au chevet de leurs morts.
La corvée achevée, ils se sentaient plus forts
Pour déguster le vin, leurs larmes ravalées. 

Entre la quiche au lard et le pâté lorrain,
J’ai fait semblant de rire et j’ai tenu le rôle
Du gamin du pays, comme ils disent : du drôle !
Elle était loin la peine, oublié le chagrin… 

J’ai prétexté la route et le brouillard d’automne
Pour quitter la famille avant le clafoutis.
Dans la boîte en plastique, un restant des frichtis
Régale au coin du feu la chatte qui ronronne. 

 

LA MORT D’UN JEUNE-HOMME 

Je me souviens de lui, petit garçon têtu
Au regard de velours sous un front volontaire.
Au plus petit caprice, il se roulait par terre
Mais retenait ses cris quand il était battu. 

J’ai vu l’adolescent qui se croyait un homme
Après avoir fait don de sa virginité.
Fier de sa neuve ardeur, fraîche virilité,
Il voyait chaque femme en croqueuse de pomme. 

Souffrait-il, comme nous, d’une famille en vrac ?
Je l’ai revu plus tard, la vingtaine arrogante.
Il semblait engagé sur la mauvaise pente ;
J’ai parlé d’avenir, d’école après le bac. 

Il m’apprit la nouvelle avec désinvolture :
Une tumeur maligne attaquait son cerveau.
« En plus la chirurgie est vaine à ce niveau.
Mon futur, le voilà ! » me dit-il pour conclure. 

 

Je ne saurai jamais s’il a craint d’être seul
Face à la mort dont il parlait avec bravade.
Mais le ciel s’est paré d’une couleur maussade ;
Je suis triste aujourd’hui, mon neveu, mon filleul.

 

***************************

 

 MAI

La première journée est toujours un cadeau
Offert aux travailleurs de France et de Navarre,
Et les brins de muguet dérident le badaud
Lorsque le ciel de bleu se montre trop avare.

Car malgré le printemps et son heure d’été,
La météo n’est pas encore à la clémence,
Et le gel sait punir avec méchanceté
Ceux qui n’ont pas voulu protéger la semence.

Qu’importe cependant ! partout naissent des fleurs !
Si le crocus se meurt, vive la primevère !
Dans la nature en fête éclatent les couleurs
Et le vent nous les conte, inlassable trouvère.

Sous le rose organdi d’un pommier du Japon,
Un couple de moineaux chante l’amour volage,
Celui des séducteurs dont le regard fripon
Aime à se faufiler sous le mince corsage.

(Ecrit le 16 avril 1998)

*************************

AVRIL

Au sortir de l’hiver, alors que le printemps
Pressé de s’installer s’était montré précoce,
La pluie inaugura le changement de temps
Et le vent rugissant se déchaîna, féroce. 
Mais dès le premier jour, ce mois capricieux
Présenta son aspect le plus irrésistible :
Son amour de la farce et du facétieux
Dans l’accomplissement d’un rite irréductible. 
Les averses de mars ont déclaré forfait ;
Le soleil courageux perce à l’aube la brume
Et le chant des oiseaux dans un accord parfait
S’élève dans les airs, léger comme une plume. 
Mais il ne faudra pas se découvrir d’un fil
Avant que ne s’en aille, avec la bise rude,
La dernière gelée, ô funeste péril !
Pour les arbres en fleurs malgré l’incertitude. 

 **********************

MARS

L’hiver se retira lorsque mars fut venu ;
Fatigué de sévir depuis quelques semaines,
Il s’en alla plus loin dans le brouillard ténu,
Vers d’autres horizons, pour de nouveaux domaines.

Pour effacer la trace encore fraîche au sol
De la neige, la pluie est tombée abondante,
Imposant au printemps la touche d’un bémol,
Incitant la nature à se montrer prudente.

Car chaque nuit le givre imprime avec ardeur
Sur les carreaux gelés des fleurs imaginaires,
Des perles en cristal, ornements de splendeur
D’un costume argenté sous les rayons lunaires.

Le soleil matinal, l’innocent criminel,
Gomme sans le vouloir le décor éphémère
D’un spectacle magique au pouvoir éternel,
Jusqu’à ne plus savoir le vrai de la chimère.

******************************

DECALCOMANIE

J’ai toujours refusé de croire en vos paroles
Quand vous disiez souffrir juste après le plaisir
Pris sur un corps d’enfant que vous aimiez choisir
Parmi ceux qui suivaient le chemin des écoles. 

Vous saviez chaque fois me convaincre en douceur
De venir avec vous, sans autre violence
Qu’acheter bon marché le prix de mon silence,
Vos humides baisers me soulevant le cœur. 

Derrière l’écran noir de mes paupières closes,
J’imaginais vos doigts défaisant lentement
Les lacets, les boutons de chaque vêtement,
Retardant les sommets de vos apothéoses. 

Votre souffle rapide effleurait mes cheveux ;
Transi, je respirais l’odeur de vos mains moites
Explorant mes accès, ouvertures étroites
Où glisser malgré tout votre membre nerveux. 

Vos râles écœurants me devenaient mesure
Pour calculer le temps jusqu’à ce point final
Qui délivrait ma peau du contact infernal,
Mais rougie aux endroits de quelque déchirure. 

Après le rituel répugnant du kleenex,
Vous donniez des conseils sur l’attitude à prendre,
Avec des arguments que je croyais comprendre ;
Me quittant vous posiez sur ma bouche un index. 

Je n’ai jamais rien dit, je n’ai pas fait de peine,
J’ai gardé le secret, ma honte et ma douleur ;
Vous voyant retraité, Monsieur l’instituteur,
Je voudrais bien savoir si le remords vous gêne. 

Mais lorsque je répète à des petits garçons
Les mots qui, criminel, ont brisé mon enfance,
Je ressens vos élans et la même souffrance,
Un émoi similaire, identiques frissons.

(Extrait de mon recueil Rouge et Noir Eden)

PS : mon propos n’était bien évidemment pas de stigmatiser le corps enseignant dans son ensemble. L’instituteur est ici victime de la rime !…

*****************************

 FEVRIER

Est-ce pour se venger de sa petite taille
Que cet instable mois, dans un brusque sursaut,
Se jette à corps perdu dans l’ultime bataille,
Pour offrir à l’hiver le bonheur d’un assaut ?

Mais bravant la froidure ou les flocons de neige,
Les enfants déguisés fêteront carnaval ;
Sur la place déjà les chevaux d’un manège
Attendent les acteurs du joyeux festival.

Au milieu de sa vie une journée entière
Est vouée à l’amour grâce au cher Valentin ;
Le cœur d’une fleuriste ou d’une bijoutière
Bat au rythme effréné des pièces du butin.

La douleur de partir est parfois prolongée ;
Un jour supplémentaire est un cadeau cruel
Pour qui voit sa tristesse à peine soulagée
Par le retour certain de l’an perpétuel.

(Ecrit le 01.01.1998)

 *****************************

JANVIER

Arrivé le premier au milieu de la fête
Il explose de joie au son des violons,
Des bouchons de champagne et des coups de trompette,
D’une valse musette et des joyeux flonflons.

Après les baisers longs et les tendres étreintes
Des amoureux toujours mais pour combien de temps,
Les résolutions, d’enthousiasme empreintes,
Se prennent chaque année et se perdent longtemps.

Vers le petit matin, les yeux lourds de fatigue
Et la bouche pâteuse à cause de l’alcool,
Chacun rentre chez soi comme l’enfant prodigue,
Malgré le brouillard dense et givrant sur le sol.

Trente et un jours de neige, autant de nuits polaires,
Janvier s’étire et dure et tue avec froideur
Les exclus du système en plusieurs exemplaires
Avant de disparaître au fort de son ardeur.

(écrit le 29 novembre 1997)

***************************

LA NEIGE

Pendant la nuit, sans bruit, les flocons ont paru
Et valsé dans le ciel avant de toucher terre,
La recouvrant bientôt jusqu’au moindre parterre
D’un mince tapis blanc de nul pas parcouru.

A l’aube cependant le silence est sublime :
La ville a revêtu son manteau virginal,
Et chacun découvrant ce décor hivernal
Est saisi malgré soi d’un respect légitime.

Parfois le vent s’amuse à frôler dans le parc
La cime des sapins frissonnant sous le souffle ;
Le pied d’un banc chaussé d’une étrange tantoufle
Réconforte un rameau recourbé comme un arc.

Moi, si j’étais la neige, à partir de novembre
Je tomberais sans cesse avec l’espoir diffus
De semer un émoi dans ton regard confus,
Au risque de périr sur le seuil de ta chambre.

(Extrait du recueil Amours Multiples)

 

******************************** 

Aux victimes de l’attentat sur le World Trade Center à Manhattan
Le 11 septembre 2001

QUIPROQUO 

Nous avons vu ce soir des images de guerre :
Un avion kamikaze a percuté deux tours,
Sœurs jumelles jadis aux familiers contours, 

Et nous vivons l’horreur de nos parents naguère. 

Devant les caméras, des corps ensanglantés
Par des éclats de verre implorent la clémence
Sans pouvoir mettre un nom sur ceux que la démence
Habite au point de suivre un plan d’atrocités. 

Du milieu d’un immeuble une femme, peut-être,
Agite ses bras nus, geste de désespoir
Que suivent les passants debout sur le trottoir,
Et soudain sous leurs yeux saute par la fenêtre. 

Sur le petit écran, la fumée et le feu
Envahissent la ville. Est-ce un film d’épouvante ?
Un cauchemar plus vrai qu’un récit qu’on invente
Se déroule en direct dont la mort est l’enjeu. 

L’absurde augmente encore : un gratte-ciel s’effondre,
Spectacle hallucinant quand le deuxième aussi
S’écroule avec lenteur. Truquage réussi ?
Cinéma ? Fait réel ? On pourrait bien confondre. 

Mais les milliers d’acteurs ne se relèvent pas,
Le tournage a pris fin, le décor est en cendres,
Le héros ne peut plus murmurer des mots tendres
À sa douce maîtresse aux généreux appas. 

Je vois l’heure figée aux cadrans des pendules,
Les larmes des parents toujours couler à flots ;
Que vienne le silence étouffer les sanglots
Des témoins de la rue aux regards incrédules.
  

(écrit le 11 septembre 2001)

 

**********************

Aux terroristes après l’attentat sur le World Trade Center à Manhattan
Le 11 septembre 2001 

LETTRE OUVERTE 

En ce jour de septembre où vous avez plongé
L’Amérique et le monde au cœur de l’épouvante,
Le plan d’attaque issu d’un esprit ravagé
A surpassé l’horreur des films que l’on invente. 

Obéissant aux lois du terrorisme pur,
Au nom d’une fureur toujours inassouvie,
Pour répondre aux besoins d’un idéal obscur,
Vous semez la terreur en offrant votre vie. 
  

Sous des tonnes d’acier, de verre et de béton,
Des milliers d’innocents gisent sous les décombres ;
On se croit spectateur d’un mauvais feuilleton
Quand le décor explose en moutonnements sombres. 

Dans ces ruines en feu, vos compagnons sont morts,
Criminels pour les uns, martyrs pour leurs émules,
Et si les sauveteurs décuplent leurs efforts,
Les flots de sang versé mélangent les formules. 

L’âme d’un assassin se réclamant de Dieu
En choisissant aussi le sort de ses victimes
Erre-t-elle à jamais en un différent lieu
De celle d’un pasteur en prières ultimes ? 

Des familles en pleurs depuis vos attentats
Cherchent en vain des corps, vous accusant du pire,
Et les discours du chef du plus grand des états
Veulent venger les tours, symboles d’un empire. 

Vous avez déclaré la guerre à l’Occident.
Si quelques uns se font l’avocat de vos actes,
Beaucoup d’Américains, avec leur président,
Ajouteront l’exode à vos douleurs intactes.

(écrit le 11 septembre 2001)

 

   *******************************************

 

L’ABSENCE

Dans le ronronnement de mon ordinateur,
J’entends le souvenir de son panier qui grince ;
Le souffle court, je vais constater mon erreur : 

À sa place, le vide affreux. Mon cœur se pince. 

Il manque, le matin, son accueil chaleureux,
J’accomplis chaque jour un geste, une habitude,
Dans ma gorge l’appel de son nom sonne creux, 

Le silence répond, maudite certitude ! 

Il semble ridicule aux yeux des gens sensés
De chérir une bête et de craindre sa perte,
Alors on tait la peine et les pleurs déplacés
Quand sa mort nous fait mal comme une plaie ouverte.
  

Le trépas de tout être, animal ou parent,
Cause un chagrin semblable, une même souffrance ;
Pourquoi le désespoir serait-il différent
Quand pareille est en nous la douleur de l’absence ?

(Ecrit le 12.09.2004 après la mort de Lorca, notre femelle labrador) 

************************************** 

 

SOEUR DEFUNTE

Voilà dix ans déjà que tu nous as quittés
Sans laisser à personne une lettre un message
Pour tenter d’expliquer par des mots inventés
Tes raisons de partir pour l’ultime voyage.

L’abandon d’un amant et ton retour ici
Pouvaient-ils motiver ce geste irréparable,
Qui devait tout régler jusqu’au moindre souci
Mais nous glaçait le coeur d’un sentiment coupable ?

Pas encor quarante ans et pourtant sans espoir
De bonheur ni désir de donner à ta fille
Cet amour maternel qui devenait devoir
S’il demeurait adjoint au père de famille.

Voilà dix ans déjà mais je revois toujours
Sur ton visage blème un rictus qui se fige,
Autour de ton cou mince un ruban de velours
Pour masquer du cordon le douloureux vestige.

(Ecrit le 15 juillet 1996 en souvenir de ma soeur)

******************************

UN JOUR

 Un jour d’été trop chaud tu préféras partir
Plutôt que de lutter pour demeurer en vie
Et ton affection que la mort m’a ravie
Dans mon coeur est gravée à n’en plus ressortir.

Un jour sans le vouloir j’entrais dans ton histoire
Cadeau maudit, je sais, d’un homme de toi fou
Et l’enfant qui naissait à l’aube du mois d’août
Poussait son hurlement comme un cri de victoire.

Tes parents bravement ont tenté d’élever
Le fruit de ton erreur qu’ils ne pouvaient comprendre
Tandis que j’attendais une parole tendre
Et qu’à l’amant futur je préférais rêver.

Un jour adolescente enfin tu m’as reprise
Affrontant le courroux de ton père trahi,
Blessé dans son orgueil, par la peine envahi,
Qui voyait en ce choix une triste bêtise.

Un jour de février, majeure depuis peu,
J’abandonnai l’école et m’exilai de France
Pour fuir les souvenirs douloureux de l’enfance
Et trouver le bonheur auprès de qui me veut.

Et le temps s’écoulait toujours un peu plus vite ;
Mariage et naissance, un divorce plus tard,
Me voilà revenue à mon point de départ
Vers cet amour déçu que ma pensée évite.

Un jour proche ou lointain serons-nous réunis ?
Cet espoir obsédant nous donne le courage
De poursuivre sans toi jusqu’au bout le voyage
Mais ton départ subit nous laissa démunis.

(Ecrit le 17 juin 1996 en souvenir de ma mère)

************************** 

Pour écouter ce slam, cliquer ici : Poèmes wma femmedehandicap.wma

FEMME DE HANDICAPE

 

(Ce slam est dédié à mon cousin Christian, tétraplégique depuis le 1er janvier 2006).

C’était aux premières heures du premier jour de l’an,
En janvier deux mille six qu’a eu lieu l’accident.
Le hasard a voulu qu’un sanglier
Au même instant traverse la chaussée.
Pour éviter le choc frontal,
Ta femme a fait un geste brutal :
Un coup de volant à quarante-cinq degrés.
La voiture a piqué du nez
Dans le fossé qui bordait la route
Et qu’elle n’avait pas vu, sans doute.
Quand on nous a prévenues
Que tu ne marcherais plus,
J’ai eu mal aux tripes pour toi,
J’ai versé quelques larmes, je crois,
J’me souviens plus très bien,
Je pensais à tout et à rien.
Sur ton lit d’hôpital,
T’avais pas l’air si mal.
On a regardé ta figure,
Y’avait pas de blessure.
On a réprimé un soupir,
On s’était attendu au pire.
Bien sûr, tu ne marchais pas,
Mais tes jambes, on les voyait pas.
On admirait beaucoup ta femme
Qui restait là malgré le drame.
Elle venait tous les jours
Pour te prouver son amour.
Puis les mois ont passé,
T’étais toujours handicapé.
Alors elle a changé d’attitude,
Elle a montré d’la lassitude,
Et l’exaspération
A remplacé la passion.
Pour couronner le tout et ajouter à ta souffrance
Elle a piqué le fric, celui que l’assurance
Avait déjà versé pour ton fauteuil.
Faut quand même pas avoir beaucoup d’orgueil.
Je n’veux pas juger ni la blâmer,
J’veux seulement témoigner.
Je ne suis pas certaine que je serais meilleure
Confrontée au même malheur.
Pour sûr, je ne suis pas voleuse
Et tellement plus orgueilleuse,
Mais est-ce que j’aurais plus de couilles
Pour faire face à la trouille
Qui naît du handicap,
De la différence qui frappe,
Peur du regard des gens
Qui se veut compatissant
Pour finir par se détourner
Sous prétexte que c’est trop dur à supporter ?
Quand ta femme t’aura quitté un sâle matin,
Ne lui cache rien de ta déception, de ton chagrin,
Afin qu’elle sache qu’en plus de la douleur qui te fracasse,
Elle t’a elle-même porté au coeur le coup de grâce.
J’aimerais encore te dire
Qu’il faut toujours croire en l’avenir,
Mais comment trouver les mots
Qui sonnent juste sans être faux ?

 

****************************

Pour écouter ce slam, cliquer sur ici : wma premierslam.wma 

PREMIER SLAM

J’ai découvert le slam
Un soir de solitude ;
C’était comme de la came,
J’ai pris de l’altitude.
J’ai entendu Grand Corps Malade
J’comprenais rien à ses salades ;
J’me suis forcée à l’écouter
Et là, ses paroles m’ont scotchée.
Les keufs, les meufs, chelou et relou,
C’est sûr, j’comprenais pas tout,
Mais je captais l’essentiel,
Ecrire, pour moi, c’est naturel.
Alors j’me suis dit, faut qu »t’essayes,
Même si j’me trouvais un peu vieille.
Les rappeurs, les slameurs, les purs,
Vont me trouver nulle, c’est sûr !
Depuis je suis accro
Je slame en douce comme une clepto
Du matin au soir
Et même la nuit dans l’noir.
Au début c’était pas évident,
Je fais de la poésie depuis quarante ans,
De celle que l’on dit belle et classique,
La poésie académique,
Même si déjà dans mes poèmes
J’abordais différents thèmes :
L’amour, la mort, la maladie,
La guerre, le chômage et la pédophilie.
Mais pour quelqu’un comme moi
Qui a fait du carcan des règles un choix,
Ne plus respecter le sexe des rimes,
C’était un peu comme un crime.
Les mots qui circulent toujours dans ma tête
Se sont mis à danser, c’était la fête !
Plus de laisse ni de muselière,
Ils ont appris l’école buissonnière,
Plus d’obligation ni d’interdits,
Plus de maître en prosodie.
Seuls comptaient les mots qui claquent
Comme des coups de poing ou comme des claques
Pour qu’ils aillent droit au but,
Comme un bon coup de pied au cul !

*****************************************

 

SUR LA TOMBE D’UN ARBRE

J’attendais chaque année avec impatience
Le retour du printemps et des premiers crocus, 

Petits points de couleur au pied du vieux prunus,
Objet de mon plaisir et de ma surveillance. 

Car les fleurs de cet arbre offraient à l’horizon 
Une touche pastel au cœur de la grisaille,
L’usine où brillent seuls les éclats de grenaille 

Aux mains des ouvriers dans leur chaude prison. 

J’aimais, le contemplant, songer à d’autres choses,
Oublier mes chagrins, mes soucis et tourments, 

Puis revenir plus forte, après ces errements,
Vers les visages clos des collègues moroses. 

Mais la tempête, hélas ! me l’a déraciné ; 
Le cèdre du Liban, mis à terre de même,
N’a laissé que l’écho de sa douleur extrême 

Et je pleure ma part de rêve assassiné. 

Il ne reste qu’un trou, comme une plaie ouverte,
Où mon regard s’attarde, observant un corbeau 

Chercher sa nourriture au sein de ce tombeau,
Fragile souvenir d’une pensée inerte. 

 

***************************************

LES ECHOS DU NEANT 

Lorsque trempant ma plume au fond de ton silence 
Me revient en mémoire un poème de toi,
J’entends battre mon cœur sans comprendre pourquoi 

Car tu n’as pas nourri mes souvenirs d’enfance. 

Tous les ans j’espérais un cadeau de Noël,
Rêvant d’une poupée ou d’un ours en peluche, 

De papa, joli mot sur lequel je trébuche :
J’obtenais un baiser, pas même paternel, 

Et des vœux anodins formulés sur la carte 
Que tu me gribouillais, t’acquittant d’un devoir.
Il m’a fallu du temps pour ne plus t’en vouloir, 

Pour que la rancœur passe ou que je m’en écarte. 

Alors j’ai découvert un homme différent,
Acceptant de te voir sous les traits d’un poète ; 

Je ne connaissais pas tes yeux, ta silhouette,
Mais tu m’apparaissais, dans tes vers, transparent. 

J’ai tenté bien souvent de démêler l’histoire 
De ma naissance au sein d’un couple dévasté,
Mais tes alexandrins, mensonge ou vérité, 

Entretenaient le doute et l’art contradictoire. 

L’amour n’a pas jailli de mon premier regard,
Rien n’a jamais scellé nos rencontres furtives ; 

La tendresse et la joie en nos âmes captives
Auraient voulu bondir, mais il était trop tard. 

Peut-être un jour lointain, sur ton lit de souffrance, 
Aurais-tu des regrets ? Sans messe ni cercueil
Ton corps fut emporté. Tu m’as privé d’un deuil 

Et je trempe ma plume au fond de ton absence. 

***************************************

SONGE D’AMOUR

Je traverse avec toi l’espace et le temps vides, 
Souvenir récurrent du jeu des unités,
Mots dont le sens est mort pour nos corps habités 

Par le noir et l’oubli de nos âmes avides. 

L’espoir toujours déçu d’un baiser paternel
Se consumait au feu de l’incommensurable ; 

Mon cœur frappé jadis de ce mal incurable
De honte s’est brisé dans le désir charnel. 

Il m’a fallu te suivre au seuil de la souffrance 
Pour que la paix survienne au sein de la douleur ;
Une larme vermeille en tes yeux sans couleur 

A libéré d’un coup ma peine en survivance. 

Mais ton image fuit l’aube d’un jour nouveau
Qui sème ton parfum sur les rives du songe ; 

J’aimais croire au bonheur, l’amour fût-il mensonge
Et l’absence une fleur à l’ombre d’un caveau. 

*********************************

                                                                                                          Sonnet 
À ma mère

LES NON-DITS

 Le temps n’a pas brouillé les traits de ton visage ;
Comme je t’ai quittée, un dimanche matin, 

Je te retrouve en songe, en jupe de satin,
Quelques brins de muguet piqués dans ton corsage. 

As-tu le souvenir de ta fille en bas-âge, 
Abandonnée à ceux qui t’appelaient putain ?
La poupée aux yeux verts que je nommais catin 

Se taisait sous les coups quand je n’étais pas sage. 

Cinq ans d’adolescence à croire, à tes cotés,
Que l’amour se rattrape ;hélas ! les cœurs mâtés 

Ne savent plus s’épandre. Alors, je suis partie. 

Mes sentiments pour toi ne se devinaient pas,
Tu maquillais d’humour la peine ressentie ; 

Ainsi t’ai-je manquée au seuil de ton trépas. 

************************************

Les cinq poèmes suivants ont été récompensés en novembre 2007 par l’Alérion d’or décerné au meilleur participant parmi les anciens Grand Prix des Poètes Lorrains :

LE CRI DES OMBRES 

La tête me tournait : j’ai fermé les paupières. 

Un homme se pencha pour ramasser des pierres,
Une arme redoutable au poing d’un révolté, 
Au nom de la justice et de la liberté, 
Pauvres mots bafoués dans un pays en guerre.
Un père pleure un fils qu’il ne connaissait guère
Mais que son peuple acclame en martyr idéal 
Pour secouer le joug du monde occidental.

Une femme cachée aux regards sacrilèges
Disparaît sous le voile. Infâmes sortilèges
Du mollah tout-puissant qui dicte aux musulmans 
Des versets détournés par quelques boniments, 
Sous couvert mensonger de la loi coranique.
Dame-chose immolée à la lutte islamique.
Des petits orphelins sans une larme aux yeux 
Sont les muets témoins de mon Noël joyeux. 
Ni bonhomme, ni rêne et point de cheminée
Pour ces laissés-pour-compte, enfance assassinée.

Les huîtres fleurent fort et le saumon sent bon,
Dans le four se prépare une dinde, un chapon ; 

Le champagne pétille au son des mitraillettes 
Et des gouttes de sang ternissent nos paillettes.
Le rire et les sanglots se livrent un combat
Sans même devenir le sujet d’un débat, 
Et j’entends des cailloux jetés dans nos soupières.

Le cœur me débordait : j’ai rouvert les paupières.

REVEILLON

 Ce soir il faudra rire et paraître joyeux,
Vouloir faire la fête et détourner les yeux
De la misère et de la mort environnantes. 

Je devrai rester sourde aux bombes détonantes, 
Aveugle aux attentats, aux suicides masqués
Sous des actes mortels de criminels manqués. 
Lorsque les douze coups sonneront aux églises,
Le chemin de l’amour éclairé de balises 
Conduira-t-il au port de la paix, les soldats ?
Pour finir en martyr, combien de candidats
Répondront cependant à l’appel de la guerre,
Qu’elle soit dite sainte ou simplement vulgaire ?


Le dernier jour se meurt, vive le Nouvel An ! 
Je trinque à l’avenir avec un faux élan.
Ô charme de l’hypnose ! étends sur moi tes voiles
Et ne laisse passer que le feu des étoiles
Puis des baisers ardents pour conjurer le sort 
Jeté sur l’univers lorsque le diable sort. 
Entre la bûche et le café, valsons ensemble ;
J’accuserai l’ivresse et l’émoi si je tremble, 

Non la honte de fuir les peuples à genoux.
Et vous, mes disparus, venez vous joindre à nous,
Sortez de vos tombeaux, renaissez de vos cendres,
Et mêlez votre voix à nos paroles tendres.

LA MER EN NOIR ET BLANC

Le soleil se reflète en flaques argentées,
Innombrables miroirs où se perd mon regard,
Dans les eaux de la mer aux couleurs tourmentées
Et si je l’aime tant, ce n’est pas par hasard. 

J’ai comme elle un penchant pour l’outrance et le calme, 
Balancement d’autiste et cadences des flots ;
Sa rage me fascine et sa beauté me charme,
Enfer et paradis au cœur des matelots. 

Le gris du ciel ressemble aux teintes de l’ardoise 
Des toits bretons barrant la ligne d’horizon ;
Un cormoran perché sur un écueil me toise,
Etonné de nous voir, touristes hors-saison. 

L’écume ivoire coiffe une vague anthracite 
Qui roule ses galets comme dansent mes vers, 
Créés pour l’océan que tout bas je récite
Tel un hommage sobre aux dieux de l’univers.

 

UNE ROSE AU VENT

Le ciel a revêtu son uniforme gris
Pour penser aux défunts, pour annoncer novembre,
Et j’écoute la pluie au carreau de la chambre 
Me parler du chagrin, des pleurs des cœurs aigris. 

Ces larmes de cristal qui ruissellent dans l’ombre,
Comme une source pure où naîtrait l’univers, 
Sont des puits de souffrance éclaboussant de vers
Mes rêves éveillés au fond desquels je sombre. 

J’entends venir à moi le cortège des morts
Qui chaque année augmente et me laisse pensive :
La vanité d’écrire et l’espoir que survive 
L’écho de mon esprit valent-ils tant d’efforts ? 

Mes fantômes s’en vont dans un rai de lumière
Rejoindre leur royaume à l’envers du soleil ;
Ultime souvenir avant le grand sommeil, 
Dans le vent se balance une rose trémière.

PENSEES MARINES

L’océan, vague à vague, enfle son corps d’azur
Et son chuchotement sur les chemins pervenche
De l’immensité bleue où mon âme se penche 
Enivre mon cœur lourd d’un concert triste et pur.

La houle me raconte un carnet de voyage
Ecrit par les embruns, dicté par tous les vents, 
Dessiné par l’éclat d’autres soleils levants,
Parfumé par l’essence ancrée en son sillage. 

Le cri des goélands me chante l’amour fou
Qu’éprouve pour la mer le marin solitaire,
Plus fort que le désir de prendre femme à terre, 
Pour qui la bague au doigt vaut une corde au cou. 

Et de la lande vient jusqu’à moi le murmure
Des sanglots qu’une fille étouffe dans son sein ; 
Le message confus que j’ignore à dessein
Cogne au silence d’or dans lequel je m’emmure. 




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_