• Accueil
  • > Recherche : blague du jour

Résultat pour la recherche 'blague du jour'

La blague du jour

Un mec ivre sonne avec insistance chez des gens en pleine nuit. L’homme de la maison se lève, ouvre la fenêtre et demande, furieux :
― Qu’est-ce qui se passe ?
L’autre lui répond en hoquetant :
― Viens me pousser ! Il faut que tu viennes me pousser !
Excédé, le propriétaire de la maison lui dit :
― Je ne vous connais pas, et en plus, il est 4h du matin !
L’autre insiste lourdement en laissant échapper un rot sonore qui le fait éclater d’un rire gras.
Scrutant l’obscurité mais ne pouvant rien distinguer, le propriétaire ferme la fenêtre. Aussitôt, le tapage reprend ; l’ivrogne va réveiller les gosses et tout le quartier. L’homme ouvre de nouveau la fenêtre et perdant toute patience et civilité, s’exclame :
― Dégage d’ici ou j’appelle la police !
Tandis qu’il se glisse entre les draps, sa femme lui dit :
― Quand même, tu exagères ! Cela t’est déjà arrivé de tomber en panne la nuit ! Tu aurais pu le pousser, ce pauvre type !
― Non, mais, t’as pas entendu ? Il est complètement bourré, le mec !
― Raison de plus pour l’aider, rétorque sa femme. Il ne va jamais y arriver tout seul dans son état !
Comme son mari hésite encore, elle soupire :
― Vraiment, je ne te reconnais pas ! Je suis très déçue !
Pris de remords, vaguement honteux et surtout désireux de ne pas déclencher une scène de ménage en pleine nuit, le mari se relève, s’habille à la hâte, descend et ouvre la porte d’entrée.
― Hé mec ! crie-t-il dans la nuit.
― Tu viens me pousser ? braille le poivrot.
― Oui, je viens te pousser ! Tu es où ?
― Là, sur la balançoire !!!

La blague du jour

Le livreur m’a dit qu’il passerait entre 8h et 18h.
Je lui ai répondu que j’habitais entre le 1er et le 6e étage !

La blague du jour

― Papa, papa ! c’est vrai que j’ai été adopté ? demande un gamin.
Le père réfléchit longuement puis répond :
― Non, mais on garde espoir !

Ce que fut mon année 2015

Sur le plan professionnel, la meilleure année depuis que je travaille en profession libérale, soit douze ans. Grâce à deux très volumineux romans de la vie, j’ai pratiquement atteint le seuil du chiffre d’affaires des indépendants en exonération de TVA. Malheureusement, au 31 décembre, je perds un gros client suite à une fusion avec un établissement homologue en Alsace. Rien n’est encore définitif, cela dépendra du lieu de siège ; j’en saurai plus courant janvier 2016. Mais comme j’ai un rendez-vous début janvier pour un nouveau roman de la vie, je croise les doigts et reste sereine.
Sur le plan personnel, l’année a plutôt mal commencé avec l’hospitalisation de la marraine de Monique qui sera ininterrompue jusque fin mars. Et le 2 avril à 0 h 10, pour ne pas nous faire la mauvaise blague du poisson d’avril, la vieille dame de 89 ans tire sa révérence.
Le début de l’année est aussi marqué par les attentats meurtriers à la rédaction de Charlie Hebdo à Paris. En réaction à ces actes barbares, je m’abonne pour un an au journal satirique.
En juin, mon fils se marie en Champagne. Quelle émotion de conduire mon enfant unique à l’autel !
Côté évasion, la Bretagne en mai avec un vol en avion de Quiberon jusque Belle-Île et retour, et en septembre, une semaine en Aveyron ; je rêvais de voir le viaduc de Millau ! C’est magnifique.
A l’automne, encore deux semaines en Bretagne et au retour, un week-end prolongée chez nos amis sarthois.
Sur le plan de l’écriture, « Les Couleurs de l’Ame », un recueil de poèmes illustré par Monique est sorti en février et se fait connaître petit à petit au gré des salons du livre en région. J’entame un nouveau roman lors de notre séjour en Bretagne, mais en raison de mon activité très chronophage cette année, je n’ai guère avancé dans ce projet qui ne verra donc pas le jour en 2016 mais peut-être en 2017. Pour la première fois depuis 1999, je n’éditerai donc rien dans l’année…
L’année se termine comme elle a commencé, par des attentats meurtriers à Paris le vendredi 13 novembre.

La blague du jour

Un homme se plaint à son ami :
- J’ai très mal au coude, il faut que j’aille consulter un médecin.
- Ne fais pas ça ! Moi je te conseille d’aller à la pharmacie. Il y a un nouvel ordinateur à la disposition des gens. Il suffit d’apporter un échantillon d’urine et il te dit ce que tu as et comment te soigner, et ça ne coûte que dix euros !
Aussitôt dit aussitôt fait, le gars se rend à la pharmacie, introduit son échantillon d’urine dans la machine plus un billet de dix euros et attend. L’ordinateur s’illumine et produit une série de sons avant de lâcher une feuille de papier sur laquelle est écrit : « Vous souffrez d’une inflammation du coude. Trempez-le chaque jour dans l’eau chaude et évitez les travaux durs. Vous serez guéri dans deux semaines. »
Epaté mais sceptique, le gars réfléchit dans son lit à la manière de tromper la machine.
Le lendemain matin, il mélange de l’eau du robinet, un peu de crotte de son chien, de l’urine de sa femme et de sa fille ainsi qu’un peu de sperme fraîchement produit. Il apporte le tout à la machine qui s’illumine et produit les mêmes sons pendant un long moment avant de lâcher une feuille de papier sur laquelle est écrit : « Ton eau est dégueulasse, achète-toi un filtre. Ton chien a des vers, achète-lui du vermifuge. Ta fille se drogue, mets-la dans un centre de désintoxication. Ta femme est enceinte et l’enfant n’est pas de toi, prends-toi un bon avocat. Et si tu n’arrêtes pas de te branler, ton coude ne guérira jamais ! »

 

 

La blague du jour

― Le papier, c’est quelle poubelle ?
― La bleue.
― Et le verre ?
― La verte.
― Et le papier de verre ?

(Cette blague a dû être inventée pour moi !!! :) )

La blague du jour

On m’a toujours dit : « Ne te moque pas des handicapés, mets-toi à leur place! »
Résultat : 120 euros d’amende !

La blague du jour

― Alors fiston, dit une mère à son grand garçon, et cet entretien d’embauche ?
― Je ne suis pas pris, répond le jeune homme.
― Ah non ? Et pourquoi ?
― Le chef m’a dit que le salaire serait de 2000 euros au début et 2500 plus tard. Alors j’ai répondu que je reviendrai plus tard !

La blague du jour

― Pourquoi t’as acheté des pneus ? demande une femme à son mari.
― Ben pourquoi pas ? répond celui-ci.
― T’as pas de voiture ! lui rappelle son épouse.
― Et alors ? Tu achètes bien des soutien-gorge !

Le Saint-Nicolas des toutous

Avec un peu de retard, saint Nicolas est passé hier chez nous. Et dans une semaine, c’est le Père Noël qui va passer !!!

Izia 1
Il a apporté une balle à ma copine Izia et…

Hella et son papillon
… un doudou en forme de papillon pour moi !
Y avait même pas une trique de la part du Père Fouettard ! C’est arrivé le vrai jour de son passage le 6 décembre. Le fils de la Zaza est venu dîner avec sa copine et scotchée sur son paquet de chocolats, il y avait une petite trique !… Il a fait une drôle de tête le Stef avant d’en rire avec sa copine, la Zaza et la Momo. Ah ! j’y pense ! un petit clin d’oeil à Nicole, une amie de la Zaza, qui ne trouve pas ça drôle non plus ! Bon, faut dire qu’elle est pas lorraine, alors la trique du Père Fouettard, elle a dû prendre ça au premier degré ! Faut être lorrain, comme moi, pour apprécier la blague !!!
Enfin bref, moi j’avais pas de trique, donc je peux continuer mes bêtises ! Hi hi hi !!! La dernière en date : j’ai croqué la housse de protection du téléphone portable de la Momo ! Il traînait sur la table basse du salon… J’ai emporté l’ensemble dans la pelouse et j’ai sorti le téléphone avant de grignoter la housse ! La Momo était contente parce que son mobile était intact ! Quand elle a commandé une housse sur Internet, la Zaza a dit : « Tu devrais en prendre trois d’un coup ! » Elle a un peu mauvais esprit, la Zaza, non ?
Signé Hella

 

La blague du jour…

Un homme s’énerve à la mairie :
- Mais enfin, mademoiselle, voilà une demi-heure que je suis devant votre guichet !
- Et alors ? Moi cela fait quinze ans que je suis derrière !

Les blagues du jour

ER 082

Les blagues du jour

ER 041

La blague du jour…

ER 028

Le rire du Cyclope

Le rire du Cyclope dans Livres lus RireCyclope_168-150x150 Roman de Bernard WERBER

Darius Woszniak est un comique très célèbre, élu Français le plus aimé des Français. Alors qu’il vient de terminer son one-man-show, il rejoint sa loge et s’enferme, à l’abri de ses nombreux fans qui l’attendent.
Soudain, de la pièce où l’artiste s’est enfermé provient un énorme éclat de rire puis un grand fracas. On frappe, on s’inquiète, rien, silence de mort. Les gardes du corps défoncent la porte et découvrent le cadavre du comique. A ses côtés git un coffret de la taille d’une boîte de cigares avec une inscription : BQT.

Lucrèce Nemrod, journaliste scientifique, veut résoudre cette énigme. L’enjeu est de taille : si elle réussit, elle est titularisée, mais si elle échoue, elle est virée. Christiane Thénardier, chef de rédaction, rêve de se débarrasser de cette jeune femme belle, intelligente et douée pour le journalisme, tout ce qu’elle n’est pas.

Pour réussir, Lucrèce propose à Isidore Katzenberg de s’associer à elle. Journaliste indépendant, il a travaillé naguère dans le même journal que Lucrèce et voue le même dédain à la Thénardier. Mais il se laisse prier car il
a déjà eu une histoire d’amour avec la jeune journaliste au terme d’une précédente enquête. Amoureux de la jeune femme, orpheline, à fleur de peau, impulsive, violente, mais aussi courageuse et pugnace, il recule l’instant de retomber sous son charme indéniable de petit animal blessé.

Alors qu’il a été conclu à une mort naturelle par crise cardiaque, les deux enquêteurs vont tenter de prouver que le célèbre comique est mort des effets de la BQT, la blague qui tue !

On retrouve avec plaisir les deux enquêteurs atypiques : Isidore l’homme d’âge mûr, obèse, flegmatique, philosophe, pacifique, et Lucrèce, jeune femme frêle, à la sensibilité à fleur de peau, un tantinet agressive, rebelle et impulsive. Le tandem fonctionne mais l’histoire est longue, trop longue. Cela dure et cela
finit par un flof, comme une fusée de feu d’artifice qui aurait pris l’humidité.

Intouchables

intouchablesintouchables021120118a.jpg Film d’Olivier Nakache et Eric Toledano avec François Cluzet, Omar Sy, etc.

Philippe, aristocrate, vit dans un hôtel particulier. Il souhaite embaucher un homme pour l’aider dans son quotidien. En effet, il est tétraplégique depuis un accident de parapente. Paralysé du cou à la pointe des pieds, il vit dans le souvenir de son épouse décédée après une longue maladie.
Driss, l’ainé d’une famille très nombreuse, vit dans une banlieue populaire. Afin de bénéficier des indemnités de chômage, il doit faire signer un formulaire attestant de sa présence à la convocation. Persuadé qu’il ne peut faire l’affaire et pas vraiment intéressé par le job, il accepte de laisser son document pour que Philippe, l’employeur potentiel, le signe en toute tranquillité. Avant de quitter la demeure luxueuse, il dérobe un œuf de Fabergé qu’il offre à sa mère.
Lorsqu’il revient le lendemain, à sa grande surprise, Philippe lui propose de l’embaucher en ajoutant : « De toute façon, vous ne tiendrez pas quinze jours ! ». Driss relève le défi, soulagé de trouver le gîte et le couvert puisque sa mère, excédée par la conduite irresponsable du garçon, l’a mis à la porte. Cependant, les tâches qui l’attendent sont parfois au-dessus de ce qu’il pense pouvoir supporter…
Philippe en revanche est ravi. L’humour décapant et la joie de vivre de ce grand Noir lui font du bien et il en redemande. Avec Driss, il revit et il se marre. Quand le jeune homme découvre que son patron et presque ami entretient une relation épistolaire avec une jeune femme, il décide de prendre l’affaire en main…
Un film extrêmement drôle sur un sujet pourtant ô combien délicat, d’après une histoire vraie. Les blagues de Driss, comme le fameux « pas de bras pas de chocolat », sont pour l’homme handicapé plus qu’un coup de fouet. Grâce à l’humour décapant du jeune homme, l’homme blessé dans son corps comme dans son âme va retrouver goût à la vie et se sentir de nouveau debout dans sa tête.
L’humour et l’émotion sont déversés à justes doses et les deux acteurs principaux sont très crédibles dans leurs rôles. A voir absolument et pourquoi pas, même revoir !

11 septembre 2001… Lorca se souvient-elle ?

Il y a sept ans avaient lieu des attentats terroristes aux USA : quatre avions sont détournés. Deux heurtent les tours jumelles du World Trade Center, le troisième le Pentagone et le quatrième s’écrase en rase campagne.
Au moment de la catastrophe, je rentrais du bureau. J’avais d’abord cru à un canular dans l’émission de Laurent Ruquier dont les chroniqueurs ne manquent pas d’imagination. Mais non, ce n’était pas une blague.
Arrivée à la maison, Lorca m’accueillit, chaleureusement comme d’habitude. A la télévision, je découvris les images dignes d’un film catastrophe. Monique travaillait encore et, ce jour-là, elle était d’après-midi. Je lui téléphonai pour lui faire part de ce qui se passait.
Voici ce que ces évènements m’inspirèrent, extrait de mon recueil « Mémoires d’un labrador » édité en 2003 :

« Ce soir, Zaza est rentrée en coup de vent, se précipitant dans son bureau sans faire attention à moi. Pas un regard, pas un mot tendre, pas une caresse. C’est assez rare pour que cela m’inquiète. Que se passait-il donc de si grave ? Elle alluma la télévision et je sautai dans le fauteuil en rotin tandis qu’elle prenait place à son bureau. Sur l’écran, on voyait des immeubles s’effondrer, une épaisse fumée noire obscurcir le ciel, des gens courir dans tous les sens. Le téléphone retentit. Tétanisée par les images qu’elle regardait, Zaza se dirigea vers l’appareil comme un automate.
- Oui, dit-elle. J’ai entendu la nouvelle à la radio sur la route et je suis en train de regarder. C’est un spectacle hallucinant. Les deux tours gigantesques du World Trade Center n’existent tout simplement plus. Deux avions se sont encastrés à tour de rôle dans chacune d’elles.
Elle se tut quelques secondes.
- Il y aurait des milliers de personnes dans ces immeubles au moment de la catastrophe. Ce ne sont pas des accidents, il s’agit bel et bien d’attentats terro­ristes. Je ne sais pas si tu peux imaginer ce qui se passe là-bas. C’est hallucinant. On se croirait devant un film de science fiction ; tu sais, un de ces films catastrophes dont les Américains sont les spécia­listes, avec des effets spéciaux extraordinaires. Seu­lement là, pas besoin d’effets spéciaux, c’est la réalité, les journalistes n’ont qu’à tenir leur caméra et appuyer sur le bouton d’enregistrement.
Zaza garda le silence durant de longues minutes puis demanda d’une petite voix :
- Chérie, quand rentres-tu ?
Puis elle s’assit de nouveau et fixa l’écran qui continuait à diffuser ces images d’apocalypse. Pour la tirer de sa prostration, je commençai à « miauler » comme elle dit, de plus en plus fort puisqu’elle ne se décidait pas à bouger. Alors elle tourna la tête vers moi, me regarda comme si elle découvrait seulement ma présence, se leva, s’agenouilla et posa son front contre le mien.
Mamine rentra et, à son tour, se figea devant le téléviseur. Même le gamin se taisait.
- Quels que soient les reproches que l’on puisse faire au gouvernement américain sur sa politique et son comportement dans les différents conflits mondiaux, son peuple ne méritait pas une vengeance aussi criminelle, prononça Zaza d’une voix qu’altérait la consternation.
- Bien sûr, répondit Mamine, mais il ne faut jamais humilier des hommes ; or les Américains se sont souvent pris pour des justiciers et n’ont pas hésité à imposer l’embargo au-delà du raisonnable et réduit des populations à la misère.
- Certes, renchérit Zaza, mais voir ces dizaines de milliers de gens innocents périr dans de telles conditions, c’est…
Dans ces moments d’horreur indescriptible, en ces instants de folie meurtrière, je suis fière et soulagée de n’être point un être humain.
- Devant ce drame, déclarait un homme, nous sommes tous concernés, nous sommes tous améri­cains.
Ah non ! moi, je serais plutôt canadienne ! » 

Diaporamas, tantras, chaînes, hoax, pubs, etc.

Comme tout internaute, je reçois chaque jour quantité de mails contenant des diaporamas, des tantras, des chaînes, des hoax, des pubs, des blagues, des vidéos, des annonces de gains, des propositions d’héberger une fortune d’une princesse africaine, etc., etc.
Selon ma charge de travail, je stocke ces mails en attente de temps. Cela peut durer plusieurs jours comme plusieurs semaines voire davantage… En juillet, mois particulièrement chargé en boulot, j’en ai ainsi cumulé une bonne cinquantaine !…
En règle générale, je regarde les diaporamas avec plaisir, les tantras également en faisant abstraction des textes qui reviennent toujours au même et qui finissent par lasser avec leur ton bien-pensant et moralisateur, je lis les chaînes en diagonal, je n’identifie les canulars qu’une fois avertie, j’apprécie plus ou moins les blagues qui circulent, idem pour les vidéos. Quant aux annonces de gains faramineux et autres demandes de réceptionner sur mon compte la fortune d’une princesse aux abois, je ne lis que la première phrase et les envoie sans remords à la poubelle. Idem pour les pubs.
Certains de mes amis et connaissances m’abreuvent de mails de ce genre pratiquement quotidiennement en plus de ceux qui arrivent de personnes inconnues et par large diffusion automatique. Selon mon humeur, je les transfère ou non à mes autres amis et connaissances, en évitant ceux qui m’ont demandé de les épargner. Selon mon état d’esprit, les chaînes me font rire ou m’agacent par l’énormité des prédictions. Un accès de superstition m’incite parfois à faire suivre… on ne sait jamais !… Parfois je refuse de me laisser « avoir » par ces « conneries » et envoie le mail d’un clic rageur directement dans la poubelle. Parfois je ris à l’ingéniosité des créateurs qui rivalisent d’imagination dans leurs menaces et leurs bienfaits.
Car il faut bien avouer que depuis que je reçois ces mails, je n’ai été ni bénie des dieux ni envoyée en enfer ! Le dernier en date m’annonçait treize ans de malchance si je ne transférais pas le mail ! Treize ans !!! Le faire suivre à un seul correspondant annulait cette malédiction et me donnait même une minute de chance ! Waouah ! il s’agit d’être vigilant pour ne pas la rater !!! Pour que la malédiction se transforme en bénédiction éternelle, il faut quand même arroser près de quarante correspondants !… Il y a une certaine injustice dans la répartition des bonus et malus ! En même temps, avec une liste de diffusion bien fournie, on ne se donne aucun mal pour accéder au bien-être à vie. Cela fait réfléchir, sans blague ! Cela dit, ce mail n’était pas le pire… d’autres ne se contentent pas de prédire la malchance, ils décrivent les maux qui vont tomber sur le malheureux internaute qui aurait l’outrecuidance de « benner » ce mail : maladie, chômage, décès… On ne badine pas avec la superstition !!!
Bof… tout cela n’est pas bien grave… Ce qui m’a en revanche agacée fut la réception d’un SMS, sur mon téléphone portable, le jour de mon anniversaire, qui m’avertissait de l’envoi par un ami d’une carte d’anniversaire. Pour la recevoir, il me suffisait de répondre oui au sms. Cela me coûterait 3 euros + le coût du sms !!! Et il y a quelques jours, j’ai reçu un nouveau sms concernant une carte postale d’un soi-disant ami qui pense à moi sur son lieu de vacances !…
Alors là, y en a marre !!! Je ne veux pas qu’on pense à moi !!! Car si par mégarde on appuie sur la mauvaise touche, on est illico presto débité de 3 euros + le prix d’un sms ! Alors moi je veux bien recevoir des conneries tous les jours, mais quand même pas payer !!!
Mais j’y pense… j’ai joué ce soir au yams avec Monique et elle m’a battue à plates coutures… A tous les coups, c’est le début d’une malédiction ! Vite ! vite ! envoyez-moi un truc pour que je puisse me racheter !!!

Une merde porte-bonheur !

Nous fêtions ce week-end les soixante ans d’une amie. Au moment crucial d’ouvrir les cadeaux, elle hésitait à s’emparer du très gros paquet superbement emballé et scotché par de multiples bandes brunes adhésives.
Lorsqu’elle s’y attela, elle découvrit, parmi de vrais cadeaux comestibles, une multitude de canulars emballés individuellement : vieilles casseroles, clé à molette géante, entonnoir, etc. Et soudain, une merde, une véritable crotte nauséabonde fit son apparition ! Parce qu’on la surnomme la Tata des toutous depuis qu’elle garde des chiens, chacun crut à une mauvaise blague et regardait autour de soi pour découvrir l’indélicat. Notre amie décida d’en rire, un peu jaune… mais enfin, nous étions tous entre amis et une mauvaise intention était à bannir.

L’explication ne tarda pas à venir de la part d’un couple de retraités farceurs sur le point de déménager. Il avait eu l’idée du colis truffé de vieux objets, Elle avait acquiescé. Il s’en occupait, Elle le laissa faire. Quelques jours plus tard, après avoir nettoyé la caisse du chat et emballé la crotte dans du papier journal, Elle jeta le tout dans un carton à proximité manifestement destiné à la décharge. Il continua à glaner les vieux objets, les emballa et les déposa dans ledit carton !

Et voilà comment une crotte s’est malencontreusement glissée dans le colis cadeau ! Alors que certains doutaient encore de la bonne foi de nos retraités à la fois hilares et confus, notre sexagénaire déclara que cette merde n’était pas la première qu’elle prenait en main depuis qu’elle garde des chiens qui ont parfois le chic de s’oublier sur les trottoirs.
Nous lui souhaitons de tout cœur que ce cadeau insolite lui porte effectivement bonheur pour les soixante années à venir !

 




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_