Archive pour la Catégorie 'Films vus'

L’Histoire de l’amour

L HISTOIRE DE L AMOURUn film de Radu Mihaileanu avec Derek Jacobi, Sophie Nélisse, Gemma Arterton, etc.

Dans le New York de nos jours, un vieux juif polonais immigré vit dans le souvenir de celle qu’il a aimée le plus au monde. C’était avant la guerre, dans un village de sa Pologne natale qu’il a quittée pour tenter de retrouver Alma, partie se réfugier aux Etats-Unis pour fuir les nazis.
Dans un autre quartier de la grande ville américaine, une adolescente prénommée Alma vit ses premiers émois amoureux.
Ces deux personnages centraux sont aussi éloignés l’un de l’autre que l’alpha de l’oméga. Et pourtant…
Un film épique aux nombreux flasbacks et porté par une musique qui embarque le spectateur dans le tourbillon des sentiments décrits et si bien incarnés par les acteurs. Derek Jacobi et Sophie Nélisse sont absolument épatants !
A voir absolument, mais pas avant novembre dans les salles.
Merci à France Bleu pour les deux places offertes pour découvrir ce film en avant-première à l’UGC de Ludres. Après la projection, débat avec le réalisateur Radu Mihaileanu animé par Jérôme Prod’homme.

Invincible

INVINCIBLE 2 Un film d’Angelina Jolie avec Jack O’ connell, Garrett Hedlund, etc.

Les enfants de son âge attaquent souvent Louis Zamperini sur ses origines italiennes. Son comportement rebelle désespère ses parents. Jusqu’au jour où le talent d’athlète du garçon est découvert. Son frère l’entraîne et lui insuffle la confiance en soi dont semble dépourvu le jeune garçon. Louis bat tous les records à la course à pied et se trouve propulsé aux Jeux Olympiques de Berlin pour défendre les couleurs des Etats-Unis d’Amérique. Il ne remporte pas la course, mais sa performance lors du dernier tour est exceptionnelle et prometteuse pour l’avenir. De retour aux USA, il poursuit son entraînement pour les prochaines Olympiades qui doivent avoir lieu à Tokyo.
Louis ira bien au Japon mais en tant que prisonnier… En effet, la guerre a éclaté et son avion de combat s’écrase en mer en 1942. Sur les huit membres d’équipage, seuls trois rescapés se retrouvent dans un canot de sauvetage. Ils survivent aux tirs d’un avion ennemi, aux requins, à la fin, à la soif, aux tempêtes. Quarante-sept jours plus tard, ils ne sont plus que deux quand ils sont secourus par un navire de la marine japonaise.
Envoyés dans un camp de prisonniers de guerre, les deux amis vont connaître des conditions de détention bien plus difficiles encore que ce qu’ils viennent de vivre.
Mais Louis a un mental de champion que va tenter d’anéantir l’officier japonais en charge du camp.
Un film très dur, avec des scènes particulièrement violentes, mais une histoire basée sur la biographie du véritable Zamperini, héros de guerre et sportif de haut niveau. A voir.

Les souvenirs

LES SOUVENIRS Un film de Jean-Paul ROUVE avec Annie Cordy, Michel Blanc, Mathieu Spinosi, Chantal Lauby, etc.

Romain rêve secrètement de devenir écrivain. En attendant, il travaille comme veilleur de nuit dans un hôtel. Son père, éternel râleur, vit très mal son départ à la retraite sans vouloir se l’avouer. Sa mère n’est plus heureuse avec cet homme dont elle tente de réveiller la flamme amoureuse comme elle peut.  Son colocataire ne pense qu’à mettre une femme dans son lit, n’importe quelle femme et par n’importe quel moyen.
Arrivé en retard à l’enterrement de son grand-père, Romain ramène sa grand-mère chez elle. Tous deux partagent une belle complicité. La mamie est pétillante, pleine de vie et de projets. Mais à la suite d’une chute, elle se retrouve placée contre son gré dans une maison de retraite, certes « très bien » comme l’affirme son fils mais dans laquelle ne vivent quand même que des vieux ! Ce qu’elle ne supporte pas. Au point qu’un jour, elle fugue. Son petit-fils part à sa recherche, du côté d’Etretat…
Un film très émouvant sur les rapports humains en général et la problématique de la fin de vie. Des acteurs épatants, en particulier Annie Cordy et le jeune Spinosi, fils et petit-fils idéal !
Je le savais déjà et ce film le confirme : il ne fait pas bon vieillir…

 

La famille Bélier

LA FAMILLE BELIER Un film d’Eric Lartigau  avec Louane Emera, Karin Viard, François Damiens, Eric Elmosnino, etc.

Dans la famille Bélier, le père, la mère et le fils sont sourds et muets. Seule Paula, 16 ans, entend et parle. Du coup, elle est devenue au fil des ans l’interprète indispensable pour aider ses parents à gérer le quotidien. Exploitant agricole et éleveur, son père a besoin d’elle pour négocier avec le banquier comme avec les céréaliers. Paula doit même faire l’intermédiaire chez le gynécologue de sa mère ! Malgré la lourde charge qui pèse sur ses épaules, la jeune fille est heureuse et se trouve confrontée aux mêmes problèmes que tous les adolescents de son âge : la puberté, l’amour, l’autorité parentale, les profs… Justement, c’est son prof de musique, très atypique dans sa façon de traiter ses élèves, qui va changer le cours de sa vie. En effet, il découvre chez Paula un incroyable don pour le chant. Il va la pousser à préparer le concours de Radio France. Paula hésite. Si elle réussit, elle devra abandonner sa famille pour aller à Paris…
Un film très drôle sur le handicap avec une Louane Emera époustouflante et une Karin Viard épatante.
A voir.

Les héritiers

LES HERITIERS 4 Un film de Marie-Castille Mention Schaar avec Ariane Ascaride, Ahmed Dramé, Noémie Merlant, Geneviève Mnich, Stéphane Bak, etc.

Mme Gueguen est professeur d’histoire-géographie au lycée Léon Blum de Créteil. Elle a une classe particulièrement difficile, la seconde la plus faible et la plus dissipée de  l’établissement. Les menaces et les insultes sont le lot quotidien de ces élèves de races et de confessions différentes.
Contre l’avis du proviseur qui estime qu’elle perd son temps et son énergie avec ces jeunes gens voués à l’échec, Mme Gueguen décide d’inscrire cette classe au concours national de la résistance et de la déportation. La première réaction est le rejet ; elle annonce quand même le sujet : « Les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi. »
Contre toute attente, les élèves vont se passionner et se surpasser pour fournir un travail collectif malgré leur vécu, leurs différences, leurs rancoeurs, leur manque de confiance en soi.
Un film fort sur la réalité des lycées de banlieue où les enseignants se rendent au boulot chaque matin la peur au ventre, mais aussi sur la tolérance et la preuve qu’aucun enfant, aussi insupportable puisse-t-il être, n’est jamais définitivement perdu.
A voir.

 

 

Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?

QU EST CE QU ON A FAIT AU BON DIEU  Film de Philippe de Chauveron avec Christian Clavier, Chantal Lauby, Ary Abittan, Medi Sadoun, Frédéric Chau, Frédérique Bel, etc.

Claude et Marie Verneuil, issus de la grande bourgeoisie provinciale, catholiques pratiquants, ont toujours pensé avoir l’esprit ouvert. Cette certitude vole en éclats lorsque leurs filles se marient. La première épouse un jeune homme d’origine chinoise, la seconde un garçon charmant mais de confession juive, la troisième un avocat mais d’origine maghrébine… Ils reportent tous leurs espoirs sur leur dernière fille. Lorsqu’elle leur annonce la bonne nouvelle de son prochain mariage avec un jeune homme catholique, le couple un peu coincé et finalement très raciste jubile. Enfin un garçon bien comme il faut dans la famille. Seulement, il y a un hic : le jeune homme en question est… noir !!! Il est d’origine sénégalaise et ses parents, toujours en Afrique, voient d’un aussi mauvais œil que les Verneuil ce mariage mixte. Car le père de Charles est, pour autant que cela soit possible, aussi raciste que Claude Verneuil !

Un film bourré de clichés et de portraits caricaturaux, mais on rit beaucoup.

Les yeux jaunes des crocodiles

LES YEUX JAUNES DES CROCODILES Film de Cécile TELEMAN avec Julie Depardieu, Emmanuelle Béart, Patrick Bruel, Alice Isaaz, etc.

Joséphine, la quarantaine, historienne spécialisée dans le XIIe siècle, vit une vie difficile aux côtés de son mari chômeur et de ses deux filles, Hortense et Zoé. Un jour où Antoine, refusant tous les boulots qui se présentent sous prétexte qu’il fut jadis cadre supérieur, Joséphine le met dehors et apprend le soir même par sa fille aînée qu’il est parti rejoindre sa maîtresse, une jeune femme qui fait des manucures dans un salon de coiffure du quartier.
Sa sœur Iris, épouse du brillant avocat Philippe Dupin, mène une vie ennuyeuse et futile, dépensant sans vergogne l’argent que gagne son mari. Elle évolue dans un univers où la jalousie, la mesquinerie et la méchanceté règnent en maîtres.
Un soir, dans un dîner mondain, Iris se vante d’écrire un roman : l’histoire d’une marchande vivant au Moyen Âge, cette époque honnie par elle et sa mère. Si Philippe se montre dubitatif, l’éditeur à table avec eux bondit sur l’occasion et ne lâche plus Iris. Celle-ci, incapable d’aligner trois mots, se tourne alors vers sa sœur.
Joséphine, couverte de dettes suite à un emprunt faramineux d’Antoine qui s’est mis en tête d’aller élever des crocodiles en Afrique du Sud en compagnie de sa maîtresse, accepte. En plus des traductions qu’elle effectue pour le cabinet d’avocats dont Philippe fait partie, elle écrit nuit et jour pour fournir à sa sœur les vingt premières pages réclamées par son éditeur. Celui-ci est enchanté et donne à Iris une confortable avance. Les deux sœurs concluent un pacte : Joséphine écrit le roman, Iris le signe et reverse l’intégralité des droits d’auteur à Joséphine.
Hortense, dont le rêve est de devenir aussi riche que sa tante, découvre le stratagème…
Un film très agréable, très fidèle au roman de Katherine Pancol. Si Julie Depardieu est un peu en décalage par rapport à son personnage, la jeune Alice Isaaz est parfaite dans le rôle de l’odieuse Hortense !

Salaud, on t’aime

SALAUD ON T AIMEUn film de Claude LELOUCH avec Johnny Hallyday, Sandrine Bonnaire, Eddy Mitchell, Irène Jacob, etc.

Jacques Kaminski, un réputé photographe de guerre à la retraite, visite une superbe maison dans un coin perdu des Alpes. Sa compagne, Parisienne jusqu’au bout des ongles, ne partage pas son enthousiasme. Il ne prête guère attention à sa réticence car il est tombé sous le charme de l’agent immobilier, une certaine Nathalie.
A peine rentré dans la capitale, il quitte sa compagne en lui laissant un mot scotché sur le miroir de la salle de bain et retourne dans les Alpes. Il appelle Nathalie pour régler les derniers détails de la vente et signer les documents. Puis il l’invite à boire un verre.
Frédéric, son ami de toujours, médecin, arrive dans la maison, heureux de revoir Jacques. Mais celui-ci, malgré son amour naissant et réciproque pour Nathalie, ne cache pas sa tristesse. En effet, il essaie d’inviter ses quatre filles, toutes issues de mariages différents, à venir passer quelques jours chez lui. Mais chacune refuse. Il faut dire que le grand reporter a pris entre ses mains ses appareils photos plus souvent que le visage de ses filles !
Malheureux de voir son ami si triste, Frédéric invente une maladie mortelle à Jacques et convoque les quatre filles dont il est le parrain. Elles débarquent une à une, sous l’œil à la fois attendri et perplexe du père, si longtemps absent, qui rêve de réconciliation avec ses enfants au crépuscule de sa vie. Mais le week-end idyllique va tourner au drame…
Moi qui ai été fan de Lelouch, je n’ai pas retrouvé sa patte. Alors que l’action du film se situe dans un cadre grandiose, sa caméra se contente de glisser sur la maison, les meubles, la piscine. L’intrigue n’est pas palpitante, à peine crédible. Reste Johnny, plutôt bon, comme son copain Eddy Mitchell. Et puis surtout la sublime Sandrine Bonnaire qui porte le film sur ses épaules.
Très décevant.

Yves Saint Laurent

YVES SAINT LAURENT  Un film de Jalil LESPERT avec Pierre Niney, Guillaume Gallienne, Charlotte Le Bon, Laura Smet, etc.

En 1957, Yves Henri Donat Mathieu-Saint-Laurent devient le nouveau directeur de la maison de haute couture fondée par Christian Dior qui vient de décéder. Il n’a pourtant que 21 ans. Mais il a un talent fou. Il vit à Paris, mais s’inquiète beaucoup pour sa famille restée à Oran, sa ville natale.

Lors de son premier défilé, il remporte un triomphe. Malgré sa timidité ou peut-être à cause d’elle, il séduit tout le monde, à commencer par Pierre Bergé, homme d’affaires dans l’industrie du luxe, de six ans son aîné.
Les deux hommes deviennent amants et forment un couple reconnu à une époque où le mariage pour tous n’était qu’un lointain mirage.
Yves Saint Laurent cependant est un garçon en proie à des angoisses. Sans parler de sa peur de devoir aller se battre en Algérie, contre ses frères de coeur. Le jour de son incorporation, il tombe en dépression.
Heureusement, Pierre Bergé veille. Durant toute leur vie commune plus que mouvementée, il sera l’ange gardien de son compagnon. Il a eu bien du mérite mais surtout tellement d’amour pour supporter les frasques et les infidélités d’Yves Saint Laurent qui, sans le soutien indéfectible de Pierre Bergé, ne serait jamais devenu YSL.
Un film très touchant avec deux acteurs principaux époustouflants. Pierre Bergé a dû avoir un coup au coeur en découvrant Pierre Niney dans le rôle de son compagnon ! Car la ressemblance, accentuée sans doute par un savant maquillage, est assez troublante.
En outre, le film est servi par une bonne musique, notamment plusieurs extraits d’opéras. A voir.

100% cachemire

100% CACHEMIRE Film de Valérie Lemercier avec Valérie Lemercier, Gilles Lellouche, Marie Fois, Samatin Pendev, Chantal Ladesou, etc.

Aleksandra, responsable du magazine ELLE, et Cyrille, directeur commercial, forment un couple de Parisiens très riches et très chanceux. Elle a un amant, il a une maîtresse, mais ils s’aiment. Ils ont tout pour être heureux, tout sauf un enfant. Alors ils ont décidé d’adopter. Ils ont choisi Alekseï, un petit garçon russe de sept ans. Mais à l’aéroport, où tous les adoptants doivent réceptionner les enfants qui leur ont été attribués, rien ne se passe comme prévu. Cyrille et Aleksandra dénotent, ils ne se sentent pas du tout en harmonie avec les autres parents et prennent la directrice de l’association en grippe. Alors qu’elle les menace de donner Alekseï à un autre couple dont l’enfant n’a pu venir en France, Aleksandra lui fait comprendre que l’association ne pourra plus compter avec leur générosité… Pour se venger, la directrice intervertit les passeports de deux garçons et donne au couple de Parisiens un autre enfant que le leur. Evidemment, ils s’en doutent et Alekseï ne fait rien pour les amadouer… Il n’est pas le bel enfant blond qui devait illuminer leur vie et la nounou qu’ils ont engagée après un casting rondement mené par la directrice du magazine n’est pas non plus la gouvernante idéale et surtout, elle ne parle pas un mot de russe, contrairement à ses affirmations !
Entre le gamin qui casse tout et la nounou qui entre en transe en humant les sous-vêtements de son mari, Aleksandra déprime ! Elle va prendre une décision radicale…

Une comédie pas très fine mais quand même drôle, même si je peux comprendre qu’elle hérisse le poil de parents concernés par l’adoption par ces clichés et ces a priori. Mais si le film de Valérie Lemercier est de dénoncer ces couples en mal d’enfants, qui font leur marché sur catalogue et sont déçus par la « marchandise » à son arrivée, alors le film est une réussite !
Ce ne sera certainement pas le film de l’année, mais certaines scènes sont franchement drôles et la trogne du jeune Samatin Pendev vaut le détour !

Les beaux jours

Les beaux jours dans Films vus les-beaux-jours-150x150 Un film de Marion Vernoux avec Fanny Ardant, Laurent Lafitte, Patrick Chesnais, etc.

Caroline, dentiste et épouse de dentiste, est à la retraite. Elle a elle-même provoqué ce retrait de la vie professionnelle après avoir perdu sa meilleure amie. Le remords est grand de n’avoir pas été présente à ses côtés pour lui manifester son amitié durant cette phase ultime de la vie. Une absence motivée par quelques détartrages en plus !
Ses deux filles lui ont offert un forfait découverte aux « Beaux jours », un centre d’activités et de loisirs pour retraités. Caroline s’y rend, sans conviction. Le premier contact avec l’animatrice de théâtre est un peu difficile ; Caroline n’accepte pas d’être traitée comme une enfant. Mais le besoin d’une formation en informatique la pousse à retourner aux Beaux Jours. Le formateur, Julien, est un séduisant garçon qui multiplie les conquêtes. Caroline se laisse séduire par le jeune homme qui a l’âge de ses filles. Une relation ambiguë s’installe.
Mais que cherche Caroline ? Une aventure extra conjugale ? Une manière agréable de tuer le temps ? L’espoir de rattraper le temps perdu ? L’illusion de la jeunesse ? Le plaisir de transgresser les règles et de jouer avec le feu ? Une façon de réveiller son couple ?
Un film un peu banal s’il n’y avait la sublime Fanny Ardant. Si elle était mon dentiste, je n’irais pas à mes rendez-vous la peur au ventre ! Patrick Chesnais est également très bon.

Le passé

Le passé dans Films vus le-passe-150x150Un film de Asghar Farhadi avec Bérénice Bejo, Tahar Rahim, Babak Karimi, Ali Mosaffa, Pauline Burlet, etc.

Ahmad, Iranien, et Marie, Parisienne, sont séparés depuis quatre ans. Ahmad est retourné dans son pays. À la demande de son épouse, il est revenu en France pour procéder aux formalités de leur divorce.
Chez Marie, qui n’a pas voulu réserver une chambre d’hôtel dans la crainte qu’il ne vienne pas, il retrouve les deux filles issues du premier mariage de Marie et Fouad, le petit garçon de son actuel compagnon dont il découvre l’existence, même si celui-ci a décidé de déserter la maison, le temps que le divorce soit prononcé et que Ahmad soit reparti en Iran. Alors qu’il décide d’aller à l’hôtel pour ne pas gêner, Ahmad réalise que Marie et Lucie ne parviennent plus à communiquer. La jeune fille, pas encore majeure, ne supporte pas le compagnon de sa mère ; Fouad de son côté accepte mal sa nouvelle maison et sa maman, plongée dans le coma après une tentative de suicide, lui manque. Marie, au début d’une nouvelle grossesse, semble débordée et Ahmad accepte de discuter avec Lucie pour essayer de la raisonner. Elle finit par lui confier un terrible secret…
Très bien joué, ce film montre les situations conflictuelles que peuvent engendrer les non-dits. Le prix de la meilleure interprétation féminine remporté par Bérénice Bejo au festival de Cannes est largement mérité.

Gatsby le magnifique

Gatsby le magnifique dans Films vus gatsby-le-magnifique-150x150  Un film de Baz Luhrmann avec Leonardo Di Caprio, Carey Mulligan, Tobey Maguire, Isla Fisher, etc. d’après le roman de Scott Fitzgérald.

Dans le New-York des années 20, Nick, un jeune homme à la vocation d’écrivain devenu finalement agent de change à la Wall Street, emménage dans une maison de Long Island, à côté d’un immense domaine où vit un personnage énigmatique, Jay Gatsby.
Lors d’une visite à sa cousine Daisy, qui vit avec son mari de l’autre côté de la baie, il apprend qu’elle a bien connu son voisin et son trouble aiguise sa curiosité. Daisy a épousé un homme riche, un peu veule, vulgaire et raciste, infidèle de surcroît. Mais elle n’a apparemment jamais oublié Jay Gatsby dont elle a fait la connaissance alors qu’il servait dans l’armée au moment de la Première Guerre mondiale. Ils se sont aimés puis il a disparu. Cinq ans plus tard, il réapparaît donc, plus riche encore que le mari de Daisy, propriétaire d’un incroyable château luxueux et peuplé d’innombrables invités qui font la fête aux dépens de Gatsby qui ne se mêle pas à cette débauche d’alcool et d’argent.
Lorsque Daisy et Gatsby se retrouvent l’un en face de l’autre à l’occasion de l’une de ces fêtes, ils renouent avec la passion. Gatsby explique sa disparition pendant cinq ans par la nécessité de faire fortune pour pouvoir prétendre épouser Daisy. Maintenant qu’il a réussi, il entend bien renouer avec le passé et reconquérir Daisy dont il ne doute pas un instant qu’elle l’aime toujours, malgré les années.
Tom, le mari de Daisy, n’est pas du tout prêt à laisser sa femme lui échapper, même s’il lui est régulièrement infidèle. Il va donc enquêter pour savoir qui est ce Gatsby au sujet duquel courent les rumeurs les plus folles. Est-il un espion, un héros de la guerre ou plus vraisemblablement un mythomane et un escroc ?
Leonardo Di Caprio, qui reprend le rôle mythique du grand Gatsby après le légendaire Robert Redford, a gagné son pari. Car s’il est un peu moins distingué que Redford, il incarne en revanche un romantisme qui rend son interprétation plus crédible.
Un très bon moment de cinéma.

Les gamins

Les gamins dans Films vus les-gamins-150x150 Un film d’Anthony MARCIANO avec Max Boublil, Alain Chabat, Sandrine Kiberlain, Mélanie Bernier

Thomas, musicien en quête d’un producteur pour son premier disque, joue et chante dans les mariages et autres fêtes familiales pour gagner sa vie.
Un soir, il rencontre Lola. Entre eux, c’est tout de suite l’entente et la complicité ; ils sont manifestement sur la même longueur d’ondes. Très vite, ils se fiancent et Thomas décide d’exercer un vrai boulot : il se fait embaucher dans une banque au service du recouvrement… Lola est traductrice et participe à des sommets
politiques de la plus haute importance. Ce qu’elle aime en Thomas, c’est son côté fantasque ; avec lui, elle sait qu’elle ne s’ennuiera jamais. Pas comme ses parents… Mais elle apprécie son sens des responsabilités lorsqu’il lui annonce avoir trouvé un CDI. Car bien sûr, cela veut dire un nid d’amour bien à eux !
À peine fiancé, Thomas demande à rencontrer les parents de Lola, Gilbert et Suzanne. Depuis qu’il a vendu sa société, Gilbert déprime ; vautré devant la télé du matin au soir, il ne supporte plus son épouse. Suzanne s’occupe d’une ONG, mange avec des baguettes chinoises et privilégie aux repas le tofu, le quinoa, etc. ; elle ne finit jamais ses phrases et elle ne supporte plus son époux. Mariés depuis trente ans, tous deux n’ont manifestement plus rien à se dire ou alors des vacheries.
Aussi, lorsque Thomas et Lola leur annoncent leur projet de mariage, Gilbert prend le jeune homme à part. Parce qu’il le trouve sympathique, il essaie de le dissuader d’épouser sa fille. Convaincu d’avoir raté sa vie à cause de son couple, il prend enfin la décision de quitter sa femme et il pousse le garçon à tout quitter à son tour pour vivre à ses côtés une existence plus joyeuse et plus insouciante où vivre de la musique ne serait plus une utopie. Ils s’amusent comme des gamins, mais à quel prix ?
Un film drôle, pas toujours très fin mais on rit beaucoup. Et par les temps qui courent, ça fait du bien !

Jappeloup

Jappeloup dans Films vus jappeloup-150x150 Film de Christian Duguay avec Guillaume Canet, Marina Hands, Daniel Auteuil, Lou De Laâge, Jacques Higelin, Marie Bunel

Pierre Durand a toujours aimé les chevaux. Ses parents ont tout fait pour lui offrir les entraînements, les compétitions. Mais le cavalier décide d’abandonner sa passion pour débuter une carrière d’avocat. Ni ses parents ni lui, ni même son épouse, ne peuvent croire à la fin de cette vie de champion. Et en effet, au début des années 80, Pierre quitte son bureau et son brillant avenir pour se consacrer au saut d’obstacle.
Pour cela, il mise sur un cheval hors normes, Jappeloup. Son propriétaire, contre l’avis de sa vie Raphaëlle qui s’occupe du cheval, le vend à Pierre. Mais l’osmose n’est pas au rendez-vous. Jappeloup est trop petit, trop caractériel, trop imprévisible, capable du meilleur comme du pire.
Après plusieurs succès lors de compétitions internationales survient le fiasco des Jeux Olympiques de Los Angeles. Jappeloup refuse de sauter et Pierre Durant est vivement critiqué par la presse et le monde hyppique. Vexé, humilié, il décide de vendre son cheval à des Américains. Il se heurte dans cette décision trop brutale à sa soigneuse, son épouse, son père et tous ceux qui l’aiment et croient aux capacités de Jappeloup.
Suite à la pyroplasmose détectée dans les analyses de sang du cheval, Pierre Durand renonce à la vente. La maladie n’empêche pas le cheval de conserver ses incroyables aptitudes. Le cavalier décide alors de se remettre en selle et commence par rappeler Raphaëlle qui ne mâche pas ses mots : si Jappeloup se montre parfois rétif, c’est parce que Pierre ne l’aime pas assez. « Tu parles de médailles et de dollars, jamais de ce que Jappeloup peut ressentir ! » lui lance-t-elle. Pierre promet de changer et de s’investir.
L’homme et l’animal vont dès lors faire corps et gagner ensemble. Le cheval ne saute pas, il vole et offre la médaille d’or à son cavalier et à son pays aux Jeux Olympiques de Séoul.
Un très beau film avec de merveilleuses images de saut, mais aussi des sentiments et des valeurs transmises par un Guillaume Canet très à l’aise dans la peau du champion.
A voir, même par ceux que le monde équestre n’intéresse pas particulièrement.

Cornouaille

Cornouaille dans Films vus Cornouaille1-117x150 Un film de Anne Le Ny avec Vanessa Paradis, Samuel Le Bihan, Jonathan Zaccaï, Lauent Stocker, etc.

Odile est Parisienne, elle a pour amant un homme marié et s’épanouit dans son travail de voyagiste.
Lorsqu’elle doit se rendre en Bretagne pour hériter la maison de sa tante, elle propose à Fabrice de l’accompagner. Mais il ne peut pas : sa femme, sa fille… La vérité est qu’il peine aujourd’hui à se projeter dans l’avenir avec Odile qui l’a largué dix ans plus tôt.
Alors Odile part seule à la découverte de ce coin de France, au bout du monde, Audierne, près de la Pointe du Raz. Elle arrive devant le notaire bien décidée à vendre ce bien dont elle ne comprend pas pourquoi elle en a hérité. Elle se souvient à peine de sa tante et de cette demeure un peu isolée à quelques mètres seulement du rivage.
Alors qu’elle entreprend de jeter toutes les vieilleries qui encombrent cette maison, Loïc surgit. Il se présente comme un ami d’enfance, plus précisément son premier amoureux. Elle avait douze ans quand ils ont échangé leur premier baiser ; un cœur gravé dans l’écorce d’un arbre atteste l’authenticité de cette amourette. Et si Odile, pour survivre, a oublié son passé et tous les acteurs de ce passé douloureux, hormis son père décédé quand elle avait justement douze ans, Loïc n’a rien oublié et semble décidé à lui rafraîchir la mémoire. Petit à petit, dans cette région où la brume enveloppe volontiers le mystère, Odile perd pied. Est-elle en train de devenir folle ou les morts ont-ils vraiment décidé de venir hanter la maison pour la sortir de sa tour d’ivoire ?
Un film compliqué avec de nombreux flashback qui rendent difficile la compréhension de l’histoire. Vanessa Paradis, sublime dans de nombreux films, semble ici ne pas mordre à l’hameçon que lui a tendu la réalisatrice Anne Le Ny. Le tout est un peu ennuyeux. Seule consolation : les paysages bretons sont sublimes !

Un bonheur ne vient jamais seul

Un bonheur ne vient jamais seul dans Films vus un-bonheur-n-arrive-jamais-seul-117x150 Un film de James Huth avec Sophie Marceau, Gad Elmaleh, Maurice Barthélémy, François Berléand, etc.

Charlotte a trois enfants : une grande fille d’un premier mari et deux garçons d’un second mari, homme d’affaires puissant dans le domaine de la publicité. Ils sont séparés mais toujours mariés et la jeune femme travaille encore pour lui.
Sacha est artiste, il joue du piano dans un club de jazz et compose des musiques pour la publicité.
Alain Posche, l’ex de Charlotte, traite les gens par le mépris mais Sacha s’en moque ; il vit sans contraintes, sans horaires, il déteste les enfants mais adore sa mère qui s’occupe de son ménage, de son linge, de ses repas… Charlotte, un peu miss Catastrophe sur les bords, se démène comme elle peut pour élever ses enfants sans trop s’oublier soi-même.
Ces deux êtres tellement différents se rencontrent aux portes de l’agence publicitaire, sous une pluie battante. Elle glisse sur le trottoir, il constate que sa voiture, décapotée, ressemble à une baignoire… Alors qu’il l’aide à se relever, boum !, coup de foudre qui les emmène sur une autre planète pendant quelques secondes, puis très vite, dans le même lit.
Mais les choses ne sont pas simples : en même temps qu’il découvre qui est vraiment Charlotte, il réalise qu’il a un don insoupçonné pour s’occuper des enfants. Alors que tous deux sont prêts à tenter leur chance ensemble malgré les apparentes incompatibilités, les portes de tous les publicitaires parisiens se ferment petit à petit. Alors Charlotte, par amour, va feindre le désamour pour permette à l’homme qu’elle aime de partir aux Etats-Unis où le succès l’attend.
Une comédie qui ne fait pas dans la dentelle et une fin qui ne surprend personne. Mais on rit de bon cœur ; c’est déjà ça… Et Sophie Marceau est… sublime !

Maman

Maman dans Films vus maman-119x150Un film d’Alexandra Leclère avec Josiane Balasko, Mathilde Seigner et Marina Foïs.

En apparence, tout va bien pour Sandrine et Alice, deux sœurs proches de la quarantaine et très unies depuis toujours. La première, divorcée, mère de deux garçons, travaille dans la publicité et mène sa vie professionnelle, personnelle et sexuelle avec assurance et désinvolture. La seconde, mariée à un agent immobilier, sans enfant, ne travaille pas et vit dans un luxueux appartement. Pour occuper son temps, elle donne des cours de piano chez elle, le mercredi, à deux élèves.
Mais cette harmonie superficielle, ce bien-être apparent, vont brutalement s’écrouler lorsque la mère des deux jeunes femmes resurgit dans leurs vies, après vingt ans d’absence et de silence.
Paulette, qui n’aime pas son prénom et interdit à ses petits-enfants de l’appeler Mamie, a abandonné vingt ans plus tôt son mari pour un homme plus jeune. Maman toujours distante, elle n’a plus jamais donné de nouvelles à ses filles depuis. Larguée à son tour par son amant qui lui en préfère une plus jeune, elle demande de l’aide à ses filles. Alice lui trouve un beau logement grâce aux relations de son mari et va la chercher à la gare. Les retrouvailles sont froides. Paulette ne pense qu’à elle, son chagrin, sa déception, sa fatigue, son ressentiment. Alors qu’Alice rêvait d’une embrassade chaleureuse et de mots gentils, sa mère ne lui offre que froideur et dédain. Sandrine en revanche n’attend rien et se laisse désirer. Paulette est installée depuis quinze jours lorsque Sandrine répond enfin à l’invitation de sa sœur. Mais le déjeuner tourne au fiasco ; Paulette n’est que reproches et insultes. Sandrine part avec ses garçons, bientôt suivie par Alice et son mari.
C’est alors que les deux sœurs ont l’idée de kidnapper leur mère pour l’obliger à leur parler et même à les aimer. Un barbiturique versé dans une coupe de champagne plonge Paulette dans un profond sommeil. Quand elle se réveille, elle est enfermée dans une chambre, dans une grande maison isolée au bord de la mer.
S’ensuit un huis clos déchirant entre les deux sœurs qui font bloc et une mère indifférente à la détresse de ses filles.
Même si l’on rit au cours de ce film, il ne s’agit pas d’une comédie mais plutôt d’une comédie dramatique avec un trio féminin exceptionnel : Balasko odieuse, Seigner à fleur de peau et Foïs fragile et violente à la fois.
A voir absolument, même si ce film ne gagne rien à être vu sur grand écran.

 

 

De rouille et d’os

De rouille et d'os dans Films vus de-rouille-et-d-os-17-05-2012-2-a-117x150  Un film de Jacques AUDIARD avec Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts

Dans le Nord de la France, Ali récupère son fils de cinq ans, qu’il connaît à peine. Il va devoir s’en occuper suite à l’incarcération de sa mère pour trafic de stupéfiants avec son compagnon. Sans travail, sans domicile fixe, le jeune homme prend le train pour Antibes où il retrouve sa sœur et son beau-frère. Les retrouvailles ne sont pas faciles, mais le couple héberge Ali et Sam. La vie sourit au jeune homme qui trouve un job de videur dans une boîte de nuit tandis que sa sœur s’occupe du petit.

C’est ainsi qu’il rencontre Nathalie, belle et sûre d’elle, légèrement blessée au cours d’une rixe. Il la ramène à son domicile dans sa voiture à elle. Dans l’appartement où elle a accepté qu’il monte pour soigner ses mains abîmées dans la bagarre, il croise brièvement son compagnon. Sur les murs, il découvre des photos montrant Nathalie et des orques. Elle a juste le temps de lui apprendre qu’elle est effectivement dresseuse d’orques au Marineland avant que son compagnon demande à Ali de quitter les lieux. Avant de partir, le jeune homme glisse dans la main de la jeune femme un morceau de papier sur lequel il a inscrit son numéro de téléphone.

Peu de temps après, il apprend par les médias qu’elle a été victime d’un accident lors d’une représentation. Et puis un jour, il reçoit un appel téléphonique : c’est Nathalie. Elle se remet à peine de l’amputation de ses deux jambes au niveau des genoux.

Ils se voient et grâce à l’attitude saine et sans compassion du garçon, la jeune femme va réapprendre à vivre, à accepter son corps mutilé et le regard des autres. Comme elle s’interroge sur sa féminité et sa capacité à éprouver encore du plaisir, il s’offre à essayer de le lui procurer. Il se comporte avec elle comme avec toutes les filles qu’il rencontre : il la « nique », sans arrière-pensée, sans tendresse, sans promesse d’avenir. Et le jour où sa sœur le met à la porte, il abandonne tout, son fils et Nathalie, pour retourner dans le Nord.

Il faudra un autre drame pour que Nathalie et Ali se retrouvent.

Un film très fort sur le handicap et la force de l’amour. A voir. Cotillard est
sublime.

Des vents contraires

Des vents contraires dans Films vus des-vents-contraires-des-vents-contraires-14-12-2011-1-a-109x150 Un film de Jalil JESPERT avec Benoît Magimel, Antoine Duléry, Isabelle Carré, Ramzy, etc.

Paul Anderen est un écrivain en panne d’inspiration ; sa femme Sarah, médecin, en a par-dessus la tête de devoir gérer leurs deux enfants, le quotidien de la maison et sa carrière. Un matin, une dispute éclate, des mots blessants fusent. A bout de nerfs, elle part en claquant la porte, laissant Clément et Manon à la charge de leur père.

Le soir, elle n’est pas rentrée. Dans la nuit, Paul appelle l’hôpital puis une amie ; personne n’a vu Sarah. Les jours passent et elle ne réapparaît pas. Paul devient suspect numéro un puis l’enquête s’enlise et il décide de quitter Paris pour s’installer dans la maison familiale à Saint-Malo. Son frère aîné, Alex, qui a repris l’auto-école de leur père, propose à Paul de travailler avec lui. Incapable de se concentrer pour écrire, Paul accepte mais la vie n’est pas simple.

Lorsqu’il fait la connaissance de Samir, elle se complique encore un peu. Car Samir, déménageur, divorcé, a kidnappé son fils puisque son ex-épouse refuse de le lui confier. Le capitaine Combe, touchée par la détresse de cet homme harcelé par des appels  téléphoniques anonymes, rechigne à l’inculper mais le convoque au commissariat pour l’interroger.

Entre les deux frères, les choses ne sont pas simples non plus. Paul n’a jamais pardonné à leur père son comportement envers leur mère et Alex a toujours souffert de la préférence de leur père pour le deuxième fils, alors qu’il a été présent jusqu’au bout, au contraire de Paul qui avait coupé les ponts.

Dans ce contexte, Paul a du mal à reprendre pied.

Un film sans surprise mais très bien interprété, à la fois par Magimel, très émouvant dans son rôle de père isolé, et Délery mais aussi Isabelle Carré, Ramzy et les deux enfants. Et puis le décor, Saint-Malo, est magnifique.

Intouchables

intouchablesintouchables021120118a.jpg Film d’Olivier Nakache et Eric Toledano avec François Cluzet, Omar Sy, etc.

Philippe, aristocrate, vit dans un hôtel particulier. Il souhaite embaucher un homme pour l’aider dans son quotidien. En effet, il est tétraplégique depuis un accident de parapente. Paralysé du cou à la pointe des pieds, il vit dans le souvenir de son épouse décédée après une longue maladie.
Driss, l’ainé d’une famille très nombreuse, vit dans une banlieue populaire. Afin de bénéficier des indemnités de chômage, il doit faire signer un formulaire attestant de sa présence à la convocation. Persuadé qu’il ne peut faire l’affaire et pas vraiment intéressé par le job, il accepte de laisser son document pour que Philippe, l’employeur potentiel, le signe en toute tranquillité. Avant de quitter la demeure luxueuse, il dérobe un œuf de Fabergé qu’il offre à sa mère.
Lorsqu’il revient le lendemain, à sa grande surprise, Philippe lui propose de l’embaucher en ajoutant : « De toute façon, vous ne tiendrez pas quinze jours ! ». Driss relève le défi, soulagé de trouver le gîte et le couvert puisque sa mère, excédée par la conduite irresponsable du garçon, l’a mis à la porte. Cependant, les tâches qui l’attendent sont parfois au-dessus de ce qu’il pense pouvoir supporter…
Philippe en revanche est ravi. L’humour décapant et la joie de vivre de ce grand Noir lui font du bien et il en redemande. Avec Driss, il revit et il se marre. Quand le jeune homme découvre que son patron et presque ami entretient une relation épistolaire avec une jeune femme, il décide de prendre l’affaire en main…
Un film extrêmement drôle sur un sujet pourtant ô combien délicat, d’après une histoire vraie. Les blagues de Driss, comme le fameux « pas de bras pas de chocolat », sont pour l’homme handicapé plus qu’un coup de fouet. Grâce à l’humour décapant du jeune homme, l’homme blessé dans son corps comme dans son âme va retrouver goût à la vie et se sentir de nouveau debout dans sa tête.
L’humour et l’émotion sont déversés à justes doses et les deux acteurs principaux sont très crédibles dans leurs rôles. A voir absolument et pourquoi pas, même revoir !

La croisière

lacroisierelacroisiere200420111a.jpg Film de Pascale Pouzadoux avec Marilou Berry, Line Renaud, Charlotte de Turckheim, Nora Amezeder, Antoine Duléry, etc.

Trompé par son épouse, Raphaël arrive au port au moment où celle-ci embarque pour une croisière avec son amant. Il parvient à monter à bord clandestinement.
Hortense et son mari Pierrick, éleveur de porcs en Bretagne, ont gagné la croisière de rêve.
Simone, plusieurs fois veuve, passe onze mois sur douze à bord des paquebots ; son chien Bertrand, dissimulé dans un sac, est également passager clandestin.
Alix, supposée retrouver un client à bord, réalise qu’elle a été victime d’une farce de la part de ses collègues qui lui ont payé cette croisière pour être eux-mêmes en vacances au bureau. Elle fait tout son possible pour être débarquée le plus vite possible.
Chloé, déçue par les hommes, passe son temps à voler tout ce qui traîne : sacs, portefeuilles, téléphones portables, stylos, bijoux, etc.
Lorsque Hortense signale la disparition de Pierrick, le personnel de la sécurité a détecté la présence illégale de Raphaël qui doit alors se déguiser en femme.
Au gré des péripéties, les quatre femmes vont faire connaissance et se lier d’amitié. A la fin de la croisière, aucune ne sera pareille à ce qu’elle était au moment de l’embarquement.
Un film très drôle, pas très fin, mais on rit énormément aux gags qui s’enchaînent. Evidemment, on ne croit pas du tout à cette histoire loufoque, mais les situations et les répliques sont irrésistibles. A voir, juste pour le plaisir de passer une heure et demie à rire.

Mon père est femme de ménage

monpereestfemmedemenage1304201111a.jpg Film de Saphia Azzeddine avec François Cluzet, Jérémy Duvall, Jules Sitruk, etc.

Polo, 16 ans, vit en banlieue. Ses copains sont arabes, noirs, juifs. Plutôt bon élève, il a les problèmes d’un adolescent de son âge : les flirts et la grandeur de sa « queue ». Entre une mère constamment alitée et une soeur qui rêve de devenir Miss Quelquechose, Polo grandit surtout au contact de son père qu’il aime et estime ; malheureusement, celui-ci est femme de ménage, un métier qui suscite les moqueries que le jeune homme accueille le plus souvent avec flegme, ce qui ne l’empêche pas de se sentir un peu en dehors de cette famille. Son père cependant rêve pour lui d’une meilleure situation, hors de sa condition et de son environnement.
Un film réalisé par l’auteur Saphia Azzeddine d’après son roman éponyme, plein d’humour et de tendresse, parfois un peu caricatural, mais on passe un mon moment dans cette banlieue où les différentes communautés vivent ensemble dans une belle harmonie et un certain respect mutuel. François Cluzet en fait peut-être un peu trop mais le jeune Duvall est très crédible dans son rôle d’adolescent un peu hors normes.

Tous les soleils

touslessoleils300320113003201112a.jpg Film de Philippe Claudel avec Stefano Accorsi, Lisa Cipriani, Anouk Aimée, etc.

Alessandro, professeur italien de musique, vit à Strasbourg avec sa fille Irina âgée de 15 ans et son frère, anarchiste qui demande l’asile politique depuis l’arrivée de Berlusconi au gouvernement. Alessandro vit dans le souvenir de son épouse, décédée peu de temps après la naissance de leur fille qu’il a tendance à étouffer. Un jour, Irina et son oncle décident de trouver sur Internet une femme pour Alessandro…
Une gentille comédie. Le second film de Philippe Claudel n’est pas à la hauteur du premier, mais il se laisse regarder avec plaisir.

 

Je n’ai rien oublié

jenairienoubliejenairienoublie300320111a.jpg Film de Bruno Chiche avec Gérard Depardieu, Françoise Fabian, Nathalie Baye, Niels Arestrup, Alexandra Maria Lara, etc.

La richissime famille Senn célèbre le mariage de l’héritier, Philippe, avec Simone, lorsque Conrad vient troubler la fête. Ami d’enfance de Thomas, le père de Philippe, abandonné par sa mère et recueilli par Elvira, la mère de Thomas, Conrad a toujours vécu avec eux, devenant le jardinier du domaine puis le gardien de leur villa à Biarritz. Telle est en tout cas la version officielle répandue par Elvira.
Après avoir accidentellement mis le feu à la villa, Conrad rentre au bercail. Mais l’homme souffre d’un début d’Alzheimer. Si la mémoire immédiate fout le camp, l’enfance en revanche remonte à la surface et cette mémoire lointaine, étrangement précise, est une menace. Simone, déjà trompée par son époux, devine un secret dans les souvenirs de Conrad, incohérents avec les récits d’Elvira. Lorsqu’elle décide de débuquer le secret et de démasquer Elvira, celle-ci se montre dangereuse, très dangereuse…
Un film un peu lent – j’ai eu quelques absences… – mais tous les acteurs sont excellents, entraînés par un Depardieu éblouissant.

Last night

lastnightlastnight160220111a.jpg Film de Massy Tadjedin avec Keira Knightley, Sam Worthington, Eva Mendes, Guillaume Canet, etc.

A New-York, Joanna et Michael traversent une phase difficile car elle le soupçonne de la tromper avec Laura, une collègue. Or Michael doit justement partir en voyage d’affaires avec elle et un autre collègue. Laura, fortement attirée par Michael, veut mettre cette nuit à profit pour le séduire.
Pendant ce temps, Joanna tombe sur Alex, un Français rencontré quelques années plus tôt à Paris. Bien qu’à l’origine de la rupture, elle n’a manifestement jamais oublié ce jeune homme et… lui non plus.
Durant cette nuit, qui va tromper qui ?
Un quasi huis clos assez lent mais efficace avec un Guillaume Canet plus charmeur que jamais en face d’un très beau Sam Worthington.  Les deux nanas, différentes, sont également très tentantes !
Pas un grand film, mais intéressant quand même.

Le discours d’un roi

lediscoursdunroithekingsspeechthekingsspeech0202201126112a.jpg Un film de Tom Hooper avec Colin Firth, Helena Bonham Carter, Geoffrey Rush, etc.

A la mort de George V, le trône de la couronne britannique revient au fils aîné qui prend le nom d’Edouard VIII. Cependant, désireux d’épouser l’Américaine Wallis Simpson, divorcée, il abdique peu de temps après en faveur de son jeune frère. Bègue, celui-ci est jugé par son peuple et le gouvernement inapte à régner. Soutenu par l’amour et la confiance indéfectible de son épouse, il a recours aux services d’un orthophoniste australien aux méthodes peu conventionnelles. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, Lionel Log a la difficile tâche de préparer le roi à prononcer son premier discours officiel retransmis par la BBC.
Un film très intéressant sur un monarque méconnu avec beaucoup d’humour dans les rapports conflictuels puis amicaux entre le roi et le praticien qui ne se laisse pas du tout impressionner par son célèbre client. A voir.

Black swan

blackswanblackswan09022011031220106a.jpg Un film de Darren Aronofsky avec Vincent Cassel, Natalie Portman, Mila Kunis…

Au Ballet de New York, Thomas, maître de ballet, monte un nouveau « Lac des cygnes ». Pour le rôle titre, deux danseuses sont pressenties : Nina et Lily. Toutes deux ont du talent et de l’ambition. Contre toute attente, Thomas choisit Nina malgré sa fragilité pyschologique.
Sous l’emprise d’une mère qui l’étouffe, la maintient dans le rôle d’une enfant et reporte sur elle ses propres échecs de ballerine, Nina parviendra-t-elle à se libérer de ses démons pour incarner le rôle de sa vie ?
Un film sublime sur les rapports humains et la folie créatrice avec un Vincent Cassel inquiétant et une Natalie Portman littéralement envoûtante. Le tout sur fond de musique du célèbrissime Lac des Cygnes de Tchaïkovski.
Un film à ne rater sous aucun prétexte.

Darren Aronofsky

Au-delà

audelahereafter190120112a.jpg Film de Clint Eastwood avec Matt Damon, Cécile de France, Thierry Neuvic, etc.

En Asie, Marie Lelay, vedette du journalisme français, réchappe d’un tsunami. Physiquement indemne, elle n’est cependant plus la même.
Georges, aux Etats-Unis, a gagné beaucoup d’argent grâce à ses dons de medium. Le simple toucher d’une main lui permet de visualiser les défunts de la personne et d’entendre les messages que leurs morts leur transmettent. Un jour, il décide de renoncer à exploiter ce don qu’il considère comme une malédiction et devient simple ouvrier.
A Londres, deux jumeaux unissent leur force et leur amour afin de ne pas être séparés de leur mère alcoolique et toxicomane. Lorsque Jason meurt, Marcus n’est plus que l’ombre de lui-même.
Les chemins des trois protagonistes finiront par se croiser.
Un très beau film sur un sujet sensible. Quelques clichés et une fin téléphonée, comme si Clint Eastwood ne pensaient pas ses spectateurs capables de comprendre par eux-mêmes, mais un film à voir néanmoins pour l’émouvante Cécide de France et le très crédible Matt Damon qui porte le film sur ses épaules.

 

 

Un balcon sur la mer

unbalconsurlameraviewoflove151220101a.jpg Un film de Nicole Garcia avec Jean Dujardin, Marie-Josée Croze, Sandrine Kiberlain, etc.

Marc, agent immobilier, marié et père d’une fillette, mène une vie confortable dans le Sud de la France. Lorsqu’une cliente se présente, il croit reconnaître Cathy, l’adolescente qu’il aimait en Algérie et qu’il avait dû quitter précipitamment le jour où ses parents avaient décidé de partir pour fuir les attentats qui rythmaient le quotidien des civils durant la guerre d’indépendance. Elle aussi l’a reconnu et ils passent une nuit ensemble. Lorsqu’elle disparaît, le doute s’installe. Marc est de moins en moins sûr que cette femme soit Cathy. Pourtant, il est évident qu’elle le connaît. Alors qui est-elle ?
Une enquête policière tout en finesse avec un Dujardin sublime de force et de fragilité. Un très beau film à voir.

Les petits mouchoirs

lespetitsmouchoirslittlewhitelies20102010201020102a.jpg Film de Guillaume Canet avec François Cluzet, Marion Cotillard, Benoît Magimel, Valérie Bonneton, etc.

Malgré un terrible accident qui laisse leur copain Ludovic entre la vie et la mort, une bande d’amis décide de malgré tout partir en vacances, comme chaque année dans la maison de Max, près de la dune du Pyla. La bande de potes avec femmes et enfants joue la comédie du bonheur jusqu’à ce que, petit à petit, les masques tombent.
Un très bon film, peut-être un peu long, avec l’excellent tandem Cluzet/Magimel, l’attachante Cotillard et l’irrésistible Valérie Bonneton. Fin très émouvante : n’oubliez pas vos petits mouchoirs !

Donnant donnant

donnantdonnantbefo.jpg Film d’Isabelle Mergault avec Medeea Marinescu, Sabin Azéma, Daniel Auteuil, etc.

Constant, en prison, clame son innocence : certes il a tué, mais par accident. Sa femme néanmoins le quitte. Alors, profitant d’un séjour à l’hôpital après un accident vasculaire cérébral, il s’évade. Il échoue dans une péniche désaffectée où le découvre Silvia. Elle conclut un marché avec lui : il tue sa mère d’adoption pour qu’elle puisse hériter et partir à Paris, sinon elle le dénonce à Paris. Il accepte, mais rien ne marchera comme prévu.
Daniel Auteuil réalise une belle performance avec les séquelles de son AVC, Sabine Azéma en fait un peu trop en vieille dame déprimée et Medeea Marinescu est aussi jolie et attendrissante que dans le premier film de Mergault. Cependant, la mayonnaise ne prend pas. On rit à certaines répliques, on sourit à certaines scènes, mais on ne parvient pas à croire à cette histoire bourrée de clichés et de caricatures, même si on passe un bon moment.

Hors-la-loi

horslaloihorslaloioutsidethelaw220920101a.jpg Film de Rachid Bouchareb avec Roschdy Zem, Sami Bouajila, Jamel Debbouze, Bernard Blancan, etc. 

En 1925, une famille algérienne de la région de Sétif est chassée de ses terres attribuées à un colon. Le père et la mère, devant leurs trois jeunes fils, crient leur injustice et maudissent le caïd venu, avec deux gendarmes, leur annoncer leur expropriation.
Vingt ans plus tard, l’aîné des fils est soldat en Indochine, le second est en prison en France pour avoir embrassé la cause du FLN. Le troisième, après avoir vengé sa famille par le meurtre du vieux caïd, parvient à convaincre sa mère, veuve, de quitter l’Algérie. Ils échouent dans un bidonville aux portes de la capitale. Saïd, décidé à s’en sortir, parvient à devenir patron d’une boîte à Pigalle et organisateur de rencontres de boxe.
Lorsque Abdelkader sort de prison et que Messaoud rentre d’algérie, les ennuis commencent. Car si les deux frères aînés unissent leurs forces dans un même combat, le plus jeune préfère la reconnaissance par l’argent, au mépris des reproches de sa mère qui demeure malgré tout leur point d’ancrage.
Un film violent sur un conflit qui n’a pas cessé de faire couler les larmes et l’encre, sur un pan de notre histoire qui divise encore les Français.
Petit bémol : le film est presque entièrement en arabe, ce qui oblige à lire les sous-titres.

Des hommes et des Dieux

deshommesetdesdieux080920102a.jpg Un film de Xavier Beauvois avec Lambert Wilson, Michael Lonsdale, Philippe Laudenbach, Olivier Rabourdin, etc. 

Dans les montagnes du Maghreb, une petite communauté de frères catholiques vit dans un monastère, modestement des produits de la terre et en harmonie avec la population et les religieux musulmans.
Lorsque des ouvriers croates sont massacrés sur un chantier, la vie bascule dans la terreur. Les autorités proposent aux frères français une protection militaire en attendant leur rapatriement. Frère Christian, qui dirige la communauté, refuse.
Un très beau film sur un fait divers récent. Les scènes parfois très lentes sont l’occasion de magnifiques chants religieux et notamment une scène très poignante sur l’air du Lac des Cygnes. Lambert Wilson est très crédible et très bouleversant. A voir.

Crime d’amour

crimedamour.jpg Film de Alain Corneau avec Kristin Scott-Thomas, Ludivine Sagnier, Guillaume Marquet, Philippe Mille, etc.

Christine est à la tête d’une multinationale ; son assistante, Isabelle, est sous le charme de sa supérieure. Philippe est entre les deux femmes. Christine souffle le chaud et le froid, jouant avec l’un comme avec l’autre. Ce jeu de séduction triangulaire mènera jusqu’au crime.
Un film efficace avec une superbe Kristin Scott-Thomas, ravissante et hautaine à souhait, et une Ludivine Sagnier, mignonne et craquante, fragile. Une belle démonstration de la complexité des rapports humains quand le pouvoir et l’argent se mêle à l’amour.

600 kg d’or pur

600kgdor.jpg Un film de Eric Besnard avec Clovis Cornillac, Bruno Solo, Audrey Dana, Patrick Chesnais, etc.

En Guyane, un groupe d’aventuriers composé de quatre hommes et une femme dérobe 600 kg d’or en barre. L’opération est bien organisée mais, à la dernière minute, les choses ne se passent pas comme prévu et l’hélicoptère  qui doit les aider à gagner le Brésil est touché. Obligés de se poser, ils n’ont d’autre choix que gagner la frontière par la jungle. Mais ce n’est pas simple avec un tel chargement. Ils décident donc d’enterrer une partie du butin pour tenter d’échapper à leurs poursuivants. Commence alors une série d’incidents : morsures de serpent, piqûres de moustiques, disputes et rixes entre eux…
Pas un grand film mais on passe malgré tout un bon moment. Classé dans le genre « aventure et comédie », il répond davantage au premier critère qu’au second…

La tête en friche

latteenfriche.jpg Un film de Jean Becker avec Gérard Depardieu, Gisèle Casadésus, Maurane, etc.

Germain, quadra tranquille, un peu simple mais pas idiot, vit de petits boulots. Il a des copains qu’il retrouve au bistrot, une jolie copine chauffeur de bus. Il habite dans une caravane, devant la maison de sa mère avec qui il entretient depuis toujours des relations très houleuses. Né de père inconnu, il n’a jamais eu de sa mère que des reproches et des gifles. A l’école, il était la tête de turc de l’instit et la risée des camarades. Alors il a vite décroché et à défaut de cultiver sa tête, il fait pousser de beaux légumes dans son jardin.
Un jour, au square où il vient souvent rendre visite aux pigeons, il fait la connaissance de Margueritte (avec deux t) qui lit comme elle respire. Scientifique voyageuse, elle est aux antipodes de Germain. Agée de plus de quatre-vingt-dix ans, elle vit dans une maison de retraite. Pourtant, entre eux va se développer une très belle histoire de coeur.
Un très beau film, tendre et drôle, sur les qualités humaines, avec un Depardieu très inspiré et habité par le rôle et une petite grand-mère adorable.

Robin des bois

robindesboisrobinhood19052010140520102a.jpg Un film de Ridley Scott avec Russell Crowe, Cate Blanchett, Mark Strong, etc.

Archer du roi, Robin lutte contre l’envahisseur français. A la mort de Richard Coeur de Lion, Jean devient roi.
Pour honorer une promesse faite à un soldat mort sur le champ de bataille, Robin se rend à Nottingham pour rendre l’épée du fils à son père. Il fait la connaissance de Loxley, le père, et de Marianne, l’épouse devenue veuve. Pour gagner le coeur de la belle dont il s’est épris, Robin réunit une armée et se lance à l’assaut des seigneurs qui écrasent le peuple.
Un grand film d’action, assez violent, – mais on ne faisait pas la guerre au Moyen Age sans trancher quelques têtes d’un habile revers de l’épée ! - avec un Russell Crowe très crédible dans le rôle.

Comme les cinq doigts de la main

commelescinqdoigtsdelamain280420101a.jpg Un film d’Alexandre Arcady avec Patrick Bruel, Vincent Elbaz, Pascal Elbé, etc.

David, dernier d’une fratrie de cinq garçons, revient dans sa famille après de longues années d’errance. Blessé, il raconte ses années de prison, son amitié avec un gangster, la trahison et la traque. Dan, l’aîné, accepte d’héberger ce petit frère qu’il n’a jamais compris, par amour pour leur mère devenue veuve très tôt. Mais les deux frères supportent mal la cohabitation et David finit par repartir. Il faudra la révélation d’un lourd secret pour que les cinq frères se retrouvent comme jadis, unis comme les cinq doigts de la main, à la vie et à la mort.
Un bon policier, bien ficelé, avec une kyrielle de bons acteurs. A voir et pas seulement pour le beau Patriiiiiiiiiiiiiiiiiick !

L’amour c’est mieux à deux

lamourcestmieuxadeux050520101a.jpg Un film de Dominique Farrugia et Arnaud Lemort avec Clovis Cornillac, Manu Payet, Virginie Efira, etc.

Vincent est avocat et coureur de jupons, Michel est architecte et romantique. Décidé à mettre en pratique l’adage selon lequel l’homme aurait un sexe à la place du cerveau, l’un essaie de raisonner l’autre, accroché à la thèse familiale que seules les rencontres fortuites peuvent donner des histoires d’amour durables. Amis d’enfance, les deux hommes tentent de se convaincre mutuellement et finiront par faire chacun un bout de chemin vers l’autre.
Une gentille comédie avec une bien jolie Virginie Efira, un Cornillac attendrissant et un Payet désopilant.

L’arnacoeur

larnacoeur.jpg Un film de Pascal Chaumeil avec Vanessa Paradis, Romain Duris, Héléna Noguera…

Alex est un professionnel de haut niveau. Il travaille avec sa soeur et son beau-frère. Sa spécialité : briser les couples. Ses clients : des personnes dont la fille, la soeur ou la meilleure amie s’est entichée d’un crétin, d’un violent ou d’un parasite. Ses méthodes : à la hauteur de la rémunération, époustouflantes. Son arme : le charme. Une fois la demoiselle ensorcelée, il disparaît et signe un nouveau contrat.
Le contrat qu’il est contraint d’accepter va à l’encontre de son éthique puisque le jeune homme est parfait et la jeune-fille, Juliette, tout à fait heureuse. Mais il a signé et il a dix jours pour faire échouer le mariage.
Une comédie un peu niaise qui a cependant le mérite de susciter deux ou trois gros éclats de rire, ce qui n’est déjà pas si mal en ces temps moroses. Duris déploie toute la panoplie du séducteur et la belle Vanessa Paradis est bien sûr très belle. De là à payer pour voir le film en sale obscure… autant attendre qu’il passe à la TV.

La rafle

larafle.jpg Un film de Rose Bosch avec Jean Reno, Sylvie Testu, Mélanie Laurent, etc.

1942, dans le Paris occupé, les juifs apprennent à vivre avec leur étoile sur la poitrine, les railleries et les insultes. Joseph, douze ans, est un enfant comme les autres ; il a envie de s’amuser avec ses copains et s’accommode comme ses parents de ces nouvelles conditions ; seule sa soeur se rebelle et semble entrevoir l’ampleur de la catastrophe qui les attend. Elle leur tombe dessus le matin du 16 juillet. 13000 juifs sont raflés et entassés dans le vélodrome d’hiver, le tristement fameux Vel d’Hiv. La suite, on la connaît plus ou moins : transfert dans un camp sur le sol français puis déportation vers l’Allemagne où la terrible « Endlösung » est en marche.
Un film très dur, avec des scènes d’une extrême violence qui n’édulcore pas le rôle qu’on joué certains Français dans cette gigantesque raffle. Heureusement, parmi ces moutons noirs, quelques brebis prêtes à donner leur vie pour en sauver d’autres.
Nécessaire devoir de mémoire.
 

Invictus

invictus.jpg Film de Clint Eastwood avec Morgan Freeman, Matt Damon, etc.

En 1994, l’arrivée au pouvoir sud africain de Nelson Mandela, après vingt-six ans d’emprisonnement, met fin à l’apartheid mais les problèmes liés au racisme sont loin d’être réglés. Afin d’unifier le pays et ses concitoyens, blancs et noirs, le nouveau président mise sur le sport. Il convoque François, le capitaine de l’équipe nationale de rugby, et lui transmet le poème intitulé Invictus qui l’a aidé à tenir debout en prison, notamment les deux derniers vers :
Je suis le maître de mon destin :
Je suis le capitaine de mon âme.
Le jeune homme, transfiguré par cette rencontre, n’aura plus qu’un objectif : devenir champion du monde avec son équipe pour contribuer au changement inauguré par le nouveau président de l’Afrique du Sud. 
Beaucoup plus qu’un film sur le rugby, Invictus est un film sur Mandela et son exceptionnelle personnalité, une sorte de Ghandi noir. Morgan Freeman est très inspiré dans ce rôle qu’il incarne à la perfection.

Oscar et la dame rose

oscaretladamerose091220097m.jpg Film d’Eric-Emmanuel Schmitt avec Michèle Laroque, Amir, Max von Sydow, etc.
Oscar, petit garçon cancéreux, n’a plus qu’une dizaine de jours à vivre. Alors que les médecins et ses parents refusent de lui apprendre la vérité, il rencontre Rose qui trouve le moyen de lui faire vivre sa vie entière en dix jours.
Eric-Emmanuel Schmitt, dans ce film qu’il a lui-même réalisé à partir de son propre livre, a choisi de développer le côté merveilleux de l’histoire. Le conte philosophique devient, à l’écran, mi-féérique mi-fantastique. J’ai personnellement eu du mal à voir en Michèle Laroque une Mamie rose crédible… Reste le petit garçon, très attachant et très vrai.

L’homme de chevet

lhommedechevet181120091m.jpg Film d’Alain Monne avec Sophie Marceau, Christophe Lambert, etc.

En Colombie, une jeune Française, accidentée de la route, se retrouve tétraplégique à sa sortie du coma. Elle vit dans une belle maison et Lucia prend soin d’elle. Les aides-soignantes se succèdent ; aucune ne reste. Il faut dire que Muriel n’est pas une malade facile. Alors que son corps entier est inerte, sa langue fonctionne, et pas toujours à bon escient !… Mais lorsque Léo, ancien champion de boxe devenu alcoolique, débarque dans sa vie pour prendre le poste d’aide-soignant, l’existence de la jeune femme va changer.
Bien joué, mais un peu convenu ; sans surprise. Néanmoins quelques belles images, des dialogues parfois très justes, une Sophie Marceau rayonnante dans ce rôle de handicapée et un Christophe Lambert qui semble tout droit débarqué d’une île déserte !

Mademoiselle Chambon

mademoisellechambon.jpg Film de Stéphane Brizé avec Vincent Lindon, Sandrine Kiberlain, Aure Atika, etc. 

Jean est maçon, Véronique Chambon institutrice. Il est un modèle dans son genre : bon mari, bon père, bon fils, bon employé. Elle vit seule, plus ou moins en rupture avec sa famille. Alors que tout les oppose, ils vont tomber amoureux, touchés par un coup de foudre réciproque qui les emporte et risque de tout balayer autour d’eux.
Un film tout en douceur, en longueur, en silence, en regards, en frôlements.
D’après un roman d’Eric Holder, un peu malmené par un scénario qui a pris quelques libertés avec le texte initial. A voir pour le jeu des deux acteurs principaux.

Le Petit Nicolas

lepetitnicolas.jpg Un film de Laurent Tirard avec Maxime Godart, Valérie Lemercier, Kad Merad, etc. d’après l’oeuvre de Goscinny et Sempé.
Nicolas vit heureux. Ses parents se disputent, mais ils s’aiment et ils l’aiment. A l’école, la maîtresse est gentille et ses copains plutôt sympas. Mais un jour, un camarade leur apprend qu’il vient d’avoir un petit frère : une véritable calamité. Et voilà que Nicolas, surprenant une conversation, s’imagine que sa mère attend un enfant. La peur alors s’installe : celle de ne plus être aimé et même d’être abandonné au plus profond d’une forêt tel le Petit Poucet. Il demande donc de l’aide à ses copains pour se débarrasser de l’intrus dès son arrivée…
Un film gentil mais drôle avec quelques bonnes trouvailles et des répliques qui font mouche.

Ma vie pour la tienne

maviepourlatiennemysisterskeeper09092009260620092m.jpg Film de Nick Cassavetes avec Cameron Diaz, Abigail Breslin, Sofia Vassilieva, Alec Baldwin, etc.
Lorsque Sara et Brian découvrent que leur petite fille est atteinte de leucémie, ils espèrent un miracle. Un médecin leur propose une solution, pas légale mais réalisable : concevoir un bébé-éprouvette, un enfant-médicament. Ils acceptent et Anna naît. Kate, leur fille aînée, survit grâce au sang prélevé dans le cordon ombilical du bébé. Les prélèvements et les opérations s’enchaînent. Face à une nouvelle intervention, le prélèvement d’un rein qui sera greffé sur sa soeur, Anna, onze ans, refuse net que son corps soit ainsi mis à la disposition de la médecine. Elle contacte un célèbre avocat pour qu’il lui obtienne l’émancipation médicale.
Un film  assez juste, ni complaisant ni mélodramatique, avec un réel débat de société : la fin justifie-t-elle les moyens ? En l’occurrence, l’hypothétique survie d’un malade justifie-t-elle que l’on fabrique un enfant à visée thérapeutique ?
Cameron Diaz, en mère prête à tout pour sauver sa fille, est assez surprenante.

Partir

partir.jpg Fim de Catherine Corsini avec Kristin Scott Thomas, Sergi Lopez, Yvan Attal, etc.

Les enfants élevés, Suzanne décide de reprendre son activité de kinésithérapeute. Malgré sa tendance à rabaisser son épouse, Samuel, médecin, accède à son « caprice » et entreprend des travaux pour lui installer un cabinet. Ivan, espagnol et repris de justice, a la charge du chantier. A force de se côtoyer au quotidien, Suzanne et Ivan tombent dans les bras l’un de l’autre. Mais ce n’est ni un fantasme ni une aventure. Lorsque Suzanne annonce à Samuel qu’elle le quitte, celui-ci jure de lui rendre la vie impossible avec Ivan.
« Partir » ou quand l’amour devient souffrance, quand il rend malade, fou et meurtrier.
Un film porté par la grâce et le regard si particulier de Kristin Scott Thomas.

The reader

leliseurthereader15072009101220081m.jpg Film de Stephen Daldry avec Ralph Fiennes, David Kross, Kate Winslet, etc.

Fin des années 50 à Berlin, Michael Berg, 15 ans, rencontre une jeune femme, Hannah, 35 ans et très mystérieuse. Ils deviennent amants et vivent une relation très passionnelle. Dans le rituel de l’amour vient rapidement s’imbriquer celui de la lecture. Pendant plusieurs mois, avant chaque étreinte, Michael lit à haute voix des oeuvres classiques à la jeune femme. Puis un jour, sans prévenir, Hannah disparaît. Le garçon ne s’en remettra jamais. Huit ans plus tard, étudiant en droit, Michael retrouve Hannah sur le banc des accusés lors d’un procès des crimes de guerre nazis…
Un film chargé d’une très grande émotion et qui renvoie à l’éternelle question : qu’aurais-je fait à sa place ? A voir absolument, un des meilleurs films vus récemment.

12



djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_