Archive pour la Catégorie 'Divers'

Page 15 sur 16

RCN 90.7 à l’heure de la Saint Valentin

Yves Issartier, animateur de plusieurs émissions sur la radio locale RCN (Radio Caraïb Nancy), avait invité une brochette de poètes pour réciter des poèmes d’amour à l’occasion de la Saint Valentin.
Etaient présents Elise Chompret et Jilber Fourny, Lucie et François Fisher, Simone Dezavelle, Irène Génin-Moine, Philippe Mitre et moi-même.
Pour ceux qui auraient raté l’émission, vous pouvez écouter l’enregistrement sur http://www.rcn-radio.org/ en cliquant à droite sur « 16/02 Marque Page Spécial Saint Valentin, Irène Génin Moine, etc. »

Place Stan, vue d’en haut…

De retour de notre escapade dans la cité ducale, voici quelques photos de notre chère Place Stanislas.
Pas de droits sur l'album 100588

La lavandière d’Igney

Tel est le titre de mon onzième ouvrage publié en autoédition que je reçois aujourd’hui de l’imprimeur. Personnellement, mais je suis partiale, je le trouve très beau !!!

1erecouverture.jpg  et La lavandière d'Igney dans Divers pdf 4ecouverture.pdf

Cette histoire est le premier tome d’une saga familiale intitulée Colin-Maillard. Elle commence en 1865 et met en place deux familles vosgiennes dont les descendants se rencontreront plus d’un siècle plus tard.
Comme je l’explique dans l’avant-propos, elle m’a été inspirée par la personne, aujourd’hui décédée, qui a élevé la mère de ma compagne. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une biographie au sens strict du terme, le récit est largement basé sur les souvenirs de Monique. Quant à la deuxième famille, eh bien…, on va dire que c’est vaguement la mienne ! Vaguement car, contrairement à Monique, j’ai grandi dans une famille disloquée où la transmission orale ou écrite ne se faisait pas ; on y cultivait au contraire les secrets… Je n’ai que très peu d’éléments sur l’histoire vraie. Il m’a donc fallu inventer, ce qui n’était pas un problème !

Pour les amateurs : 16 euros par livre frais d’envoi inclus.

CYPRIS, le site de Philippe Jeannet

Ceux qui aiment la poésie vont être enchantés ! Car le site que je vous présente recèle des trésors, tant en poésie classique que libre et même en chansons. En plus, Philippe est de ceux qui aiment partager et font la part belle aux « confrères » dans son site. La qualité est assez rare pour être soulignée !
Philippe JEANNET s’adonne à tous les jeux d’écriture : poésie, nouvelles, contes, scenarii et dernièrement sketches. C’est un passionné d’écriture, mais aussi des papillons, du badminton, de sa ville, etc.
Il a publié plusieurs ouvrages en auto-édition : poèmes libres, classiques, humoristiques, contes et nouvelles, ainsi qu’un guide de versification sous forme de fiches.
Avec beaucoup d’humilité, qualité qui caractérise souvent les meilleurs dans leur discipline, il essaie d’apporter son aide aux nouveaux auteurs, qui peinent parfois à trouver une communication satisfaisante dans le monde de l’écriture, aventure pourtant si passionnante.

Pour découvrir son site qui vaut le détour et mérite de rester dans vos favoris : http://www.cypris58.com

Février

Est-ce pour se venger de sa petite taille
Que cet instable mois, dans un brusque sursaut,
Se jette à corps perdu dans l’ultime bataille,
Pour offrir à l’hiver le bonheur d’un assaut ?

Mais bravant la froidure ou les flocons de neige,
Les enfants déguisés fêteront carnaval ;
Sur la place déjà les chevaux d’un manège
Attendent les acteurs du joyeux festival.

Au milieu de sa vie une journée entière
Est vouée à l’amour grâce au cher Valentin ;
Le cœur d’une fleuriste ou d’une bijoutière
Bat au rythme effréné des pièces du butin.

La douleur de partir est parfois prolongée ;
Un jour supplémentaire est un cadeau cruel
Pour qui voit sa tristesse à peine soulagée
Par le retour certain de l’an perpétuel.

(Ecrit le 01.01.1998)

La suppression du juge d’instruction

Pascal Bridey, magistrat, m’envoie un papier édifiant sur le sujet :
 jugeinstparbridey.doc La suppression du juge d'instruction dans Divers doc
si vous partagez son point de vue sur cette question, vous pouvez signer et faire signer la petition relative au juge d’instruction sur le site www.jeunesmagistrats.fr

Soirée galette et impro

Deux copines et élèves infirmières, Ludivine et Charlène, ont choisi de partir un mois au Cameroun dans le cadre de leurs études. Pour les aider à financer ce voyage humanitaire, l’association du village Haussonville, dont sont originaires les jeunes filles, avait organisé une soirée galette. Pour l’animation, Ludivine avait convié ses amis de théâtre d’improvisation de Vandoeuvre. La jeune fille fait elle-même partie des élèves ainsi que mon fils (le beau jeune homme tout en noir et cheveux courts).
Ce fut une belle soirée (nombreux sont ceux qui découvraient l’impro) pour une belle cause. Que les vieux grincheux qui critiquent les jeunes ravalent leur salive !
Ludivine et Charlène partent le 1er février. Bon courage, les filles, et faites gaffe à vous !
Pas de droits sur l'album 92291

Les Rim’ailleurs en spectacle

Les Rim’ailleurs étaient hier au théâtre Mon Désert à Nancy. Une trentaine de spectateurs avaient bravé le froid polaire pour venir les voir et surtout les écouter. Florent Noblot clame les vers de Prévert et Loujé l’accompagne à la guitare. Exceptionnellement, une artiste andalouse était présente aux percussions.
Une soirée très intense en émotions.
Pour en savoir : www.myspace.com/lesrimailleurs 
Pas de droits sur l'album 92290

Aphrodite on ice

La déesse Aphrodite, qui surplombe la fontaine entre la place Stanislas de Nancy et la Pépinière, est aussi belle par -10°C que sous la chaleur torride d’un été caniculaire ou la douceur printanière ou automnale. C’est clair, cette fontaine comme son pendant attribué à Neptune sont belles tout le temps ! Mais par des températures aussi basses, cela donne des photos plus insolites.
Malheureusement, Monique n’avait pas son appareil avec elle. Alors je m’y suis collée avec le téléphone portable…

fontaineaphroditeenglacejanvier2009bis.jpg

Janvier

Arrivé le premier au milieu de la fête
Il explose de joie au son des violons,
Des bouchons de champagne et des coups de trompette,
D’une valse musette et des joyeux flonflons.

Après les baisers longs et les tendres étreintes
Des amoureux toujours mais pour combien de temps,
Les résolutions, d’enthousiasme empreintes,
Se prennent chaque année et se perdent longtemps.

Vers le petit matin, les yeux lourds de fatigue
Et la bouche pâteuse à cause de l’alcool,
Chacun rentre chez soi comme l’enfant prodigue,
Malgré le brouillard dense et givrant sur le sol.

Trente et un jours de neige, autant de nuits polaires,
Janvier s’étire et dure et tue avec froideur
Les exclus du système en plusieurs exemplaires
Avant de disparaître au fort de son ardeur.

(écrit le 29 novembre 1997)

Au revoir 2008, bonjour 2009 !

!!! MES MEILLEURS VOEUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE !!!

Quatre jours à Schaeferhof…

Voilà, tout a une fin ! Nous sommes de retour de notre grand week-end.
A notre arrivée samedi après-midi, nous avons trouvé une grosse bûche dans la cheminée allumée grâce aux bons soins du voisin. Mais il faisait encore TRES frisquet dans la maison ! Nous avons mis tous les radiateurs en marche… et il faisait encore ASSEZ frisquet. Monique avait tellement les doigts gourds qu’elle en échappa la gamelle de Véga ! Lorsque j’arrrivai dans la cuisine pour constater l’ampleur des dégâts, la chienne regardait d’un air fort réprobateur ses croquettes éparpillées au milieu des débris !
Après une pierrade et plusieurs verres de vin, nous nous étions bien réchauffées. La cheminée ronflait avec ardeur et la température avait atteint des degrés corrects. Le lendemain et les jours suivants, il faisait vraiment bon !
Nous nous sommes un peu promenées, sauf lundi où l’horizon demeura bouché, nous avons flâné dans les magasins de cristal, nous avons joué au yams, nous avons beaucoup dormi et nous avons travaillé ! Bref, un super grand week-end !
Pas de droits sur l'album 88754

Le mail d’info

Comme chaque début ou fin de semaine, je vais envoyer un mail aux destinataires de ma liste de diffusion pour leur faire part des nouveautés de ce blog. Dans les heures et le jour suivants, le nombre des visiteurs montera en flèche, preuve que vous êtes nombreux à cliquer sur le lien du blog et je vous en remercie.
Mais aujourd’hui, j’aimerais tout particulièrement remercier ceux et celles qui n’attendent pas mon mail pour aller sur le blog. Dans les commentaires qu’ils envoient, ils ne s’en tiennent qu’à l’article qui les fait réagir. Mais moi, j’entends autre chose. J’entends des mots non exprimés comme : « Alors, Isa, tu n’écris plus ? » ou « Salut, Zaz, quoi de neuf ? » ou encore « Isa, je m’inquiétais, j’étais en mal de te lire ». Et ces mots des ami(e)s qui passent me lire dans mon blog sans y être invités me font chaud au coeur.
Lorsque, la cinquantaine affirmée, j’avais décidé de mettre un terme à mon journal intime, le manque s’était rapidement fait sentir. J’avais l’impression d’étouffer avec tous ces mots qui se cognaient aux parois de mon crâne sans pouvoir sortir. L’écriture était ma drogue depuis tant d’années ! Alors j’ai eu l’idée du blog. Je respirais mieux. Mais c’était, bien sûr, retomber dans le travers de la dépendance, au détriment de la personne qui partage ma vie… au détriment de mon fils qui doit subir mes soudaines absences même lorsqu’il vient dîner, une fois par semaine… Soulagée de quelques mots jetés sur l’écran, je reviens vers eux, tourmentée par le remords et la culpabilité de les faire passer après les mots. Je sais qu’ils comprennent ; je sais qu’ils en souffrent… A eux, je demande pardon. Et je leur dis merci, comme à vous.

Un super viaduc sans pont

Une des joies d’être à son compte est de décider de prendre un très long week-end, même quand il n’y a pas de pont ! Cela compense les week-ends travaillés…
Monique et moi partons donc pour quatre jours à Schaeferhof en Moselle, dans la maison de campagne de nos voisins. Evidemment, Véga est du voyage.
Nous emmenons aussi, dans nos bagages, mon ordinateur portable. Car le but du week-end est aussi d’apporter les dernières corrections au manuscrit de mon prochain ouvrage qui devrait sortir en autoédition en février 2009.
Monique va le relire pour traquer les incohérences. Ma première relecture m’a déjà permis de corriger certaines « bourdes ». Emportée par mon enthousiasme et handicapée par l’impossibilité d’écrire en continu, j’avais fait écrire un personnage à un autre, alors que ce deuxième était déjà… mort !!!
L’autoédition est en cela un exercice très difficile qu’il faut tout faire : écrire, corriger, maquetter, vendre. La relecture est longue et peut parfois retarder la parution d’un ouvrage. Car ce n’est pas parce que nous sommes seuls à bord que nous faisons n’importe quoi ! Au contraire ! Or cela me contrarierait que ce livre, le premier vrai roman, ne sorte pas en début d’année comme les précédents. Oh ! bien sûr, personne hormis ma meilleure amie n’attend la parution de mon prochain roman. Un nouveau Zaz ne mobilise pas les lecteurs comme un nouveau Werber !!! Aucun média ne matraque les ondes avec le titre de mon livre qui, entre parenthèses, me plaît beaucoup. Je trouve qu’il sonne bien et c’est important. Mais bon, dans ma tête, c’est aussi important et le fait que mon livre soit publié en autoédition à quelques centaines d’exemplaires seulement n’enlève rien au soin que j’apporte à son écriture et sa finition.
Bref, en rentrant de ce grand week-end, j’espère que mon roman sera prêt à être envoyé à l’imprimeur…

Un écureuil dans le jardin

Un écureuil se baladait dans notre jardin. Véga, dehors à ce moment-là pour son premier pipi, manifesta bruyamment son désaccord sur l’insolence de l’envahisseur et courut derechef après ce violeur territorial. Mais l’intrus, à la barbe de la chienne folle furieuse, monta dans les branches du bouleau et de là, bondit dans celles du sapin où il disparut de notre vue. Véga mit au moins dix minutes à s’en remettre !…
cureuil004.jpg

Un nouveau blog

J’aimerais vous signaler la création d’un nouveau blog dont je suis, non pas l’initiateur, mais le créateur et l’administrateur. Il s’agit d’un blog dédié à la poésie en général et à la SPAF (Société des Poètes et Artistes de France) de Lorraine, ouverts à tous les adhérents de la SPAF pour publier leurs oeuvres et à tous les lecteurs qui auront également la possibilité d’envoyer des commentaires et de participer au sondage du moment.
En cours de réalisation, il peut encore subir quelques modifications mais est surtout amené à évoluer dans le nombre des auteurs et des poèmes en ligne.
Je vous invite donc à vous rendre sur www.spafenlorraine.unblog.fr et à nous dire votre sentiment.

Interview des Rim’ailleurs

En attendant d’aller voir les Rim’ailleurs en spectacle en janvier prochain, j’ai pu réaliser un petit reportage à voir sur la page d’accueil de www.toutnancy.com ou directement sur http://www.toutnancy.com/generation-v2/index.php?first=1&iddom=2&idpage=137902&t=RENCONTRE%20AVEC%20LES%20RIM’AILLEURS 
J’espère que cet entretien donnera à nombreux d’entre vous l’envie d’aller les applaudir sur scène !

Je reprends du service…

Après quinze jours de relative tranquillité, je reprends du service auprès de mon client fétiche, médecin à Nancy.
Je le quittai fin novembre, après dix mois d’un travail régulier à raison de neuf heures par semaine : frappe du courrier et classement. Début décembre commençait sa nouvelle secrétaire, la énième depuis ce jour de juin 2004 où il m’a contactée pour le dépanner. Il devenait mon premier client. Depuis, de manière épisodique, je travaillais chaque année pour lui, pour quelques semaines ou quelques mois.
En fermant la porte de son cabinet fin novembre, je me disais que je le reverrais peut-être après les Fêtes…
Il me téléphona hier. Après une semaine de travail, sa dernière recrue lui envoya un arrêt pour maladie d’une semaine. Sans nouvelles, il téléphona pour s’assurer qu’elle revenait bien le lundi comme prévu. La réponse fut claire : non, elle ne comptait pas revenir ! Apparemment sans autre explication… Mon client espère qu’elle lui rapportera les clefs du cabinet.
En période de crise et de chômage, je suis étonnée par le nombre de personnes qui sont passées par cet employeur. Evidemment, pour moi, c’est une aubaine ! Je reprends donc du service dès demain pour une durée indéterminée. Peut-être décidera-t-il de ne plus avoir recours qu’à moi. Le risque que je me mette en arrêt maladie n’est certes pas nul, mais peu probable.
En tout cas, j’en connais une qui se réjouit de la décision de mon client fétiche car nous allons pouvoir de nouveau fréquenter notre « cantine » hebdomadaire : les « Césars » de la Place Stanislas !

Alérion d’or 2008

Après plus de dix ans de participation très active à des concours littéraires tous azimuts (jusqu’à 30 concours dans une seule année!), je ne participe plus à aucun concours hormis celui de la SPAF Lorraine. Je me suis lassée et mon métier ne me laisse plus guère de temps libre. Mais je tiens à être encore parmi les candidats à l’Alérion d’or organisé par la délégation Lorraine de la SPAF (Société des Poètes et Artistes de France). Il s’agit d’une joute poétique entre candidats expérimentés et j’y retrouve avec plaisir des ami(e)s poètes ; c’est l’occasion d’échanger un peu sur nos activités respectives.
L’Alérion d’or est une distinction qui récompense chaque année le meilleur des anciens Grands Prix des Poètes Lorrains. Elle fut inventée par Madame Joëlle Di Sangro afin de ne pas perdre le contact avec les anciens lauréats. Car on ne peut être Grand Prix des Poètes Lorrains qu’une seule fois. Je le fus en 2002. Elle eut donc l’idée lumineuse de créer un concours mettant en lice chaque année les lauréats passés.
J’ai eu la chance d’obtenir l’Alérion d’or en 2005 et de nouveau en 2007. Le prix consiste en une plaquette éditée en 20 exemplaires contenant les cinq poèmes primés plus cinq autres choisis par le lauréat.
Habituellement, la remise des Prix de l’Alérion d’or a lieu dans la salle des mariages de l’Hôtel de Ville de Nancy, mais dans l’intimité des anciens lauréats et accompagnants, rarement plus d’une trentaine de personnes. Nous sommes entre nous, j’allais dire en famille ! Cette année, outre l’Alérion d’or décerné à Serge Laurent, la cérémonie distinguait en même temps le Grand Prix des Poètes Lorrains 2008, Nicole Métivier.
Parmi les lauréats se trouvaient un poète presque centenaire qui eut droit à une standing ovation de plusieurs minutes et un jeune poète non moins talentueux.
Pas de droits sur l'album 86966

Un nouveau départ pour RCN

Il y a quelque temps, un article avait paru dans ce blog pour soutenir Radio Caraïb Nancy (RCN 90.7) menacée d’interdiction d’émettre. De nombreuses personnalités locales, artistes et anonymes avaient signé la pétition. Le tribunal a tranché : RCN peut continuer à émettre.
Voici le message de remerciement reçu ce jour par un des animateurs de la radio :

« Le grand Saint Nicolas est passé pour RCN.
Lors de l’audience du lundi 8 décembre, le tribunal a informé les représentants de Radio Caraïb qu’un avis favorable avait été
donné à sa demande d’autorisation d’émettre. 
 C’est un immense soulagement pour tous les bénévoles qui ont soutenu la radio pendant ces mois d’inquiétude.
A vous tous qui avez été a nos côtés , à vous tous, qui nous avez encouragé et soutenu , animateurs bénévoles, agents des collectivités locales, élus, journalistes, artistes et anonymes, à vous tous qui avez signé nos pétitions, envoyé des lettres, témoigné en notre faveur, un très fort et du fond du cœur, un immense

MERCI « 

Week-end à Neuf-Brisach

Nous étions le week-end dernier à Neuf-Brisach en Alsace, chez la nièce de Monique. Après avoir déposé Véga chez la Tata des toutous (la nièce a un chat…), nous prenons la route sous un ciel plombé. De l’autre côté du tunnel de Sainte-Marie, le ciel n’est malheureusement pas plus lumineux…
Arrivées à bon port, nous buvons un café avant de monter dans la voiture de Sandrine pour nous rendre à un marché de noël en Allemagne. Dans le village dont j’ai oublié le nom… des petits chalets clos sur la place évoquent quelque chose… mais de marché de noël, point ! Nous entrons dans un magasin ; c’est l’occasion de tester mon allemand dont j’ai plaisir à constater qu’il m’en reste encore des souvenirs très compréhensibles. Le couple de commerçants est formel : il y a bien un marché de noël dans leur village, mais… le week-end prochain ! Sandrine avait bien vu sur Internet, mais pas regardé les dates… Pour nous consoler, on nous indique un village voisin, Staufen, où a lieu ce jour bel et bien un petit marché de noël. Grâce à ce cher Tomtom, nous arrivons sans aucun mal dans ledit bled. Il fait nuit et nous profitons des illuminations. Les stands en revanche sont plutôt… alimentaires… Des relents de choucroute et de vin chaud flottent dans l’air glacial…
Sur le chemin du retour, Sandrine nous emmène sur les remparts de Neuf-Brisach où a lieu un petit spectacle son et lumière, autrement plus intéressant que le « Weihnachtsmarkt » de nos amis allemands !
A la maison, Jazz, nous accueille avec des miaulements à fendre l’âme. En mal de Véga, nous caressons le félin de Sandrine…
Pas de droits sur l'album 85871

Un futur tableau ?

En courses chez le primeur pour acheter des oranges en vue de faire de la confiture d’oranges amères, j’ai été tentée par des mandarines. Monique y a vu immédiatement un sujet de futur tableau. Il a donc fallu, avant de déguster les mandarines, les prendre en photo ! Un jour, peut-être, se retrouveront-elles sur une toile…
Pas de droits sur l'album 84332

Le parc Sainte-Marie

Pour oublier l’hiver qui frappe à la porte avec insistance, je vous emmène en balade au parc Sainte-Marie. A en juger par les gambettes des filles, il fait chaud !
Pas de droits sur l'album 83818

Nouveau blog dédié aux peintres

Un nouveau blog vient d’être créé, entièrement et exclusivement dédié aux peintres :

http://mesamispeintres.unblog.fr/

Bon surf et à bientôt !

Pour une photo…

Si Monique est si douée en peinture, c’est peut-être parce qu’elle a toujours aimé faire des photos, si possible artistiques et/ou insolites.
Pour une photo, elle oublie tout : la faim, la soif, le froid, les douleurs. Elle peut rester de longues minutes immobile, le doigt figé sur le déclencheur, à attendre le moment idéal pour réaliser une belle photo : qu’un oiseau s’envole, qu’un papillon se pose sur un pétale, que le soleil se reflète dans la mer, etc. Je me suis récemment gelé les pieds sur la Place Stan pour une photo de nuit sans passant. Monique avait les doigts gourds mais son regard pétillait de bonheur face au cliché qu’elle me fit de suite admirer sur l’écran de l’appareil.
Cet après-midi, à l’heure du thé, Véga s’est complaisamment prêtée à une séance d’immobilité pour réaliser une photo insolite :

novembre2008002petit.jpg

D’autres photos de la star du jour : Pas de droits sur l'album 82328

Harry Potter

harrypotter1.jpg
On peut avoir cinquante et un… balais… et malgré tout aimer les histoires de… sorcières !
En raison d’une mémoire franchement sélective dans le domaine des livres et des films, j’ai préféré attendre d’avoir la série complète avant de commencer ma lecture. Le septième et dernier tome récemment acquis, je me lance enfin dans l’aventure Potter !
Le premier livre contient un nombre raisonnable de pages (300) tandis que les suivants en comportent pour certains plus de mille ! J’en ai donc pour au moins six mois…

 

Concours d’écriture

Un blogueur me fait part d’un concours d’écrire qu’il organise. Je sais que certains de mes lecteurs pourraient être intéressés.
Pour prendre connaissance du règlement, il suffit de vous rendre à cette adresse :
http://blog.legardemots.fr/post/2008/10/16/Grand-concours-Ecriture
Bonne chance aux participants et bravo au gardier du garde-mots pour cette belle initiative et ce blog très intéressant que je vous invite à découvrir pour son originalité et sa richesse : http://blog.legardemots.fr/

GAM – Gradus ad Musicam

tractferre.jpg

Le GAM (Gradus ad Musicam) est un ensemble musical unique en Lorraine. Musiciens et choristes, sous la direction de François Légée, proposent des oeuvres très différentes avec un égal talent.
Depuis quelques années, Monique et moi avons le plaisir de nous rendre aux concerts du GAM pour en assurer la promotion. Moi qui suis résolument classique dans mes goûts musicaux, j’ai découvert grâce au GAM des compositeurs et des interprètes que je n’aurais sinon jamais eu l’idée d’écouter, encore moins me déplacer pour aller les voir en concert. Ainsi avons-nous entendu Khalifé au oud, Satie, Poullenc, etc.
Si vous ne connaissez pas le GAM, c’est l’occasion d’assister au premier concert de la saison 2008-2009 (reporté du mois de mai 2008 en raison de la fermeture temporaire de la Salle Poirel) qui sera « La chanson du mal aimé » d’après le poème d’Apollinaire. Admiratrice de Férré, j’attends beaucoup de ce spectacle qui aura lieu à la Salle Poirel de Nancy le samedi 22 novembre 2008 à 20h30.

Pour en savoir plus : www.gradus-ad-musicam.com 
GAM - Gradus ad Musicam dans Divers doc gamferrecommuniqudf2008081117.doc
doc dans Divers gamsaison2008081117.doc

Il y a quatre-vingt-dix ans

Nous fêtions hier le quatre-vingt-dixième anniversaire de l’armistice de 1918. Aucun Poilu dans ma famille. Mais parmi mes clients, des hommes et des femmes qui m’ont raconté comment la « Grande Guerre » les avait privés d’un père ou leur avait rendu un père estropié, taciturne ou violent, à jamais changé aux dires de leur mère qui ne reconnaissait plus leur mari.
J’entends parfois dire qu’ « il faudrait une bonne guerre pour redresser l’économie ». Mon grand-père le déclarait volontiers. Personnellement, je préfère vivoter et vivre en paix. Car si une nouvelle guerre n’infligerait sans doute pas à mon fils de 23 ans des conditions de vie effroyables dans des tranchées à moitié remplies de boue et d’excréments, elle me le tuerait peut-être, ou me le rendrait amputé, d’un bras ou d’une jambe et de l’âme.
Alors non ! tout plutôt qu’une nouvelle guerre !

Photos des jardins éphémères à Nancy

Notre belle Place Stanislas accueille cette année encore les jardins éphémères. Le Japon est à l’honneur, à l’occasion des 150 ans d’amitié franco-japonnaise, avec treize îles symbolisant la terre et la culture niponnes et françaises : le jardin zen, les bambous, les arbres nains, les cristaux, les chrysanthèmes, les fossiles, etc. Au milieu de ce jardin, le bon roi Stanislas est acteur puisqu’il indique, par son ombre, l’heure sur un cadran solaire végétal au sol. Petit à petit, l’écart entre le sol et la montre se creuse, mais l’idée est géniale.
A voir jusqu’au 2 novembre 2008.

Jardins éphémères 2008 Place Stanislas à Nancy
Album : Jardins éphémères 2008 Place Stanislas à Nancy

50 images
Voir l'album

RCN Nancy ne doit pas mourir !

Reçue ce jour au micro de Radio Caraïbes Nancy (RCN) par Yves Issartier, j’ai appris que cette radio locale était toujours menacée de disparition. Pour les soutenir, un concert est organisé dimanche 26 octobre 2008 de 14h00 à 21h00 à la Salle des Fêtes de Malzéville située Place Mitterrand. Parmi les artistes présents : Elise Chompret et Jilber Fourny ainsi que les Rim’Ailleurs que je connais personnellement et que je puis donc vous recommander. L’entrée est à 7,00 euros. Venez nombreux, c’est pour la bonne cause ! Radio Caraïb Nancy ne doit pas mourir !
Pour ceux que cela intéresse, l’émission à laquelle j’ai participé aujourd’hui sera rediffusée dimanche 19 octobre 2008 de 18h00 à 19h00 sur RCN 90.7

Séjour à Istanbul

Tout a une fin, hélas ! Ou plus tôt, tant mieux !, car cela nous permettra de repartir !…
Pour avoir un petit compte-rendu de notre voyage à Istanbul, cliquer sur ce lien :
http://zazecritoire.unblog.fr/voyages/
Un album de photos est également disponible en cliquant sur l’onglet « Photos ».
Bon voyage !

Une halte à Chartres

Sur le chemin de nos vacances en Bretagne, nous nous sommes arrêtées à Chartres.
Pour en avoir un bref compte-rendu et regarder les photos, cliquer ici :
http://zazecritoire.unblog.fr/voyages/ 

On s’en va et on revient…

…et on se re-s’en va ! Monique a tout juste le temps de défaire les bagages, faire tourner quelques machines, avant de boucler une petite valise pour la Turquie.
Pour moi, la reprise se fait sur les chapeaux de roue puisque je continue à bosser pour « mon » cardiologue et qu’il faut commencer à rédiger le compte-rendu d’une réunion de CE et retranscrire les deux derniers entretiens d’une biographie en cours. Il faudrait, en quelque sorte, faire en trois jours le boulot de cinq…
A part ça, les vacances en Bretagne furent bonnes, comme d’hab !!! Hormis trois journées passées à repeindre toutes les pièces de la maison et deux après-midi à faire les magasins de bricolage à Lorient, nous avons marché sur les sentiers côtiers, reçu des amis, répondu à leur invitation à Quiberon, fait des parties endiablées de yams (j’ai beaucoup perdu, comme souvent en vacances !), beaucoup lu et beaucoup écrit pour ce qui me concerne. Bref, de vraies vacances, sans boulot hormis consulter mes courriels avec ma super clef 3G+. Et ça fait du bien de décrocher, même si j’adore mon boulot ! Quant à Istanbul, ce sera du 100% vacances, mais pas de tout repos !…
Ne soyez pas impatients, les photos seront bientôt (!) en ligne.

Un blog sur les fraises ? Ben… j’chuisse pas sûre !…

La communauté des blogueurs et blogueuses est infiniment colorée dans tous les sens du terme. Rien que sur www.unblog.fr, des milliers de blogs proposent tout et n’importe quoi. Au risque de me mettre une grande partie des membres à dos, c’est souvent n’importe quoi !… Mais dans la masse, on peut en découvrir des sympas, des rigolos, des émouvants et, perles rares, des blogs très bien écrits, consacrés ou non à la littérature.
C’est le cas de « Suisse heureux de vous connaître », le blog d’une jeune Parisienne déracinée par amour. Sur le point de suivre son Roméo au pays du chocolat blanc, celle qui voulait devenir écrivain depuis l’enfance ressent l’impérieux désir d’écrire et, pour qu’on ne l’oublie pas et montrer qu’elle n’oublie personne malgré le changement de cap, elle créé un blog.
Victime d’une plaisanterie de potache sur sa passion pour les fraises, elle décide de transformer la blague en défi : tous ses articles contiendront au moins une fois le mot fraise ! Une internaute en visite sur le blog, déçue par la facilité du défi, propose d’y ajouter « patate douce » ! Notre blogueuse ex parisienne le relève !
Du coup, le blog devient singulier et le lecteur chercher la fraise et la patate qui tombent parfois à propos et parfois comme un cheveu dans la soupe ! Mais c’est drôle et en plus, ce qui ne gâte rien, très très très bien écrit !
Pour découvrir ce blog : http://luthi.unblog.fr/ 

L’amour en cage

Je découvris cette fleur il y a dix ans, dans le jardin de Monique dont je venais de faire la connaissance. L’amour en cage, nom populaire de l’alkékenge, m’avait inspiré ce poème :

fleursaot2008003petit.jpg

 L’AMOUR EN CAGE

Au milieu d’un trottoir, un animal étrange
Gisait, poitrine ouverte en offrande à la mort ;
Une femme passant cueillit le faible corps
Et le mit dans sa poche à côté d’une orange.

Une boîte en carton sur le bord du chevet
Emprisonna la bête et son coeur et son âme
Malgré le regard blême, expression du blâme,
De la face lunaire à celle qui rêvait.

Le pauvre être guérit grâce à son infirmière
Et cognant aux parois du cube ficelé
Voulut faire savoir son désir de parler,
Non plus dans son cachot, mais en pleine lumière.

Sa geôlière pourtant eut peur de son départ
Et le retint de force au fond de sa cellule ;
Privé de liberté par crainte ridicule,
Il se laissa mourir jusqu’au matin blafard.

(Extrait du recueil Hallucinations)

 Trois autres photos de cette fleur étrange sont dans l’album « Les fleurs de notre jardin 2008″ de l’onglet « Photos » de ce blog. Les photos ont, bien sûr, été prises par Monique.

Un petit tour à la basilique Saint Epvre à Nancy

Suite à un pacte passé avec le Bon Dieu lors de la création de ma TPE en 2004 d’assister à une messe lorsqu’Il m’aiderait à réaliser un bon chiffre d’affaire, j’étais hier à l’office de 18h30. La plupart du temps, j’y vais seule. Hier, j’ai choisi la basilique Saint Epvre et Monique m’accompagna pour faire des photos.

La basilique Saint Epvre à Nancy
Album : La basilique Saint Epvre à Nancy

45 images
Voir l'album

Un beau week-end

Une fois n’est pas coutume, ce week-end fut, hormis le sacro-saint ménage hebdomadaire, consacré au farniente !
Cela commença samedi par une belle grasse matinée suivie de quelques heures de lecture dans le transat, seulement occupée à mollement tourner les pages d’un bon livre. Puis nous nous rendîmes Place Stanislas pour déguster, qui une gaufre, qui une glace.
Le dimanche fut pareillement consacré au repos, au jeu, à la TV !
Quel délice après une semaine de rude labeur !!!
Tandis que je bossais dur, Monique et Stefan - venu passer deux jours de vacances à la maison - partaient en balade dans les Vosges, à Gérardmer et Saint-Amé où se trouve un parc miniature.
Pour découvrir les photos de leur escapade, cliquez sur le lien ci-dessous.

Balade à Saint-Amé dans les Vosges
Album : Balade à Saint-Amé dans les Vosges

59 images
Voir l'album

La France boude Alexandre Soljenitsyne

L’écrivain russe, célèbre dissident interné au Goulag pendant huit ans, Prix Nobel de littérature en 1970 et expulsé en 1974, décédé le 3 août dernier, a été inhumé aujourd’hui à Moscou en présence d’une foule très dense d’ officiels et anonymes.
De France cependant, seuls un député de Vendée et Philippe de Villiers, Président du Conseil général de Vendée, étaient présents aux funérailles du grand homme de plume. Aucun membre du gouvernement ne représentait notre pays.
En sera-t-il de même à Pékin dans deux jours pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques ? J’en doute. La France, pays de culture de référence pour la Russie des siècles passés, a décidément bien changé…

Eau, son et lumières au château de Lunéville

Dans la cour du château de Lunéville (54) a lieu chaque vendredi et samedi jusqu’au 30 septembre 2008 un spectacle gratuit mêlant la magie de l’eau à celle de la musique et des lumières. Féerie harmonieuse qui transporte le spectateur au coeur de ce fameux siècle des Lumières, dans le « Versailles lorrain » reconstruit après l’incendie qui ravagea la partie sud-est du château dans la nuit du 2 au 3 janvier 2003.
Après l’éblouissement de l’eau qui a jailli en gerbes pendant trente minutes, une importante rigole s’est formée dans la cour. L’eau ruisselle en direction des égoûts. Les badauds, enchantés par le spectacle, l’enjambent avec insouciance… Pardon aux peuples à genoux qui cheminent sous un soleil de plomb afin d’aller puiser un seul et unique seau d’eau pour abreuver une famille entière, préparer la nourriture et assurer un semblant d’hygiène…

Pour voir l’album de photos de ce spectacle :
Pas de droits sur l'album 58458

Vive le chanceux !

Certains ont de la chance en amour, d’autres au jeu. Mon fils a de la chance en travail !
Dès qu’il fut en âge de travailler pendant les vacances d’été, le magasin Cora l’embaucha pour un mois. L’année suivante, c’est Mac Donald qui lui proposa un CDI annuel à temps partiel. Il y travailla pendant trois ans, pendant les vacances scolaires et tous les week-ends, en parallèle avec ses études.
Après avoir raté sa première année de BTS en enseignement classique, il décida de recommencer mais en alternance. Une école accepta de l’inscrire, mais il lui fallait trouver une entreprise. Qu’à cela ne tienne ! Stefan entra en apprentissage dans une filiale de Bouygues. La chance était toujours de son côté puisque cette entreprise joua à la perfection son rôle pédagogique et encouragea même le stagiaire à évoluer puisqu’elle l’incita à passer son permis rapidement (cela faisait presque un an qu’il s’y employait mollement) afin qu’il puisse effectuer des déplacements avec une voiture de fonction. Deux mois plus tard, Stefan décrochait son permis du premier coup !
Une semaine avant de passer son examen, il déposa son CV sur un site Internet de recherche d’emploi en ligne. Dès le lendemain, il avait un rendez-vous pour un premier entretien puis un second !… L’entreprise est à Paris mais le poste à Nancy. Son BTS en poche, il eut hier la confirmation qu’il était embauché en CDI (!!!)…
En langage populaire, cela s’appelle « avoir le cul bordé de nouilles » ! Je l’en félicite et lui souhaite de s’épanouir dans son travail et d’évoluer dans l’entreprise !

Les Rim’ailleurs

Florent et Jérôme

Jeudi 26 juin 2008, Yves Issartier recevait des poètes pour une émission de deux heures en direct sur RCN 90.7 (Radio Caraïb Nancy). Pour des raisons professionnelles, je n’ai pu rejoindre le studio que pour la dernière demi-heure. Par manque de place, quelques poètes se tenaient debout dans le couloir. J’ai entendu une voix forte et chaude qui lisait un texte et des accords sur une guitare. Je suis restée clouée sur place, très émue par ce que cette voix inconnue et ces cordes pincées véhiculaient. Puis Yves m’a invitée à entrer et un participant m’a laissé sa chaise. J’ai alors découvert celui qui venait de lire un poème de Prévert, un jeune homme dans un fauteuil roulant qui déclamait un nouveau poème du même auteur. Handicapé n’est pas le mot qui me vient spontanément pour parler de lui. Mon regard s’est porté sur ses bras trop courts qui peinaient à tenir le livre ouvert. Puis j’ai cessé de le regarder pour mieux l’écouter. Je ne suis pas fan de Prévert que je connais peu, mais ce que j’entendais était époustouflant par la diction de l’un et la musique de l’autre. Car si Florent NOBLOT est petit dans son corps, c’est un géant dans sa tête et dans son cœur ! Au lieu de se recroqueviller dans sa bulle pour se protéger des regards pas toujours bienveillants, il a choisi de se mettre en scène pour interpréter la poésie de Prévert, lui donner vie et inciter le public à revisiter cet auteur moderne dont je ne garde personnellement que le souvenir de textes ennuyeux appris sur les bancs de l’école primaire. Intriguée par ce duo hors normes, j’ai voulu en savoir plus. Je suis donc allée sur le site http://www.myspace.com/lesrimailleurs puis les ai contactés pour qu’ils me parlent d’eux.
Nés de la rencontre entre un comédien-clameur fou, Florent NOBLOT, qui jouait alors dans la compagnie de l’Ouvre-Boîte, et du guitariste-gratteur féérique, LouJé, ex-membre du groupe « Cosmos », les Rim’ailleurs prennent toute leur force sur scène ! Le spectacle « Lumières d’homme » est une invitation amicale dans le monde insolite de Jacques Prévert, pour 1h30 de tendresse, de rire, de colère face aux absurdités de ce monde, d’amour, de démesure, de folie, de rêve, de poésie…
Ils interprètent des poèmes, rares ou célèbres, tous d’actualité ou intemporels, de ce poète surréaliste, humaniste et engagé.
Ce voyage à travers l’univers de cet incontournable magicien des mots s’adresse tant aux exégètes qu’aux néophytes en matière de poésie. Ce cocktail festif est un mélange innovant et détonnant entre poésie, musique et théâtre.
Chaque membre des Rim’ailleurs apporte sa petite couleur inimitable : Florent scande en rythme les mots, les vit littéralement, les sue, les enchante. LouJé a composé des musiques originales aux accents colorés de flamenco, de jazz manouche, de chansons françaises grand cru…
Depuis le 17 mai 2006, ce groupe s’est expérimenté devant tout type de public et des structures très variées : salles de concert, café-théâtre, théâtre, festival de plein air, salles des fêtes, médiathèque, MJC, rue, bars, association, maison de retraite, centre d’étudiants handicapés, centre de réadaptation, etc.
Début 2008, Les Rim’ailleurs ont pris part à deux projets discographiques :
- compilation « Rue Sans Haine » de l’association A.I.D.E.S., à paraître en septembre 2008, ils posent un morceau écrit par une personne réellement atteinte du V.I.H.
- compilation des « Méga-tubes du tri » organisée par la maison de la propreté de Nancy, ils posent un morceau relatif à la protection de l’environnement.
De manière sûre et officielle, Les Rim’ailleurs joueront le spectacle dans sa version pour enfants le mercredi 7 janvier et le samedi 10 janvier 2009 au théâtre du Mont-Désert à 15h et dans sa version pour adultes (avec des invités surprises) les jeudi 8, vendredi 9 et samedi 10 janvier 2009 à 20h45 et le dimanche 11 janvier à 16h. 
Ne manquez pas d’aller découvrir ces deux artistes qui décoiffent, comme on dit aujourd’hui ! 

Betancourt en boucle

Au risque de paraître rabat-joie et inhumaine, je trouve que l’on en fait beaucoup trop autour d’Ingrid Bétancourt. Certes, c’est tant mieux qu’elle ait été libérée. Mais de là à en faire une affaire d’état… ou alors une affaire d’Etat colombien.  Car si Ingrid Bétancourt, colombienne de naissance et française par son mariage, aime la France où elle a fait ses études et entretient des amitiés avec des Français dont un certain Dominique de Villepin, elle n’en avait pas moins décidé de retourner en Colombie avec l’ambition de devenir Présidente… de la Colombie.
Je suis par ailleurs très étonnée par la bonne mine que Madame Bétancourt affiche et revendique après six années de détention dans des conditions apparemment très difficiles avec torture, humiliation et privation. J’ai travaillé récemment avec un homme qui avait subi deux ans d’emprisonnement dans un camp polonais durant la Seconde Guerre mondiale. Sur la photo qu’il m’a montrée, le jeune homme de vingt-huit ans qui retrouvait sa famille dans son village natal avait aussi un grand sourire sur le visage, mais sa maigreur faisait peur et ses yeux enfoncés dans les orbites en disaient long sur ce qu’il avait vécu et dont il ne voulait de toute façon pas parler. Quant à la torture, il en porte encore aujourd’hui les preuves, à plus de 90 ans. Il y a sept mois, nous découvrions Madame Betancourt moribonde sur une vidéo enregistrée par les farcs… Et aujourd’hui, elle apparaît à la télévision, sortant de six années de détention dans la jungle comme si elle rentrait d’un rallye dans le désert, à peine un peu fatiguée…
Ceux qui s’apitoient sur le malheur de cette mère qui fut privée de ses enfants pendant six ans me font rire car tout de même, c’est de son plein gré que Madame Bétancourt est allée se mettre dans la gueule du loup et ses enfants n’étaient alors pas sa première préoccupation.
Alors je ne dis pas que cette histoire n’est qu’une sinistre supercherie propre à amuser le peuple pendant que des choses le concernant directement se trament dans son dos, comme cela arrive chaque été… Je dis seulement que j’en ai assez entendu et que ceux qui en redemandent pourront toujours dévorer le livre que ne va pas manquer d’écrire Madame Bétancourt et ‘aller voir le film qui relatera sans doute bientôt les divers épisodes de sa détention et de sa libération digne d’un film hollywoodien…

 

Un week-end « besogneux » à Schaeferhof

Notre week-end au vert s’est merveilleusement bien passé. Je n’ai pas autant bossé que prévu sur mon roman car j’ai été paresseuse le matin… Mais j’ai tout de même terminé le tome 1 et écrit dix pages du tome 2 plus pris quelques pages de notes.
Comme il a fait très beau, nous avons fait une longue balade dimanche après-midi dans la forêt toute proche. Samedi soir, nous avons mangé sur la terrasse, mais comme elle n’est pas clôturée, nous n’avons pas récidivé car Véga a trouvé le moyen de se sauver pour courser un chat, malgré les barricades savamment érigées par Monique ! Heureusement, la bête est aussi obéissante qu’aventureuse, et elle est tout de suite revenue quand on l’a appelée, d’autant que le félin avait disparu.
Si nos voisins nous le permettent, nous y retournerons à l’automne ou plus tard dans l’année, avant Noël si la neige ne nous empêche pas de rouler.

Pour voir l’album photos : Pas de droits sur l'album 51171

Un week-end pour « bosser »

Suite au bel essor que connaît mon activité professionnelle depuis le début de cette année, je n’ai plus le temps d’écrire pour moi ! Je n’ai pas écrit un seul vers en 2008 !
D’un côté, je m’en réjouis car l’écriture, surtout en vers, étant pour moi le plus souvent thérapeutique, c’est plutôt bon signe ! Je me sens mieux dans ma vie professionnelle et cela se répercute positivement sur ma vie privée ; j’ai donc moins d’états d’âme et de raisons de prendre la plume pour m’épancher sur le papier.
La suite logique a donc été l’arrêt des concours de poésie dont je m’étais progressivement lassée après avoir raflé un certain nombre de prix.
L’envie et le besoin d’écrire n’en demeurent pas moins intacts, ainsi qu’en témoignent la création d’un blog en janvier 2008 et les articles qui l’alimentent régulièrement. Jusque fin 2007, je tenais un journal intime commencé il y a de nombreses années. J’avais pris la décision d’arrêter car je pensais n’en avoir plus besoin. Mais l’écriture peut devenir une drogue dont on ne se défait pas par la simple volonté ; en comparaison, l’arrêt du jour au lendemain et sans aide de la nicotine m’avait paru très facile et anodin ! Avant que le manque ne me rende agressive, j’ai eu l’idée d’adapter mon besoin d’écrire aux supports modernes (tant pis pour la postérité !) en créant un blog.
Et j’ai en projet l’écriture d’une saga familiale dont le premier tome est en route depuis quelques années. Or, pour mener à bien un ouvrage de cette ampleur, le temps me manque.
Pour des raisons pratiques et surtout financières, l’oeuvre sera une tétralogie. J’aimerais sortir le premier tome début 2009, mais pour cela, il faut avancer dans les suivants afin que les parutions s’enchaînent avec un maximum de douze mois entre chaque volume.
Comme il s’agit de l’histoire romancée de nos deux familles, j’ai proposé à Monique un week-end de travail à la campagne, dans la maison de nos voisins (merci René et Micheline !).
Nous partons donc demain matin pour Schaefferhof (petit village mosellan à proximité de Dabo) avec l’ordinateur portable et la clef USB (comme d’hab !) et j’espère rentrer lundi soir avec plusieurs chapitres rédigés. Si l’opération s’avère fructueuse, nous recommencerons plus tard dans l’année !

Devant ou derrière les barreaux ?

En attendant l’heure de la reprise du boulot chez un client Place Carnot, j’ai flâné cet après-midi aux abords de la place. Depuis ce matin, le cirque Pinder a pris possession de l’endroit à renfort de vigoureux coups de klaxon. Il faisait beau et les fauves se prélassaient au soleil, couchés dans l’épaisse couche de sciure. Lionnes, tigresses et panthères baillaient paresseusement, laissant échapper de temps à autre un feulement, un vagissement pour amuser le public. Je me suis demandé à quoi pouvaient bien penser ces bêtes enfermées dans peu d’espace… Qui regarde qui ? Qui est devant, qui est derrière les barreaux ?

Paris-Défense

Ouf ! après un bon coca rondelle, me voilà un peu  »requinquée » après notre journée marathon au quartier de la Défense à Paris.
Je m’étais jointe aux élèves du cours d’Histoire de l’Art de l’association ASCS de Saulxures dont fait partie Monique pour ce voyage de fin d’année.
Nous étions déjà allées à la Défense à l’occasion d’un précédent séjour à Paris, mais vite fait, juste pour voir l’arche, car nous n’étions a priori pas intéressées par des buildings…
Le professeur d’Histoire de l’Art et conférencière avait prévenu ses élèves que la sortie valait vraiment le coup et je m’étais laissée convaincre.
Debout à 4h45, douche, bol de thé sans tartines pour moi, promenade pour que Véga fasse ce qu’elle avait à faire avant notre départ, car elle serait seule pendant six heures. A partir de midi, une amie venait lui tenir compagnie…
Eh bien, nous n’avons pas regretté cette visite de la Défense ! Bien sûr, il y a surtout une multitude de gratte-ciel, mais quand on a la chance d’avoir avec soi une conférencière de premier ordre, cela devient beaucoup plus !
Comme d’habitude, nous vous ferons partager les clichés pris par Monique. Juste un peu de patience, car après avoir parcouru plusieurs kilomètres à pied dans ce quartier sous un soleil de plomb, rejoint la gare de l’Est en métro et Nancy en TGV – sans oublier une petite partie de baballe avec Véga ! – nous sommes HS !
Ce ne sera donc pas pour ce soir… car il est 22h05… une tisane et au lit !

Les vacances sont finies…

Voilà !… une semaine passe vite… Notre semaine dans le Jura est terminée… Elle avait plutôt mal commencé avec une journée complète de pluie le lundi 16 juin ! Mais dès le lendemain, ce fut le grand beau temps et nous avons pu visiter la région sous le soleil.
En location à Cernon, à quelques kilomètres du barrage de Vouglans, nous avons beaucoup roulé sur les routes de montagne. Monique, au volant de sa Punto, a même joué les Fangio, coupant les virages au plus court !
Les nombreuses cascades du Hérisson (ruisseau), la région des lacs et la vallée de la Loue nous ont littéralement ravies ! Les paysages sont à la fois grandioses et reposants.
Côté architecture, le village de Baume-les-Messieurs vaut le détour. Orgelet et Pont-de-Poitte offrent des curiosités intéressantes. En revanche, Saint-Claude nous a déçues. Hormis la très belle cathédrale Saint-Pierre… et puis bien sûr, les lapidaires et les pipiers pour lesquels nous n’avions que peu d’intérêt…
Pour visualiser nos photos, en attendant le reportage sur le site de Nancy, vous pouvez cliquer sur l’album ci-dessous :

Jura - juin 2008
Album : Jura - juin 2008
Une semaine de vacances à Cernon dans le Jura : lacs, cascades, églises, etc.
47 images
Voir l'album

Un bouquet… pour vous !

Quelques fleurs de notre jardin offertes par Monique sur http://zazecritoire.unblog.fr/photos/ (3e album).

Une journée à Eurodisney

Que ceux qui ne connaissent pas le fameux parc d’attraction aux portes de Paris ne se donnent pas la peine de kidnapper un gosse s’il n’ont ni petit-fils ni petite-fille sous la main ! Les adultes et les seniors sont les bienvenus et on ne se sent pas du tout mal à l’aise dans cet endroit féérique et hors du temps.
Pour lire le petit compte-rendu de notre voyage, cliquez sur l’onglet « Voyages » du blog. Toutes les photos sont disponibles dans la page « Photos ». Un reportage plus complet est prévu prochainement dans
www.toutnancy.com

1...1213141516



djurdjura |
last0day |
Xerablog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_