• Accueil
  • > Archives pour décembre 2016

Archive mensuelle de décembre 2016

L’adieu au blog

En ce dernier jour de l’année 2016, je publie le dernier article de ce blog que je ferme après neuf années. Durant toutes ces années, plus de cinq mille articles ont été publiés !
Le 1er janvier 2008, je l’avais ouvert pour remplacer une double feuille papier intitulée « Le Petit Frimeur Lorrain » que j’envoyais chaque mois à mes amis et parents. C’était une façon originale de donner des nouvelles. L’aventure avait duré neuf ans, de janvier 1996 à décembre 2004. Neuf ans donc ! Mais c’est un hasard ! Je n’abandonne pas mon blog aujourd’hui pour qu’il ne vive pas plus longtemps que son ancêtre, en quelque sorte.
Tout simplement, un peu de lassitude est venue s’insinuer après toutes ces années. Et puis, je m’étais imposé un rythme journalier devenu un peu pesant. Sans parler du doute récurrent quant à l’utilité de cet espace davantage dédié aux autres qu’à moi-même. Certes j’écris par besoin, mais aussi pour autrui. La possibilité de poster un commentaire n’était pas aussi souvent que je l’espérais utilisée par mes lecteurs. Alors les jours d’incertitude, dans la solitude de mon bureau à l’heure où la plupart de mes fans dorment sur leurs deux oreilles, la question revenait me hanter, comme un leitmotiv agaçant : à quoi rime tout ce cirque ?
Grâce à ce blog, j’ai fait de belles rencontres. Des inconnus, hommes et femmes confondus, sont devenus des amis virtuels, certains même des amis réels. Il arrivait que l’on me dise commencer la journée avec moi ! Cela me flattait et m’émouvait. Ainsi donc on m’aimait ? Au point d’aller sur mon blog avant même de prendre son petit-déjeuner, sa voiture pour aller travailler, un dossier professionnel ? J’avoue que l’idée me plaisait.
Pourtant je ferme ce blog aujourd’hui… Que ceux qui ont régulièrement commenté les articles comme ceux qui les lisaient sans laisser de trace de leur passage et enfin aussi ceux qui ont aimé mon blog sans jamais me le dire, me pardonnent de leur faire faux bond. Je sais que certains seront sincèrement déçus tandis que d’autres se tourneront tout simplement vers un autre blog. Le choix est tellement vaste !
Mais j’entends déjà des voix s’élever : « Mais alors ? Ce voyage de noces en Islande que nous avons aidé à financer, nous n’en saurons rien ? Nous ne verrons aucune photo ? » N’étant pas une ingrate, je promets d’ouvrir un blog spécialement dédié à notre voyage en Islande en juin prochain.
Quant à ceux qui ont une page Facebook, ils peuvent me retrouver sur ce réseau social à l’adresse suivante : https://www.facebook.com/isabelle.chalumeau.9
2017 frappe à nos portes. J’espère que cette nouvelle année sera pour moi aussi bonne que 2016. D’un point de vue professionnel, elle ne fut pas exceptionnelle, mais immensément riche en émotion sur le plan personnel, entre mon mariage en octobre et la naissance de ma petite-fille à peine quinze jours plus tard.
Je vous remercie tous pour votre amitié et votre fidélité.
Je souhaite à chacun d’entre vous une excellente année 2017 et vous embrasse chaleureusement.

Résultats du sondage du 13 octobre

A la question « Etes-vous choqué par l’attribution du Prix Nobel de littérature à Bob Dylan ? », 19 visiteurs ont voté :
12 oui
7 non
soit en pourcentages :

Etes-vous choqué par l'attribution du Prix Nobel de littérature à Bob Dylan ?

  • oui (63%, 12 Votes)
  • non (37%, 7 Votes)

Nombre de votants: 19

Chargement ... Chargement ...

L’héritage de Clara

L'héritage de Clara Roman de Françoise BOURDIN
Suite de « Le secret de Clara », ce roman commence avec le décès de la vieille dame de plus de quatre-vingts ans qui n’a pas su surmonter un nouveau drame : la mort d’un de de ses arrière-petits-fils. Avant de mourir, la chef de clan et gardienne des valeurs familiales, transmet le flambeau à Vincent, le fils aîné de son bien-aimé fils Charles.
Sur son lit de mort, Charles avait divulgué le secret de Clara à ses enfants, neveux et nièce. Par égard pour Clara, ses cinq petits-enfants avaient su, malgré les rancoeurs et les désirs de vengeance, rester unis autour d’elles. L’aïeule partie, le clan menace d’exploser. Certes ils se retrouvent à Vallongue, dans la maison familiale en Provence, que Clara leur a léguée en indivision. Vincent a divorcé de Magali, tombée dans l’alcoolisme. Alain exploite toujours ses oliviers sans parvenir à trouver une attache auprès de Jean-Rémi. Marie, qui a fait deux bébés toute seule, se retrouve soudain confronté à son passé. Et puis il y a Virgile, le fils aîné de Vincent, et Cyril, le fils de Marie, qui se détestent tellement qu’ils manquent reproduire le scénario dont leurs deux grands-pères ont été les principaux antagonistes. Alain, le sage de la fratrie, saura-t-il sauver le clan, avec pour leitmotiv la devise de Clara : « La famille avant tout ! » ?
Une histoire de famille bien ficelée avec des personnages très attachants. Bien sûr, c’est un peu trop conventionnel, un peu trop propret, un peu trop attendu, mais ces deux volumes offrent un excellent moment de lecture.

Joyeux Noël !!!

La blague du jour

Un mec ivre sonne avec insistance chez des gens en pleine nuit. L’homme de la maison se lève, ouvre la fenêtre et demande, furieux :
― Qu’est-ce qui se passe ?
L’autre lui répond en hoquetant :
― Viens me pousser ! Il faut que tu viennes me pousser !
Excédé, le propriétaire de la maison lui dit :
― Je ne vous connais pas, et en plus, il est 4h du matin !
L’autre insiste lourdement en laissant échapper un rot sonore qui le fait éclater d’un rire gras.
Scrutant l’obscurité mais ne pouvant rien distinguer, le propriétaire ferme la fenêtre. Aussitôt, le tapage reprend ; l’ivrogne va réveiller les gosses et tout le quartier. L’homme ouvre de nouveau la fenêtre et perdant toute patience et civilité, s’exclame :
― Dégage d’ici ou j’appelle la police !
Tandis qu’il se glisse entre les draps, sa femme lui dit :
― Quand même, tu exagères ! Cela t’est déjà arrivé de tomber en panne la nuit ! Tu aurais pu le pousser, ce pauvre type !
― Non, mais, t’as pas entendu ? Il est complètement bourré, le mec !
― Raison de plus pour l’aider, rétorque sa femme. Il ne va jamais y arriver tout seul dans son état !
Comme son mari hésite encore, elle soupire :
― Vraiment, je ne te reconnais pas ! Je suis très déçue !
Pris de remords, vaguement honteux et surtout désireux de ne pas déclencher une scène de ménage en pleine nuit, le mari se relève, s’habille à la hâte, descend et ouvre la porte d’entrée.
― Hé mec ! crie-t-il dans la nuit.
― Tu viens me pousser ? braille le poivrot.
― Oui, je viens te pousser ! Tu es où ?
― Là, sur la balançoire !!!

Un moment de vérité

Aujourd’hui, je me rendais chez une cliente pour commencer avec elle la lecture de sa biographie. C’est un moment toujours particulier dans la vie professionnelle d’un écrivain public que celui de confronter son travail rédactionnel à l’appréciation du client et c’est toujours avec une boule d’angoisse au creux du ventre que je m’y soumets. Le coût d’une biographie, relativement élevé, donne le droit au client à un certain niveau d’exigence. Après des semaines de travail à l’appui d’une dizaine d’heures d’enregistrement, malgré la trentaine d’ouvrages réalisés depuis que j’exerce ce métier, le doute et l’anxiété sont là, intacts. Et si ma prose n’était pas à la hauteur de la vie confiée à mon dictaphone ? Et si le client, dès les premières pages lues, m’interrompait pour me manifester son mécontentement ? Cela n’est jamais arrivé, mais il suffirait d’un malentendu, d’une mauvaise impression, d’une interprétation erronée. Malgré toute ma conscience professionnelle pour écrire au plus juste, malgré ma capacité d’empathie pour retranscrire les sentiments et les émotions évoqués, malgré mon investissement dans cette vie que je me suis appropriée pour mieux l’incarner et la traduire en mots, l’anxiété grandit à mesure que j’approche du moment de vérité.
Le verre d’eau à portée de main, je commence la lecture. Ma cliente est assise en face de moi et je lui lance régulièrement de brefs regards. Impassible, elle écoute…
Alors que, la gorge sèche, je tends la main vers le verre, elle me regarde, les yeux brillants :
« C’est incroyable ! J’ai l’impression de regarder le film de ma vie ! Comment avez-vous fait ? »
Gagné ! Soulagée, je poursuis. Et à cet instant précis, j’ai la conviction d’exercer un des plus beaux métiers, exaltant pour moi et foncièrement utile pour ceux qui me font confiance !

Justice : assise ou debout ?

Oui je t’en supplie Justice relève-toi, où est-il le temps où St Louis te rendait au pied de son chêne. Et, plus loin encore, celui où le roi Salomon, si sage, si perspicace… t’incarnait.
Mais oui… suis-je bête, à cette époque les humains pensaient, écoutaient.
Aujourd’hui, Justice où es-tu ?? Quel est ce clone-clown que tu as mis à ta place ?
Regarde ces « avocats », des corbeaux affublés d’une robe à rabat de pie qui jacasse, avec leurs effets de manches d’une profondeur suffisante…pour pouvoir engranger tous les profits. Et toi la Justice où es-tu ??
Regarde ces juges sans scrupule, ces juges qui pratiquent ce qu’ils devraient censurer. Comment veux-tu qu’ils appliquent une Loi qu’ils ne respectent pas, en libérant les autres, ils se justifient eux-mêmes !
Justice lève-toi, reviens, ne laisse pas ternir ce que tu représentes par la lâcheté, la concupiscence humaine. Empêche-les de mélanger laxisme et tolérance.
Ramène avec toi la logique, le bon sens, l’honneur, je sais que tu es fatiguée, Justice, on s’est servi de Toi tellement à mauvais escient, mais…
Justement, relève la tête, viens confondre les compromissions de certains. Crois-moi Justice, beaucoup d’hommes espèrent en toi… Alors

Debout la JUSTICE !

 Jeannette insurgé

Le secret de Clara

Le secret de Clara Roman de Françoise BOURDIN

Clara, la soixantaine, veuve, est désormais à la tête du clan Morvan. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, elle quitte Paris et fuit avec les autres membres du clan à Vallongues en Provence, dans la grande maison de famille. Charles, son fils aîné, prisonnier en Allemagne, vient juste de rentrer. Il apprend la mort en déportation de son épouse Judith et de leur petite-fille, tandis que leurs deux garçons, Vincent et Daniel, étaient restés aux bons soins de Clara, avec leurs cousins Marie, Alain et Gauthier, les enfants d’Édouard. Lui-même n’était pas parti pour le front, réformé… Quand il se suicide, dans le bureau de la grande maison, quasiment sous les yeux de son frère Charles, Clara devine la vérité mais refusera de l’entendre : ainsi pour tout le clan, le « pauvre » Édouard s’est-il donné la mort. Et Clara espère que Charles, son fils préféré, saura retrouver la joie de vivre dans les bras d’une autre femme. Mais il refuse d’oublier Judith et assume son rôle de chef de clan, élevant ses neveux et nièce avec ses deux enfants, avec l’aide de Clara, Madeleine, la veuve d’Édouard, vivant avec eux dans le souvenir de son cher époux…
Mais les enfants grandissent et tous n’acceptent pas l’autorité de Charles, notamment le jeune Alain qui refuse de poursuivre ses études et obtient, à peine sorti de l’adolescence, après une violente confrontation avec son oncle, de repartir en Provence pour s’adonner à l’exploitation des oliviers sur le domaine familial.
Un récit vivant dans la pure tradition des sagas familiales. Un roman populaire bien écrit, de ceux qu’on ne lâche plus à peine commencés.

Il y a 48 ans…

sourisLe 9 décembre 1968 apparaît la première souris d’ordinateur.
Son inventeur, Doug Engelbart, en fait la démonstration lors de la conférence des sociétés d’informatique à l’Université de Stanford en Californie. Cette invention majeure ne rapportera toutefois que 10 000 dollars à son inventeur et Xerox rachète le brevet en 1977.
Steve Jobs popularisera la souris en 1983 dans Lisa, l’ancêtre du Macintosh.

Il y a 91 ans…

Le 8 décembre 1925 naît Sammy Davis Jr., artiste américain touche-à-tout.
Il a en effet été danseur, chanteur, comédien, impressionniste et musicien (vibraphone, trompette et batterie).
Il décède en 1990.

Imaginez

Elle a quinze ans et demi. Elle rentre de son travail.
Il est tard. Le magasin a fermé à 19 h 30 et elle a encore une heure environ de métro pour arriver chez elle.
« Il » est là ! Sa mère a ramené un bipède. Muscles et sourire, rien d’autre à déclarer. Si ! Un penchant pour l’alcool et bête, mais bête !
Il reste un peu de vin dans une bouteille et ça l’agace. Elle n’aime pas ça mais elle dit :
- « Je vais boire un vin chaud ! ».
Elle verse le vin dans une casserole et la pose sur le gaz.
Colère du bipède, bête mais costaud ! De ses mains il tord les bords de la casserole. Ne voulant pas caler elle balance le vin sur le mur en lui disant :
- « Tu n’as qu’à lécher ! »
Fureur du bipède qui veut frapper.
Mme mère se réveille, prend un cache-pot et assomme le bipède … Charmante soirée !
Elle toise sa mère et lui dit :
- « Demain j’irai travailler mais je ne rentrerai que quand il sera parti ! »
Le lendemain un problème se pose. Le bipède est encore là. Comme jamais elle ne revient sur ce qu’elle a dit, elle ne sait comment faire … Où aller.
Une collègue de travail lui offre la possibilité de dormir chez elle.
- « Mon père travaille de nuit ! » (chic !)
Le soir après dîner la collègue propose :
- « Viens, on va au ciné ! »
Après le ciné, on rentre. Par une petite rue noire qu’elle ne connaît pas, elle suit la collègue et là, tout bascule. A côté d’une voiture, quatre gars attendent. Elle n’a pas pu faire grand-chose. La « collègue» avait disparu (les tournantes existaient déjà, simplement on n’en parlait pas.)
Devant sa volonté farouche, un des gars s’est mis à l’écart mais sans faire preuve de beaucoup de courage pour aller au bout de ses opinions et la défendre !
C’est lui ensuite qui l’a raccompagnée. A part l’adresse, ils n’ont pas échangé un mot.
Elle n’en a jamais parlé à personne.
Le lendemain elle est allée chercher ses affaires qu’elle avait laissées chez sa collègue. Pas de mots, juste des regards !
Et puis dehors, elle les a vus tous les quatre. Elle s’est dirigée courageusement vers eux, les a fixés, leur a craché à la figure en plein jour. Ils n’ont rien dit. Elle aurait pu appeler à l’aide mais c’est eux qui avaient peur.
Pour le viol elle ne dirait jamais rien. Elle était salie et la honte était pour elle.
En leur crachant à la figure elle ne s’était pas sentie plus propre, non, mais elle avait vaincu sa propre peur !
Jamais plus un homme ne lui manquerait de respect. Elle le savait maintenant. Elle n’aurait plus peur de quoi que ce soit !
Ce qu’elle ne savait pas à l’époque, c’est que l’on venait, à jamais, de lui voler sa vie de femme.
Pendant un an, elle a réfléchi. Puis elle a décidé de mourir. Mais ce furent trois jours de coma et un retour vers la « case départ ».
Depuis, elle a cessé de vivre mais elle existe, elle respire et … elle assume !

jeannette insurgé

Il y a 80 ans…

mermoz211112019Le 7 décembre 1936 décède Jean Mermoz, aviateur français.
Né en 1901, il devient une figure légendaire de l’Aéropostale.
Surnommé « l’Archange », il établit la ligne Buenos Aires-Rio de Janeiro en 1928 et franchit la Cordillère des Andes en 1929.
En 1930, il réussit la première traversée de l’Atlantique sud sans escale.
Il disparait en mer ce 7 décembre 1936, au large de Dakar, à bord d’un hydravion.

Il y a 24 ans…

Suisse referendumLe 6 décembre 1992, la Suisse refuse d’adhérer à l’Espace Economique Européen.
Les citoyens suisses appelés à voter répondent « non » à 50,3% malgré l’adhésion, quelques mois plus tôt, de leur pays au FMI (Fonds Monétaire International) et à la Banque mondiale.

Il y a 115 ans…

Le 5 décembre 1901 naît Walt Disney, producteur, scénariste et animateur de dessins animés américain d’origine irlandaise.
D’abord dessinateur publicitaire, il rejoint en 1923 son frère Roy à Los Angeles pour fonder les Hollywood Walt Disney Studios et créer une série nommée « Alice Cartoons » qui mélange animation et tournage direct. C’est alors qu’il inventa son personnage fétiche, une souris d’abord appelée Mortimer puis rebaptisée Mickey Mouse. Ce personnage rencontre un succès immédiat.
Au début des années 30, les studios Disney travaillent au perfectionnement des techniques d’animation et obtiennent un franc succès en devenant les premiers utilisateurs du procédé Technicolor. Lorsqu’ils abordent la série des grands films avec « Blanche Neige » en 1937 qui compte 400000 dessins, ils maîtrisent parfaitement la technique.
Les films à succès s’enchaînent : « Pinocchio », « Fantasia », « Dumbo », « Bambi »… Puis Disney décide de se diversifier en réalisant des séries documentaires sur la vie des animaux en liberté, dans leur milieu naturel ainsi que des films d’aventures en images réelles comme « L’ile au trésor » et « Davy Crockett ».
En 1955, il crée le parc d’attractions Disneyland.
En 1964, Disney remporte un immense succès avec sa comédie musicale « Mary Poppins ».
Il décède en 1966.

Il y a 23 ans…

Le 4 décembre 1993 décède Frank Vincent Zappa, musicien, guitariste, auteur-compositeur, interprète, ingénieur du son, producteur et réalisateur américain.
Né en 1940, il est considéré comme le plus grand interprète de la musique rock.
Il a réalisé plus de soixante albums et est admis au Temple de la renommée du rock and roll en 1995.

Il y a 19 ans…

Le 3 décembre 1997, la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel est signée à Ottawa.
Signée par 133 pays, elle entre en vigueur le 1er mars 1999.
En 2005, 152 pays ont signé cette convention et 144 pays l’ont ratifiée.
Les trois dernières démocraties occidentales refusant de bannir les mines antipersonnel sont les Etats-Unis, la Finlande et Israël. D’autres pays, comme la République Populaire de Chine, la Russie, l’Inde et la Corée du Nord, continuent d’en produire et d’en utiliser. La Chine possède le plus important stock de mines antipersonnel au monde avec 110 millions de mines susceptibles d’être un jour utilisées.

Il y a 108 ans…

pu_yi2334Le 2 décembre 1908, Pu Yi devient le dernier empereur de Chine.
Né le 7 février 1906, le petit garçon n’a donc pas trois ans quand il est enlevé à sa mère et conduit à la Cité interdite.
Le 10 septembre 1911, les révoltés de Wuchang obtiennent son abdication et mettent ainsi fin au règne de la dynastie Quing ; c’est la fin de la période féodale et le commencement de la première République chinoise.
Douzième et dernier empereur de la dynastie Mandchou Quing, Pu Yi est placé par les Japonais, en 1935, à la tête de l’Etat du Mandchoukouo, sous le nom d’empereur Kangde.
Au sein de la République Populaire de Chine, il fait partie de la Conférence Politique Consultative du Peuple Chinois de 1964 jusqu’à sa mort en 1967.

Il y a 71 ans…

Le 1er décembre 1945 naît à Honololu Bethany Ann Midler, dite Bette Midler, actrice, chanteuse et humoriste américaine.
Surnommée « The Divine Miss M », elle a notamment tourné dans « The Rose » et « Le Clochard de Beverly Hills ».
En plus de quarante ans de carrière, elle a été nommée deux fois aux Oscars et a remporté quatre Grammy Awards, quatre Golden Globes, trois Emmy Awards et un Tony Award spécial.
Elle a vendu plus de trente millions d’albums dans le monde entier.




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_