• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 7 novembre 2016

Archive journalière du 7 nov 2016

Petite balade à Trenez

Encore une belle journée. Trop belle d’ailleurs ! Car un ciel bleu et une mer d’huile ne sont pas nos paysages préférés ! Mais nous n’avons quand même pas boudé notre plaisir !
Malheureusement, à la fin de notre balade, le soleil a disparu derrière un rideau de brume…
01

03 petit

20161107_171822 petit

20161107_173713 petit

Le liseur

Le liseur Roman de Bernard SCHLINK

À quinze ans, Michaël Berg devient l’amant d’Hannah Schmitz, une femme de trente-sept ans. Pendant six mois, après le rituel du bain et de l’amour, celui de la lecture à haute voix par le garçon ponctue leur liaison. Puis Hanna disparaît. Michaël apprend qu’elle a refusé la promotion, induisant une formation, offerte par la société des tramways dans laquelle elle travaillait. Le jeune homme se souvient qu’elle lui a raconté avoir déjà quitté un poste dans une usine pour ne pas avoir à suivre une formation…
Sept ans plus tard, alors que Michaël suit des études de droit, il assiste au procès de cinq femmes, anciennes gardiennes dans un camp de concentration, accusées entre autres crimes, de n’avoir pas libéré des centaines de femmes enfermées dans une église, alors que celle-ci avait prit feu après un bombardement. Parmi les accusées se trouve Hannah…
Alors qu’il s’étonne du comportement de cette femme qui se défend si mal avant d’accepter l’accusation la plus grave, celle d’avoir décidé, dans des rapports écrits, quelles prisonnières devaient être envoyées chaque semaine aux fours crématoires, la vérité éclate dans l’esprit du jeune homme : Hannah ne peut pas avoir fait ce dont on l’accuse. Non pas qu’il refuse cette éventualité-là, trop douloureuse à accepter pour lui qui a tant aimé cette femme, mais parce que, pour une raison précise et irréfutable, il est tout simplement impossible qu’elle ait écrit ces rapports.
Va-t-il parler ? Va-t-il révéler la vérité qui disculperait cette femme ?
Le film tiré de cet ouvrage il y a quelques années m’avait envoûtée. Le livre m’a bouleversée. Car ce roman, merveilleusement écrit, pose la question de la culpabilité d’aimer un criminel. Il pose également la question de la culpabilité des générations après guerre, en Allemagne, par rapport au passé encore récent. Et il pose l’éternelle question qui souvent me hante : « Qu’aurais-je fait à sa place ? »

Il y a 95 ans…

LandruLe 7 novembre 1921 commence le procès de Landru.
Désiré Landru, bon époux et bon père de famille, est accusé de meurtre sur une dizaine de femmes, toutes veuves ou seules et toutes nanties d’un petit pécule dont il s’empare après les avoir assassinées. Landru est entré en contact avec de très nombreuses femmes grâce à des annonces matrimoniales ; les rescapées ne doivent leur salut qu’à leur pauvreté aux yeux de Landru !…
Le clou du procès est toutefois l’absence de corps ! Et pour cause puisqu’il brûlait les cadavres dans la cuisinière de la maison qu’il possèdait à Gambais en grande région parisienne.
Cette absence de preuves dont l’accusé se sert pour assurer sa défense ne le sauvera toutefois pas de la guillotine : il sera exécuté le 25 février 1922.




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_