Charlie Hebdo n°1217

charlie Hebdo 1217

Je ne serais pas étonnée que cette couverture crée la polémique, mais je la trouve très belle ! C’est une magnifique réponse aux terroristes qui veulent nous faire ployer. Eh bien, non ! La France reste la France et les Français restent debout même sous les balles, un verre de Champagne à la main ! Un bel hommage – pas du tout irrévérencieux comme le penseront peut-être certains – aux victimes qui sont hélas tombées et un gigantesque bras d’honneur aux assassins qui continuent à semer la terreur sur notre territoire.

15 Réponses à “Charlie Hebdo n°1217”


  • Non, pas de polémique, à croire que vos fans vous suivent et approuvent. Ou alors ils n’approuvent pas mais ne disent rien pour ne pas se fâcher avec vous. Je ne suis pas fan et je n’approuve pas. Je trouve honteux d’essayer de faire rire avec le malheur. Car c’est bien le malheur qui a frappé notre pays le 13 novembre. Des familles ont été touchés et atteintes dans leur chair. Plus de cent personnes, la plupart des jeunes, sont tombées sous les balles dans une salle de concert, une terrasse de café, un restaurant. Vous trouvez ça normal? Vous arrivez à rire avec ça? J’ai honte pour vous!

    • Honnêtement, je pense qu’il y a des deux : des fans qui partagent avec moi l’humour corrosif de Charlie Hebdo – parce qu’à ne pas rire des choses graves, on en meurt – et ceux qui ne partagent pas mais ne veulent pas entamer une polémique sur mon blog. De toute façon, il n’est pas question ici de faire du prosélytisme pour ce journal, simplement le faire connaître un peu.
      Je sais, et les rédacteurs et dessinateurs de Charlie Hebdo le savent, des êtres humains, jeunes et vieux, sont tombés sous les balles de fanatiques. Cette couverture ne veut pas dire qu’on s’en fout et que le principal est qu’on puisse trinquer ; c’est une façon de dire merde aux terroristes, c’est une manière de résistance. En tout cas, c’est ainsi que je le comprends.
      N’oublions pas que les collaborateurs de Charlie Hebdo ont été personnellement touchés en janvier dernier par des terroristes du même acabit et je doute que les événements du vendredi 13 novembre les laissent indifférents…
      Pour comprendre Charlie Hebdo, et pourquoi pas l’apprécier, il faut accepter d’aller au-delà des apparences. Ceux qui regardent les infos en boucle en se lamentant très fort tout en se délectant des images horribles dont ils se repaissent pendant des heures ne sont pas forcément les plus émus par ce qui s’est passé. L’émotion et les larmes se cachent parfois derrière un dessin, un poème ou une chanson et chacun sait que le meilleur moyens de ne pas pleurer est de rire.

  • Ma chère Zaz, tu ne peux pas espérer que tous tes lecteurs aient ton niveau intellectuel et ton ouverture d’esprit. Pour rire à la vue de cette couverture de Charlie Hebdo, il faut être capable d’un regard au 2e voire 3e degré.
    Mais ce que je voudrais dire est que les premières victimes du terrorisme sont les musulmans du monde entier. Quant à ces jeunes Français qui partent s’enroler en Syrie ou ailleurs, nous avons une responsabilité à assumer car il est évident que nous n’avons pas su leur offrir des perspectives motivantes sinon un idéal. Et nous entretenons ce mal-être d’une certaine catégorie de jeunes en refusant de les considérer comme des français à part entière. Le mot origine revient toujours sur le tapis, enfermant ces jeunes dans un communautarisme des plus dangereux. Le problème est dans notre société, pas dans la communauté musulmane.

    • Je suis 100% d’accord avec ce que tu écris et je ne l’aurais pas formulé autrement.
      Je pense aussi que nous avons une part de responsabilité.
      Ce qui me frappe, c’est en effet ce terme « d’origine » qui accompagne les faits divers. Si un jeune Français, né en France de parents français issus de l’immigration, on dira : « Un jeune Français d’origine maghrébine a tué… ». En revanche, si ce même jeune rapporte à la France une médaille olympique, alors là, il est Français à part entière ! J’avoue que ce détail m’horripile souvent !

      • Il faut quand même savoir, avant d’émettre de grandes théories culpabilisantes Françoise, que 50% des « jeunes terroristes français » ne viennent pas des banlieues et de milieux défavorisés, mais de milieux aisés, voire très aisés, avec des niveaux de culture et d’études élevés…

        Quant à moi, je pense que 100% de ces jeunes embrigadés là, sont de sacrés connards débiles, la connerie n’épargnant personne…

        Dernière publication sur Venise, vue par le Coyote : LA « RIVA DI CORINTO » AU LIDO DE VENISE

        • Peu importe le milieu : quand un jeune tombe ainsi dans l’embrigadement terroriste, la société a failli d’une manière ou d’une autre.
          J’entendais récemment la mère (française de souche comme dirait MLP) d’une adolescente de 16 ans convertie à l’islam et partie en Syrie avec son compagnon musulman ; elle se demandait ce qu’elle avait raté. La société doit également se le demander car de toute évidence, elle n’a pas réussi à proposer à ces jeunes un avenir suffisamment prometteur pour lui éviter de basculer dans des idéaux de cet ordre. C’est un peu facile de dire que 100% de ces jeunes embrigadés sont de sacrés connards débiles. Je ne pense pas que leur rêve de gosses était de devenir terroristes. Si mon fils était devenu terroriste, je me demanderais ce qui lui a manqué pour ne pas suivre une voie plus « normale ».

          • Justement, que l’on ne dise pas que c’est à cause des banlieues alors…
            Et que je sache Zaz, ton fils n’est pas un terroriste, et ma fille non plus…
            Ne pas tout rejeter sur la société non plus…
            Je mantiens donc mes connards débiles et malfaisants !…

            Dernière publication sur Venise, vue par le Coyote : LA « RIVA DI CORINTO » AU LIDO DE VENISE

          • Malheureusement, tous les gosses ne naissent pas dans de bonnes conditions et ne sont pas tous égaux devant les tentations de toutes sortes.
            Quand j’étais à Londres, tout juste majeure à 18 ans grâce à Giscard, j’ai fumé des pétards sans toutefois tomber dans la drogue alors que d’autres, plus faibles peut-être, n’ont pas résisté.
            Les banlieues y sont pour quelque chose, ou plutôt le fait d’avoir créé ces banlieues où l’on a « parqué » les personnes de condition similaire. Refuser la mixité crée forcément des clivages et des communautarismes, des ghettos en quelque sorte.
            Je ne suis donc pas d’accord avec toi, tous les terroristes ne sont pas des connards débiles et malfaisants ; il y a parmi eux de pauvres mômes qui n’ont pas trouvé leur compte dans la société qui leur est proposée. Je le répète : devenir terroriste n’est le rêve d’aucune môme. Je ne crois pas, sauf quelques exceptions qui confirment toujours la règle, que l’être humain naisse mauvais, il le devient pour x raisons.

  • Sinon Charlie-hebdo me fait bien marrer, sachant que je suis un lecteur plus ou moins assidu, selon les périodes, depuis la parution du premier Hara-Kiri hebdo il y a quelques décennies…

    Dernière publication sur Venise, vue par le Coyote : LA « RIVA DI CORINTO » AU LIDO DE VENISE

    • Je ne vois pas pourquoi tu t’obstines à dire que c’est principalement la faute des banlieues alors que 50% des terroristes français incriminés n’en proviennent pas, ça change ENORMEMENT la donne quand-même…
      Moi aussi j’ai grandi et passé toute ma jeunesse en banlieue, celle en plus qui a la plus mauvaise réputation, à Saint-Denis dans le 9 cube…
      Tous les endroits que vous avez vu à la TV suite aux attentats sont les vrais endroits de ma jeunesse, ceux que j’ai fréquentés entre 14 et 20 ans… Le café en bas de chez moi était un café arabe, comme l’épicier,comme le boucher, etc… (d’où mon gout démesuré pour les vraies merguez)… Je vivais pour ainsi dire dans un quartier musulman…
      Moi aussi j’ai fumé et essayé toutes les drogues qui existent, des plus douces aux plus hallucinogènes…
      Quoique parfois bien atteint, c’est toujours ma volonté qui a dominé au bout du compte…
      Mes parents étaient des ouvriers immigrés à l’époque, mais ce n’étaient pas des connards débiles et malfaisants, je ne peux pas bien sûr en dire autant d’absolument tout notre entourage… Les chats ne font pas des chiens…
      j’ai connu par la suite dans des milieux bien plus friqués, bien plus cultivés, des gens aussi débiles que les connards de banlieue que je connaissais, des gens aux fonds méchants, des gens corrompus, sans foi ni loi, sans morale, j’en passe et des pires…
      Le pompon revient au milieu politique que j’ai fréquenté professionnellement…
      En fin de compte, ce n’est pas dans les banlieues que j’ai connu les plus mauvais…

      D’ailleurs les connards en banlieue n’étaient pas et ne sont toujours pas la majorité de la population banlieusarde… La preuve, tous mes copains de jeunesse que je retrouve à chaque Saint-Sylvestre, tous de Saint-Denis, aucun n’a tourné malfaisant…
      Conclusion :
      oui, nous sommes tous égaux en droits mais intellectuellement, (physiquement aussi évidemment) et surtout moralement, c’est une toute autre affaire…
      C’est là le nœud et l’explication du problème…
      Ce n’est pas du racisme social, c’est la loi de la nature, ainsi est faite l’humanité…

      Alors

      Dernière publication sur Venise, vue par le Coyote : LA « RIVA DI CORINTO » AU LIDO DE VENISE

  • Moi ça me fait marrer et ça m’empêche pas d’avoir du respect et du chagrin pour les victimes et leurs familles.

Laisser un Commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_