Peut-on rire de tout ?

J’entendais ce matin à la radio, en me réveillant, une dame déclarer qu’on pouvait rire de tout sauf de choses qui peuvent blesser certaines personnes. Sur le coup, dans mon demi-sommeil, j’étais d’accord. Mais un peu plus tard, sous la douche, j’ai réfléchi à la question…
Il faut donc éviter les blagues sur les juifs et les musulmans, les catholiques, les bouddhistes et toutes les religions en général, éviter celles sur les Belges, les Suisses, les Arméniens et tous les peuples en général, éviter celles sur les noirs et toutes les races en général, sur les blondes, les gros, les maigres, les chauves et toutes les particularités physiques en général, éviter celles sur les cocus, les cougars, les pédophiles, les zoophiles et les homosexuels bien évidemment, éviter celles sur les flics, les profs, les fonctionnaires et toutes les professions en général, éviter celles bien sûr sur les handicapés de toutes sortes, celles aussi sur la politique, l’art, le sport… Mais… que reste-t-il comme sujets de blagues ?

18 Réponses à “Peut-on rire de tout ?”


  • Je ne veux pas rire avec Dieudonné. Au début de sa carrière, Dieudonné m’a fait rire.
    Puis il y a eu un fameux soir au Zénith de Paris, ou Dieudonné a invité sur scène au cour de son spectacle, un certain Robert Faurisson, lui a fait remettre un prix et mieux (ou pire) lui a tendu un micro.
    Robert Faurisson a consacré une partie de son travail à nier l’existence des chambres à gaz de la seconde guerre mondiale.
    L’une des raisons invoqué par Dieudonné pour justifier son geste était que concernant les chambres à gaz, l’on pourrait au moins en débattre.
    Débattre sur l’existence des chambres à gaz relève selon moi du même niveau que si l’on discutait par exemple de l’inégalité des « races ».
    On ne débat pas avec des personnes qui présupposeraient qu’un noir vaut moins qu’un jaune qui vaut moins qu’un blanc. Si certains veulent tout de même le faire au fond d’une cave, cela n’engage effectivement que leurs délires les plus idiots. Il en va de même avec l’existence des chambres à gaz.
    Puis plus tard Dieudonné a affirmé qu’il souhaitait que l’on libère de prison Youssouf Fofana, cet homme qui avec l’aide de quelques autres a enlevé, séquestré, torturé pendant plusieurs jours puis laissé mourir un Jeune homme de 23 ans travaillant comme employé dans un magasin de téléphones mobiles, Ilan Halimi.
    Youssouf Fofana l’a fait enlever car il pensait qu’Ilan Halimi était riche ou serait aidé par sa « communauté » parce que juif.
    Youssouf Fofana a été condamné à perpétuité le 11 juillet 2009.C’est ce personnage sordide que Dieudomé le rigolo voudrait voir sortir de prison.
    Depuis quelques années maintenant, Dieudonné ne parle plus de juif, mais de sioniste, comme par exemple au cours d’une interview télévisée sur une chaine Iranienne :
    « Le sionisme a tué le Christ. C’est le sionisme qui prétendait que Jésus était le fils d’une putain », dixit Dieudonné. Le sionisme il y a 2000 ans ?!?
    Sous couvert de « Sionisme » maintenant Dieudonné peut parler des juifs de manière plus libérée.
    Des exemples comme ceux-là il y en a pleins d’autres.
    Je ne sais pas si Dieudonné est antisémite. Mieux(ou pire) il a même le droit de l’être dans sa tête pourvu qu’il le garde pour lui. Mais il tient en revanche des postures et des discours qui eux sont interdit par les lois de la république française. Il a notamment été condamné pour « diffamation, injure et provocation à la haine raciale ».

    De la même manière que désigner comme responsable de tous les maux de la société les musulmans, les noirs ou les Roms (autre proie facile actuellement) est également punissable par la loi.
    Non, la liberté d’expression ne veux pas dire que l’on peut tout dire, même en prenant le ton de l’humour le plus drôle du monde soit-il. Encore moins entre deux spectacles.

    • Mon cher Bernard, tu me connais, je ne suis pas raciste ni sectaire.
      Je comprends ton propos et le partage ; je suis d’accord pour dire qu’il ne faut pas prendre l’humour en otage et se servir de lui pour propager des idées racistes ou pour nier des faits d’Histoire. La Shoah a existé mais cela ne devrait pas empêcher les blagues sur les juifs.
      Je sais que la frontière entre l’humour et la méchanceté est mince. Mais nous sommes tous susceptibles d’être « victimes » de blagues car nous avons tous une marque quelconque que vont s’approprier les gens. Personnellement, je suis grosse, bigleuse et homo et je n’ai rien contre les blagues sur les gros, les bigleux et les homos ! Je me souviens qu’il y a quelques années, j’avais été épinglée par un ami à cause d’une blague que j’avais fait suivre et qui contenait le mot « pédé ». Cet ami s’était ému que je propage ce genre de blagues et ce genre de mot. Mais dans ma bouche, pédé n’est pas un gros mot, pas plus que gouine, flic, juif ou arabe. Il faut arrêter de prêter aux mots d’autres sens que ceux qu’ils ont ! Je m’étais aussi insurgée, dans ce blog, sur la bêtise de remplacer aveugle par non-voyant, sourd par non entendant, etc. Je trouve cela stupide car les gens concernés n’en sont pas moins handicapés !
      Pour revenir à mon propos de départ, je pense qu’on peut rire de tout sinon on ne peut rire de rien. La mère de mon beau-père était juive et se délectait de blagues sur les juifs ! Mon cousin est tétraplégique et il ne se prive pas de raconter des blagues sur les handicapés, des amis belges rient à nos blagues sur eux et ne se privent pas de nous caricaturer au passage, une nièce blonde (ingénieur je précise !) rit à gorge déployée quand on raconte une bonne blague sur les blondes.
      Donc oui, on peut et on doit rire de tout mais ne pas se servir de l’humour pour véhiculer des idées. Quand je raconte une blague sur les blondes, je ne prétends pas qu’elles sont toutes connes, quand je raconte une blague sur les fonctionnaires, je ne dis pas que tous les fonctionnaires sont ceci ou cela, quand je raconte une blague sur les homos, je ne déclare pas la guerre à tous les homos sinon je me tirerais une balle dans mon propre pied, etc.
      Alors oui, il faut rire de tout car tout est risible, même la mort.

  • Ceux qui ne savent pas rire de tout sont bien à plaindre

  • Quand j’entends entre autres exemples Dieudonné dire en parlant d’un journaliste :
    «Tu vois, lui, si le vent tourne, je ne suis pas sûr qu’il ait le temps de faire sa valise. Quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage»
    Oui, quand j’entends cela je n’ai pas envie de rire.
    Je suis peut-être à plaindre mais je ne rirai jamais avec ceux qui font l’apologie du terrorisme …

    • Tu t’énerves tout seul, Bernard ! Je n’ai jamais dit que je cautionnais le pseudo humour de Dieudonné ! Mais je persiste à dire qu’on peut faire des blagues, de vraies blagues drôles, sur les juifs ! Et sur les musulmans, les orthodoxes, les protestants et les bouddhistes ! Et sur les handicapés, les chômeurs, les orphelins, les veufs et les cocus, les fonctionnaires, les flics, les homos, etc.

  • Je partage le même dégoût vis à vis de l’individu dont parle Bernard…
    Mais pour revenir au sujet, le seul thème que l’on peut encore utiliser dans les blagues, c’est bien le cul ! non ?
    J’ai dit une connerie ?… Ah bon… Ben pourtant je vais être sexagénaire cette année alors…

  • Rire de tout, je ne suis pas d’accord
    Car par exemple, pour la maladie, c’est rire jaune et si on rit pour ne pas pleurer je trouve ça dommage.
    Faut pas mélanger les émotions
    la torture je ne peux pas rire de ça
    la bêtise oui, pourtant c’est bien triste
    bref, je ne peux pas rire de tout, j’essaye mais je n’y arrive pas.

    Oui, comme tu le dis Zaz, des fois c’est méchant de rire de certaines choses, la frontière est mince, n’Est-ce pas pour essayer de « conjurer » ?

    Moi; une nana qu’on lapide, un mec qu’on enterre vivant, des journalistes qu’on assassine pour leurs idées…etc etc etc, je ne peux pas rire, c’est trop atroce

    Il faut s’indigner au contraire, oui, je sais, ça ne suffit pas!!!!!

    • Cela rejoint ce qui a été dit précédemment : on peut rire de tout mais pas avec tout le monde.
      Et puis l’humour n’est pas pareillement perçu, même par une même personne, à des moments différents de son existence. Je pense qu’il faut avoir une prédisposition pour l’humour et le rire. Quand je vois Luz piquer un fou rire quand il voit une fiente atterrir sur la manche du costume de Hollande, alors qu’il vient de perdre plusieurs amis, je me dis que ce gars a l’humour et la rigolade dans la peau.
      Et cela me fait penser au mari d’une amie, clown invétéré durant toute sa vie qui, la veille de son décès, blaguait encore sur son lit d’hôpital… On ne peut que se dire que c’était sa vraie nature.
      Je pense qu’il faut laisser chacun libre de rire et de s’indigner comme il l’entend, selon son histoire et sa sensibilité
      Je pense qu’il faut laisser chacun libre de rire et de s’indigner comme il l’entend, selon son histoire et sa sensibilité.
      Concernant Charlie Hebdo, personne n’est obligé de lire ce journal. Hormis maintenant grâce ou à cause des terroristes qui ont voulu l’abattre, les unes du journal ne s’affichaient pas en public. En tout cas, personnellement, en me promenant en ville, je ne voyais jamais un tabloïde sur Charlie Hebdo ; c’est toujours Paris-Match, ou Ici Paris ou France Soir, etc. Je ne pense donc pas que le public était agressé par les unes provocatrices de Charlie Hebdo.
      Qu’on soit d’accord ou pas avec l’humour de Charlie Hebdo, je pense essentiel que le journal puisse continuer à paraître et je suis ravie de la une du dernier numéro qui est comme une langue tirée aux terroristes. Charlie Hebdo avait le choix : arrêter ou continuer. S’il continuait, il devait le faire dans le même esprit sinon c’était abdiquer, donner raison aux terroristes, trahir leurs potes morts sous les balles et se trahir soi-même.
      Alors oui, que Charlie Hebdo continue à se moquer de tout – car leur force réside justement dans le fait qu’il n’épargnait personne dans leurs caricatures – pour sauvegarder notre liberté à tous, en espérant que d’autres ne tomberont pas sous les balles des idiots ou des malheureux qui ne comprennent pas l’humour et qui pensent sérieusement qu’un dessin irrévérencieux mérite la mort.

  • Tu as raison, mais le côté provoc a ses limites des fois

  • Ceci dit, j’ai oublié, tourner les choses importantes et/ou graves à la dérision est une grande force, voire sagesse, c’est vachement difficile à faire mais qu’Est-ce que ça aide à prendre moins tout ça au sérieux.
    Au fond les choses vraiment sérieuses et graves ne sont pas si nombreuses quand on y réfléchit bien. La mort, la misère, la maladie, les catastrophes naturelles

  • En fait, l’humour y’a plusieurs sortes et plusieurs niveaux aussi.

  • Comme aurait pu le dire Coluche, allez voir un spectacle de Dieudonné c’est Sartre en plus cher, pour 43€ on a « La nausée » et « Les mains sales »…
    C’est pour cela que je préfère lire le philosophe

  • On peut rire de tout, même de la mort. Le rire est le propre de l’homme et cette couverture du premier numéro de Charlie Hebdo après les attentats, tellement insolente et irrévérencieuse, est bien la preuve que l’humour est plus fort que tout. Avec des collègues, nous avions parié sur cette couverture et j’étais sûre qu’ils allaient frapper très fort. Je ne suis pas déçue!!!!!!!!

Laisser un Commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_