• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 31 décembre 2013

Archive journalière du 31 déc 2013

BONNE ANNEE 2014

Je vous souhaite à tous une très bonne nouvelle année !

Qu’elle vous apporte tout ce que vous pouvez souhaiter : amour (sans quoi rien ne va), argent (qui contribue toujours un peu au bonheur), travail (pour ceux qui doivent encore bosser !), réussite pour tous vos projets quels qu’ils soient.

Je vous embrasse tous virtuellement en attendant le plaisir de pouvoir le faire vraiment pour ceux qui sont en Lorraine.

Le plus marquant de 2013

En quelques clics :

- ma saga « Colin Maillard » poursuit son petit bonhomme de chemin dans les salons du livre local et se vend toujours mieux que mon dernier livre « Véga, la terreur du p’tit chemin ».

- De nombreuses personnalités nous ont quittés dont Margaret Thatcher, Georges Moustaki, Pierre Mauroy, André Verchuren et bien sûr, Nelson Mandela.

- les chagrins de l’année : la mort de deux clients et d’une amie peintre.

- mon film préféré : « Jappeloup » avec Guillaume Canet. Peu de sorties au cinéma ; nous en avons perdu l’habitude après la maladie de Véga.

- mon livre préféré : « Un homme à distance » de Katherine PANCOL

- mon instant de joie : Premier Prix de poésie en Bourgogne pour mon recueil « Rouge et noir Eden ».

- mon instant d’émotion : une des filles de ma cliente décédée me passe commande d’un poème qui est maintenant gravé dans la pierre tombale.

- mon instant déception : la mauvaise foi d’une cliente m’oblige à me séparer d’elle…

- mon instant d’évasion : la Bretagne, le Morvan.

- mon instant magique : vol d’une heure en montgolfière au-dessus et dans les environs de Vézelay.

- mon instant d’euphorie : à partir d’août, je travaille sans relâche pour quatre nouveaux clients réguliers. Plus beaucoup de temps pour écrire ou lire, mais depuis je ne connais plus le stress du chiffre d’affaires !

- mon instant de stress : en novembre, élections des membres du CE pour lequel je travaille chaque lundi. Je sais que mes chances de continuer à travailler pour le CE sont maigres si le bureau change. Je croise les doigts et je brûle une neuvaine pour conjurer le sort… Et ça marche ! Les membres du CE, qui sont devenus presque des copains/copines même s’ils restent un client, sont réélus. Me voilà donc assurée d’une bonne charge de travail pendant quatre ans.

Ce que fut mon année 2013

Sur le plan professionnel, une année meilleure que 2012 en termes de chiffre d’affaires, la 2e meilleure année depuis le démarrage de mon activité indépendante en 2004. Contrairement à 2012, les affaires avaient démarré plutôt mollement, ne tournant que sur deux clients réguliers, m’assurant cependant le paiement de mes charges et un petit salaire… Mais fin avril, un de ces deux clients, mon client fétiche car le premier à m’avoir mis le pied à l’étrier lorsque j’ai décidé de travailler en indépendant il y a dix ans, décède des suites d’un cancer. Je l’avais vu régulièrement décliner… Il travaillait encore trois jours avant son décès… Quelques semaines plus tard, c’est au tour d’une ancienne cliente, une dame originaire d’Ukraine, qui décède à son tour. Je perds plus qu’une cliente, presque une grand-mère…
Alors que je m’inquiète pour mon avenir professionnel, je lance une campagne de publicité à tous les médecins du Grand Nancy. Sans rapport avec cette décision, je suis contactée en mai par une femme d’affaires pour travailler une journée par semaine dans son entreprise à Nancy. Dès le premier jour, le contact est rugueux, les conditions de travail épouvantables et l’ambiance hyper stressante ; de plus, ma cliente est d’une mauvaise foi assez remarquable !
En août, un médecin me contacte pour remplacer sa secrétaire pendant ses congés. A la fin de cette mission, il me met en rapport avec deux confrères qui ont un besoin régulier, d’un à deux jours par semaine chacun, au cabinet pour l’une et chez moi pour l’autre. Je décide donc, pour la première fois en dix ans, de laisser tomber un client, la femme d’affaires de Nancy. Quelle bonne idée j’ai eue, car chez ma nouvelle cliente, c’est tout le contraire : excellentes conditions de travail, bonne humeur, humour, bref, un vrai plaisir d’aller travailler ! Quant à mon autre nouveau client, je n’ai guère de contact puisque je travaille exclusivement chez moi.
Enfin, en novembre, encore un nouveau client, encore un CE d’entreprise pour rédiger les comptes-rendus de réunion mensuelle.
Je finis donc l’année très sereinement quoique très fatiguée…
Sur le plan personnel, une triste nouvelle nous parvient : une copine peintre de Monique décède des suites d’un cancer. Elle avait 51 ans, maman de quatre enfants dont deux encore à charge.
Côté évasion, la Bretagne au printemps puis le Morvan en juin avec un vol en montgolfière ! C’était mon cadeau de Noël 2012 et nous avions choisi cette région exprès. Par trois fois, le vol est remis pour finalement avoir lieu un soir, deux jours avant notre départ… Mais ça valait la peine d’attendre car l’expérience a été magnifique ! A l’automne, de nouveau quinze jours en Bretagne en passant par la Sarthe chez ma meilleure amie où nous passons trois jours.
Sur le plan de l’écriture, « Véga, la terreur du p’tit chemin » est sorti en février et se fait connaître petit à petit au gré des salons du livre en région. Et puis en septembre, je reçois le Premier Prix de poésie Stéphen Liégeard pour mon recueil « Rouge et noir Eden ». La remise des récompenses a lieu à Brochon et je repars avec un joli panier garni et deux cartons de six bouteilles de vin.
Par ailleurs, j’ai mis la baisse d’activité du premier semestre à profit pour écrire mon prochain roman qui s’intitule « La confession d’Anna », livre qui m’a été inspiré par l’histoire de ma cliente originaire d’Ukraine, Anna I. Malheureusement, la surcharge de travail à partir du mois d’août m’a empêchée d’avancer dans le travail de correction. J’ai pu y travailler pendant les vacances en Bretagne et un peu aussi durant cette dernière semaine de l’année. Mais il faudrait encore au moins deux lectures… Parution j’espère pour le printemps…

Il y a 134 ans…

edison_lampincan1623Le 31 décembre 1879, Thomas Edison fait la première démonstration publique de son invention du 22 octobre de la même année : une ampoule électrique.
Dans son laboratoire du New Jersey, il montre le filament de coton carbonisé qui fournit la lumière à l’intérieur de son ampoule.
L’invention du scientifique, mise au point après des années de recherches, permet de produire de la lumière artificielle durant 48 heures. Une révolution pour l’époque !




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_