Crépuscule sur Belon

Le zéphyr se faufile entre les feuilles fauve,
Caressant de son aile un vol de goélands,
Ultimes promeneurs dans les nuages blancs,
Qui se moquent de voir le ciel devenir mauve.

La lune s’enhardit quand le soleil se sauve,
Le reflux suit le flux en modestes élans
Éclaboussant d’écume en assauts pétulants
Le sommet d’un rocher, rond comme un crâne chauve.

Et devant l’horizon se dressent les mâts nus
Des voiliers ancrés là, bercés d’airs inconnus,
Souvenirs fugitifs, sombre réminiscence ;

L’écho récent des pleurs des veuves de marins
Va rejoindre la mer, tombeau de leur absence,
Pour s’unir aux sanglots d’anonymes chagrins.

(Extrait de mon recueil de poèmes intitulé « Rouge et noir Eden – Prix Stephen Liégeard 2013″)

7 Réponses à “Crépuscule sur Belon”


  • question technique :
    « Le zéphyr se faufile entre les feuilles fauve, »
    le fauve se rapporte à quoi? aux feuilles ou au zéphyr?
    j’ai bien compris qu’il est au singulier, pour rimer avec le mauve, puisqu’en classique rimer pluriel et singulier est interdit….
    Dans ce cas, je mettrais une virgule après feuilles, non? car si le fauve se rapportait aux feuilles ce serait une faute d’accord, faudrait alors un S à fauve….
    Ou alors, fauve ne serait pas la couleur des feuilles mais la qualification du vent d’ouest, le zéphyr que tu comparerais à un fauve?….
    Ou alors, je n’ai rien compris….

    Dernière publication sur Photos, Reportages, Chansons, Venise : EXPOSITION « CHOIX D’AUTEURS » DU PIXELS-PHOTO-PUJOLS

    • Oui Claudio, tu as tout à fait raison, il y a une faute d’accord ! J’ai cherché le brouillon dans mes cahiers et l’explication est la suivante : j’avais commencé mon poème par ce vers :
      « Le zéphyr va et vient dans le feuillage fauve ». Horreur malheur, le hiatus avait failli m’échapper ! J’ai donc remplacé va et vient par se faufile. Mais voilà que se dressait un nouveau problème : le e de faufile ne s’élidait pas devant « dans ». J’ai donc remplacé « dans le feuillage » par « entre les feuilles ». Super ! J’étais tellement contente que j’en ai oublié l’accord ! C’est d’autant plus bête que le dernier vers pouvait très facilement se transformer en « le ciel aux reflets mauves »… Voilà comment, à force de triturer un poème, on corrige des erreurs pour en créer d’autres !

  • Ca c’est bien vrai, je l’ai souvent constaté, on déleste à bâbord et, du coup, ça gite à tribord….
    J’aurais simplement remplacé le « dans » par « en » et ça le faisait quand même…..
    « Le zéphyr se faufile en le feuillage fauve »….

    Dernière publication sur Photos, Reportages, Chansons, Venise : EXPOSITION « CHOIX D’AUTEURS » DU PIXELS-PHOTO-PUJOLS

  • entre un feuillage fauve, sinon!!!

    j’ai ressorti ton recueil, bravo pour tes belles rimes, comment tu fais rimer boeïng, par ex…trop fort!!!

    j’ai regardé qui était Stephen Liegard, né à Dijon, Préfet de Briey, pas longtemps, 2 ans 1859-1861 mais tout de même…
    puis Carpentras, il y a côtoyé Alphonse Daudet et lui a inspiré: »le Sous-préfet au champ »…bon week-end bisou

  • Oui Claudio, tu as raison ! « Le Zéphyr se faufile en un feuillage fauve » !

Laisser un Commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.




djurdjura |
last0day |
Xerablog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_