• Accueil
  • > Archives pour octobre 2012

Archive mensuelle de octobre 2012

Il y a 125 ans…

Il y a 125 ans... dans Souvenons-nous... chiang_kai-shek
Le 31 octobre 1887 naît Tchang Kaï-Chek, militaire et homme politique chinois, à la tête du Guomindang après la mort de Sun Yat-Sen en 1925.
Il mène la Chine lors de la guerre contre les Japonais ; l’ampleur de l’invasion nippone l’incite à déménager la capitale de Nankin à Wuhan puis à Chongqing.
L’influence de Tchang Kaït-Chek sur la scène politique mondiale en fait l’un des quatre grands leaders des Alliés lors des conférences internationales. Le 26 juillet 1945, il signe avec Truman et Churchill la déclaration de Potsdam par laquelle ils lancent un ultimatum de reddition inconditionnelle au Japon.
Chef du gouvernement chinois et président de la « première République chinoise » puis, jusqu’à sa mort, président de la « République de Chine » à Taïwan, il décède en 1975.

Vernissage Salon d’Automne

Ce soir a eu lieu le vernissage du Salon d’Automne du Champ-le-Boeuf organisé par la nouvelle équipe du Cercle des Arts.
Les visiteurs ont été très nombreux et je remercie tout particulièrement les amis qui ont répondu à mon appel. Il était en effet important pour nous que cette première manifestation depuis que Monique a repris la présidence de l’association après le décès de Pierre Dufour soit une réussite. Grâce à vous tous, elle l’a été et nous remercions du fond du coeur toutes celles et tous ceux qui ont eu la gentillesse de se joindre à nous pour ce moment convivial au milieu des toiles d’artistes de tous horizons, adhérents à l’association mais aussi peintres qui ont répondu à notre invitation de venir exposer leurs oeuvres « chez nous ».
Un grand merci aussi à la municipalité de Laxou, son maire et son adjointe à la culture, ainsi qu’au personnel du CILM qui participent à la réussite de cet évènement culturel majeur pour l’association.
D’autres rendez-vous auront lieu en 2013 et nous espérons que vous serez aussi nombreux à nous manifester votre amitié, à Monique et à moi en particulier, et votre intérêt aux artistes en général. Nous ferons tout pour vous offrir, en 2013, des expositions belles et variées.

Vernissage Salon d'Automne dans Expos et salons du livre dscf1437-petit
Hella a changé de bras sans protester afin que je puisse faire des photos.

dscf1442-petit Cercle des Arts dans Photos
Les exposants réunis pour une photo souvenir.

dscf1454-petit CILM
La soirée commence avec l’hommage à l’ancien président Pierre Dufour.
De gauche à droite : Laurent Garcia (maire de Laxou), Jeannine Dufour (épouse de l’ancien président), Anne-Sophie Roy (adjointe à la Culture de la ville de Laxou) et Monique Colin (présidente de l’association Cercle des Arts du Champ-le-Boeuf).

dscf1465-petit Laxou
Hella a fait preuve d’une grande patience pendant les deux heures qu’a duré la soirée. Elle est passée dans de nombreux bras, a reçu des dizaines de caresses de dizaines d’amis, avalé quelques rondelles de saucisson et quelques miettes de toasts divers. La zénitude incarnée, elle n’en était pas moins contente de retrouver son canapé !

Pour voir d’autres photos, cliquer sur l’album ci-dessous :

Salon dAutomne 2012
Album : Salon d'Automne 2012

18 images
Voir l'album

Coulée de fonte en sablerie

Mon ami Gérard DALSTEIN, auteur, poète, peintre (il a tellement de casquettes que je ne saurais les citer toutes !) me fait un super cadeau : un reportage photos dont je fais volontiers profiter les lecteurs de ce blog :

« Depuis 1998, l’association pour la protection du patrimoine métallurgique de la Haute-Marne (ASPM) entretient une relation de partenariat avec le lycée technique Henri Loritz à Nancy et plus particulièrement sa section fonderie. La raison de ce lien tient à la sensibilité particulière de cette association pour l’art de la fonderie et…la fonderie d’art ! Propriétaire d’une ancienne fonderie du XIXème siècle à Dommartin le Franc, dans la vallée de la Blaise, elle organise chaque année, le premier dimanche d’octobre, une démonstration de coulée de fonte en sablerie menée par les professeurs et élèves de la section fonderie du lycée Loritz selon des techniques qui ont traversé les siècles et qui ne sont plus enseignées aujourd’hui. Une représentation historique grandeur nature où notre jeunesse est heureuse de « sacrifier » un dimanche pour revisiter les gestes de ses ancêtres et maîtriser les arts du feu. Les personnes intéressées peuvent d’ailleurs s’inscrire pour venir réaliser en matinée un moule en sable à partir d’un modèle qu’ils possèdent, et ce avec les conseils des fondeurs.
Châssis de sablerie, broyeur de sable, grue en bois, poches à main, ringards, spatules et divers outils que d’aucuns qualifieraient de rudimentaires alors qu’il font des miracles entre des mains habiles, acteurs et spectateurs entrent dans la machine à remonter le temps pour vivre une séquence de travail au XIXe siècle, mise à part l’obligation de porter casques, lunettes et autres vêtements de sécurité qui n’avaient malheureusement pas cours à cette époque, car les colères de la fonte ne pardonnent pas.
Le repas de midi est pris en commun dans une ambiance des plus conviviales entre professeurs, membres de l’association et invités.
Voici quelques photos prises au cours de la journée du 7 octobre dernier.
Contact Internet : gerard.dalstein@laposte.net « 

Coulée de fonte en sablerie dans Divers a070002a

b070015a ASM dans Divers

c070011a coulée

d070016a1 fonte

e070022a Loritz

f070073a métallurgie

g070111a patrimoine

h070039a sablerie

i070050a

j070054a

ja070095a

jb070086a

k070087a

l070058a

m070113a

n070067a

o070120a

p070124a

q240028

Il y a 173 ans…

Il y a 173 ans... dans Souvenons-nous... sisley-241x300
Le 30 octobre 1839 naît Alfred Sisley, peintre britannique du mouvement Impressionniste.
En 1862, il fait la connaissance de Renoir, Monet et Bazille. Les quatre amis quittent l’atelier de Gleyre pour travailler en plein air, notamment dans la forêt de Fontainebleau.
Sisley choisit toujours pour sujet de ses toiles le ciel et l’eau dans ses paysages des environs de Paris ou de la région de Louveciennes et Marly-le-Roi.
Il décède en 1899.

sisley-automne peintre dans Souvenons-nous...

Salon d’Automne

Salon d'Automne dans Expos et salons du livre affichesalonautomne1

Nous vous espérons nombreux, demain au vernissage de l’exposition organisée par le Cercle des Art du Champ-le-Boeuf qui aura lieu mardi 30 octobre au CILM (Centre Intercommunal de Laxou-Maxéville), 23 rue de la Meuse, Laxou-Champ-le-boeuf à partir de 18 h 00.

Il y a 249 ans…

Il y a 249 ans... dans Souvenons-nous... sade_m9
Le 29 octobre 1763, le marquis Donatien Alphonse François de Sade, 23 ans, est incarcéré sur ordre royal au donjon de Vincennes. Cet emprisonnement est le premier d’une longue série. Accusé de débauche outrée à maintes reprises, il passera une trentaine d’années en prison. Ses écrits ont conduit à la création des mots sadisme et sadique.
Ses ouvrages les plus célèbres sont « Cent vingt journées de Sodome », « Les infortunes de la vertu » et « Justine ou les malheurs de la vertu ».
Le marquis de Sade décède en 1814.

Il y a 103 ans…

Il y a 103 ans... dans Souvenons-nous... francis_bacon_henri_cartier-bresson16
Le 28 octobre 1909 naît Francis Bacon, peintre britannique.
Artiste autodidacte, ses maîtres ont été Picasso, Vélasquez, Poussin et Rembrandt. Il est d’ailleurs considéré, avec Picasso, comme l’un des peintres majeurs du XXe siècle.
Il décède en 1992.
bacon2 Bacon dans Souvenons-nous...

Accro du téléphone portable

Accro du téléphone portable dans Coupures de presse gloria-035

Il y a 154 ans…

Il y a 154 ans... dans Souvenons-nous... roosevelt
Le 27 octobre 1858 naît Theodore Roosevelt, gouverneur de l’état de New York en 1998 puis vice-président des Etats-Unis en 1900 et enfin président en 1901 après l’assassinat de McKinley puis réélu en 1904.
En 1906, il reçoit le Prix Nobel de la Paix pour sa médiation dans le conflit russo-japonais.
Il décède en 1919.

Il y a 96 ans…

Il y a 96 ans... dans Souvenons-nous... mitterand
Le 26 octobre 1916 naît François Mitterrand à Jarnac (Charente).
Il devient Président de la République en 1981. Réélu en 1988, il détient ainsi, avec quatorze années au pouvoir, le record de longévité à la présidence de la République française.
Il décède en janvier 1996.

La fontaine Trierweiler

La fontaine Trierweiler dans Divers fontaine-trierweiler

Cela ne s’invente pas ! voilà ce qu’on peut lire sur le site www.lalsace.fr :

« Cette fontaine, située sur le ban de Lutzelbourg, avait été baptisée ainsi en l’honneur de Raymond Trierweiler qui fut président du Club vosgien de Phalsbourg-Lutzelbourg de 1965 à 1993 », rappelle le maire de Hultehouse, Roger Brenot, qui lui a succédé à ce poste.

Cette source – située dans la forêt entre Lutzelbourg et Hultehouse – avait été restaurée et la fontaine remise en état en 1972 : « Elle servait à approvisionner en eau la gare de Lutzelbourg lorsque les trains à vapeur s’y arrêtaient, car cette eau n’a jamais été potable », explique Roger Brenot.

La notoriété de la fontaine a bien entendu valu quelques commentaires amicaux à Raymond Trierweiler, placé bien malgré lui sous le feu des projecteurs : « C’est vrai que ce nom est devenu célèbre depuis quelque temps », glisse-t-il. Âgé de 91 ans, il confie : « Valérie Trierweiler est l’ex-femme de mon cousin germain. »

La fontaine Trierweiler fut inaugurée en septembre 1995 par le président fédéral du Club vosgien de l’époque Roger Gerbex. Mais la soudaine célébrité de cette source grillagée ne trouble guère le calme du lieu où ne s’aventurent que les visiteurs du château de Lutzelbourg voisin. »

L’expression des sentiments

L'expression des sentiments dans Livres lus lexpression-des-sentiments-150x150 Témoignage de Patrick Poivre d’Arvor

Albert Camus commençait un de ses livres par ces mots : « Aujourd’hui, maman est morte. » Sans vouloir faire un parallèle entre les deux auteurs ni déclencher une polémique sur leur valeur littéraire respective, en lisant la
quatrième de couverture du livre de Patrick Poivre d’Arvor, je n’ai pu m’empêcher de penser à Camus. Car le point commun de ces deux hommes n’est pas seulement l’écriture, mais le besoin d’écrire après avoir perdu leur mère.

Le journaliste très médiatisé n’expérimentait pas son premier décès. Des morts, il y en a eu dans sa vie, et non des moindres puisqu’il a perdu trois enfants… Mais la mort de sa mère le renvoie à son enfance et devant le corps inerte, devant la tombe ouverte et plus tard face au silence, l’homme redevient petit garçon. Quel que soit son âge, semble-t-il, l’homme qui enterre sa mère se sent véritablement orphelin.

Alors pour tromper la solitude, pour essayer de retenir encore un peu ce cordon ombilical qui relie à jamais un être à sa mère, il raconte Madeleine-France, cette maman si peu commune, si pudique, si exigente, si forte et si droite. Il se souvient d’anecdotes à la fois drôles et tendres, certaines insignifiantes, d’autres au contraire très révélatrices de ce qu’elle était et de ce qu’elle fut pour son mari et ses enfants. Il n’y a pas d’autre objectif dans ce livre que de parler de la femme aimée, pour la maintenir en vie, comme il l’écrit lui-même. Car l’auteur n’est pas dupe ; il sait bien qu’il vient de perdre la femme de sa vie, celle qu’aucune autre n’a jamais égalée, car un enfant, et plus
particulièrement un garçon, a au sens premier du terme sa mère dans la peau. L’amour qui les unit depuis bien avant la naissance est tout simplement viscéral. Alors quand la mère meurt, même si cela est dans l’ordre des choses, c’est toute l’existence du fils qui vacille.

Même si certains lecteurs (et lectrices) le trouveront un peu trop tourné vers lui-même, Patrick Poivre d’Arvor décrit à merveille ce sentiment d’être redevenu un tout petit garçon devant cette mort injuste quoi qu’on dise.

Il y a 290 ans…

Il y a 290 ans... dans Souvenons-nous... louis-xv-253x300 Le 25 octobre 1722, Louis XV est sacré roi à l’âge de douze ans.
Né en 1710 à Versailles, l’enfant perd son grand-père en 1711 et ses deux parents à peine un an plus tard. En mars 1712, l’enfant et son frère aîné contractent une forme de rougeole. Louis fut sauvé par sa gouvernante qui l’arracha aux mains des médecins de la cour qui voulaient le saigner. Son frère mort, Louis devient à l’âge de deux ans le nouveau dauphin.
Le 1er septembre 1715, le roi Louis XIV meurt après avoir donné de nombreux conseils à son arrière-petit-fils, notamment contre la guerre. En attendant la majorité du roi, le duc d’Orléans est nommé régent.
En 1721, la future épouse du roi est choisie. Il s’agit de l’infante Marie Anne Victoire, fille de Philippe V, roi d’Espagne et oncle de Louis. Les deux enfants ont trois et onze ans.
Le 25 octobre 1722, le roi entre dans sa treizième année, âge de la majorité. Il est couronné à Reims. C’est la fin de la Régence, mais le duc d’Orléans demeure le plus important personnage du royaume après Louis XV, dit Louis le bien-aimé.

Le roi fric

On le connaît ! allez-vous me dire. Je sais… et nous le savons tous, le fric et le sexe sont les deux grandes puissances qui mènent le monde. Adolescente, je me suis maintes et maintes fois rebellée contre cette aberration, une évidence pour les adultes. Adulte à mon tour, j’ai mis au clou mon costume de rebelle et me suis résignée à trouver normal que l’argent fasse la loi un peu partout. Et voilà qu’aujourd’hui, à plus de cinquante balais, je ressors du placard l’habit empoussiéré pour monter au créneau et dénoncer l’injustice.
Pourquoi ce tardif sursaut d’indignation ? Parce qu’il touche un domaine qui m’est cher : l’art.
Abonnée à une revue poétique d’un cercle littéraire international, j’appris l’an dernier la décision du directeur de demander une contribution aux adhérents désireux de publier leurs œuvres. L’idée, de prime abord, me déplut et je décidai de ne pas renouveler mon abonnement, sans faire de vagues…
Aujourd’hui, le dernier exemplaire de cette revue arrive par hasard entre mes mains et je découvre les tarifs exigés : entre quinze (une demi-page) et cinquante euros (une page) pour publier un texte ou une illustration ! Pour les non adhérents, le montant prend son envol : cent euros !!!
Cette sélection par l’argent est insupportable ! Car il est bien entendu que les artistes les plus talentueux n’ont pas forcément les comptes bancaires les mieux approvisionnés ! Ainsi les lecteurs de cette revue seront-ils privés de sublimes poèmes pour la simple et unique raison que leurs auteurs n’auront pas les moyens de payer leur publication et ils seront abreuvés sans scrupule de vers de mirliton que des poètes indignes de ce titre pourront publier par centaines en alignant les zéros sur leur chèque !
Cette discrimination est intolérable ! Monique et moi, qui avons été récemment élues au sein du bureau d’une association artistique, y sommes farouchement opposées. La cotisation annuelle, fixée à un montant inférieur à dix euros par l’ancien président afin de permettre à chacun l’accès à l’art, n’a pas été augmentée malgré quelques pressions de certains adhérents. Et nous refusons de même des sorties avec participation des adhérents, afin de ne pas léser ceux qui n’auraient pas les moyens de mettre la main au portemonnaie. Notre philosophie est claire : l’association finance entièrement la sortie ou la sortie n’a pas lieu.
Certes, la société artistique que je dénonce dans ce papier n’est pas une association loi 1901 comme l’est celle dans laquelle Monique et moi évoluons, et donc pas subventionnée. Mais exiger des artistes des prix aussi faramineux revient à leur clouer le bec ! Que deviendrait alors la revue si tous les artistes boycottaient les insertions ? Elle disparaîtrait ? Alors j’appelle au boycott !!! Poètes de France et de Navarre, indignez-vous ! Ne vous laissez pas ainsi museler par le roi fric !
Car dans ce domaine aussi sensible que l’art et la culture, accepter voire inciter la corruption par l’argent mène forcément à une régression. Dans des temps pas si anciens, seuls les privilégiés accédaient aux salles de spectacle, aux musées, aux écoles artistiques. Les fils de paysans et d’ouvriers, même très talentueux, devaient renoncer à la plume et aux pinceaux pour manier le râteau et la truelle. Combien de chefs-d’œuvre ont-ils ainsi avorté ? Dans notre association, Monique dispense des cours aux enfants chaque mercredi. Ces cours sont gratuits. Parmi la douzaine d’enfants, quelques-uns présentent de réelles dispositions artistiques ; pourtant, sans la gratuité, elles ne pourraient pas s’épanouir et donner naissance, qui sait, à un futur maître ! Aujourd’hui, l’art s’est démocratisé. L’accès aux musées et salles de concert est davantage à la portée de tous et il n’est plus nécessaire de porter une tenue de soirée, ce qui était naguère un frein supplémentaire. Il faut aller plus loin et cesser de mesurer le talent à la capacité financière des artistes à s’exposer.

Alors non à la discrimination par l’argent ! Non à la sélection des œuvres en fonction de la solvabilité des artistes ! Non au mépris des « artistes » bien portants envers leurs collègues indigents !

Un hôtel dans une ancienne morgue…

Un hôtel dans une ancienne morgue... dans Coupures de presse er0522

ashleymadison.com

ashleymadison.com dans Coupures de presse er051

Deux partout : c’est parfait ! Mais en fait, qui cela fâche-t-il ? Les intéressées n’apprennent rien qu’elles ne sachent déjà ! Quant aux Français, j’imagine qu’ils sont davantage attentifs à la façon dont le chef de l’Etat en place dirige le pays qu’au nombre de ses maîtresses ! Après tout, il y a des tas de maris infidèles, je ne vois pas pourquoi les chefs d’Etat n’en seraient pas ! Personnellement, cela m’indiffère tant qu’il n’a pas l’index sur le bouton nucléaire pendant une petite gâterie… Mais il paraît que pour déclencher le fameux bouton, il faut davantage qu’une simple pression !
Le seul détail de mauvais goût que je trouve à cette affiche sont les marques de rouge à lèvres ! J’espère que ces messieurs ne sont pas aussi benêts…

Jours sans faim

Jours sans faim dans Livres lus jours-sans-faim-150x150 Roman de Delphine DE VIGAN

Lorsque Laure accepte enfin de se faire hospitaliser, elle a atteint le seuil limite du poids viable. Elle a vingt ans et, en acceptant la main tendue du Docteur Brunel, elle sait bien qu’elle a renoncé à mourir. Cependant, le chemin vers la renaissance sera long et rien, elle ne l’ignore pas, ne sera jamais acquis.

Laure est anorexique. Elle ne se force pas à vomir ; elle refuse de manger. Progressivement, elle a appris à maîtriser son corps, à puiser dans l’abstinence une force spirituelle qui la rend invincible. Jusqu’au jour où elle a commencé à vaciller dans la rue, à faire peur aux gens qui détournaient la tête après l’avoir dévisagée comme l’avaient fait avant eux ceux qui voyaient revenir des camps de la mort des squelettes ambulants.

En entrant à l’hôpital, dans le service du Docteur Brunel, Laure accepte le protocole : la nourriture solide, la nutrition entérale, les suppléments, les pesées. Petit à petit, les kilos se fixent sur ses os. Mais le processus
est lent et douloureux. Plus le personnel médical se montre satisfait de ses progrès, plus la jeune femme souffre dans ce corps qui lui semble étranger, hideux dans son enveloppe graisseuse… Dans l’unité du Docteur Brunel, elle côtoie d’autres femmes anorexiques, mais aussi des obèses qui luttent comme elle contre les kilos. L’incompréhension est totale et réciproque. Il est aussi difficile pour les uns de maigrir que pour les autres de grossir.

Alors qu’elle approche de la barre des cinquante kilos, l’objectif fixé par l’équipe médicale pour autoriser la sortie de la jeune femme, Laure peine à acquérir les derniers kilos. Elle n’en peut plus d’être gavée comme une oie !

Ce petit livre, édité sous un pseudonyme en 2001, est le premier ouvrage de Delphine de Vigan. Elle en parle dans son dernier roman « Rien ne s’oppose à la nuit », dans lequel il était aussi beaucoup question de ses rapports avec sa mère…

Un livre dur, incisif, sans complaisance. Classé dans les romans, il s’agit bien d’un témoignage…

Il y a 475 ans…

Il y a 475 ans... dans Souvenons-nous... janeseymour4
Le 24 octobre 1537 décède d’une fièvre puerpérale Jeanne Seymour, troisième épouse du roi Henry VIII d’Angleterre, douze jours après avoir donné naissance à Edouard, seul héritier mâle du roi.

Il y a 140 ans…

Il y a 140 ans... dans Souvenons-nous... gauthier2
Le 23 octobre 1872 décède Théophile Gauthier à l’âge de 61 ans.
Poète, romancier, critique et journaliste français, il a obtenu la popularité avec ses romans historiques, notamment « Le capitaine Fracasse ». Mais il a également publié un recueil de poèmes en 1852 intitulé « Emaux et camées ».

Il y a 215 ans…

Il y a 215 ans... dans Souvenons-nous... parachute_ballon767777
Le 22 octobre 1797 a lieu le premier saut en parachute.
André-Jacques Garnerin saute d’un ballon à Paris au parc Monceau et atterrit sans dommage devant une foule persuadée de le voir s’écraser…
Deux ans plus tard, sa future épouse, Jeanne Geneviève Labrosse, est la première femme à sauter en parachute. En 1802, elle dépose au nom de son mari un brevet sur l’ancêtre du parachute destiné à ralentir la chute de la nacelle d’un ballon après l’explosion de celui-ci.

Il y a 222 ans…

Il y a 222 ans... dans Souvenons-nous... lamartine
Le 21 octobre 1790 naît Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine, poète, écrivain, historien, et homme politique français. En effet, en 1848, il est battu aux élections présidentielles par un certain Louis Napoléon Bonaparte.
Parallèlement à cette carrière politique, Lamartine continue d’écrire, des recueils de poèmes, des récits de voyages, des essais et des récits autobiographiques. Il a par ailleurs immortalisé le lac du Bourget dans son très beau poème « Le Lac ».
Il décède en 1869.

Gloria ou la modestie…

Gloria ou la modestie... dans Coupures de presse gloria-034

Nouvelle drague

Nouvelle drague dans Coupures de presse er050

Il y a 60 ans…

Il y a 60 ans... dans Souvenons-nous... bombard1
Le 20 octobre 1952, Alain Bombard, médecin-navigateur français, se lance sur l’Atlantique à bord d’un canot pneumatique baptisé l’Hérétique.
Parti de Las Palmas aux Canaries sans eau ni nourriture, il arrive deux mois plus tard à la Barbade aux Caraïbes. Il prouve ainsi qu’un naufragé peut survivre avec seulement de l’eau de mer et du plancton. Son récit de voyage « Naufragé volontaire » publié en 1958 lui assure une renommée mondiale.
Il meurt en 2005 à l’âge de 81 ans.

Hella, après le tournage…

Hella, après le tournage... dans Hella 19102012303-petit

19102012299-petit épagneul tibétain dans Photos

19102012300-petit Hella

Hella joue… tranquillou !

Image de prévisualisation YouTube

Préparation d’une vidéo

Préparation d'une vidéo dans Hella 19102012437-petit

Hella, chien-chat…

Hella, chien-chat... dans Hella 19102012434-petit
Ben quoi ? Vous disiez que ça vous plaisait, un chien-chat ?

Hella attend…

Hella attend... dans Hella 18102012433-petit
Bon alors ! vous avez pas bientôt fini de dîner ? J’attends, moi…

Il y a 150 ans…

Il y a 150 ans... dans Souvenons-nous... lumiere-auguste12
Le 19 octobre 1862 naît Auguste Lumière.
Son frère Louis et lui sont les inventeurs français du cinématographe en 1895 et les auteurs de divers travaux sur la photographie.
Il décède en 1954.

Sylvia Kristel nous a quittés…

Sylvia Kristel nous a quittés... dans Hommages sylvia-kristel
L’actrice néerlandaise qui incarnait le rôle de « Emmanuelle » dans les films érotiques du même nom est décédée aujourd’hui à l’âge de 60 ans des suites d’un cancer.

Une pensée pour Juju

Une pensée pour Juju dans Emotion junior-1 La nouvelle est tombée : Junior a été retrouvé mort. Il n’y a aucun doute possible, il a été identifié par un vétérinaire grâce à sa puce.
Je suis très triste pour mon copain que je connaissais depuis ma naissance. Pour moi, c’était un grand, une sorte d’oncle. Je suis aussi tellement triste pour Nicole et Virginie, mes premières maîtresses et celles de Junior avant ce départ pour sa destinée… Je comprends qu’il ait pu paniquer après avoir quitté sa maison en compagnie de ces étrangers. Il m’a fallu une semaine pour me sentir en totale confiance avec mes nouvelles maîtresses ! Et je n’avais que quatre mois et demi alors que Juju avait plus de deux ans.
La Zaza a immédiatement téléphoné à son amie Jeannette. Elle était triste aussi car elle aime beaucoup les animaux. Je vais bientôt faire sa connaissance et j’ai hâte de la voir ! Elle dit que maintenant qu’on ne peut plus sauver Junior, il faut le laisser partir tranquillement de l’autre côté. Il faut que ses maîtresses fassent un effort pour ne pas le retenir et l’empêcher d’aller dans le paradis des chiens. La Zaza est d’accord… Je trouve qu’elle est gonflée car elle a eu beaucoup de mal à lâcher Véga quand celle-ci est morte !… Même encore aujourd’hui, elle parle beaucoup d’elle : « la Véga ceci et la Véga cela… ». Je ne suis pas jalouse, je trouve ça chouette d’avoir été autant aimée et je crois que j’ai plus de chance que toi avec mes nouvelles maîtresses !
Juju mon pote, sois heureux dans ton paradis. Tu vas rencontrer Véga, Lorca, et plein d’autres chiens et chats qui vont t’accueillir. Nous t’accompagnons tous sur ce beau chemin où la souffrance et la méchanceté n’existent plus. Veille sur nous qui t’avons tant aimé !
Quant aux gens qui t’ont laissé t’échapper et qui, semble-t-il, ont tant tardé à donner l’alerte, ils ne méritent même pas notre colère. Nous préférons réunir nos énergies pour t’aider à passer de l’autre côté en toute quiétude et te dire que jamais, nous ne t’oublierons.

Ta copine Hella

Toujours à la recherche de mon pote Junior

J’ai pas l’air comme ça, mais je me fais beaucoup de souci pour mon copain Junior. C’est un épagneul tibétain du même élevage que moi, mais lui, il a deux ans. Je le connais bien. Mardi, des nouveaux maîtres sont venus le chercher et, sur la route du retour, il s’est échappé ! Il est sorti du collier et il s’est sauvé ! Il a passé sa deuxième nuit dehors… Les dames de l’élevage sont parties sur place pour essayer de le retrouver et la Momo va partir les aider. La Zaza aussi fait ce qu’elle peut pour aider. Grâce à Facebook, une grande chaîne d’entraide s’est mise en place pour retrouver Juju. C’est chouette des fois, les humains !
Juju, je t’en prie, arrête de courir partout. Reste bien sagement où tu es, des gens qui t’aiment vont venir te chercher.

Toujours à la recherche de mon pote Junior  dans Hella dscf1332-petit

dscf1328-petit dans Hella

Il y a 314 ans…

Le 18 octobre 1698 naît à Venise Antonio Canal, dit « Canaletto ».
Peintre et graveur, il voue son talent à la représentation de l’architecture et de la vie des Cités. Ses scènes de Londres lui rapportent autant de gloire que ses vues de Venise.
Il meurt en 1768.

Il y a 314 ans... dans Souvenons-nous... canal_gr67

Chien perdu

Merci de faire circuler ! C’est urgent. Ce chien vient de l’élevage où est née Hella. Il venait d’être adopté, mais les gens l’ont perdu sur le chemin du retour vers Clamecy…

Chien perdu dans Divers junior

Le concours du plus petit… zizi !

Le concours du plus petit... zizi ! dans Coupures de presse er049

Il y a cent ans…

Il y a cent ans... dans Souvenons-nous... Juanpablouno112018
Le 17 octobre 1912 naît en Italie Albino Luciani.

Elu pape en 1978, il prend le nom de Jean-Paul Ier, mais son pontificat ne durera que 33 jours.

No et moi

No et moi dans Livres lus no-et-moi-150x150 Roman de Delphine DE VIGAN

Lou Bertignac est une enfant précoce ; à treize ans, elle est en classe de seconde, avec des adolescents, filles et garçons, de quinze à dix-sept ans. Surnommée « le cerveau » par ses camarades, elle a du mal à s’intégrer. Mais elle est appréciée par son professeur principal, monsieur Marin, et par Lucas, cancre et rebelle de dix-sept ans qui se lie d’amitié avec celle qu’il nomme affectueusement « Pépite ».

Pour son sujet d’exposé, Lou choisit « Les sans-abri ». Elle rencontre Nolwen dite No, jeune femme de dix-huit ans qui vit dans la rue après un parcours chaotique aux côtés d’une mère qui l’a toujours rejetée. D’emblée, Lou
se sent attirée par No. Comme elle, elle se sent exclue depuis que sa mère est tombée dans une grave dépression suite à la mort subite du nourrisson de son deuxième enfant.

Pour apprivoiser No, Lou l’invite dans des cafés ; progressivement, la jeune SDF raconte son histoire. Mais Lou ne peut pas mettre fin à cette relation, une fois son exposé terminé, lequel lui a valu les félicitations du
professeur, le respect des filles de sa classe et l’amour de Lucas. Alors elle se met à la recherche de No et la ramène chez elle. Contre toute attente, ses parents acceptent d’héberger la jeune femme et la mère de Lou, à son contact, sort de sa coquille et renaît à la vie. La chambre du bébé, d’abord transformée en bureau par le père après le décès de son enfant, est de nouveau aménagée en chambre pour No qui trouve un emploi. Mais le bonheur est fragile et Lou sent que No, petit à petit, leur échappe. Jusqu’où va-t-elle aller pour retenir No ?

Un livre poignant sur la condition des jeunes SDF et le basculement des adolescents « normaux ».

A lire.

Il y a 158 ans…

Il y a 158 ans... dans Souvenons-nous... Oscar22
Le 16 octobre 1854 naît Oscar Wilde, écrivain irlandais.
Installé à Londres en 1879, l’homme séduisant, raffiné et subtil est célébré dans toute l’Angleterre. Il passe un certain temps à Paris. Puis il épouse Constance Lloyd qui lui donne deux fils.
En 1891, il rencontre Lord Afred Douglas de Queensberry dont il s’éprend. Les deux amants mènent une vie débridée et affichent publiquement leur homosexualité. Le scandale éclate et il est condamné après un procès à la peine maximale de deux ans de travaux forcés, en vertu d’une loi interdisant l’homosexualité. Durant cette période, Wilde écrit beaucoup.
Libéré en 1897, il quitte l’Angleterre pour la France et connaît une période de déchéance dont il ne sortira plus.
Malgré l’aide de ses amis, il finit ses jours dans la solitude et la misère et meurt à Paris à l’âge de 46 ans, en 1900.
Son ouvrage le plus célèbre est sans doute « Le portrait de Dorian Gray ».

Il y a 197 ans…

Il y a 197 ans... dans Souvenons-nous... Napoleon_Bonaparte-gr591118
Le 15 octobre 1815, Napoléon Bonaparte commence son exil à Sainte-Hélène.
Prisonnier des Anglais, il arrive après 72 jours de navigation, sur l’île britannique de Sainte-Hélène dans l’Atlantique sud.
Accompagné de quelques fidèles et de son valet de chambre, Napoléon est installé dans une modeste demeure située sur un plateau dénudé de ce grand rocher.
Il y mourra six ans plus tard.

Il y a 206 ans…

Il y a 206 ans... dans Souvenons-nous... iena1
Le 14 octobre 1806, c’est la victoire de Iéna.
Pendant la campagne de Prusse, la Grande Armée de Napoléon écrase l’armée prussienne commandée par le prince de Hohenlohe. La veille, le général français Davout avait battu les Prussiens au Nord de Iéna. Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume ordonne la retraite de ses hommes à la fin de la journée. Après ces deux défaites son armée est réduite à néant. Napoléon, victorieux, rentrera dans Berlin le 27 octobre.

La générosité selon Gloria…

La générosité selon Gloria... dans Coupures de presse gloria-033

Le fou rire

Voilà un article qui me réconcilie un peu avec les magistrats qui oublient parfois qu’ils sont faits comme les autres de pisse, de sang et de larmes.

Le fou rire dans Coupures de presse er048

Il y a 705 ans…

Il y a 705 ans... dans Souvenons-nous... Templarsign
Le 13 octobre 1307, Philippe le Bel fait arrêter les Templiers et confisque leurs biens.
En effet, l’ordre des chevaliers du Temple, premier ordre militaire d’Occident fondé en 1119, est devenu trop riche et trop puissant aux yeux du roi de France alors qu’il avait fait à l’origine voeu de pauvreté.
A l’aube de ce 13 octobre 1307, Guillaume de Nogaret, garde du sceau royal, et des hommes d’armes pénètrent dans l’enceinte du Temple de Paris où réside Jacques de Molay, maître de l’ordre. A la vue de l’ordonnance royale qui justifie cette intrusion, les Templiers se laissent emmener sans résistance. Plus de cent hommes sont faits prisonniers.
Lors du concile de Vienne en 1312, le pape Clément V prononcera la dissolution de l’ordre sous la pression du roi de France.

Une planète de diamant

Une planète de diamant dans Coupures de presse er047

Il y a 220 ans…

Il y a 220 ans... dans Souvenons-nous... whitehousesouthfacade-300x219
Le 12 octobre 1792 est le jour de la pose de la pierre angulaire de la Maison Blanche, à Washington.
La Maison Blanche (White House), résidence officielle et bureau du président des Etats-Unis, est située au 1600, Pennsylvania avenue NW à Washington DC.
Ce bâtiment, construit entre 1792 et 1800 en grès d’Aquia Creek et peint en blanc, s’inspire du style géorgien. Il est le lieu de résidence mais aussi de travail et de réception de tous les présidents américains depuis John Adams, second président des Etats-Unis, qui y entra en 1800.

Frank Alamo nous a quittés

Frank Alamo nous a quittés dans Hommages franck-alamo Jean-François Grandin, plus connu sous son nom de scène Frank Alamo, est décédé aujourd’hui à Paris des suites d’une sclérose latérale amyotrophique. Il aurait eu 71 ans demain.
L’interprète durant les années yéyé de tubes tels « Ma Biche », « Da Doo Ron Ron » et « Allo Maillot 38-37″ participait depuis 2006 à la tournée «Age tendre et têtes de bois» et espérait encore partir sur les routes cette année. Malheureusement, la maladie a été la plus forte.

 

Il y a 127 ans…

Il y a 127 ans... dans Souvenons-nous... mauriac_francois18 Le 11 octobre 1885 naît François Mauriac, écrivain et journaliste français.
Il publie un premier recueil de poèmes en 1909.
Il sert dans un hôpital de la Croix-Rouge des Balkans pendant la Première Guerre mondiale.
En 1922, il publie « Le baiser aux lépreux » et en 1933, il est élu à l’Académie française.
Journaliste au Figaro, il écrit aussi plusieurs pièces de théâtre jouées par la Comédie Française. En 1952, il remporte le prix Nobel de Littérature.
Il décède en 1970.

Familles je vous aime

Familles je vous aime dans Livres lus familles-je-vous-aime-150x150 Essai de Luc FERRY

Dans cet ouvrage au titre emprunté à André Gide puis détourné, Luc Ferry s’emploie à démontrer que la famille, tant décriée de nos jours, ne s’est en fait jamais aussi bien portée. Si on divorce beaucoup depuis la deuxième moitié du vingtième siècle, c’est aussi parce que le mariage de raison a laissé la place au mariage d’amour. Une autre raison, bien sûr, est l’indépendance financière acquise par les femmes. Mais en dépit de ce constat que certains s’escriment à prétendre désastreux, la famille est aujourd’hui plus unie que jamais et surtout, les liens que les différents membres d’une famille tissent entre eux sont infiniment plus sincères que naguère. Autrefois, dans ce bon vieux temps dont on nous rebat les oreilles, la contrainte et l’hypocrisie étaient souvent les piliers des familles. Aujourd’hui, avec la disparition du sens du devoir, de l’abnégation, de l’éternelle reconnaissance, l’amour est roi et décide de nos vies. Quand on n’aime plus son conjoint, on s’en sépare, mais contrairement à une idée reçue, on n’abandonne pas aussi facilement ses enfants qu’au Moyen Âge et encore après, cette époque qui fait rêver un certain nombre de nos concitoyens alors qu’elle est celle de l’obscurantisme, des épidémies, de l’esclavage économique, de l’abêtissement des peuples et de toutes sortes de maux qui anéantissaient les populations dans l’indifférence la plus totale.
Ce désir relativement nouveau de privilégier la vie privée et familiale au détriment de la vie professionnelle a un impact certain sur la vie politique face à la mondialisation à laquelle il semble vain de vouloir échapper. D’ailleurs, faut-il absolument y échapper ?
Luc Ferry s’emploie à nous démontrer que la peur, mauvaise conseillère, nous aveugle et nous coupe les ailes, nous empêchant de nous projeter vers l’avenir. D’où ce réflexe de se retourner vers un passé plus ou moins longtemps qu’on a tendance à idéaliser alors que les êtres humains, qu’on le veuille ou non, n’ont jamais aussi bien vécu qu’aujourd’hui. Car quoi qu’en disent certains, la vieillesse d’aujourd’hui n’a plus rien de commun avec celle d’hier, ni la pauvreté, ni l’accès aux soins et à l’instruction. Regarder en arrière, par crainte de l’avenir, c’est forcément régresser.
Dans un style flamboyant, Luc Ferry nous adresse un brillant essai, parfois un peu ardu mais toujours intéressant. Il ne m’a pas convaincue sur tous les points mais les propos de cet homme de droite ont éveillé en moi une résonnance. Une fois n’est pas coutume !

Découverte

Découverte dans Hella parc1
Môman, c’est quoi ces trucs ?

parc2 canards dans Photos
Ben… des canards !

parc3 épageul tibétain
Ah oui ?

parc4 Hella
Dis donc, c’est drôlement beau !

12



djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_