• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 29 juin 2012

Archive journalière du 29 juin 2012

Rien ne s’oppose à la nuit

Rien ne s'oppose à la nuit dans Livres lus Rien-ne-soppose-à-la-nuit-150x150   Roman de Delphine de VIGAN

L’histoire commence par un suicide. Une jeune femme découvre le corps sans vie de sa mère âgée de soixante et un ans, une mort à la fois prévisible et inattendue. Ce décès d’une mère atypique va devenir, pour l’auteur, l’occasion d’une enquête familiale pour essayer de comprendre la mal-être permanent de cette femme.
Lucile est le troisième enfant de neuf, une petite fille très belle et secrète, toujours sur la réserve, préférant le silence et la réflexion aux jeux de ses frères et sœurs. Ses parents, Liane et Georges, sont également hors normes, dans leur mode de vie et leur système d’éducation. Dès son plus jeune âge, Lucile travaille comme modèle et prend cette activité très au sérieux.
Très tôt, cette famille va être marquée par le malheur. Un frère, très proche de Lucile par l’âge, meurt accidentellement, d’une chute dans un puits. Pour compenser cette perte, les parents adoptent un enfant maltraité, retiré à sa mère. Après un temps d’adaptation un peu difficile, le garçon mourra dans des conditions un peu obscures, entre l’accident et le suicide. Puis un autre frère se suicidera à l’âge de 28 ans.
Marquée par ces malheurs, Lucile se marie et met deux enfants au monde : Delphine et Manon. Les deux petites filles vont devoir apprendre à vivre avec une mère maniacodépressive, consommatrice régulière d’alcool et de drogue, périodiquement internée en unité psychiatrique.
Le besoin d’écrire sur sa mère va amener l’auteur à enquêter sur sa famille, à découvrir les zones d’ombre de sa mère, mais aussi des secrets de famille, des épisodes qui prennent un éclairage tout à fait différent à la lumière du geste désespéré de Lucile.
Classé dans la catégorie des romans, ce livre est toutefois très largement autobiographique. L’auteur plonge dans un univers à la fois joyeux et glauque et le lecteur ne sort pas indemne de ce récit sans complaisance. A lire.

Il y a 110 ans…

Il y a 110 ans... renault1011   Le 29 juin 1902, Marcel Renault, frère de Louis, remporte la course Paris-Vienne à bord d’une nouvelle Renault 4 cylindres, dans la catégorie des voitures légères. 148 concurrents ont participé à la course et le vainqueur a parcouru les 1140 kilomètres en 29 heures et 30 minutes.
Marcel Renault mourra l’année suivante, dans un accident lors de la course Paris-Madrid.
Ce drame met fin aux courses de ville à ville au profit des circuits fermés.




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_