DSK vraiment libre

Toutes les charges contre Dominique Strauss Kahn ont été abandonnées au pénal et l’ancien directeur du FMI est libre de quitter le sol américain, même si une procédure, au civil, aura bien lieu.
Cette justice américaine reste pour moi un mystère car comment peut-on blanchir un présumé accusé de toutes les accusions par une présumée victime en raison des mensonges avérés de celle-ci, et en même temps autoriser cette présumée victime, qui n’en est plus une si le présumé accusé est blanchi, à vouloir obtenir des dommages et intérêts pour un délit dont il n’a pas été possible de prouver qu’il a eu lieu ?
Je suppose qu’on ne saura jamais ce qui s’est vraiment passé, relation sexuelle consentie suivie d’une tentative d’escroquerie ou réel complot politique. Ce qui est sûr, c’est que outre des gros sous à l’intéressé qui devrait pouvoir s’en relever quelle que soit la somme exigée et obtenue par les avocats de la plaignante, cette rocambolesque affaire DSK aura peut-être coûté au pays une réelle chance de voir la gauche de nouveau accéder au pouvoir.

24 Réponses à “DSK vraiment libre”


  • Côté américain : une histoire de gros sous
    Côté français: un favori de moins

    Côté FMI: j’ai l’impression qu’il va aller plus vers ça pour essayer d’y être réhabilité…

    On verra

    Quelle mascarade…

  • Comme tu le dis si bien Isabelle, on ne saura jamais le fin mot de cette histoire !
    Bisous, bonne journée à toi.
    JC

    PS : Merci pou tes bons voeux…

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

  • En lisant les conclusions du procureur, on comprend mieux pourquoi il a abandonné les charges :

    1. Entre mai et juillet, Nafissatou Diallo a livré aux enquêteurs pas moins de trois versions différentes de ce qu’elle avait fait, sitôt après l’agression présumée, peu après midi le 14 mai. Du 14 mai au 28 juin, et notamment devant le grand jury qui a inculpé DSK, elle raconte avoir fui la chambre de DSK (la suite 2806) aussitôt le crime perpétré et s’être réfugiée au bout du couloir du 28ème étage, où un supérieur l’a retrouvée. Le 28 juin, elle reconnaît avoir menti sur ce point. Elle raconte qu’après l’agression elle est allée finir de nettoyer une autre chambre, la 2820, où elle a passé l’aspirateur, nettoyé les miroirs et astiqué des meubles. Elle est ensuite retournée dans la suite 2806 et l’a nettoyée aussi, avant de rencontrer son supérieur dans le couloir, en allant vers un placard à linge. Le 27 juillet enfin, lors d’un nouvel interrogatoire, les enquêteurs lui objectent qu’elle n’est même pas restée une minute dans la chambre 2820 : les cartes magnétiques de l’hôtel indiquent qu’à 12 h 26 elle est entrée dans la chambre 2820 puis retournée dans la chambre 2806. Elle explique alors qu’elle avait déjà fait le ménage de la 2820 le matin et n’y est retournée que pour récupérer du matériel de nettoyage.
    2. A deux reprises, le 16 et le 30 mai, Nafissatou raconte aux procureurs avoir été victime d’un viol collectif en Guinée. Le 30 mai en particulier, elle fait un récit « précis et poignant » du nombre de ses attaquants, et de la présence de sa fille de 2 ans alors, « arrachée à ses bras et jetée au sol ». Elle montre des cicatrices, qu’elle attribue à ce viol. « Les deux fois, la plaignante a raconté le viol avec beaucoup d’émotion et de conviction, écrit le procureur :elle pleurait, parlait avec hésitation, et semblait désespérée, ce que l’on pouvait comprendre »… Quelques jours plus tard, le 8 et 9 juin, Nafissatou avoue avoir « entièrement inventé cette agression ». Elle a raconté tout cela pour rester cohérente avec sa demande d’asile, où elle avait fait état de ce viol, explique-t-elle. Les procureurs vérifient et découvrent… qu’il n’est pas question de viol dans son dossier d’asile. Nafissatou Diallo explique alors qu’elle avait répété ce récit de viol avec un homme qui l’avait préparé à sa demande d’asile, cassette vidéo à l’appui… Pour le procureur, il est non seulement «très significatif » que l’accusatrice ait déjà inventé un récit de viol, mais aussi qu’elle ait une telle « capacité à raconter une fiction avec une conviction totale ».
    3. Les broutilles. Pour faire bonne mesure, le procureur mentionne aussi toute une série d’autres arrangements de Nafissatou avec la vérité, qui n’ont pas forcément rapport avec l’affaire en cours, mais contribuent à noircir le personnage. On apprend ainsi qu’elle est entrée aux Etats-Unis avec les papiers d’une autre personne et qu’elle a falsifié ses déclarations de revenus (elle ne déclarait pas son salaire du Sofitel) pour pouvoir bénéficier d’un appartement réservé aux familles à faibles ressources. Le procureur s’interroge aussi sur des dépôts répétés de cash, pour un montant total de 60 000 dollars, découverts sur son compte bancaire. Nafissatou a expliqué avoir permis à son fiancé d’utiliser son compte pour des dépôts qu’elle pensait liés à un commerce de vêtements et accessoires. Le fiancé est en prison pour trafic de marijuana… Le procureur n’a pas apprécié enfin que la plaignante lui assure qu’elle ne s’intéressait absolument pas à l’argent de DSK, alors qu’elle a discuté de la question au téléphone avec ce fiancé, puis déposé plainte au civil le 8 août pour obtenir des compensations financières.
    La procédure américaine exige que l’accusatrice soit parfaitement « crédible » pour convaincre 12 jurés, à l’unanimité et « au-delà du doute raisonnable » que sa version des faits est bien la bonne. Il est patent que Nafissatou Diallo ne correspond pas vraiment au casting.

  • C’est bien de lire ces détails…

  • Merci Bernard, cela aide effectivement à y voir un peu plus clair. Mais je pense que l’opinion de chacun sur cette affaire demeurera hélas étroitement liée à sa sensibilité politique.

  • Et gardera aussi son flou artistique…

    Elle est une fieffée menteuse…
    Il est un fieffé coureur…

  • je ne sais pas se qui s est réellement passée mais on se rend compte que si s est fait serais avérais être éxacte
    eura elle eu était satisfaite du procés
    je ne pense pas
    en générale le nantis les hommes politique etc même vereux sans sorte
    seul le petit peuples à le droit être punis pour leur acte,s est normal mais les riches les nantis etc lorsque qui se rende coupables d un, délit l affaires est étoufée .
    Mais je déplore encore que se monde est malheureusement dirigée par les hommes trop de victimes aux féminin que l on déscridité parce se sont des femmes
    cette affaire vas jetais un voile sur les futurs cas de viol
    et bien sur on protegeras encore les delinquant du …
    voila pourquoi beaucoup d entre elles ne porte pas plainte .
    messieur une attidude respectueuse envers nous est souhaitable
    les femmes ne pas des p …
    bonne soirée

    Dernière publication sur  : ET si l 'on faisait mentir le dicton

  • jeannette insurgé

    je ne fais pas de politique, je m’en félicite car je n’aime pas les clans et ceux qui sont de parti-pris

    ma rage va contre cette femme!

    les défauts de certains hommes je m’en fous!

    par contre… cette femme qui par ses mensonges, ses vices etc… jette le doute sur les vrais victimes…. je la méprise du plus profond de moi même

    j’ai gardé le silence, j’ai pu craché à la figure de mes violeurs, j’aurais souhaité que leur vie soit gaché comme la mienne…

    je ne sais pas ce qu’il est advenu des ces « bipèdes »mais moi je n’ai porté tord à personne, et si j’avais des preuves je défendrais jusqu’au bout une personne de bonne foi!

    elle représente pour moi tout ce qui est à déplorer chez « une bipède »!
    elle a salie « la femme » à cause d’elle on se gaussera des vrais victimes a venir
    ceux qui sont monté dans « son train » ne valent pas mieux qu’elle!

    jeannette

  • Tout à fait d’accord avec toi, Jeannette. Les mensonges de cette femme porteront préjudice aux réelles victimes. C’est pourquoi, dans ces affaires de viols et de pédophilie, mon ampathie est immédiatement dirigée vers les victimes supposées car même en cas de mensonges, les personnes accusées à tort – comme ici DSK – ne seront jamais aussi nombreuses que les personnes réellement violées et violentées. Alors tant pis pour ceux qui sont inculpés à tort…
    Quand j’étais jeune, avant de partir cul par dessus tête en Angleterre à peine majeure, je voulais être avocate. Mais aujourd’hui, je me demande souvent comment j’aurais pu défendre contre vents et marées un individu dont j’aurais eu la conviction qu’il ment comme ici Madame Diallo. Alors que j’aurais pu défendre un vrai criminel car toute personne a droit à l’assistance d’un avocat pour plaider je ne sais quelle circonstance atténuante.

  • Ah, rendre justice…c’est difficile
    faire la part des choses, distinguer le vrai du faux, oui tout un art
    qui demande une intégrité rigoureuse…

    La justice peut-elle être humaine ? Dans les deux sens du terme
    faite par des hommes
    et donc impartiale ?

  • je trouve aussi les gens aisé politique ou autre doivent être punis à la auteur de leur actes il ne pas tous hônete se que je regrette
    il doivent pas avoir de privilège pa rapport au peuples
    bonne journée

    Dernière publication sur  : ET si l 'on faisait mentir le dicton

  • Il faut tout de même reconnaître qu’il a une addiction sexuelle; le témoignage de la femme de chambre n’est pas le seul; d’autres femmes témoignent de ses envies irrépressibles. Ce n’est pas possible qu’il y ait un coup monté à chaque fois. Pour moi, ce n’est pas tout blanc, ni tout noir… Mais comme DSK fut un homme puissant par le passé, les femmes avaient peur de porter plainte… Maintenant, les langues se délient… Le viol est très grave; c’est un meurtre à la fois physique et psychologique; une accusation de viol est donc très grave et pour moi, même s’il « s’en sort bien », il traînera cette histoire comme une casserole. Peut-on lui faire confiance pour la présidence après cette affaire? Il a une addiction sexuelle et il a été pris au piège de sa propre addiction; c’est tout; relation consentie ou pas -pour moi, même si cette question est grave- je fais le bilan. Cet homme a été piégé par sa dépendance. Alors, qu’il ne paie pas sur le plan pénal, soit… Mais qu’il se fasse soigner. Il existe des associations type AA pour les hommes/femmes qui souffrent de telle dépendance… car c’est une maladie. Et la conquête du pouvoir n’est qu’une drogue de plus qui le détournera de lui-même… dont il devra pourtant affronter le vide intérieur… Il le faudra bien, un jour ou l’autre car les femmes n’ont pas non plus à être victimes de ses frasques et à payer le prix fort! Pour moi, la politique n’a rien à voir dans le fait que je le juge coupable ou innocent… C’est bien au-delà de ça. C’est un problème médical et psychlogique, chez lui.

  • De toute façon, il est bien connu que le monde n’est dirigé que par des hommes… alors, la femme dans tout cela…

  • Je suis tout à fait d’accord avec toi, Géraldine. Complot ou pas, il était facile de le piéger de cette façon car de notoriété publique, en France mais aussi outre-Atlantique, c’est son talon d’Achille.
    Comme je l’ai dit plus haut, dans ce genre d’affaires, je suis toujours du côté des femmes, ou des enfants en cas de pédophilie. Mais je dois dire qu’en l’occurrence, toute sensibilité politique mise à part, le discours de Madame Diallo ne m’a pas convaincue, pas plus que celui de Tristane Banon. Quand on a été violée, on n’en parle pas de manière aussi détachée, même quand du temps a passé. Face à Ardisson il y a quelques années, la jeune femme riait en racontant sa mésaventure. Je ne peux pas comprendre cela. Et puis franchement, qui peut croire Tristane Banon quand elle dit que DSK a essayé de la violer mais qu’il n’y est pas arrivé parce qu’elle s’est défendue ? DSK doit faire au moins le double du poids de Tristane et quand on sait que la résistance d’une femme décuple le désir de l’homme, je ne vois pas comment il n’a pas pu la retourner comme une crêpe !
    Je suis persuadée que DSK est un homme à femmes et qu’il peut être très « lourd » quand il poursuit une femme de ses assiduités. Mais tous les dragueurs lourds ne sont pas des violeurs.
    Et puis, comment comprendre que la mère de Tristane Banon ait conseillé à sa fille de ne pas porter plainte ? DSK ou un autre, si un homme avait touché à mon fils, j’aurais tout fait pour qu’il soit inculpé. Je crois même qu’il aurait fallu me retenir pour ne pas le punir moi-même par là où il avait pêché contre mon enfant !
    Je ne soutiendrai jamais un homme soupçonné de viol, mais je ne peux pas non plus soutenir les femmes qui mentent pour faire accuser un homme, par appât du gain ou toute autre raison.

  • Il y a au moins une dizaine de femmes d’Etat dans le monde et je suis sûre qu’il y en aura d’autres. En France, on n’est pas encore prêt, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce sont les femmes qui ne veulent pas d’une femme à la tête du pays !

  • C’est fou, mais c’est vrai, tu as raison Zaz…déformation professionnelle. là aussi, la politique ayant toujours été un domaine masculin, elles essayent de les copier pour l’instant, et elles ont tort, ça changera…

  • les hommes veulent simplement le pouvoir et dominée on est pas un troupeau de brebis on est pas stupides et on est pas des imbéciles
    à quand une femmes au pouvoir bonne journée

    Dernière publication sur  : ET si l 'on faisait mentir le dicton

  • Oui enfin…Il y a eu Edith CRESSON comme Premier Ministre et…ce ne fut pas glorieux…

  • Personne ne m’ôtera l’idée d’un coup monté…. Trop de jonctions entre la direction du Sofitel qui a pleins pouvoirs sur son « petit » personnel, donc facile à manipuler, et l’Élysée… Trop de militants responsables à l’UMP au courant avant la presse et balançant l’info sur le Net….
    Quand à l’addiction au sexe, c’est un état de fait de tous nos présidents au pouvoir, mis à part le « Guénéral » et son Yvonne, que se soit Mitterrand, Giscard ou Chirac, leur réputation n’est plus à faire et ils n’ont rien à envier à DSK…. J’ai même eu une de mes « ex », sous le règne Mitterrandien (qui avant moi sortait avec un conseiller de l’Élysée), qui s’est fait lourdement draguer par « Tonton », je vous épargne les détails mais sachez qu’elle a résisté et qu’elle a trouvé cela plutôt rigolo et flatteur de se faire draguer par le président…. Quant à Chirac, que j’ai rencontré à plusieurs reprise de par mon job à une certaine époque, voilà ce que la gent féminine disait de lui : « avec le Président, c’est 5 minutes, douche comprise »….. Quant aux frasques du Sarkozy, c’est une autre histoire, piquer la femme des copains, ce n’est pas beau non plus…. Ensuite, j’ai plutôt l’impression que c’est la Carla qui a choisi l’homme de pouvoir après avoir essayé tous les autres…. Ceci dit, chacun sa vie, sans porter de jugement nous ne pouvons que constater les faits de notoriété publique…. DSK, je n’excuse rien encore que, rien n’est prouvé si ce n’est la cupidité de l’afro-américaine et l’opportunisme de la française, mais c’est ni plus ni moins que les autres…..
    Alors couler un homme politique par autre chose que ses idées, je ne dirai pas que c’est la pratique la plus courante, mais ça se fait et c’est pas génial….

    Dernière publication sur Photos, Reportages, Chansons, Venise : PREMIERS ESSAIS DE FOTO DE RUE

  • jeannette insurgé

    je pense que franchement, nous ne sommes pas des politiqueS… enfin pas moi…
    alors ce que les femmes ne sont pas… ce qui serait interressent ce serait de montrer ce que nous sommes et là ce n’est guère rassurant…

    a part Madmae Simone Weil je n’est guère eu de fièrté a voir et entendre les femmes

    jeannette

  • Tout à fait d’accord avec Claudio, d’ailleurs les avocats de DSK ont critiqué la direction de l’hôtel Sofitel de New York :
    « Le Sofitel n’a jamais collaboré volontairement avec nous. Dans un premier temps, la direction nous a interdit l’accès à de très nombreux documents, comme par exemple les enregistrements des clés électroniques qui permettent de savoir qui est entré dans quelle chambre », a révélé Ben Brafman. « Nous savons que l’hôtel a communiqué des informations à l’avocat de Nafissatou Diallo (…). Pourquoi une telle différence de traitement ? Nos enquêteurs n’ont même pas eu le droit de pénétrer dans la suite 2806 pour visualiser les lieux… », a poursuivi William Taylor. »
    Edifiant

  • et croire que l homme politique est un saint est ridicule
    quand a nos cher ex président que nos ex président sont hideux et je préferait crevé dans le desert que d être drague par des parfait idiot
    quand dskje préferait restait pauvre que resté deux seconde avec cette personne le pouvoir me donne envie de vomir car il s en serve pour piqué le frique bonne nuit

    Dernière publication sur  : ET si l 'on faisait mentir le dicton

  • jeannette insurgé

    croire en l’homme politique… impossible pour moi

    néanmoins, je souhaiterais renconter beaucoup de gens qui se servent de leur propre cerveau, ne pas se laisser conditionner, j’ai rencontrer beaucoup de monde, j’ai eu a faire avec les défauts de chacun, (les miens aussi)
    j’ai a la maison des outils culinaire vicieux mais utiles, je suis très prudente avec eux , je ne les jettes pas, car leurs qualités me sont utiles mais je ne leurs fait pas confiance pour autant!
    le danger dans totes ces histoires c’est la TROMPERIE!

    je pense que cette femme n’a jamais rien fait pour les autres, même mentir pour « ses enfants! »,j’appelle cela une tarentule! et encore… je crois que j’insulte la pauvre bestiole en question!
    elle a déjà utiliser le « coup du viol » et … ce n’était pas vrai! etc…

    jeannette

    rappeler vous l’h'istoire de Pierre et le loup!!!
    et moi je pense a toute les victimes qui ne vont plus être crédible à cause de cette famme vénale, et mytho!

    jeannette

  • Toujours plus :
    Nouvelles révélations des journalistes Stéphane Lhomme et Gérard Davet. Leur enquête intitulée « Sarko m’a tuer » faisait déjà état d’un témoignage de la députée PS Aurélie Filipetti, qui accuse l’Elysée d’avoir organisé des fuites sur sa vie privée dans la presse.
    Interrogés sur l’antenne de RMC, Lhomme et Davet expliquent ce jeudi qu’on leur a également proposé des éléments concernant la vie privée de Domique Strauss-Kahn afin de compromettre ce dernier, dans l’hypothèse où il se présenterait à l’élection présidentielle. Des informations que les journalistes expliquent avoir refusées.
    «On nous a proposé récemment, avant l’interpellation de M. Stauss-Kahn à New York, des éléments relatif à sa vie privée, qui avaient été collectés par les services de police et qui étaient près à sortir au cas où», raconte ainsi Stéphane Lhomme. Selon lui, «tout était prêt» pour nuire à DSK.

Laisser un Commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.




djurdjura |
last0day |
Xerablog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_