• Accueil
  • > Archives pour février 2009

Archive mensuelle de février 2009

RCN 90.7 à l’heure de la Saint Valentin

Yves Issartier, animateur de plusieurs émissions sur la radio locale RCN (Radio Caraïb Nancy), avait invité une brochette de poètes pour réciter des poèmes d’amour à l’occasion de la Saint Valentin.
Etaient présents Elise Chompret et Jilber Fourny, Lucie et François Fisher, Simone Dezavelle, Irène Génin-Moine, Philippe Mitre et moi-même.
Pour ceux qui auraient raté l’émission, vous pouvez écouter l’enregistrement sur http://www.rcn-radio.org/ en cliquant à droite sur « 16/02 Marque Page Spécial Saint Valentin, Irène Génin Moine, etc. »

Loto, quand tu nous tiens…

La Française des Jeux a récemment enregistré un record de participation au loto et autres jeux de hasard avec la combinaison vendredi 13/Saint Valentin.
Plus la crise s’installe et plus nos concitoyens « investissent » dans les loteries une partie de leurs revenus. Il est par ailleurs intéressant de constater que plus les revenus sont faibles, plus le pourcentage des sommes dépensées est élevé.
Je trouve personnellement indécent voire immoral que des sommes se comptant par plusieurs millions d’euros aillent dans la poche d’une poignée de chanceux.
Ne serait-il pas plus juste d’élargir les chances de gagner, ce qui ramènerait les sommes empochées à des notions plus tangibles et permettrait ainsi une répartition plus équitable de cette manne colossale entre ceux qui ont contribué à la constituer?
On peut même imaginer qu’une réforme de la Française des Jeux, limitant les gains à quelques mlilliers d’euros par personne et par mois, éradiquerait le chômage et relancerait l’économie. Car les bénéficiaires de ces gains « raisonnables » ne perdraient pas leur temps à aller pointer. Les plus courageux investiraient dans les affaires tandis que les plus paresseux passeraient leur temps à voyager ou à ne rien faire. Et les plus cupides pourraient même, grâce à Internet, de n’importe quelle île paradisiaque, continuer à remplir leur déclaration mensuelle sur le site des Assedic et percevoir ainsi l’allocation chômage jusqu’à épuisement de leurs « droits ».
Bref, à court terme, il n’y aurait plus de crise et plus de chômage, chacun vivrait heureux, les uns à travailler – la passion du travail existe – et les autres à flemmarder. Le rêve, quoi !
Mais j’y pense… peut-être ne veut-on pas notre bonheur ? Car alors, quid de l’esclavage humain, de l’exploitation de l’homme par l’homme, du harcèlement, du profit des riches aux dépens des pauvres ?
Alors, finalement, rien ne changera. Les riches, qui ne gaspillent pas leur argent dans les jeux de hasard, continueront à exploiter les pauvres et les pauvres continueront à dépenser une partie non négligeable de leurs maigres revenus dans la loterie nationale. Quitte à déambuler par des températures polaires seulement vêtus d’une veste élimée ou se priver du repas du soir. Et leurs précieux euros ne seront pas perdus pour tout le monde !

Place Stan, vue d’en haut…

De retour de notre escapade dans la cité ducale, voici quelques photos de notre chère Place Stanislas.
Pas de droits sur l'album 100588

La Lavandière d’Igney

La Lavandière d'Igney dans Mes publications chalumeau-lavandiere-1ere-couverture-210x300
Roman autoédité en 2009
Tome 1 d’une saga familiale en Lorraine intitulée « Colin-Maillard »
De 1865 à 1930
Format 14×20 cm
246 pages
Couverture cartonnée pelliculée
Dos carré collé
Prix : 13 euros

La lavandière d’Igney

Tel est le titre de mon onzième ouvrage publié en autoédition que je reçois aujourd’hui de l’imprimeur. Personnellement, mais je suis partiale, je le trouve très beau !!!

1erecouverture.jpg  et La lavandière d'Igney dans Divers pdf 4ecouverture.pdf

Cette histoire est le premier tome d’une saga familiale intitulée Colin-Maillard. Elle commence en 1865 et met en place deux familles vosgiennes dont les descendants se rencontreront plus d’un siècle plus tard.
Comme je l’explique dans l’avant-propos, elle m’a été inspirée par la personne, aujourd’hui décédée, qui a élevé la mère de ma compagne. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une biographie au sens strict du terme, le récit est largement basé sur les souvenirs de Monique. Quant à la deuxième famille, eh bien…, on va dire que c’est vaguement la mienne ! Vaguement car, contrairement à Monique, j’ai grandi dans une famille disloquée où la transmission orale ou écrite ne se faisait pas ; on y cultivait au contraire les secrets… Je n’ai que très peu d’éléments sur l’histoire vraie. Il m’a donc fallu inventer, ce qui n’était pas un problème !

Pour les amateurs : 16 euros par livre frais d’envoi inclus.

CYPRIS, le site de Philippe Jeannet

Ceux qui aiment la poésie vont être enchantés ! Car le site que je vous présente recèle des trésors, tant en poésie classique que libre et même en chansons. En plus, Philippe est de ceux qui aiment partager et font la part belle aux « confrères » dans son site. La qualité est assez rare pour être soulignée !
Philippe JEANNET s’adonne à tous les jeux d’écriture : poésie, nouvelles, contes, scenarii et dernièrement sketches. C’est un passionné d’écriture, mais aussi des papillons, du badminton, de sa ville, etc.
Il a publié plusieurs ouvrages en auto-édition : poèmes libres, classiques, humoristiques, contes et nouvelles, ainsi qu’un guide de versification sous forme de fiches.
Avec beaucoup d’humilité, qualité qui caractérise souvent les meilleurs dans leur discipline, il essaie d’apporter son aide aux nouveaux auteurs, qui peinent parfois à trouver une communication satisfaisante dans le monde de l’écriture, aventure pourtant si passionnante.

Pour découvrir son site qui vaut le détour et mérite de rester dans vos favoris : http://www.cypris58.com

L’abbé pédophile

Une nouvelle affaire de mœurs a été détectée avant même que le clergé ait eu le temps de camoufler le délit en mutant la brebis galeuse dans un autre diocèse.
Un garçon de treize ans fait connaissance sur Internet d’un jeune homme. De messages en messages, ils en arrivent à se donner rendez-vous. Cela se passe dans le Nord.
Sur le lieu du rendez-vous, l’adolescent constate que le jeune homme n’est pas si jeune, et quand celui-ci propose de l’emmener chez lui, le garçon se méfie. Il se dérobe et fait faux bond à son compagnon. Il se confie à ses parents qui le croient sur parole et portent immédiatement plainte. Dieu merci, c’est le cas de le dire, la police prend la plainte au sérieux.
Au domicile du prétendu jeune homme, les policiers découvrent un prêtre. Dans son ordinateur, ils trouvent des preuves accablantes pour l’homme de foi tombé dans la luxure, qui visionnait des vidéos pornographiques mettant en scène des adolescents.

Moi qui craignais que l’affaire d’Outreau fît du tort aux enfants victimes d’inceste et de pédophilie, je me réjouis de constater que la parole des enfants et adolescents est toujours écoutée. Car contrairement à une opinion répandue, les affaires d’inceste et de pédophilie n’ont pas augmenté, elles sont simplement dévoilées et les coupables arrêtés et jugés. La poursuite de ces criminels n’est cependant possible que si la voix de l’enfant est entendue. Bien sûr, après l’affaire d’Outreau, il est normal de faire preuve de précautions et de respecter la présomption d’innocence, mais il serait dommage que les enfants victimes de ces actes se murent de nouveau dans le silence et la culpabilité.

Un prochain pas serait la prise en charge médicale et psychologique de ces criminels dont la plupart furent autrefois eux-mêmes victimes…

Décalcomanie

J’ai toujours refusé de croire en vos paroles
Quand vous disiez souffrir juste après le plaisir
Pris sur un corps d’enfant que vous aimiez choisir
Parmi ceux qui suivaient le chemin des écoles. 

Vous saviez chaque fois me convaincre en douceur
De venir avec vous, sans autre violence
Qu’acheter bon marché le prix de mon silence,
Vos humides baisers me soulevant le cœur. 
 

Derrière l’écran noir de mes paupières closes,
J’imaginais vos doigts défaisant lentement
Les lacets, les boutons de chaque vêtement,
Retardant les sommets de vos apothéoses. 

Votre souffle rapide effleurait mes cheveux ;
Transi, je respirais l’odeur de vos mains moites
Explorant mes accès, ouvertures étroites
Où glisser malgré tout votre membre nerveux. 

Vos râles écœurants me devenaient mesure
Pour calculer le temps jusqu’à ce point final
Qui délivrait ma peau du contact infernal,
Mais rougie aux endroits de quelque déchirure. 

Après le rituel répugnant du kleenex,
Vous donniez des conseils sur l’attitude à prendre,
Avec des arguments que je croyais comprendre ;
Me quittant vous posiez sur ma bouche un index. 

Je n’ai jamais rien dit, je n’ai pas fait de peine,
J’ai gardé le secret, ma honte et ma douleur ;
Vous voyant retraité, Monsieur l’instituteur,
Je voudrais bien savoir si le remords vous gêne. 

Mais lorsque je répète à des petits garçons
Les mots qui, criminel, ont brisé mon enfance,
Je ressens vos élans et la même souffrance,
Un émoi similaire, identiques frissons.

(Extrait de mon recueil Rouge et Noir Eden)

PS : mon propos n’était bien évidemment pas de stigmatiser le corps enseignant dans son ensemble. L’instituteur est ici victime de la rime !…

Appel au boycott

Je n’avais pas l’intention d’écouter le Président de la République ce soir car je suis persuadée qu’il a trouvé d’excellentes excuses pour ne rien faire. Entre autres la crise qui tombe à pic et dont il se servira pour nous expliquer pourquoi la France va aussi mal. Dans le genre : « C’est pas ma faute, c’est la faute de la crise ! ».
Or voilà que je reçois par mail le message suivant :

« Assez !!
nous étions des millions dans la rue, soyons des millions à ne pas ouvrir notre télé le jeudi 05 février à 20h 15
C’est une lutte qui ne coûte rien.
Par ce geste, montrons que l’image qu’il veut donner de lui ne nous interesse plus.
De toute manière on saura ce qu’il a dit dès le lendemain.
Refusons d’être complice de toutes ces opérations publicitaires…Cette intervention présidentielle, d’une durée de 70 à 90 minutes, sera diffusée en direct par TF1, France 2, M6 et RTL,  il monopolise le petit écran, et bien faisons autre chose. Lisons « le petit chose », jouons au Nain jaune, téléchargeons « l’homme qui retrécit » ou bien, imaginons la France après lui, celle que l’on va devoir reconstruire…
et surtout passons le message, il ne veut pas nous écouter, ne l’écoutons plus.
il n’est plus rien, nous sommes tout !!
Cela devra se voir sur l’indice d’écoute »

10 000 visiteurs

Depuis quelques jours, je guettais le compteur de mon blog. Et voilà qu’à mon insu, il a largement dépassé la barre des 10 000 visiteurs.
Merci à tous !

Nos soirées sans pub…

Personnellement, j’aimais bien la pub. Je l’aimais pour elle-même car elle était parfois drôle et belle. Je l’aimais car elle nous permettait de débarrasser la table et d’aller faire pipi entre les infos que nous regardons pendant le dîner (oui, je sais, c’est pas bien !) et le film. Depuis la fin de la publicité après 20h30 et le début du programme dès 20h35, nous avons le choix entre louper la fin des infos ou le début du film. Ou regarder TF1 !!! Parce que nous sommes incorrigibles, nous ratons souvent un peu des deux ! Lorsque nous ne voulons en aucun cas rater le début du programme – comme ce soir la seconde partie du téléfilm sur l’abolition de la peine de mort – nous laissons la table en plan. Comme je m’endors 9 fois sur 10 avant la fin du film – sauf ce soir – c’est Monique qui se tape le boulot ! Alors que diable, remettez-nous donc la pub !!! En plus, comment la ménagère va-t-elle savoir quelle lessive lave plus blanc que blanc ?
Et vous, après un mois d’essai, êtes-vous pour ou contre une soirée sans pub ? Votez !

Résultat du sondage du 1er janvier 2009

Au soir du premier jour de cette nouvelle année, j’avais posé la question suivante :
« Pour 2009, êtes-vous optimistes, pessimistes ou indécis ? »
24 visiteurs ont voté.
10 sont optimistes
  9 sont pessimistes
  5 sont indécis
A un moment où l’on nous rebat les oreilles avec la crise, la faillite, le chômage, etc., il est réconfortant de constater qu’une majorité, aussi petite soit-elle, demeure malgré tout optimiste. Je partage cet optimisme car je pense que le pessimisme ne peut, de toute façon, engendrer que névrose et sa kyrielle de maux. Je pense aussi que l’humanité a connu des heures beaucoup plus noires et désespérées que celles que nous vivons actuellement et l’obstination de quelques optimistes a mis fin à la période agitée qu’ils vivaient. Alors… we will survive !
Je souhaite à tous encore une bonne année et aux pessimistes en particulier de garder la tête haute dans la tempête. Quant aux indécis… rendez-vous dans onze mois !

Quel futur pour les jeunes délinquants

En écho à mon article intitulé « Ne mettez pas nos enfants en prison », un internaute me fait part d’un blog dédié à la cause des délinquants mineurs avec une pétition à signer :
http://quelfuturpourlesjeunesdelinquants.fr 

Merci à lui pour sa visite et son témoignange dans mon modeste blog.

Février

Est-ce pour se venger de sa petite taille
Que cet instable mois, dans un brusque sursaut,
Se jette à corps perdu dans l’ultime bataille,
Pour offrir à l’hiver le bonheur d’un assaut ?

Mais bravant la froidure ou les flocons de neige,
Les enfants déguisés fêteront carnaval ;
Sur la place déjà les chevaux d’un manège
Attendent les acteurs du joyeux festival.

Au milieu de sa vie une journée entière
Est vouée à l’amour grâce au cher Valentin ;
Le cœur d’une fleuriste ou d’une bijoutière
Bat au rythme effréné des pièces du butin.

La douleur de partir est parfois prolongée ;
Un jour supplémentaire est un cadeau cruel
Pour qui voit sa tristesse à peine soulagée
Par le retour certain de l’an perpétuel.

(Ecrit le 01.01.1998)




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_