• Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

Archive mensuelle de janvier 2009

La suppression du juge d’instruction

Pascal Bridey, magistrat, m’envoie un papier édifiant sur le sujet :
 jugeinstparbridey.doc La suppression du juge d'instruction dans Divers doc
si vous partagez son point de vue sur cette question, vous pouvez signer et faire signer la petition relative au juge d’instruction sur le site www.jeunesmagistrats.fr

L’abolition

La TV du service public nous a, une fois de plus, offert un superbe téléfilm sur le thème de l’abolition de la peine de mort en France, bel hommage à Monsieur Badinter de son vivant. Charles Berling, dans le rôle du célèbre avocat et ministre, est très convaincant car sans doute convaincu.
Badinter disait : « On ne peut pas tuer un homme qui n’a pas tué ! ». Je dirais même : « On ne peut pas tuer un homme, même s’il a tué ! ». Condamner un homme à la peine de mort, c’est devenir soi-même un assassin, c’est condamner le bourreau à devenir lui-même un assassin.
Personnellement, je trouve aberrant qu’il ait fallu attendre les années 80 du siècle dernier pour que la peine de mort fût enfin abolie. Et je trouve étonnant qu’un engin aussi barbare que la guillotine ait survécu aussi longtemps après la Révolution Française. Non que je sois pour les méthodes américaines, étant résolument contre la peine de mort, mais il me semble que cette machine à couper vivant un homme en deux était indigne de l’homme moderne.

Prof : métier à haut risque

Les risques du métier d’instituteur illustrés par l’excellent film d’André Cayatte avec le non moins excellent Jacques Brel dans le rôle de l’enseignant peuvent paraître bien doux aux yeux des hommes et des femmes de l’Education Nationale en fonction en 2009.
En effet, en plus de résister aux yeux doux et aux décolletés ravageurs de quelques dévergondées qui n’ont pas froid aux yeux, il s’agit aujourd’hui surtout d’éviter les couteaux et autres armes qu’un élève peut brandir à tout moment dans une classe. Pour une note jugée trop basse, un devoir trop difficile, une remarque trop sévère, lycéens et collégiens, voire même des petits du primaire, n’hésitent pas à agresser leurs professeurs et à les blesser grièvement. Il s’agit souvent de petits voyous connus de la direction des établissements et même des services de police. Parfois, comme ce gamin de douze ans qui a blessé son prof d’allemand de plusieurs coups de ciseaux dans un collège privé de Montigny-lès-Metz (57), il s’agit d’un enfant sans problème spécifique et sans antécédent de violence, au QI supérieur à la moyenne.
Que se passe-t-il donc dans la tête de nos enfants ? Sont-ils responsables ou victimes ?

La barakobamania

J’ai exprimé, dans ce blog, mon contentement suite à l’élection de Barak Obama à la présidence des USA.
L’adage populaire prétend que l’on ne compte pas quand on aime. Eh bien moi, je compte et j’en déduis que je n’aime plus !
J’en ai par dessus la tête de voir s’étaler le nom du nouveau président américain sur la page d’accueil d’Orange.fr, sur les couvertures des magazines et à la une des journaux. Lorsque je suis montée dans ma voiture à 13h30, c’était encore d’Obama qu’il s’agissait et quand j’ai repris ma voiture à 17h30, c’était toujours d’Obama dont on parlait ! Et la TV a retransmis en direct la cérémonie d’investiture ! Trop c’est trop ! Que je sache, Obama n’est ni le pape ni le Messie – comme le nommait récemment un lecteur assidu de ce blog dans un commentaire – mais le président élu d’un pays démocratique. Et que je sache, contrairement à ce qui fut asséné dans les médias le soir et les jours qui ont suivi le 11 septembre 2001, nous ne sommes pas Américains !
Si cette barakobamania m’agace, c’est peut-être parce que j’ai appris qu’une des priorités du nouveau président américain sera de rénover un nombre conséquent de pièces de la Maison Blanche ! Je sais bien qu’un de ses homologues a eu à coeur de multiplier par six son propre salaire à peine les fesses calées sur le trône ! Mais cet homme est de droite alors que Barak Obama est censé représenter la gauche américaine. N’avait-il rien de plus pressant à faire ? Ah si, j’oubliais ! Il aurait fait débarrasser certaines rues de Washington des SDF qui auraient gâché le défilé présidentiel !…

Mon téléthon à moi

Depuis que je me rends en ville chez mon client fétiche cinq demi-journées par semaine, « mes » ami(e) roumain(e)s ont repéré ma petite Aygo rouge. Je réduis dès lors ma « cotisation » au parcmètre du parking de la SNCF pour leur donner la pièce.
Aujourd’hui, je n’avais pas de monnaie, ni pour l’horodateur ni pour les Roumains. Une nouvelle, enceinte jusqu’aux yeux, m’apostropha assez rudement lorsque je lui montrai mes mains vides.
– Toi belle voiture ! Toi donner !
Ah oui ! certes, je possède une belle petite voiture rouge. Qu’il s’agisse d’une voiture bas de gamme d’occasion achetée à crédit ne change rien à sa fière allure et je n’essaie même pas de discuter. On a beau dire qu’il ne faut pas se fier aux apparences, la réaction de la jeune femme eût été certainement différente si j’étais sortie d’un vieux tacot, haut de gamme mais cabossé et rayé.
A ceux qui seraient tentés de dire que ces gens n’ont qu’à bosser pour gagner de l’argent, je répondrai que depuis l’entrée de leur pays dans l’UE, ils sont tout à fait libres de circuler dans l’espace européen ; cependant, aussi absurde que cela puisse paraître, une loi transitoire mais valable jusqu’en 2014 leur rend le travail en France quasiment impossible, notamment en raison des conditions d’obtention d’un titre de séjour !
Depuis que toutes les associations humanitaires sont les unes après les autres montrées du doigt pour détournement de fonds, je fais mon téléthon toute seule dans mon coin. Je sais au moins dans quelle poche va ma petite monnaie et même si un caïd se trouve derrière ces Roumains, je me dis qu’ils doivent bien en garder une partie.
Après le scandale de l’ARC et celui des pièces jaunes, on apprenait mi-décembre par un article dans le Républicain Lorrain que France Télévision, soi-disant partenaire du Téléthon, facture les trente heures de diffusion 1.500,000,00 € !!! Et les artistes se font-ils payer comme les « Enfoirées » (qui portent bien leur nom !) pour la tournée des Restos du Cœur ?
Madame Chirac, Douillet et leur suite de courtisans fréquentaient les meilleurs hôtels et restaurants partiellement financés par les pièces jaunes récoltées dont une partie provient de la casse des tirelires de jeunes enfants désireux d’aider les enfants malades. Pendant que des Français font la queue pour remplir leur cabas de denrées offertes aux Restaus du Cœur, des artistes multimillionnaires chantent pour des cachets faramineux en se faisant passer pour des chanteurs généreux ralliés à la cause de Coluche.
Tout cela est foncièrement DEGUEULASSE ! Rien que de penser que j’ai contribué à engraisser Douillet me fait gerber ! Et lorsque j’apprends que mon chèque au Téléthon a en partie servi à payer des gens qui font commerce de la misère humaine me donne envie de leur fracasser mon poste de télévision, réceptacle de ces ignominies, sur le crâne. Je me demande comment les gens, dont les plus généreux ne sont pas les plus nantis, réussissent encore à ouvrir leur porte-monnaie ou leur chéquier pour faire don d’une somme à des associations caritatives dont on apprend plus tard qu’elles se sont servies en premier avant de distribuer le reste de l’argent.
Alors oui, je préfère donner une pièce plusieurs fois par semaine à des Roumains et des Roumaines. Je les vois en chair et en os empocher mes sous. Et s’ils me roulent dans la farine, comme certains le prétendent, leur refuser la pièce ne me rendrait pas plus riche.

Soirée galette et impro

Deux copines et élèves infirmières, Ludivine et Charlène, ont choisi de partir un mois au Cameroun dans le cadre de leurs études. Pour les aider à financer ce voyage humanitaire, l’association du village Haussonville, dont sont originaires les jeunes filles, avait organisé une soirée galette. Pour l’animation, Ludivine avait convié ses amis de théâtre d’improvisation de Vandoeuvre. La jeune fille fait elle-même partie des élèves ainsi que mon fils (le beau jeune homme tout en noir et cheveux courts).
Ce fut une belle soirée (nombreux sont ceux qui découvraient l’impro) pour une belle cause. Que les vieux grincheux qui critiquent les jeunes ravalent leur salive !
Ludivine et Charlène partent le 1er février. Bon courage, les filles, et faites gaffe à vous !
Pas de droits sur l'album 92291

Les Rim’ailleurs en spectacle

Les Rim’ailleurs étaient hier au théâtre Mon Désert à Nancy. Une trentaine de spectateurs avaient bravé le froid polaire pour venir les voir et surtout les écouter. Florent Noblot clame les vers de Prévert et Loujé l’accompagne à la guitare. Exceptionnellement, une artiste andalouse était présente aux percussions.
Une soirée très intense en émotions.
Pour en savoir : www.myspace.com/lesrimailleurs 
Pas de droits sur l'album 92290

500e commentaire

Merci Nancy (un prénom qui, chez nous, provoque bien des quiproquos, surtout quand on n’a pas l’habitude typiquement lorraine de mettre l’article devant le prénom !) pour votre commentaire qui est le cinq centième du blog ! Un blog qui continue à se bien porter !

Petits peintres pas très chouettes

J’ai eu l’occasion, il y a environ un an, de rendre compte dans ce blog de ces poètes qui ne lâchent plus le micro une fois qu’on le leur a donné et qui, gonflés d’orgueil et d’autosuffisance, assomment le maigre public, souvent les amis de chaque participant, de leurs vers approximatifs qu’ils déclament tels des alexandrins cornéliens. Car souvent les poètes les plus acharnés à vouloir lire leurs textes sont des médiocres ; les meilleurs ont, paradoxalement, un égo moins développé, doutent toujours de la qualité de leurs écrits et se tiennent volontiers en retrait.
On retrouve le même phénomène chez les peintres.
Nous sommes entrées aujourd’hui, tout à fait par hasard, dans une galerie de peinture. L’artiste exposé nous était totalement inconnu. Il n’y avait d’ailleurs pas un chat dans la salle. Il faut dire que ce n’était pas le jour du vernissage… Car il faut être un artiste mondialement connu et mort de préférence pour remplir une salle d’exposition en dehors du jour du champagne et douceurs. Peu résistent à l’appel du petit four, et s’il faut pour cela faire semblant de s’extasier devant quelques toiles, bah ! qu’à cela ne tienne ! Mais revenons à notre artiste qui n’avait pas encore atteint la notoriété locale et n’était pas mort non plus…
Dès l’entrée, nous vîmes une impressionnante série d’autoportraits dans des attitudes et situations différentes. Le peintre, à l’égo surdimensionné, nous expliqua sa démarche, sa quête, son inspiration, sa mise à nu sur la toile, le don de soi pour l’art, et blablabla et blablabla. Cela en devint assommant, j’ai cru que j’allais m’endormir debout ! Et cette suite d’autoportraits, par ailleurs très grossiers, nous lassa très vite.
Nous avons rapidement laissé l’artiste s’écouter et se contempler à l’infini dans cet espace confiné rempli d’images de lui-même, ce qui doit considérablement nuire à l’ouverture d’esprit !…
Evidemment, vous comprendrez que je taise le nom de cet artiste qui ne mérite pas que je lui fasse de la pub et qui pourrait bien me traîner devant les tribunaux pour avoir osé critiquer son art. Car c’est ainsi : aujourd’hui, on n’ose plus dire et encore moins écrire qu’on n’aime pas un artiste !…

Aphrodite on ice

La déesse Aphrodite, qui surplombe la fontaine entre la place Stanislas de Nancy et la Pépinière, est aussi belle par -10°C que sous la chaleur torride d’un été caniculaire ou la douceur printanière ou automnale. C’est clair, cette fontaine comme son pendant attribué à Neptune sont belles tout le temps ! Mais par des températures aussi basses, cela donne des photos plus insolites.
Malheureusement, Monique n’avait pas son appareil avec elle. Alors je m’y suis collée avec le téléphone portable…

fontaineaphroditeenglacejanvier2009bis.jpg

Janvier

Arrivé le premier au milieu de la fête
Il explose de joie au son des violons,
Des bouchons de champagne et des coups de trompette,
D’une valse musette et des joyeux flonflons.

Après les baisers longs et les tendres étreintes
Des amoureux toujours mais pour combien de temps,
Les résolutions, d’enthousiasme empreintes,
Se prennent chaque année et se perdent longtemps.

Vers le petit matin, les yeux lourds de fatigue
Et la bouche pâteuse à cause de l’alcool,
Chacun rentre chez soi comme l’enfant prodigue,
Malgré le brouillard dense et givrant sur le sol.

Trente et un jours de neige, autant de nuits polaires,
Janvier s’étire et dure et tue avec froideur
Les exclus du système en plusieurs exemplaires
Avant de disparaître au fort de son ardeur.

(écrit le 29 novembre 1997)

Résultats du sondage du 5 décembre 2008

A la question :
« Etes-vous pour ou contre l’ouverture généralisée des magasins le dimanche ? ».
27 visiteurs ont voté : 20 contre et 7 pour.
Le verdict est clair… Je suis même étonnée des 7 pour… enfin 6 puisque j’ai voté pour…
Un nouveau sondage est en place, sur votre sentiment vis-à-vis de l’année 2009.
Merci d’avance à tous ceux qui voteront !

Ce que fut l’année 2008

L’année 2008 fut pour moi une très bonne année, tant sur le plan personnel que professionnel.
Côté boulot, cette cinquième année en profession libérale m’a enfin apporté la récompense des efforts soutenus et multipliés depuis début 2004 et la confirmation qu’on peut réussir si on s’en donne les moyens. Persuadée dès le début que mon projet était viable, j’ai bossé avec acharnement pour développer ma TPE.
Par rapport à 2007, 18 nouveaux clients ont rejoint mon listing. Je m’étais déjà internationalisée en 2007. En 2008, un Martiniquais, un Luxembourgeois, un Britannique et un Belge ont eu recours à mes services, preuve s’il en faut que mon site fonctionne bien. Le chiffre d’affaires, quant à lui, a évolué de 35%. Mais j’étais partie de si bas que mon salaire mensuel n’a dépassé le smic que d’une centaine d’euros.
L’année avait commencé mollement. En février, mon client fétiche, un médecin en panne de secrétaire, me contactait de nouveau. J’ai travaillé pour neuf heures par semaine jusque fin novembre. En avril, alors que je venais de terminer une biographie démarrée en novembre 2007, j’obtenais la commande d’un nouvel ouvrage. Avant de commencer ce nouveau travail, nous sommes parties une dizaine de jours en Bretagne. A partir de mai, les commandes se sont succédé à une allure un peu folle ! Nous sommes parties pour un grand week-end à Bruxelles en mai et une semaine dans le Jura en juin suivie d’un grand week-end à Schaeferhof pour avancer dans l’écriture de mon prochain roman. En juillet et en août, je fais deux remplacements de secrétariat médical. Durant ces deux mois, les 35h ne sont pour moi qu’un très vague souvenir !!! Début septembre, après l’acceptation d’un devis pour une nouvelle biographie, nous partons deux semaines en Bretagne et en profitons pour refaire la peinture de toutes les pièces. A peine rentrées, nous repartons pour quatre jours à Istanbul. Pour la première fois depuis janvier 2004, je pars sans téléphone portable, sans ordinateur portable et sans connexion Internet… Pour moi, complètement déconnectée des affaires, ces quatre jours valent bien deux semaines de vacances !!! En novembre, j’obtiens la commande d’une nouvelle biographie. En décembre, nous aidons mon fils à déménager, surtout Monique qui passe plusieurs après-midi chez lui à monter des meubles, tirer des fils électriques, installer des prises, poser du carrelage, etc. Nous passons, juste avant Noël, quatre jours à Schaeferhof pour que je puisse terminer mon roman en cours.
Le dernier jour de l’année 2008, mon client fétiche me proposait de travailler pour lui désormais quinze heures par semaine ! Las de chercher à embaucher, il s’est enfin décidé à continuer à travailler avec moi. Si je lui coûte un peu plus cher qu’une jeune fille payée au smic, il économise les congés payés et les éventuels arrêts pour maladie. Pour moi, c’est un très beau cadeau !
Personnellement, j’espère que 2009 sera aussi bonne que 2008, car même si je gagne très modestement ma vie, j’ai la chance de faire un métier qui me plaît, ce qui n’est malheureusement pas le cas de tous les Français…

statistiques 2008

Il y a exactement un an, je décidais de créer un blog pour remplacer mon journal intime. Des écrits secrets à moi seule destinés, je passais à la divulgation planétaire de tout ce qui m’agite. Cette réaction est très caractéristique de ma personnalité qui cultive volontiers le tout ou rien…
En un an, grâce à mon assiduité à écrire et votre assiduité à me lire et à commenter mes écrits, ce blog est passé de la dernière place à la 97e place dans sa catégorie « générale » qui en compte 6407 ! J’ai publié 168 articles, 9100 visiteurs vont venus les lire et 487 commentaires ont été envoyés.
Merci à vous tous et j’espère que vous continuerez à vous rendre sur mon blog en 2009 !
Encore tous mes voeux pour cette nouvelle année. Qu’elle vous apporte la santé sans quoi rien n’est possible, l’amour de ceux que vous aimez et la réussite dans toutes vos entrprises.




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_