• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 20 décembre 2008

Archive journalière du 20 déc 2008

Le mail d’info

Comme chaque début ou fin de semaine, je vais envoyer un mail aux destinataires de ma liste de diffusion pour leur faire part des nouveautés de ce blog. Dans les heures et le jour suivants, le nombre des visiteurs montera en flèche, preuve que vous êtes nombreux à cliquer sur le lien du blog et je vous en remercie.
Mais aujourd’hui, j’aimerais tout particulièrement remercier ceux et celles qui n’attendent pas mon mail pour aller sur le blog. Dans les commentaires qu’ils envoient, ils ne s’en tiennent qu’à l’article qui les fait réagir. Mais moi, j’entends autre chose. J’entends des mots non exprimés comme : « Alors, Isa, tu n’écris plus ? » ou « Salut, Zaz, quoi de neuf ? » ou encore « Isa, je m’inquiétais, j’étais en mal de te lire ». Et ces mots des ami(e)s qui passent me lire dans mon blog sans y être invités me font chaud au coeur.
Lorsque, la cinquantaine affirmée, j’avais décidé de mettre un terme à mon journal intime, le manque s’était rapidement fait sentir. J’avais l’impression d’étouffer avec tous ces mots qui se cognaient aux parois de mon crâne sans pouvoir sortir. L’écriture était ma drogue depuis tant d’années ! Alors j’ai eu l’idée du blog. Je respirais mieux. Mais c’était, bien sûr, retomber dans le travers de la dépendance, au détriment de la personne qui partage ma vie… au détriment de mon fils qui doit subir mes soudaines absences même lorsqu’il vient dîner, une fois par semaine… Soulagée de quelques mots jetés sur l’écran, je reviens vers eux, tourmentée par le remords et la culpabilité de les faire passer après les mots. Je sais qu’ils comprennent ; je sais qu’ils en souffrent… A eux, je demande pardon. Et je leur dis merci, comme à vous.

Un super viaduc sans pont

Une des joies d’être à son compte est de décider de prendre un très long week-end, même quand il n’y a pas de pont ! Cela compense les week-ends travaillés…
Monique et moi partons donc pour quatre jours à Schaeferhof en Moselle, dans la maison de campagne de nos voisins. Evidemment, Véga est du voyage.
Nous emmenons aussi, dans nos bagages, mon ordinateur portable. Car le but du week-end est aussi d’apporter les dernières corrections au manuscrit de mon prochain ouvrage qui devrait sortir en autoédition en février 2009.
Monique va le relire pour traquer les incohérences. Ma première relecture m’a déjà permis de corriger certaines « bourdes ». Emportée par mon enthousiasme et handicapée par l’impossibilité d’écrire en continu, j’avais fait écrire un personnage à un autre, alors que ce deuxième était déjà… mort !!!
L’autoédition est en cela un exercice très difficile qu’il faut tout faire : écrire, corriger, maquetter, vendre. La relecture est longue et peut parfois retarder la parution d’un ouvrage. Car ce n’est pas parce que nous sommes seuls à bord que nous faisons n’importe quoi ! Au contraire ! Or cela me contrarierait que ce livre, le premier vrai roman, ne sorte pas en début d’année comme les précédents. Oh ! bien sûr, personne hormis ma meilleure amie n’attend la parution de mon prochain roman. Un nouveau Zaz ne mobilise pas les lecteurs comme un nouveau Werber !!! Aucun média ne matraque les ondes avec le titre de mon livre qui, entre parenthèses, me plaît beaucoup. Je trouve qu’il sonne bien et c’est important. Mais bon, dans ma tête, c’est aussi important et le fait que mon livre soit publié en autoédition à quelques centaines d’exemplaires seulement n’enlève rien au soin que j’apporte à son écriture et sa finition.
Bref, en rentrant de ce grand week-end, j’espère que mon roman sera prêt à être envoyé à l’imprimeur…

Diplômé du CESI

ceciportrait.jpg
Hier avait lieu au Palais des Congrès la remise des diplômes des élèves du CESI (Centre des Etudes Supérieures Industrielles) de Villers-les-Nancy en même temps que les 50 ans de cette école.
Stefan, technicien supérieur en maintenance informatique, faisait partie des 130 étudiants distingués.
Après des discours un peu longs, le défilé des jeunes gens commença. Pour la circonstance, ils avaient revêtu la toge (jaune, bleue ou rouge selon la spécialité) et la célèbre coiffe. Après la cérémonie, les étudiants se livrèrent au traditionnel lancer de chapeaux.
Un instant très émouvant. J’étais très fière de mon fils, superbe dans son costume.
Pas de droits sur l'album 88033

Un écureuil dans le jardin

Un écureuil se baladait dans notre jardin. Véga, dehors à ce moment-là pour son premier pipi, manifesta bruyamment son désaccord sur l’insolence de l’envahisseur et courut derechef après ce violeur territorial. Mais l’intrus, à la barbe de la chienne folle furieuse, monta dans les branches du bouleau et de là, bondit dans celles du sapin où il disparut de notre vue. Véga mit au moins dix minutes à s’en remettre !…
cureuil004.jpg




djurdjura |
MARINE NATIONALE EN INDO |
last0day |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Corsica All Stars [CAS]
| c2fo
| _*MoN DeLiRe A mWa !!!*_